Philippe-Quentin Réal : « Ce n’est pas la même chose quand on est dirigeant »

 |   |  352  mots
(Crédits : DR)
RÔLES MODÈLES DIRIGEANTS. Membres d’une instance de direction, ces dirigeants LGBT+ ont été distingués par L’Autre Cercle comme modèles à suivre, par leur action en faveur de l’inclusion et la représentation positive des lesbiennes, gay, bi et trans dans leur entreprise. Portrait de Philippe-Quentin Réal, VP au sein de CGI Business Consulting

Après avoir longuement hésité à accepter sa nomination en tant que rôle modèle dans le cadre de l'initiative de L'Autre Cercle, Philippe-Quentin Réal, 47 ans, vice-président au sein de CGI Business Consulting, chargé du secteur public et des acteurs du monde du transport, s'est finalement décidé à sauter le pas :

« J'ai toujours refusé de me cacher, mais j'ai eu peur d'être mal vu et d'être simplement catalogué comme gay. Aujourd'hui, l'acceptation sociétale est différente et si mon témoignage peut en aider d'autres, cela constituera ma petite contribution à la cause LGBT+ », dit-il.

Et déjà, les réflexions sur les politiques d'inclusion s'accélèrent au sein du groupe de conseil canadien, qu'il a intégré en 2012.

« Même si tout le monde est au courant de ma vie personnelle, j'ai quand même eu droit à des commentaires négatifs et quelques coups bas de la part de certaines personnes », relève-t-il.

Soutenu dans certains cas par sa direction, il fait en sorte de ne pas accorder trop d'importance à ces désagréments, d'autant qu'il en a connu d'autres...

« Lors de mes différentes expériences professionnelles, je n'ai pas eu de difficulté particulière au quotidien. Toutefois, j'ai rencontré des obstacles à des moments clés, en me voyant refuser une promotion, par exemple. L'homosexualité peut clairement pénaliser une carrière. »

Plus tôt, au début de son parcours professionnel, dans une autre société de conseil, il a été stigmatisé et a même appris son licenciement au cours d'un pot de départ ! Si cette période délicate de sa vie professionnelle est aujourd'hui derrière lui, il a eu beaucoup de mal à accepter, au moment des faits, que son orientation sexuelle lui porte autant préjudice.

« Lorsque l'on est collaborateur, l'homosexualité peut passer, mais ce n'est pas forcément la même chose quand on est dans le cercle des dirigeants », avance-t-il.

À force de persévérance et de travail, il est tout de même parvenu à atteindre le poste qui lui était destiné plusieurs années auparavant...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :