Crise : Graphival, l’entreprise qui veut du bien aux jeunes

JOUE-LES-TOURS (37). Dans un contexte de crise sanitaire, source de difficultés économiques accrues pour les étudiants et les jeunes travailleurs, l’agence jocondienne de création digitale Graphival s’est fixé comme leitmotiv de les accompagner, voire de les recruter.

2 mn

Anne Delpech a fait de l’intégration des jeunes chez Graphival sa priorité.
Anne Delpech a fait de l’intégration des jeunes chez Graphival sa priorité. (Crédits : Reuters)

Plutôt que de leur demander une expérience dont ils sont dépourvus au moment d'entrer sur le marché du travail, Anne Delpech, fondatrice et présidente de Graphival, préfère faire confiance. Cette ancienne enseignante scientifique a ainsi recruté en septembre 2020 Paul, diplômé d'un DUT de communication digitale à l'IUT de Tours, comme commercial digital. Il vend désormais des sites internet, des photos et de la vidéo pour le compte de la petite société.

Cette embauche porte à 13 le nombre de salariés de l'agence de création graphique et digitale, installée à Joué les Tours, aux portes de Tours. Dotée d'un pôle d'impression, elle a réalisé un chiffre d'affaires d'1,2 million d'euros en 2020. Grâce à l'aide à l'embauche d'un jeune de moins de 26 ans, Graphival bénéficiera d'une réduction annuelle de 4.000 euros des charges salariales pour l'emploi de Paul. « Nous avons décidé d'utiliser les dispositifs existants, explique Anne Delpech. L'objectif est avant tout de mettre le pied à l'étrier à ces jeunes. La prise de risque pour la société reste par ailleurs mesurée ». Via une autre aide exceptionnelle pour les entreprises offrant des contrats d'apprentissage, Graphival a aussi recruté deux alternants, Antoine et Maeva, sur des fonctions commerciales et comptables. A la clé, une remise de charge de 5.000 à 8.000 euros pour l'entreprise.

Accompagnement et parrainage

« Si l'on ajoute deux stagiaires actuellement chez Graphival, Romain et Florian, le sang neuf représente 40% de l'effectif, se félicite Anne Delpech. Il faut faire confiance aux jeunes car ils sont notre avenir ». Un message empathique que l'ex-enseignante tente aussi de faire valoir à l'extérieur. Ainsi, elle a endossé une casquette de marraine au sein de la Mission locale de Touraine, dédiée à l'orientation des jeunes de 16 à 25 ans. Objectif, aider concrètement via son réseau professionnel les étudiants dans leur recherche de stages. « Il s'agit le plus souvent de la condition sine qua non pour valider leur diplôme, assure la dirigeante. Or, de plus en plus d'étudiants se retrouvent acculés par leurs recherches infructueuses de stages en raison du Covid 19 ». La solidarité en bandoulière, Anne Delpech a également ouvert en 2016 l'espace de ses bureaux situés dans la banlieue de Tours à Pierre Seigne et Gaelle le Bouffau, les deux fondateurs de la start up Wine and box spécialisée dans la vente en ligne de vins. « Un échange largement gagnant-gagnant, se félicite la chef d'entreprise. Les synergies entre les générations sont essentielles et font progresser nos deux sociétés ».

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.