Téléchargez
notre application
Ouvrir

UBS se rapproche d'une majorité dans sa coentreprise en Chine

reuters.com  |   |  361  mots
Ubs se rapproche d'une majorite dans sa coentreprise en chine[reuters.com]
(Crédits : Michael Buholzer)

par Alun John et Shu Zhang

HONG KONG (Reuters) - UBS pourrait prochainement devenir la première banque étrangère à contrôler une majorité de ses activités de banque d'investissement en Chine, deux de ses partenaires de coentreprise ayant mis en vente leurs participations.

La banque suisse détiendrait 51% de cette coentreprise, UBS Securities, si elle rachetait ces deux participations. Une telle part majoritaire est désormais possible depuis que la Chine a pris en fin d'année dernière la décision inattendue d'autoriser des entreprises sous contrôle étranger dans le secteur financier.

Un porte-parole d'UBS a refusé de s'exprimer sur le sujet.

Dans un avis financier publié jeudi, le conglomérat agroalimentaire COFCO Group a annoncé la mise en vente de sa participation de 14% dans UBS Securities dont il attend au moins 461,72 millions de yuans (57,67 millions d'euros).

Dans un avis distinct, le gérant China Guodian Capital a exprimé l'intention de céder une participation de 12,01% dans cette coentreprise pour au moins 396,09 millions de yuans.

Ces avis précisent que ces deux participations doivent être achetées ensemble. Aucun nom d'acheteur n'est cité dans ces documents.

UBS possède actuellement 24,99% d'UBS Securities et elle avait déjà franchi en mai une première étape vers une prise de contrôle de sa coentreprise en demandant aux autorités boursières chinoises l'autorisation de porter sa participation à 51%.

"L'un des défis que doivent relever les banques d'investissement étrangères, c'est de négocier avec leurs partenaires de coentreprise le rachat de leurs participations", dit Ben Quinlan, directeur général du cabinet Quinlan & Associates.

D'autres grandes banques internationales comme l'américaine JPMorgan Chase et la japonaise Nomura ont aussi demandé l'autorisation de prendre des participations majoritaires.

Contrairement à UBS, aucune d'elles ne dispose toutefois d'une coentreprise en Chine continentale, ce qui les contraindrait à développer leur activité à partir d'une page blanche.

HSBC a déjà lancé l'an dernier en Chine une coentreprise qu'elle contrôle à 51% mais elle a bénéficié pour cela des autorisations spéciales accordées aux entreprises enregistrées à Hong Kong.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)