100 métiers d'avenir (5/10) : développeur d'applications pour mobiles, m-commerçant

 |   |  583  mots
Le m-commerce est promis à un bel avenir. À la clé, plusieurs métiers liés à l'amélioration continue de l'expérience utilisateur et à la facilitation de l'acte d'achat.
Le m-commerce est promis à un bel avenir. À la clé, plusieurs métiers liés à l'amélioration continue de l'expérience utilisateur et à la facilitation de l'acte d'achat. (Crédits : Shippeo)
[Série 5/10] À l'heure où il se vend davantage de smartphones que de téléphones classiques dans le monde, cette révolution des usages crée de nouveaux besoins, et donc de nouveaux métiers.

« L'avènement des smartphones, puis des tablettes et bientôt des montres intelligentes et des autres objets connectés démultiplie les opportunités commerciales pour les entreprises », explique Damien Jordan, chargé de communication de l'école Hetic, qui forme aux métiers de l'Internet.

Alors que l'achat sur Internet est déjà entré dans les moeurs, la vente par l'intermédiaire des terminaux mobiles semble promise à un bel avenir. Ainsi, le chiffre d'affaires du m-commerce a progressé de 106% en France en 2013 par rapport à 2012 et devrait encore doubler en 2014 pour atteindre 4,2 milliards d'euros, soit 14% du chiffre d'affaires de l'e-commerce, selon la société de couponing en ligne RetailMeNot.

Sans surprise, le développement d'applications mobiles est en pleine expansion. Laurent Bourgitteau-Guiard est le directeur-général de Snapp, une entreprise spécialisée dans le m-commerce et la m-fidélité. Parmi ses clients, des grands groupes comme La Poste, Accor et E.Leclerc, des spécialistes de la vente sur Internet (Cdiscount, Rue du commerce...), mais aussi des banques ou des médias. Pour concevoir leurs applications, Snapp emploie une dizaine de développeurs mobiles et tablettes : des profils techniques, issus des écoles d'ingénieurs, d'informatique ou spécialisées dans les métiers de l'Internet, recrutés entre bac+2 et bac+5.

« Chaque langage (iOS, Android, Windows Phone) est comme une langue étrangère qui nécessite un développeur spécialisé », précise Laurent Bourgitteau-Guiad.

Ces experts travaillent en collaboration avec des développeurs serveurs - des spécialistes des connexions entre le mobile, le serveur et l'Internet -, des user interface designers (ergonomes d'interface utilisateur) chargés de penser les fonctionnalités de l'application, ou encore des designers mobiles, qui créent l'interface et définissent l'identité visuelle de l'application.

Même si les agences spécialisées dans le mobile se développent, beaucoup proposent aussi des services sur le Web.

« Avoir des compétences sur le mobile était un plus, mais cela devient une évolution naturelle du métier », indique Simon Grivois, webdesigner mobile chez Wise et formé à l'Hetic.

Le métier de responsable m-commerce, créé en 2011 et qui consiste à définir une stratégie complémentaire sur ces nouveaux canaux, reste donc encore assez confidentiel. Sur Price Minister, l'un des leaders du commerce en ligne, à peine 20% du trafic est réalisé sur mobile. Mais cette proportion devrait bientôt doubler. Pour que ces métiers de demain se développent à la hauteur de leur potentiel, il reste à remplir deux conditions : proposer des sites vraiment adaptés aux appareils mobiles et trouver des solutions de paiement sécurisé. Autant de défis pour les professionnels du mobile d'aujourd'hui.

_____

Suivez notre série "100 métiers d'avenir" en dix épisodes qui présentent ces nouvelles professions. A lire demain: "Rudologue, consultant RSE..." (6/10)

--

>> PROGRAMME de notre série: "100 métiers d'avenir pour nos enfants"

--

>> CONJONCTURE (vidéo) : les prévisions 2015 pour l'emploi en France

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/12/2014 à 9:18 :
"Chaque langage (iOS, Android, Windows Phone) est comme une langue étrangère qui nécessite un développeur spécialisé "
N'importe quoi!!!!
a écrit le 26/12/2014 à 21:48 :
Personnellement je ne vois pas beaucoup d'avenir pour les cols blancs (y compris les cadres) sauf peut-être quelques rares ingénieurs qui sauront programmer des règles sur des gisements big data...Il y a un avenir plutôt pour les aides soignantes, les cuisiniers, les plombiers...
a écrit le 26/12/2014 à 21:15 :
Oula le beau metier d avenir, c est sur avec tous les bon developpeurs a 5$ la journee que l on trouve en outsourcing et qui parle couramment francais. Tres beau metier d avenir
a écrit le 26/12/2014 à 17:20 :
Vous avez oublié clochard !
a écrit le 26/12/2014 à 12:58 :
Ben quelqu'un qui a assez de matières grises pour faire ce genre de métier ferait mieux d'envisager une carrière en libéral comme avocat, expert-comptable, greffier.... M'est avis que tous ces métiers sont fait pour enfumer les sans-dents...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :