Vos clients favorables à une taxe sur les transactions financières ?

 |   |  275  mots
Copyright Reuters
Dans un sondage, les Français se montrent plutôt ouverts à une telle taxe, à condition de l'appliquer à l'international.

 Les Français sont largement favorables à l'instauration d'une taxe sur les transactions financières, avec 75% des sondés pour, mais la majorité d'entre eux uniquement si elle est adoptée simultanément par d'autres pays, selon un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest France.

Si les trois quarts des personnes interrogées plébiscitent une telle taxe, indépendamment de leur bord politique, seuls 21% des sondés y sont favorables si elle n'est mise en place qu'en France comme l'envisage le président Nicolas Sarkozy. Pour 54%, cette taxe est souhaitable mais sur un mode multilatéral.

Les sympathisants UMP, favorables à 90% à cette taxe (contre 75% à gauche et 72% des proches du FN), sont aussi ceux qui soulignent le plus (65%) que celle-ci doit être mise en place en même temps dans d'autres pays.

Un consensus se dégage également à gauche comme à droite pour que le produit de cette taxe soit consacré au remboursement de la dette publique (64% des sondés), devant les investissements (32%).

M. Sarkozy a réaffirmé mardi vouloir instaurer une taxe sur les transactions financières, de préférence à l'échelle européenne, mais au niveau de la France seule si celle-ci ne parvenait pas à surmonter le scepticisme de ses partenaires de l'UE.

Selon une proposition de la Commission européenne, un prélèvement de 0,1% sur les actions et les obligations et de 0,01% sur les autres produits financiers pourrait rapporter jusqu'à 55 milliards d'euros par an dans l'UE.

Sondage réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 12 janvier 2012 auprès d'un "échantillon de 999 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus", selon la méthode des quotas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :