Elon Musk est-il fou ?

 |   |  756  mots
Michel Santi.
Michel Santi. (Crédits : DR)
Elon Musk, fondateur de SpaceX et de Tesla est devenu lui-même et à part entière un personnage de bandes dessinées laissant prévoir une liquéfaction de celui qui semblait invulnérable et intouchable il y a encore quelques années. Par Michel Santi, économiste*

Celui qui est souvent comparé à "Iron Man" - le héros de l'univers Marvel - a, ces derniers mois, ridiculisé des analystes financiers, plaisanté sur une probable faillite de ses sociétés, insulté des journalistes, traité de pédophile une personne faisant partie de l'équipe de sauveteurs des enfants coincés le mois dernier dans la caverne en Thaïlande, vilipendé les vendeurs à découvert des actions Tesla misant sur la chute de son grand patron. L'homme fait l'unanimité contre lui et est - il est vrai - erratique, semble constamment au bord de la crise nerveuse et ne s'embarrasse jamais d'excuses lorsqu'il offense quelqu'un.

Bref, Elon Musk, fondateur de SpaceX et de Tesla est devenu lui-même et à part entière un personnage de bandes dessinées et suscite des « hashtags » aussi révélateurs que #muskmeltdown prévoyant une liquéfaction de celui qui semblait invulnérable et intouchable il y a encore quelques années. Celui qui n'est, en finalité, que l'inventeur d'une auto électrique destinée aux riches va jusqu'à déclarer aux journalistes que son existence est devenue si troublée que son choix se résume à «pas dormir ou Ambien», un somnifère...

De l'art d'influencer la presse et les investisseurs

Pour autant, ce phénomène des dieux compliqués et des enfants gâtés n'est pas nouveau dans le microcosme de la Silicon Valley. A tout seigneur tout honneur, l'Apollon de ce panthéon technologique lui-même, Steve Jobs, ne reculait devant aucune manipulation - disons plutôt «artifice» - pour influencer et la presse et ses investisseurs, mais qui s'en souvient encore après sa mort tragique l'ayant définitivement propulsé dans la légende ? Mais il est vrai que - tout comme Mark Zuckerberg de Facebook et Larry Page de Google - ces personnages ayant fait de la destruction créatrice leur fonds de commerce se doivent de toujours repousser toutes les limites.

Musk, aujourd'hui, en est pourtant réduit à déclarer à l'occasion d'interviews qu'il faut le comprendre, lui qui travaille 120 heures par semaine, car il cherche désormais à - sinon inspirer la pitié - tout au moins la clémence de ses détracteurs. Il faut dire que l'homme et que sa société phare Tesla - dont l'action a perdu 20% de sa valeur en bourse en quelques semaines ! - sont sous le coup d'une enquête et de perquisitions de la part du régaleur américain, la «Securities and Exchange Commission». Car Elon Musk souffre en outre d'une addiction à Twitter qui, combinée à son impulsivité et à son manque d'égards, est en passe de se retourner sérieusement contre lui, tant et si bien que c'est sa position même au sein de Tesla qui semble désormais compromise.

Le petit monde de la finance fut en effet ébahi par son tweet sibyllin du 6 août dernier dans lequel il dévoilait son intention de privatiser Tesla, indiquant en deux mots que le financement nécessaire était sécurisé. Son conseil d'administration eut beau tenter de sauver les meubles : le mal était fait car il est effectivement impossible d'attribuer un tel tweet à l'effets de drogues prises par Musk qui aurait aussi pu céder à un coup d'impulsivité lui étant si caractéristique. Les détails et modalités ayant accompagné ce tweet dévoilèrent au contraire une stratégie bel et bien réfléchie, allant d'un prix estimé de 420 dollars par action à payer pour sortir Tesla de la bourse, à des négociations avancées avec le fonds souverain saoudiens qui en deviendrait le principal repreneur. C'est, cependant, après une mise au point limpide des saoudiens affirmant qu'aucun engagement n'avait été pris que le pot aux roses fut découvert.

En disséminant ces rumeurs, Musk manipulait le marché et avait clairement pour intention de brûler les vendeurs à découvert des actions Tesla. D'où l'enquête de la SEC et d'où la pluie de poursuites judiciaires qu'il affrontera très prochainement. Alors, ces champions ès destruction créatrice sont-ils fous, manipulateurs, ou simplement mégalomanes ?

___

(*) Michel Santi est macro économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et Directeur Général d'Art Trading & Finance.

Il est également l'auteur de : "Splendeurs et misères du libéralisme", "Capitalism without conscience", "L'Europe, chroniques d'un fiasco économique et politique", "Misère et opulence". Son dernier ouvrage : «Pour un capitalisme entre adultes consentants», préface de Philippe Bilger.

Sa page Facebook et Twitter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2018 à 20:09 :
Article de lecture pénible à cause d'un style lourd et haché.... Musk est-il fou ? Sans doute pas, mais délirant, à coup sur. Envoyez des hommes sur mars à brève échéance dans l'état actuel des techniques de protection ! Alors qu'ils seront fusillés de radiation en arrivant !
a écrit le 21/08/2018 à 22:55 :
Votre analyse est très réductrice. Musk est un visionnaire mais comme toutes les personnes qui ont de grandes idées, elles sont souvent ridiculisées. Mais ce sont des personnes comme lui qui font évoluer notre société. Il n'est pas parfait, mais il est certainement pas fou.
a écrit le 21/08/2018 à 18:03 :
Voilà au moins quelqu'un qui veut vivre ses rêves au lieu d'attendre que d'autres les réalisent! Il y en a d'autres qui stérilisent la monnaie dans les "paradis fiscaux"!
a écrit le 21/08/2018 à 16:21 :
il a dit qu'il bossait 17 heures par jour et qu'il n'en pouvait plus; il veut passer a autre chose!
moi je trouve ca bien s'il plante sa boite, ca reduira les inegalites dans les risques et le travail, vu qu'il pourra avoir plus de temps libre
et comme ca pousse au portillon pour travailler 17 heures par jour, ca ne posera pas de problemes il aura plein de successeurs.......
ah parce que sil n'y a pas plein de volontaire pour sacrifier leur vie et creer des boites pour que des gens aient un emploi, ca risque de foutre un coup a ceux qui expliquent que tout le monde est egal, donc doit gagner pareil, donc va faire le travail quand d'autres vont arreter!!!
qu'il envoie tout a veau l'eau, qu'on voit ce que ca donne!
a écrit le 21/08/2018 à 14:11 :
Elon fou ? Non !
Mégalomane, ambitieux, intelligent, susceptible, novateur, visionnaire, fatigué.... oui fort probablement.
Il connaît par coeur le monde capitaliste et ses méthodes de requins. Il a toujours au moins un coup d'avance, comme un bon joueur d'échecs.
a écrit le 21/08/2018 à 14:10 :
Elon fou ? Non !
Mégalomane, ambitieux, intelligent, susceptible, novateur, visionnaire, fatigué.... oui fort probablement.
Il connaît par coeur le monde capitaliste et ses méthodes de requins. Il a toujours au moins un coup d'avance, comme un bon joueur d'échecs.
a écrit le 21/08/2018 à 13:13 :
Musk est fou comme tous les dirigeants d’entreprise touchés par la démesure, style Carlos ghon
Par contre il n’est pas le seul!
Ceux qui en bourse valorisent tesla plus cher que GM, ceux à qui l’ont dit que le réchauffement climatique est en marche et qui continuent à prendre leur voiture thermique ou l’avion, ceux qui demandent l’arrêt du glyphosate sans avoir de moyen de lutter contre les mauvaises herbes et qui mettent en péril l’alimentation mondiale, ceux qui prônent la croissance alors qu’elle détruit la planète
Bref, le monde entier est devenu fou et c’est l’une de ses caractéristiques premières.
Ce n’est pas pour rien si les dieux grecs punissaient les humains trop orgueilleux de la folie.
a écrit le 21/08/2018 à 10:47 :
J'ai arrêté après l'énorme erreur de "Musk fondateur de Tesla". Musk n'a PAS fondé Tesla ! Il l'a racheté après un an et demi. Il n'a même pas eu l'idée de la propulsion alternative (au lieu de DC). Incroyable de ne pas se renseigner à ce point et de propager les mensonges !
Réponse de le 21/08/2018 à 13:40 :
Même avis que Nicolas. Infos pas solides, argumentaire à charge.
Probablement une traduction des nombreux articles anti Musk.
ou plus probablement article d'un défenseur des vendeurs d'actions à découvert...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :