Avec un jeu de mots, Elon Musk (Tesla) se met ENCORE une fois la SEC à dos

 |   |  485  mots
(Crédits : Rebecca Cook)
Elon Musk, le patron de Tesla, s'est de nouveau mis à dos la SEC, le gendarme de Wall Street, en la qualifiant jeudi de "Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert" quelques jours après avoir négocié un arrangement pour mettre fin à une enquête pour fraude.

Quelques jours seulement après avoir trouvé un accord avec le gendarme boursier américain, la SEC, pour éviter des poursuites judiciaires pour "fraude", le patron de Tesla Elon Musk s'est moqué publiquement de l'institution dans un tweet jeudi.

"Juste pour dire que la Commission d'enrichissement des vendeurs à découvert fait du travail formidable. Et le changement de nom lui va tellement bien !", a-t-il écrit dans un tweet, employant les mots anglais de "Shortseller Enrichment Commission" dont l'acronyme serait SEC, comme la Securities and Exchange Commission.

De son vrai nom, la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme de la Bourse, avait déposé plainte la semaine dernière contre Elon Musk, estimant qu'il avait trompé les investisseurs en assurant dans un tweet du mois d'août qu'il comptait retirer son entreprise de la Bourse et avait assuré le financement de l'opération.

Selon la SEC, il n'en était rien et les investisseurs ont pâti des fluctuations du titre, qui avait au final très fortement reculé, liées à cette annonce surprise de Musk, qu'il avait d'ailleurs abandonné quelques jours après.

Mais samedi, Elon Musk ont finalement scellé un accord mettant fin aux poursuites, en échange de quoi M. Musk abandonne la présidence du conseil d'administration de l'entreprise qu'il a fondée mais conserve le poste de directeur général. Tesla et son patron doivent en outre payer, chacun, 20 millions de dollars d'amende.

 Un tweet qui pèse sur le cours de Tesla

Ce jeu de mots a fait baisser l'action Tesla de 3% dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street, après déjà une clôture en repli de 4,40% pendant la séance régulière.

Dans la journée, une juge fédérale avait donné à Elon Musk et à la SEC une semaine pour justifier leur arrangement du 29 septembre qui prévoit que Tesla et son emblématique patron paient chacun une amende de 20 millions de dollars (17 millions d'euros) pour mettre un terme à une enquête pour fraude.

L'accord stipule aussi qu'Elon Musk devra quitter son fauteuil de président du constructeur de voitures électriques, tout en lui permettant de rester directeur général.

La juge Alison Nathan, du tribunal fédéral de Manhattan, a précisé qu'il était habituel dans ce genre d'affaires que les parties concernées lui remettent une lettre commune expliquant en quoi l'arrangement est équitable et ne nuira pas à l'intérêt général. En l'occurence, elle attend une réponse d'ici le 11 octobre.

La SEC et Tesla n'ont pas donné suite à des demandes de commentaire.

Elon Musk s'est souvent plaint des vendeurs à découvert, qui jouent l'action Tesla à la baisse, dans des tweets et lors de la présentation des résultats du groupe.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2018 à 10:29 :
"Elon Musk s'est souvent plaint des vendeurs à découvert, qui jouent l'action Tesla à la baisse,"

Ben oui on le comprend vu qu'il a surfé sur la bulle Tesla depuis le début, ceux qui ont joué un autre jeu que le sien sont forcément les méchants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :