Téléchargez
notre application
Ouvrir

Les militants des droits de l'homme maltraités dans 38 pays

reuters.com  |   |  421  mots
Les militants des droits de l'homme maltraites dans 38 pays[reuters.com]
(Crédits : Joshua Lott)

GENEVE (Reuters) - L'Onu met à l'index 38 pays, dont la Chine et la Russie, accusés de pratiques d'intimidation voire de représailles contre les personnes qui coopèrent avec elle sur les violations des droits de l'homme, dans un rapport de son secrétaire général, Antonio Guterres, publié mercredi.

"Punir des individus pour avoir coopéré avec les Nations unies est une pratique honteuse que tout le monde doit s'efforcer d'éradiquer", lit-on dans le rapport d'Antonio Guterres.

Les gouvernements accusent fréquemment les militants des droits de l'homme de terrorisme ou les accusent de coopérer avec des entités étrangères ou de porter atteinte à la réputation ou à la sécurité de l'État, ajoute le rapport.

"(Il y a) une tendance inquiétante dans l'utilisation des arguments de sécurité nationale et des stratégies antiterroristes par les Etats pour justifier le blocage de l'accès des communautés et des organisations de la société civile aux Nations unies", indique le rapport.

Des femmes coopérant avec l'Onu ont dit avoir été menacées de viol et être victimes de campagnes de diffamation en ligne. Le personnel des Nations unies rencontre souvent des personnes qui ont trop peur pour leur parler, même au siège de l'Onu à New York et à son antenne à Genève.

Selon le sous-secrétaire général des Nations unies aux droits de l'homme, Andrew Gilmour, qui présentera le rapport au Conseil des droits de l'homme la semaine prochaine, les cas mentionnés dans le rapport ne sont que la partie émergée de l'iceberg.

"Nous voyons également de plus en plus d'obstacles juridiques, politiques et administratifs pour intimider - et faire taire - la société civile", déclare-t-il dans un communiqué.

Certains des pays "honteux" sont des membres du Conseil des droits de l'homme, qui a adopté une résolution l'an dernier réaffirmant que tout le monde avait le droit de communiquer librement avec l'Onu.

Dans les 38 pays figurent 29 pays avec de nouveaux cas et 19 avec des affaires en cours.

Les nouveaux cas sont à Bahreïn, au Cameroun, en Chine, en Colombie, à Cuba, en République démocratique du Congo, à Djibouti, en Égypte, au Guatemala, au Guyana, au Honduras, en Hongrie, en Inde, en Israël, au Kirghizistan, aux Maldives, au Mali, au Maroc, au Rwanda, en Arabie saoudite, au Soudan du Sud, en Thaïlande, à Trinité-et-Tobago, en Turquie, au Turkménistan et au Venezuela.

(Tom Miles; Danielle Rouquié pour le service français)