Aramco, la plus grande entrée en Bourse de l'histoire, repoussée à 2020-2021

 |   |  333  mots
Mohammed ben Salman (MBS), le prince héritier d'Arabie saoudite, a promis que l'introduction en Bourse de la compagnie pétrolière Aramco aurait lieu fin 2020 début 2021.
Mohammed ben Salman (MBS), le prince héritier d'Arabie saoudite, a promis que l'introduction en Bourse de la compagnie pétrolière Aramco aurait lieu fin 2020 début 2021. (Crédits : Reuters)
Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salman, a déclaré que la mise en Bourse de la compagnie pétrolière Aramco aurait lieu "fin 2020, début 2021". Cette méga-opération estimée à 100 milliards de dollars, qui s'inscrit dans la stratégie de l'après pétrole du royaume, est en préparation depuis plus de deux ans.

C'est devenu l'Arlésienne des marchés. L'entrée en Bourse de la compagnie pétrolière Saudi Aramco, qu devrait être la plus grande de l'histoire, est confirmée mais encore repoussée. Le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salman a affirmé sa détermination à introduire en Bourse Aramco, qu'il valorise à plus de 2.000 milliards de dollars (1.735 milliards d'euros), dans une interview à Bloomberg publiée vendredi. L'opération devrait avoir lieu d'ici à 2021.

"Je pense fin 2020, début 2021. L'investisseur décidera du prix à ce moment-là. Je pense que ce sera au-dessus de 2.000 milliards de dollars. Parce que ce sera énorme" a-t-il promis.

Le jeune prince de 33 ans, surnommé "MBS", a précisé que l'Etat saoudien conserverait les actions Aramco après l'introduction en Bourse, plutôt que de les transférer au fonds souverain comme initialement prévu.

Diversifier l'économie saoudienne pour l'après-pétrole

Depuis deux ans, l'Arabie saoudite a démarré les préparatifs du placement en Bourse d'une part allant jusqu'à 5% du capital de la société pétrolière nationale. Cette opération doit permettre de lever quelque 100 milliards de dollars, la plus importante introduction jamais réalisée dans le monde. Le précédent record remonte à 2014, lorsque le chinois Alibaba a levé 25 milliards de dollars.

"Tout le monde a entendu des rumeurs d'abandon par l'Arabie saoudite de l'introduction d'Aramco, et que cela retarderait le plan Vision 2030. Ce n'est pas exact" a affirmé le prince héritier.

Le changement du calendrier serait dû aux discussions en vue d'une prise de participation d'Aramco dans Sabic, la quatrième plus grande firme de pétrochimie du monde, détenue à 70% par le Fonds d'investissement public du royaume saoudien (PIF), pour un montant estimé à 70 milliards de dollars. Les pourparlers devraient aboutir l'an prochain.

L'introduction d'Aramco s'inscrit au coeur du projet de diversification de l'économie du royaume, qui doit se préparer à l'après-pétrole. Elle aura aussi valeur de test de l'appétit des investisseurs pour les énergies fossiles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2018 à 8:43 :
Étonnant alors qu'il est difficile d'imaginer que les cours du brut peuvent être encore plus hauts qu'actuellement, il y a un loup.
a écrit le 08/10/2018 à 4:05 :
D'ici la, les chinois, Russes, Iran, Venezuela et autres producteurs de brut vendront leurs productions en monnaies locales. Le bedoin est pietre homme d'affires.
a écrit le 07/10/2018 à 20:19 :
Qui va investir dans une compagnie pétrolière contrôler par un état aussi peut transparent
a écrit le 07/10/2018 à 13:17 :
Les saoudiens sont gênés par les contraintes réglementaires en matière de publications périodiques d'informations financieres liées à la cotation d'une entreprise. Dommage que l'article n'en parle pas car cela explique en réalité le retard de l'ouverture du capital.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :