100 métiers d'avenir (10/10) : pilote de drone, "digital death manager",...

 |   |  560  mots
Le développement des drones à usage commercial, impulsé par Amazon, pourrait créer le métier de pilote de drone
Le développement des drones à usage commercial, impulsé par Amazon, pourrait créer le métier de pilote de drone (Crédits : Reuters)
[Série 10/10] Selon le prospectiviste et futurologue américain Thomas Fray, 60 % des métiers des dix prochaines années n'ont pas encore été inventés. Logique : qui aurait pensé il y a dix ans que l'on puisse être responsable m-commerce ou imprimeur 3D ?

Les évolutions de la société et des métiers actuels permettent d'en imaginer un certain nombre.

Sans surprise, beaucoup seront liés aux nouvelles technologies. Le développement des drones à usage commercial, impulsé par Amazon, pourrait ainsi créer le métier de pilote de drone, tandis qu'un contrôleur de drones organiserait ce trafic dans les airs, notamment pour éviter les collisions. Cet écosystème devrait être réglementé par la loi, d'où l'émergence de juristes spécialistes des drones. De son côté, la révolution de l'impression 3D pourrait créer tout un écosystème d'entreprises. On ferait ainsi appel à un imprimeur de maisons 3D pour concevoir sa maison, tandis que le succès des premières impressions 3D dans la médecine pourrait engendrer des imprimeurs de tissus et d'organes 3D.

De plus en plus friands d'objets connectés et intelligents, les consommateurs feront bientôt appel, peut-être, à un réparateur de robots pour venir changer une pièce ou reprogrammer leur robot de compagnie. En cas de panne de voiture, direction le garagiste pour voitures électriques. Enfin, notre société toujours plus connectée pourrait engendrer de nouveaux services. Le stress lié à la dépendance aux réseaux sociaux serait traité par un thérapeute pour cyberdépendance. Il pourrait d'ailleurs vous conseiller de faire appel à un curateur numérique personnel, une sorte de diététicien pour les « infobèses », chargé de sélectionner les informations que vous devez voir sur Internet et les réseaux sociaux en fonction de votre activité professionnelle ou de vos centres d'intérêt. Un archiviste de vie numérique travaillerait, lui, à trier et classer vos données éparpillées sur le Web, tandis qu'un gestionnaire de l'identité numérique après décès (digital death manager) se chargerait d'informer vos contacts au bout du monde et de s'occuper de vos affaires laissées en suspens par votre décès.

À moins que vous ne prolongiez votre espérance de vie grâce à un quantified self personal trainer, un accompagnateur spécialisé dans l'analyse des données issues de vos objets connectés.

Dans le domaine de la finance, puisque les opérateurs de marché en CO2 existent déjà, pourquoi ne pas imaginer des spéculateurs de monnaies numériques comme les bitcoins ou les monnaies locales ?

Dans l'entreprise, une nouvelle méthode de management pourrait consister à faire appel à un corporate desorganizer, chargé de créer du chaos pour faire revivre l'esprit start-up.

Ces nouveaux métiers seraient-ils plus improbables que les accompagnateurs de vie ou les gestionnaires de risques, pourtant en plein essor actuellement ?

_____

>> PROGRAMME de notre série: "100 métiers d'avenir pour nos enfants"

--

>> CONJONCTURE (vidéo) : les prévisions 2015 pour l'emploi en France

Boostez votre carrière

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2015 à 11:34 :
A noter que parmi les métiers présentés, il s'agit d'évolution plus que de nouveauté
De plus, l'utilisation du conditionnel ne signifie rien, et "pourrait" du coup s’appeler : les 100 métiers d'avenir, ou pas.
Le plus drôle est conducteur de drone. qu'il y ait une unité de supervision / intervention, je le comprend, mais les drones seront autonomes. En accidentologie de voiture, 80 % du temps, le problème se situe à 30 cm du volant. Inutile d'ajouter un facteur humain aux drones, dans un système ou la gestion automatisée sera largement plus efficace.
Quant aux acteurs d'e-réputation, je pense que les bots journalistes y trouveront rapidement des débouchés.
Il s'agit effectivement de métiers d'avenir, mais rien ne dit que ce sont des humains qui occuperont les postes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :