Le travail à la fête.... sans l'emploi

 |   |  1401  mots
Le regard qui est porté sur le travail (lieu de souffrance et de course à la performance) ne nous permet pas de dépasser les problèmes liés à l'exclusion et au mal être.
Le regard qui est porté sur le travail (lieu de souffrance et de course à la performance) ne nous permet pas de dépasser les problèmes liés à l'exclusion et au mal être. (Crédits : Reuters)
En ce premier mai où l'on fête le travail, l'emploi est bien à la peine. L'occasion de s'interroger sur ces notions et leurs évolutions pour redonner du sens et de la perspective à ce qui nous anime et nous fait vivre.

"Fête du travail, faites des emplois" : c'est avec cet acronyme que les associations, mouvements et acteurs de l'Economie Sociale et Solidaire ont abordé l'édition 2014 du 1er mai. Si le jeu de mot fait mouche en cette période de la part des acteurs citoyens mobilisés (Pacte Civique, Disco Soup, Fabrique Spinoza, Convergences, Roosevelt 2012, Ecolo Info, Ticket 4 Change, Destination ChangeMakers, OuiShare, MakeSense, Institut des Futurs Souhaitables, Groupe SOS, SNC, ADIE, Coorace, Crepi, Mission Locale de Paris, Marie de Paris, NUMA, JobIRL, Les Compagnons de la Réinvention), il sonne encore trop comme une injonction. Injonction adressée, on imagine, aux entreprises, grandes absentes des débats. Et qui au vu de l'Etat économique de la France et de son questionnement en matière d'emploi et de compétitivité peut aussi s'expliquer.

Ne pas confondre travail et emploi

Car en ce 1er Mai où le travail serait à la fête, il manque un compagnon de route : l'emploi. Sans doute aujourd'hui, avons nous tendance à confondre les deux termes : travail et emploi. Nombre de travaux, à commencer par le travail domestique et l'apprentissage se font en dehors de l'emploi. L'emploi est donc plutôt une place (on parlait dans le temps de "situation") sur l'échiquier social que l'on occupe moyennant une rétribution. Situation spatiale et également juridique qui fonde un lien social. Le travail, en revanche, fait appel à quelque chose de beaucoup plus large, désigne un effort physique ou intellectuel, pour transformer ou fabriquer quelque chose dans un but d'obtenir quelque chose.

Si l'on considère les recherches et questionnements menés entre autres par la Fabrique Spinoza, "le travail est une opportunité de se réaliser et aussi d'exprimer plusieurs dimensions, rationnelle, intention, d'utilité et d'aspiration ainsi que tout ce qui est de l'ordre des affects et du ressenti", souligne Véronique Olivier , fondatrice du cabinet Origine RH, spécialiste de la "RSE appliquée" dans le dialogue avec ses parties prenantes via le prisme du Bien Etre au Travail, et membre actif de la Fabrique Spinoza.

Là où le bât blesse autour de ces notions, c'est que le regard qui est porté sur le travail (lieu de souffrance et de course à la performance) ne nous permet pas de dépasser les problèmes liés à l'exclusion et au mal être.

Un lieu de désalignement entre travail et finalité de l'entreprise

On l'observe désormais trop souvent : le travail est perçu ou vécu comme un lieu de désalignement  entre la vision que la personne se fait de son travail (implication, ce qu'elle met d'elle au travail qui va bien au delà du prescrit) et ce qu'elle perçoit être de la finalité de l'entreprise, cette course à la performance financière, qui reste encore sa seule finalité. D'où un fort sentiment d'injustice, de fragilité et d'insécurité, accentué par un management lui même dans l'urgence, le court-termisme, les processus de reporting, sur un mode bien souvent applicatif et ne sachant donner sens aux décisions. "Il ne perçoit pas toujours comme légitimes les normes de l'organisation, lui même instrumentalisé au service d'un objectif auquel il n'adhère pas nécessairement,  se protège par isolement ou est pris en défaut de courage managérial, navigue dans des doubles discours.

Et pourtant. L'individu, patron compris, sait lui que la seule finalité économique (course à la performance, aux résultats, à la productivité, faire plus avec moins) ne peut être une fin en soi. D'ou l'idée d'un rôle à tenir …Et les burn out à tous niveaux témoignent combien cela peut être coûteux tant au plan individuel que collectif", constate Véronique Olivier. Résultat : dans l'entreprise et le travail qu'elle propose, au sens classique du terme, il y a l'idée d'une nécessité de productivité et d'efficience qui compresse l'entreprise et ses collaborateurs dans une course au temps, au rendement …morcelant les tâches et égarant les salariés qui perdent de vue la finalité de leurs actions. Une course à l'échalote, appelée  "compétitivité", qui fait la part belle à la défiance, à la peur, au conformisme, au prescrit, et empêche d'être authentique, d'être aligné, d'apporter sa pierre et de se sentir contributif de quelque chose de plus grand que soi. Bref de redonner à la valeur travail ses lettres de noblesse.

Désengagement des salariés

"Un sentiment de résignation, d'inachèvement sont alors source de nombreuses souffrances (frustration, ressentiment, colère, violence contre soi ou l'organisation). Et l'intelligence individuelle dans ce contexte élève rarement tant sa propre estime personnelle que l'intelligence collective. Une énergie contagieuse mais pas positive…", en conclut Véronique Olivier, ex DRH, qui pointe ses corollaires : les fameuses questions de l'engagement, de l'absentéisme  et du présentéisme.

Une étude Gallup de 2012 montre que 11 % des salariés sont vraiment engagés et enthousiastes au travail (dans leur emploi), 61 % viennent pour partir (chercher le chèque en fin de mois) et 28 % sont activement désengagés (ils viennent au travail pour démontrer leur malheur et du coup s'avèrent toxiques pour les engagés). De quoi se mobiliser.

Freud écrivait :"en reconnaissant l'importance du travail, on contribue, mieux que par toute autre technique de vie, à resserrer les liens entre la réalité et l'individu ; celui-ci en effet, dans son travail, est solidement attaché à une partie de la réalité". C'est sans doute cette réalité qui se trouve aujourd'hui totalement bouleversée.

Reste à trouver un relai dans la société civile à l'exemple des manifestations organisées par ce collectif d'associations. Ainsi Véronique Olivier estime que "la société civile a son rôle à jouer pour rappeler que le but ne doit pas être oublié en chemin à l'ensemble de ses parties prenantes. De l'entreprise, aux pouvoirs publics, associations... On parle de croissance de PIB, quelle autre forme de croissance tout un chacun pouvons nous souhaiter, espérer et construire nous-même et nos enfants ? Entreprises, syndicats, associations, pouvoirs publics ne se connaissent pas assez, vivent sur des croyances, des procès d'intention d'où le peu de confiance les uns envers les autres. La RSE, dans sa vocation de prise en compte des dimensions sociales, sociétales et environnementales, la mesure de ses impacts sur ses parties prenantes,  est une formidable opportunité qui nous est proposée de nous rejoindre, dialoguer et recréer de la confiance, de l'alignement, de l'empathie  et de la valeur partagée. Je ne pense pas que les DRH connaissent le Pacte Civil, ni que toutes les associations connaissent les 42 indicateurs du Grenelle 2". Et de rappeler la phrase de Lao Tseu : « Personne ne sait ce que l'on sait tous ensemble ».

Rassembler des personnalités, relier des mondes

Sans compter qu'à un niveau individuel, les sondages montrent que le français est plus optimiste que collectivement. Collectivement, il pense que le déclin de la France est inéluctable. Paradoxalement, il pense aussi que lui ira mieux. Un formidable levier dont il s'agit de se saisir en cette fête du travail.  "On peut avoir un tempérament disposé à la fête, mais pour vraiment la faire il faut être ensemble", en conclut Véronique Olivier.

Décloisonner. Rassembler des personnalités, relier des mondes. C'est aussi le sens de la fête. Les mouvements qui portent de nouvelles valeurs ne manquent pas : de celui de l'économie positive à l'Institut des futurs souhaitables en passant par Global Impact, modèle inspirationnel qui invite à une démarche de progrès ou celui des "entreprises libérées" qui connaissent par l'autonomie de leurs salariés des croissances à deux chiffres. Même L'Ani (Accord National Interprofessionnel) sur la Qualité de Vie au travail invite l'entreprise à revoir sa façon de fonctionner. Une question centrale d'aujourd'hui apparait et peut alors se formuler ainsi : chacun des deux protagonistes de l'échange emploi-travail tient-il réellement compte de l'autre ? Les besoins des êtres humains et de l'environnement sont immenses et les possibilités de travail utile voire nécessaire ne manquent pas. Plus que jamais il devient urgent de penser global, d'agir localement par la proximité et la gestion des problématiques. Etre en empathie, suppose une proximité pour laisser la place à l'intelligence humaine, une gestion au cas par cas, tant la singularité doit être reconsidérée. A quand un jour de fête pour la "diversité", notre principale richesse. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2014 à 11:55 :
Il y a l'emploi, le travail....et l'activité. Le travail c'est de l'activité marchande, l'emploi c'est du travail régulier ou posté. La question qui est posée pour demain va au-delà de la disparition de l'emploi...il s'agira de mesurer la part de l'activité marchande à l'heure où les robots se chargent de produire ce dont on a besoin majoritairement...
Réponse de le 03/05/2014 à 13:58 :
ah! bon, mais comment va t-on faire? en voilà un problème ! nous sommes de plus/plus nombreux et il y a de moins/moins de boulot, on fait quoi por gagner" notre vie"...on se prostitue??.... remarquez.......
a écrit le 01/05/2014 à 21:26 :
Une manifestação vidée de sens quand on sait que Poutine prépare sa 3ème guerre mondiale et l'Otan ne fait que du cinéma. Pourquoi vidée de sens ? si Hollande ne monte pas au front d'attaque en Ukraine pour de bon, il y aura bien plus de chômeurs en France. Moi j'ai resté à la maison en regardant CNN plutôt...
Réponse de le 02/05/2014 à 2:58 :
Evidemment en payant les dettes de l'Ukraine pour intégrer l'UE, cela offrira du travail aux français... c'est d'une logique implacable!
a écrit le 01/05/2014 à 15:23 :
Plus de travail, de dignité, d'honneur, d'avenir ! on nous a bien eu, et maintenant FRANCAIS! on fait QUOI???? !devenir des serfs, oui, c'est une solution , remarquez ! le Suzerin, les Serfs, le Maître, les esclaves...BIEN ! on est bien..!!!! ça aussi, c'est de l'ambition, quelque part...
a écrit le 01/05/2014 à 15:09 :
Urgent de penser global, n'est-ce pas ce que fait la mondialisation ? La diversité jugée notre principale richesse, comment la marier avec le systématisme mondialisé ? On rêve ?
Réponse de le 01/05/2014 à 15:19 :
notre chère individualité et la mondialisation ultra libérale à la C...N , ça ne va pas ensemble! on en veut pas, c'est tout!
Réponse de le 01/05/2014 à 15:41 :
mondialisation? = PAS BON ! mais alors, pas du tout !!
Réponse de le 02/05/2014 à 7:52 :
haro sur la mondialisation , qui achète les Iphone ou autres gadgets électroniques ? qui achete des lave vaisselles fabriqués en turquie ou en pologne ? , a croire que certains ne font jamais leurs courses dans les grandes surfaces et ne regardent pas la provenance des produits pas cher et moins cher que les autres .. vous aurez la réponse aux bas salaires et donc a la mondialisation qui est tirée par les consommateurs .. qui est prêt a payer son frigo 2000 euro de nos jours fabriqué en france ?.. pas grand monde et qui en aura les moyens aussi ?..
a écrit le 01/05/2014 à 15:07 :
La fête du TRAVAIL ! hélas, ça aussi ce n'est plus de mise..! on se liquéfie, on crève..c'est tout....
a écrit le 01/05/2014 à 15:01 :
Ces syndicats ne sont plus crédibles!
Qu'ils arrêtent de faire semblant....qu'ils restent à la maison on n'a pas besoin d'eux...!
Réponse de le 02/05/2014 à 9:59 :
Il faut bien qu'ils fassent croire qu'ils soutiennent les travailleurs, eux, les passagers clandestins de l'état providence, qui sont subventionnés par l'Etat...
Réponse de le 03/05/2014 à 14:02 :
Tout à fait!
a écrit le 01/05/2014 à 14:59 :
Ces syndicats ne sont plus crédibles!
Qu'ils arrêtent de faire semblant....qu'ils restent à la maison on n'a pas besoin d'eux...!
a écrit le 01/05/2014 à 14:14 :
Perso, dégagez moi des seuils sociaux, permettez moi de licencier le nouvel embauché sans justificatif... et je vous crée un nouvel emploi avant l'été... sinon, j'en resterai à 9 salariés!! ... messieurs les invocateurs, la balle est dans votre camp !!
PS je précise que si je crée un emploi, licencier n'est pas pour l'employeur un objectif, mais ca doit rester une issue de secours utilisable !!
Réponse de le 01/05/2014 à 14:46 :
ENCORE HEUREUX !!!
Réponse de le 01/05/2014 à 20:36 :
Ben... nombreux sont ceux qui pourtant le croient...
Réponse de le 02/05/2014 à 3:05 :
@lyon69

