A la mi-séance, la Bourse de Paris en nette baisse

 |   |  356  mots
Copyright Reuters
La Bourse de Paris s'installait dans le rouge jeudi en milieu de journée (-1,57%), affectée par des mauvais indicateurs macro-économiques qui laissent craindre un retour en récession en zone euro et un essoufflement de la demande venant de Chine.

A la mi-journée, la Bourse voit rouge. Le CAC 40 perdait 1,57%, affectée par des mauvais indicateurs macro-économiques qui laissent craindre un retour en récession en zone euro et un essoufflement de la demande venant de Chine. A 12h50, le CAC 40 perdait 57,26 points pour s'inscrire à 3.470,15 points dans un volume d'échanges de 1,2 milliard d'euros.

Jeudi matin la Bourse a ouvert en petite baisse (-0,36%) pénalisée par des inquiétudes sur un essoufflement de la demande intérieure en Chine. Le repli s'est par la suite accéléré alors que les investisseurs prenaient connaissance d'une baisse de l'activité du secteur privé en mars en France, et ensuite d'une contraction plus forte que prévu de l'activité dans le secteur privé en zone euro sur le même mois.

Cette baisse dans la zone euro fait craindre un retour en récession pour les pays de l'Union monétaire au premier trimestre. "Le PIB pourrait baisser à nouveau au 1er trimestre 2012", indiquent les analystes de BNP-Paribas.

Recul des ventes de détail au Royaume-Uni

Autre mauvaise nouvelle le recul des ventes de détail au Royaume-Uni (-0,8%) qui s'est révélé aussi plus important que prévu.

"Tous ces éléments expliquent largement le coup de mou sur le marché boursier", soulignait Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez Global Equities. L'impact est d'autant plus significatif que le marché parisien est depuis lundi en phase de consolidation et donc très fragile.

Les valeurs cycliques, les plus sensibles à l'évolution de la conjoncture, étaient toutes en repli. Parmi elles les bancaires avec la Société Générale (-3,53% à 23,34 euros), Crédit Agricole (-2,96% à 4,84euros). Le secteur automobile très dépendant des perspectives économiques se repliaient nettement: Peugeot (-3,70% à 12,61 euros), Renault (-3,05% à 39,46 euros).

Parmi les quelques rares titres en hausse on note Danone (+0,45% à 51,43 euros) et surtout Hermès qui caracole en tête (+3,38% à 252,5 euros) porté par des résultats record et sa politique généreuse à l'égard de ses actionnaires.

NicOx continue sa sa lancée de la veille (+3,69% à 4,38 euros) toujours dopé par l'annonce d'une prise de participation dans le britannique Altacor.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :