Claudy Lebreton : « Il n’y a aucun projet politique derrière ce Big Bang territorial ! »

 |   |  890  mots
Claudy Lebreton (à droite), Manuel Valls et Yves Colmou. | La Tribune
Claudy Lebreton (à droite), Manuel Valls et Yves Colmou. | La Tribune (Crédits : Reuters)
Claudy Lebreton est le président socialiste de l’Assemblée des départements de France. Il ne comprend pas que Manuel Valls n’ait que les demandes de la Commission européenne comme viatique dans sa réforme du mille feuilles, que François Hollande, èlu corrézien, opère un virage jacobin et que les deux semblent avoir fait l’impasse sur tous les rendez vous électoraux de 2014 et 2015.

La Tribune  : Avez-vous été surpris par l'attaque frontale du Premier ministre contre les collectivités locales et sa volonté de supprimer les conseils départementaux en 2021 ?

Claudy Lebreton : Le Premier ministre croit en la capacité de son gouvernement de réformer le pays et il confirme la politique de l'offre déjà décidée par le Président de la République. Mais si cette politique est économiquement compréhensible, je ne pense pas qu'elle soit socialement admissible. La question de la justice sociale n'y est pas. Or cette politique doit se faire à due concurrence de l'effort de chacun en fonction de ses revenus. Cela n'apparaît pas, Le Big Bang territorial annoncé n'a pas été pour moi le point essentiel du discours. De toute façon, ce n'est pas une réforme institutionnelle qui va donner au pays la force de porter un projet économique et social. Une réforme institutionnelle est un outil au service d'un projet de développement, un moyen de mobiliser la sphère publique autour d'un  projet

 

Et vous ne voyez pas de projet ?

Non. Aucun projet politique ne sous tend ce Big Bang territorial. Où est l'approche politique ? Que veulent le Président et le Premier ministre ? Plus de démocratie ? Mieux armer les collectivités dans le développement économique et les politiques de l'emploi ? Ont-ils compris que l'Etat ne fait pas bien certaines choses parce ce qu'il est obèse, emprunté, non réactif ? Que la souplesse, la réactivité, l'efficience seraient plutôt du côté des collectivités, et qu'il faillait en profiter pour leur donner encore plus de responsabilités ? Dans la santé, l'enseignement supérieur, la politique de l'emploi? Non. Ce Big Bang n'est porté que par les seules demandes des grandes institutions financières et technocratiques européennes. « Faites des économies, diminuez la dépense publique », c'est cela le viatique, le seul mobile. Or ceux qui vont s'en sortir, ce sont les pays les plus éduqués et les plus innovants. Or la on est dans une vision du passé, ou les seuls enjeux sont la finance, les grands groupes industriels, et l'augmentation de la consommation.

 

Cette absence de projet politique est elle due au fait que le gouvernement a anticipé que toutes les élections étaient perdues dans les deux ans qui viennent, qu'il ne veut pas changer et qu'il lui faut un leurre avec cette suppression du millefeuille ?

Le millefeuilles, on en fait manger aux Français tous les jours depuis des mois, depuis des années. A force d'en parler, il est rentré dans la tête des gens. Or que fait le Président de la république dans sa conférence du 14 janvier ? Il accrédite la thèse. Il la nourrit en disant qu'il a entendu les Français, qu'il va donner un coup de pied dans la fourmilière, en divisant les Régions par deux, en supprimant les départements dans les Métropoles. Il a été maire de Tulle, président du conseil général et il a failli être président de la Région ; comme François Mitterrand et Jacques Chirac il a été chercher un siège qui lui a donné une identité, de la terre à ses godasses. Mais là il donne un grand coup de barre du côté de l'Etat et de la recentralisation. Il dit qu'il va supprimer les conseils départementaux en 2021 mais, comme par hasard sur le même territoire, il maintient l'organisation de l'Etat, les préfectures comme les sous préfectures. La seule collectivité qui intervenait à coté de l'Etat est supprimée. C'est une politique jacobine.

 

Le quinquennat de François Hollande ne va-t-il pas être, paradoxalement, celui de la fin de ce que l'on appelé le socialisme municipal ? Il risque en effet de perdre très lourdement toutes les élections intermédiaires et le Sénat.

J'ai toujours été partisan de faire des élections de mi mandat avec un vote global pour toutes les collectivités. Si on l'avait fait en mars lors des municipales, la très grande majorité des départements seraient passés à droite ainsi que toutes les Régions. Mais les élus socialistes n'ont été battus ni sur leur bilan ni sur leur projet, ils ont perdu sur la politique nationale. Regardez Christophe Sirugue, il a été président du conseil général de Saône et Loire, il est député, il a été un brillant maire de Chalon sur Saône, il est jeune, il travaille comme un fou, debout à  6 heures du matin tous les jours. Il a été balayé au 1er tour! Même pas 35% ! Vous croyez qu'il a été battu sur sa personne ? Sur sa politique? Non. Les candidats socialistes ont couru un 400m avec 30 mètres de handicap et du plomb aux pieds. Le plomb aux pieds c'est la politique de l'Etat, l'impopularité du président. François Hollande est persuadé que la politique de l'offre aura des résultats en 2015 ou 2016. C'est un pari qu'il fait. Il est convaincu que c'est le meilleur choix, mais ça passe ou ça casse… Il pense peut-être enjamber les élections municipales et les suivantes, perdre une armée d'élus, et en trouver une nouvelle pour les élections locales de 2020 et 2021 après qu'il ait gagné en 2017….

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2014 à 10:53 :
CETTE REFORME VA DANS LE BON SENS ECONOMIQUEMENT ???
a écrit le 23/04/2014 à 7:31 :
J'habite le puy de dôme, pour avoir critiqué son altesse le président du conseil général, j.ai été condamné à lui verse 1 euros. Ce monsieur élu avec 11/100 des inscrits est à la tête d'un poste qui ne sert à rien et en plus c'est un roi des impots
a écrit le 17/04/2014 à 15:44 :
Qu'on s'en débarasse, de tous ces boulets.
Ca fait 40 ans qu'ils refusent de changer.
Game is over.
A la porte, et qu'on passe à autre chose.
a écrit le 17/04/2014 à 15:35 :
Ouais.
Encore un dinosaure avec le discourd habituel "C'était mieux avant".
Mais qu'on se débarasse, une bonne fois pour toute.
a écrit le 17/04/2014 à 15:31 :
Une seule question : qu'il nous dise à ce jour à quoi servent les cantons ? Eh bien, ça sera pareil un jour pour les départements...
a écrit le 17/04/2014 à 13:43 :
M. Lebreton, vos arguments sont à l'aune de nos hommes politiques actuels. A savoir complètement en dehors de la plaque. Une fois encore, vous me faites que confirmer ce que nous, les citoyens, pensons de notre classe politique actuelle. Vous ne faites que sauver vos meubles, vous vous accrochez désespérément à vos petites certitudes et avantages acquis (sur notre dos!), mais vous n'avez ni compris ce qui se passe depuis près de 40 ans, ni agit pour l'intérêt du peuple, mais uniquement pour le vôtre, l'intèrêt du peuple n'étant finalement qu'une justification pernicieuse de vos actes manqués.

Bref, comme beaucoup de nos sois disants dirigeants, vous n'êtes que des vestiges du passé, incapables de la moindre évolution et remise en cause, et vous nous menez tout droit à la catastrophe... vers une nouvelle révolution, lors de laquelle vous serez les sorcières chassées...
Réponse de le 17/04/2014 à 14:46 :
Tout à fait d'accord avec vous. Les petits barons locaux feront sauter Valls pour conserver leurs petits pouvoirs et indemnités.
a écrit le 17/04/2014 à 9:23 :
Là où Lebreton a raison, c'est qu'il faut réduire l'Etat obèse et renforcer la démocratie locale. Il faut supprimer les préfectures et faire des assemblées régionales des vrais contrepoids à l'Etat central pour enfin casser la tradition jacobine funeste.
Réponse de le 17/04/2014 à 9:36 :
Un socialiste qui ne comprend pas ? Mais c'est une tautologie !
Réponse de le 17/04/2014 à 14:49 :
Donc, suppression des conseils généraux, des agglomérations, fusions des communes.!! Avec une région forte. Bon courage pour le faire face aux élus actuels
a écrit le 17/04/2014 à 8:56 :
nul besoin de discuter des heures sur l'efficacité de casser le millefeuille et lesmillions, ou milliards, que l'on va pouvoir en retirer: mais ce qui est sûr, 1.c'est que ce n'est pas le secteur public qui fait la compétitivité française, et 2. 57% du PIB dans la dépense publique,c'est 10 points de trop!, c'est 200 milliards de trop! Alors les considérations (sans jeu de mots) des sangsues de la nation sont malvenues.
a écrit le 17/04/2014 à 8:15 :
La véritable révolution, c'est un changement de paradigme: il y a le travail, le capital, et l'énergie. L'énergie remplace le travail grace au capital, c'est à dire les machines qui consomment de l'énergie.
Réponse de le 17/04/2014 à 9:39 :
E=TC² ?
a écrit le 17/04/2014 à 8:10 :
C'est a dire :
- Augmenter le nombre de députes et de sénateurs
- Augmenter le nombre de conseillers blablablablabla
- Rédiger toujours plus de rapports blablablablabla
- Recaser les politiciens mauvais, battus aux élections, condamnés par la justice, ...dans les instances européennes ou dans les structures de l'état
- augmenter les taxes et les contributions pesant sur les salariés
- augmenter la fiscalité sur l'épargne
- mettre en place des taxes sur la voiture en ville
- mettre en place l'ecotaxe sur les poids lourds et les véhicules particuliers
- derembourser tous les médicaments
- passer la franchise médicale de 1€ à 5€
- refuser l'accès aux hôpitaux aux gens en 8h du matin et 11h du soir et n'autoriser la sortie la sortie des malades qu'entre 1h et 3h du matin
....
a écrit le 17/04/2014 à 1:45 :
les mêmes qui nous ont poussés à souscrire au délire européiste se demande tout à coup quand ils vont se faire manger... ces gens sont grotesques.
a écrit le 16/04/2014 à 22:55 :
Vous argumentez pour vous convaincre d'un besoin de démocratie locale mais les échelons locaux sont tellement nombreux qu'à l'image des réseaux sociaux, le citoyen ne sait plus à qui s'adresser.
Nous n'avons pas besoin de plus de démocratie mais de plus d'efficacité dans les politiques publiques. Alors les petites ambitions locales ... ça ne nous intéresse pas.
Allez faire un tour dans le secteur privé, cela vous fera du bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :