Le tour de Grèce

 |   |  406  mots
(Crédits : MonFinancier.com)
Chaque matin, l'actualité commentée par Marc Fiorentino...

L'étape du jour a été franchie sans aucune difficulté malgré le faux suspense entretenu par les médias. Les parlementaires Grecs ont évidemment accepté à une écrasante majorité le deal proposé par l'Europe. Comment refuser 86 milliards en espèces sonnantes et trébuchantes contre des promesses de réformes dans une vie future?

LE POINT D'ETAPE

Donc on résume: Les Grecs acceptent le don Européen. Les parlementaires Français se sont rués également pour accepter cet accord selon le principe cher à Hollande: tout ce qui est payé par l'Etat ne coûte rien, c'est gratuit. Même les Allemands encore tenaillés par le poids de leur culpabilité séculaire vont accepter. On est donc sauvés. L'Europe peut continuer à avancer, faible et minée par des dettes qui ne seront jamais remboursées.

L'ÉTAPE D'APRÈS

Chut. Il ne faut surtout pas en parler. Mais le FMI a mis les pieds dans le plat et l'étape suivante est déjà écrite. La Grèce ne pourra pas vivre avec une dette supérieure à 200% de son PIB. Le FMI, comme Tsipras, réclame et obtiendra une réduction de la dette. Soit directe, un abandon pur et simple, soit indirecte, un allongement de la durée de remboursement de 20 ou 30 ans , un moratoire de 5 à 10 ans, ou encore des taux d'intérêt à zéro ou presque.

TOUS LES PAYS

de l'Est, mais aussi le Portugal ou encore l'Irlande doivent se demander pourquoi ils ont accepté et appliqué une austérité sans précédent pour satisfaire leurs créanciers alors qu'il suffisait de ne rien faire pour obtenir tout et plus encore. La France a réussi à imposer à l'Europe son modèle de récompense de la paresse et de nivellement par le bas. Bravo à notre président.

CRAINTES

C'est reparti. Le gouvernement a apparemment déjoué un attentat mais d'autres attentats seraient en préparation et viseraient des sites industriels et des installations dites à risque.

LA HAUSSE DES TAUX

Est confirmée aux États-Unis pour cette année. C'est la patronne de la banque centrale Américaine qui l'a confirmée hier. Pour elle les États-Unis vont bien, très bien même, et s'acheminent même vers le plein emploi. Le traumatisme de la crise est, selon elle, terminée.

L'EURO SOUS...

Lire la suite sur MonFinancier.com

Pour aller plus loin, suivez le cours des marchés en direct

MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2015 à 17:51 :
"de l'Est, mais aussi le Portugal ou encore l'Irlande doivent se demander pourquoi ils ont accepté et appliqué une austérité sans précédent pour satisfaire leurs créanciers alors qu'il suffisait de ne rien faire pour obtenir tout et plus encore"

Avez-vous simplement regardé la situation sociale et sanitaire de la Grèce.
a écrit le 16/07/2015 à 16:17 :
"de l'Est, mais aussi le Portugal ou encore l'Irlande doivent se demander pourquoi ils ont accepté et appliqué une austérité sans précédent pour satisfaire leurs créanciers alors qu'il suffisait de ne rien faire pour obtenir tout et plus encore"
On croit rêver, en lisant cela, sur la malhonnêteté intellectuelle des éditorialistes. Cette phrase laisse en effet entendre qu'il n'y a pas d'austérité en Grèce, alors qu'il s'agit du pire plan jamais imposé ) un pays en la matière. Hallucinant.
a écrit le 16/07/2015 à 13:17 :
" LA HAUSSE DES TAUX Est confirmée aux États-Unis pour cette année. C'est la patronne de la banque centrale Américaine qui l'a confirmée hier. Pour elle les États-Unis vont bien, très bien même, et s'acheminent même vers le plein emploi. Le traumatisme de la crise est, selon elle, terminée." : HA-HA-HA-HA-HA-HA ! J'attends ce moment (depuis au moins 2 ans !!) avec impatience, parce que ce n'est pas du tout ce que j'ai lu dans l'article de La Tribune du 09/07 ("Compte-rendu du FOMC : 5 signes qui montrent que la relève des taux sera retardée"), surtout sachant que le FMI a revu par 2 fois en 2 mois ses prévisions de croissance mondiale, que la Chine est en train de se ramasser et que la croissance pour tous les pays d'Europe (sauf 2) est prévue à la baisse pour 2016 ! Mais bien sûr, les américains sont plus forts que les autres, ils vont s'en tirer tout seul ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :