Téléchargez
notre application
Ouvrir

Rejet de l'appel de deux journalistes de Reuters en Birmanie

reuters.com  |   |  495  mots
Rejet de l'appel de deux journalistes de reuters en birmanie[reuters.com]
(Crédits : Ann Wang)

RANGOUN (Reuters) - Un tribunal birman a rejeté vendredi le recours en appel de deux journalistes de Reuters condamnés à sept ans de prison pour violation de la législation sur les secrets d'Etat.

Les deux journalistes birmans, Wa Lone, 32 ans, et Kyaw Soe Oo, 28 ans, ont été condamnés en septembre dernier pour détention de secrets d'Etat alors qu'ils enquêtaient sur le massacre de dix Rohingyas (musulmans apatrides) au cours d'une opération de l'armée menée un an plus tôt dans l'ouest de la Birmanie.

Les avocats des journalistes ont fait appel de leur condamnation en novembre, dénonçant un coup monté par la police mais aussi des vices de forme et l'incapacité de l'accusation à prouver les éléments clés du délit.

Mais la Haute Cour de Rangoun a estimé que la défense n'avait pas apporté suffisamment d'éléments pour prouver l'innocence des deux reporters, qualifiant la condamnation en première instance d'"appropriée".

Les avocats de Wa Lone et Kyaw Soe Oo peuvent encore interjeter appel devant la Cour suprême birmane, qui siège à Naypyitaw, la capitale.

"Ce jugement est une injustice de plus parmi les nombreuses infligées à Wa Lone et Kyaw Soe Oo. Ils restent derrière des barreaux pour une seule raison: ceux qui sont au pouvoir cherchent à cacher la vérité", a déclaré le rédacteur en chef de Reuters Stephen Adler dans un communiqué.

"Le reportage n'est pas un crime et tant que la Birmanie n'aura pas réparé cette terrible erreur, la presse ne sera pas libre en Birmanie", a-t-il ajouté.

Lors de l'examen de leur appel le mois dernier, les avocats des deux journalistes avaient présenté des éléments étayant la thèse d'une manipulation policière et souligné l'incapacité de l'accusation à prouver les éléments du délit. Ils avaient également contesté le fait que la charge de la preuve incombe aux accusés.

La défense avait également accusé les procureurs de n'avoir pas su prouver que les journalistes avaient collecté des informations secrètes, envoyé ces informations à un ennemi de la Birmanie ou qu'ils avaient l'intention de nuire à la sécurité du pays.

Le juge de la Haute Cour a déclaré que Wa Lone et Kyaw Soe Oo n'avaient pas respecté le code déontologique des journalistes et que le tribunal n'était pas en mesure de déterminer si l'arrestation des reporters était un coup monté.

Au moment de leur arrestation, le 12 décembre 2017, Wa Lone et Kyaw Soe Oo enquêtaient sur l'assassinat, au début du mois de septembre de la même année, de dix hommes et garçons Rohingyas, à Inn Din, un village de l'Etat de Rakhine (ou Arakan), dans l'ouest du pays alors soumis à une vaste campagne de répression de l'armée contre les Rohingyas, dont 730.000 ont fui au Bangladesh.

(Antoni Slodkowski; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)