Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le SPD appelle à accélérer la réforme de la zone euro

reuters.com  |   |  402  mots
Le spd appelle a accelerer la reforme de la zone euro[reuters.com]
(Crédits : Hannibal Hanschke)

BERLIN (Reuters) - Le Parti social-démocrate (SPD) allemand a rappelé mardi à ses partenaires conservateurs au gouvernement qu'ils devaient soutenir les propositions de réforme de la zone euro, comme convenu dans l'accord de coalition.

Les conservateurs de la chancelière Angela Merkel veulent restreindre sa marge de manœuvre sur la réforme de la zone euro, selon des documents consultés par Reuters avant sa rencontre de jeudi avec le président français Emmanuel Macron.

"L'Europe attend l'Allemagne depuis plus d'un an", a déclaré le député Carsten Schneider, premier secrétaire du groupe parlementaire SPD au Bundestag, allusion à la période inhabituellement longue de formation du gouvernement de coalition à la suite des élections législatives de septembre dernier.

"Il est temps de prendre conscience de nos responsabilités", a déclaré Carsten Schneider, qui s'exprimait sur la chaîne de télévision ARD.

Les députés conservateurs CDU-CSU doivent débattre mardi des réformes de la zone euro en prévision de la visite d'Emmanuel Macron.

Un projet de résolution à destination des parlementaires allemands élaboré par des dirigeants du bloc conservateur de Merkel rejette l'idée de la Commission européenne d'utiliser une disposition juridique européenne spécifique pour créer un Fonds monétaire européen (FME).

Les conservateurs estiment que la création d'un FME nécessiterait une modification des traités et donc une consultation des parlements nationaux, ce qui risque de prendre du temps. Ils veulent également que le futur FME, s'il voit le jour, soit totalement indépendant.

En présentant leur résolution avant la réunion de travail de Macron avec Merkel jeudi, les parlementaires conservateurs veulent donner une image de fermeté et montrer qu'ils ne sont favorables qu'à une réforme limitée de la zone euro.

Leur idée est de préserver la capacité du Bundestag à dire non à des plans de sauvetage décidé par la zone euro.

Pour Carsten Schneider, la création d'un FME ne signifiera pas automatiquement que l'Allemagne doive contribuer davantage financièrement que les autres pays européens.

De même, ajoute-t-il, il est "tout à fait clair" que l'éventuelle transformation du fonds de sauvetage de la zone euro, le Mécanisme européen de stabilité (MES), en FME ne changera pas le pouvoir de veto du Bundestag.

(Gernot Heller; Danielle Rouquié pour le service français)