Licencier sans justificatif cela ouvre la porte à n'importe quoi. Il existe un fossé entre un licenciement économique faute de clientèle et un licenciement de connivence pour pistonner un proche. Il vaudrait mieux militer pour supprimer les restrictions sur le cumul des CDD plutôt que votre vision esclavagiste de gestion de collaborateurs.
Réponse de le 02/05/2014 à 7:50 :
il est vrai que les seuils sociaux pour une entreprise coutent très très cher , enfin sur le licenciement c'est pas de gaité de coeur non plus , mais faut voir aussi les postulants au poste en question , faute d'expérience réelle ou de diplômes aussi et qui veulent des paies d'un salarié expérimenté de 20 ans alors que leur expérience oscille entre 5 ans a 10 ans et que souvent aussi la productivité est aléatoire .. enfin le CDI a vie est mort depuis longtemps il suffit de voir comment les sociétés françaises franchissent la tamise pour pouvoir investir plus efficacement qu'en france ou la paperasse et les seuils sont légions .. enfin n'oublions pas toutes les aides sur les cotisations sociales ou là aussi seuls les plus adaptés avec un homme de loi peuvent s'autoriser de telles embauches d'aubaines sur le dos de l'état
Réponse de le 02/05/2014 à 9:17 :
Vous en connaissez beaucoup des métiers qui demandent 20 ans d'expérience à part quelques niches artisanales? Aujourd'hui avec l'automatisation et l'application de procédures qualité, beaucoup de métiers ne sont devenus que des "presse boutons" et l'application de procédures qui ne laissent aucune place à l'intiative personnelle. Le profile idéal maintenant c'est 2 à 5 ans d'expérience, après le rapport productivité salaire décroit et on en veut plus. Il suffit de voir les chiffres du chômage des plus exérimentés pour s'en rendre compte.
Réponse de le 04/05/2014 à 17:50 :
@michel : Quand j'ai un salarié qui, par négligence, met en danger physiquement le client, que le client s'en plaint par courrier, ...et que le service juridique de mon comptable me dit que je ne peux pas virer ce salarié parce que l'accident n'a, par chance, pas eu lieu : oui, je répète que si je dois trouver des excuses pour licencier ce type de salariés, moi, je jette l'éponge : créez vos emplois vous mêmes !!!
a écrit le 01/05/2014 à 14:09 :
"Faites du travail!", disent-ils ... bande d'assistés ! Mais eux-mêmes, que font-ils pour faciliter la création d'emplois, à part des injonctions et des défilés...
Réponse de le 01/05/2014 à 15:09 :
et nos incapables de politicards, ILS FONT QUOI????? !!
Réponse de le 01/05/2014 à 17:41 :
Les seuls qui créent des emplois sont les entreprises. Ceux qui pleurnichent ou râlent auprès des politiques n'ont pas compris que nous ne sommes pas en économie d'Etat mais de marchė. Les seuls emplois que peuvent créer les politiques c'est des emplois dans l'administration.
Arrêtons d'attendre des politiques plus qu'ils ne peuvent donner. En économie leur pouvoir d'action est nul.
Réponse de le 02/05/2014 à 11:32 :
ah!oui, et pourquoi donc les sénateurs et députés, bien pourvus" n'investiraient-ils pas dans les entreprises, avec le pognon qu'ils touchent ? ils serviraient au moins à quelque chose de positif, enfin !
Réponse de le 02/05/2014 à 11:50 :
N'oubliez pas que la sécurité, l'éducation et la santé sont aussi des marchés...de même que la mise à disposition d'infrastructures publiques. Quand on parle d'administration il faut savoir de quoi on parle précisément. Les frontières ne sont pas aussi claires...
Réponse de le 02/05/2014 à 20:57 :
yep bof, commencez votre vie numérique maintenant, il y a plein de tuto
minez des monnaies crypto, vous aurez au moins le privilège de participer
à l'économie du futur sans les bank

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :