Wall Street rebondit malgré le plongeon de la confiance des consommateurs

 |   |  642  mots
Les places américaines ont rebondi ce mardi malgré le très fort repli de la confiance des consommateurs. Le Dow Jones gagne ainsi 2,17% à 8.668 points, le Nasdaq prend 2,67% à 1.551 points et le S&P 500 progresse de 2,44% à 891 points.

Pour son avant-dernière séance de l'année 2008, Wall Street s'est offert une belle progression ce mardi malgré la très nette dégradation de la confiance des consommateurs en décembre. Les indices new-yorkais ont notamment profité de l'annonce d'une aide de six milliards de dollars à GMAC. Le Dow Jones gagne ainsi 2,17% à 8.668 points, le Nasdaq prend 2,67% à 1.551 points et le S&P 500 progresse de 2,44% à 891 points.

La confiance des consommateurs américains a donc fortement reculé en décembre, d'après l'institut privé de conjoncture Conference Board. L'indice de confiance est ainsi tombé à son plus bas niveau historique, à 38. Bien loin de 45 attendus par les marchés et des 44,9 enregistrés le mois précédent. Les ménages américains sont notamment préoccupés par la dégradation du marché de l'emploi.

Par ailleurs, l'indice PMI des directeurs d'achat de la région de Chicago a enregistré en décembre sa première hausse depuis le mois d'août, à 34,1. Le mois dernier, il était tombé à 33,8, son plus bas niveau depuis 1982. Les analystes s'attendaient à l'inverse à une nouvelle baisse, tablant sur un chiffre de 33. Mais l'activité de la région a bien continué à ralentir, un indice de 50 marquant en effet la limite entre une croissance et une contraction de l'activité.

Sur le front de l'immobilier, les prix des maisons individuelles ont baissé plus fortement que prévu au mois d'octobre, selon les chiffres de l'enquête mensuelle Standard & Poor's/Case-Shiller. Ils ont reculé de 2,2% au mois d'octobre par rapport en septembre. Sur un an, la baisse atteint 18%, chiffre sans précédent. Les prix des maisons sont ainsi revenus à leur niveau de mars 2004.

Du côté des valeurs, General Motors rebondi de 5,56% à 3,80 dollars. Le gouvernement américain va injecter 5 milliards de dollars dans GMAC, sa filiale spécialisée dans le crédit automobile qui a obtenu la semaine dernière le statut d'établissement financier lui permettant de bénéficier du plan de soutien des banques. GM va par ailleurs recevoir un prêt d'un milliard de dollar pour participer à cette recapitalisation et soutenir la réorganisation de sa filiale, également détenue à 51% par le fonds Cerberus.

Ford prend 3,15% à 2,29 dollars. Tracinda, la holding d'investissement du milliardaire américain Kirk Kerkorian, a annoncé lundi soir avoir vendu la totalité des actions du constructeur automobile qu'elle détenait encore. Brièvement, le plus important actionnaire extérieur du constructeur automobile au début de cette année, Tracinda avait fait part en octobre de sa volonté de céder ses 133,5 millions de titres Ford.

Après avoir plongé lundi, Dow Chemical se reprend et gagne 1,50% à 15,55 dollars. Selon le Financial Times, le groupe chimique américain pourrait conclure un crédit relais de 13 milliards de dollars pour financer le rachat de Rohm & Haas. Cette acquisition, d'un montant de 15,3 milliards de dollars, a en effet été remise en cause par la décision surprise du Koweit d'abandonner un projet de coentreprise avec Dow Chemical. Une perspective qui permet à Rohm & Haas de grimper de 11,92% à 59,70 dollars.

Nationwide Financial Services affiche un gain de 0,31% à 52,17 dollars. Selon le Wall Street Journal, l'assureur NationWide Mutual va poursuivre le processus de rachat des 34% de sa filiale de services financiers qu'il ne contrôle pas. Malgré la crise financière qui a ébranlé le secteur de l'assurance vie, le groupe a maintenu son offre de 2,5 milliards de dollars sur le solde du capital de sa filiale.

Enfin, IndyMac bondit de 22,61% à 16 cents. La vente de la banque californienne en faillite à un consortium de trois fonds d'investissement devrait être annoncée d'ici à la fin de l'année, affirme ce mardi le Wall Street Journal. Le prix de vente pourrait atteindre 14 milliards de dollars. Depuis sa faillite en juillet, IndyMac est gérée par la Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), l'organisme américain chargé de garantir les dépôts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le consommateur est roi. Sans lui aucun marché n'existe ;) les bourses vont continuer de l'apprendre à leurs dépens et les prises de bénéfice vont s'épuiser.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'assurance viepeut servir de refuge e temps de crise.
Mais c'est vrai que la crise est l'une des plus graves qu'on ait jamais connu.

Franck
http://www.comparavie.fr

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :