3e confinement : la capacité d'acceptation des Français au coeur du Conseil de Défense de ce mercredi

 |  | 943 mots
Lecture 5 min.
Devant les députés, Jean Castex a réaffirmé mardi sa stratégie: Lorsque sont en balance des préoccupations sanitaires et des préoccupations économiques tout à fait légitimes, je prioriserai toujours la santé de nos concitoyens.
Devant les députés, Jean Castex a réaffirmé mardi sa stratégie: "Lorsque sont en balance des préoccupations sanitaires et des préoccupations économiques tout à fait légitimes, je prioriserai toujours la santé de nos concitoyens". (Crédits : GONZALO FUENTES)
Avant de décider, l'exécutif veut se donner le temps de bien déchiffrer la situation car, d'une part, la France "reste dans une période ambiguë où la situation sanitaire se dégrade mais pas de manière exponentielle", et d'autre part, il attend les résultats de deux études d'impact: l'une sur le couvre-feu à 18h, l'autre sur la progression des variants du virus, dont les données complètes sont attendues vendredi. Mais, prévient un conseiller de l'exécutif, "si nous sommes contraints de mettre en place un nouveau confinement, il faudra avoir les bons mot pour l'expliquer et défendre sa mise en œuvre".

DOSSIER - La course aux vaccins

Un énième conseil de défense Covid-19 se tient mercredi à l'Elysée. Il ne devrait pas déboucher sur l'annonce redoutée d'un troisième confinement, le gouvernement se laissant quelques jours pour trancher sur de nouvelles restrictions acceptables pour les Français.

"Le couvre-feu est-il suffisant ou pas? C'est la question que l'on se pose", résume un conseiller de l'exécutif.

Pour y répondre, le gouvernement attend de pouvoir examiner les résultats de deux études d'impact: l'une sur le couvre-feu à 18 heures, l'autre sur la progression des variants du virus, dont les données complètes sont attendues vendredi.

Les prochains jours seront donc "décisifs", a prévenu une source gouvernementale. Car "à ce stade", il n'y a "pas de raison" de décider un confinement, a indiqué mardi la ministre de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher.

La France "reste dans une période ambiguë où la situation sanitaire se dégrade mais pas de manière exponentielle", résume un cadre de la majorité.

Avec le variant anglais, le bilan français va nettement s'alourdir

En témoigne l'évolution des données quotidiennes de l'épidémie: le nombre de patients hospitalisés a continué d'augmenter mardi, à 27.005, dont 2.006 malades arrivés au cours des précédentes 24 heures. 3.071 se trouvaient dans les services de réanimation contre 2.829 une semaine plus tôt, selon Santé publique France.

Lire aussi : CARTE. La course à la vaccination en Europe, par pays

Par ailleurs, 352 décès supplémentaires ont été répertoriés à l'hôpital au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de morts causées par l'épidémie à 74.106 en France, soit nettement moins qu'au Royaume-Uni, à la population comparable, qui a été mardi le premier pays européen à passer la barre des 100.000 morts du Covid.

Le variant anglais, particulièrement contagieux, a représenté 9,4% des cas dépistés en Ile-de-France entre le 11 et le 21 janvier, selon des médecins de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), pour qui sa progression augure d'une prochaine hausse "très significative" du nombre de malades.

Limiter le trafic aérien international ou le réduire "presque à néant" ?

Pour tenter de limiter sa propagation, le conseil de défense pourrait examiner de nouvelles restrictions pour les déplacements internationaux, alors que l'Allemagne a annoncé mardi envisager, comme Israël, de réduire "presque à néant" le trafic international aérien à destination de son territoire.

Le gouvernement se penchera aussi sur les "clauses de revoyure" fixées à la fin du mois, comme celle sur les stations de ski, Jean Castex devant recevoir les élus et professionnels de la montagne lundi prochain.

Profiter des vacances de février pour fermer les écoles trois semaines?

L'hypothèse d'un nouveau confinement a pris de l'épaisseur ces derniers jours sur la base des déclarations alarmantes de certains experts, comme le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique.

S'il devait être finalement décidé prochainement, un troisième confinement ne serait ni comme le premier, au printemps 2020, ni comme le deuxième, à l'automne, "car on en a tiré des enseignements", précise un membre du gouvernement. Il s'interroge d'ailleurs sur l'opportunité de l'appeler encore "confinement" au cas où les restrictions permettraient de garder les écoles en activité et les commerces ouverts avec un protocole sanitaire strict.

Le Pr Delfraissy a avancé l'idée de saisir les vacances scolaires de février "comme une opportunité" pour "décider de fermer les écoles trois semaines au lieu de deux, et de confiner sur cette période". Il s'agit d'une "décision politique", a-t-il cependant précisé.

L'acceptabilité des mesures par les Français, une question centrale

En attendant, le gouvernement ne cherche pas à "jouer avec les nerfs" des Français, a assuré mardi Christophe Castaner, patron des députés LREM, alors que "nous voyons bien qu'ils ont de plus en plus de mal avec les mesures contraignantes".

L'acceptabilité des mesures est devenue une question centrale pour de nombreux responsables politiques, préoccupés par les émeutes qui se sont produites aux Pays-Bas depuis l'entrée en vigueur d'un "simple" couvre-feu samedi.

"Si nous sommes contraints de mettre en place un nouveau confinement, il faudra avoir les bons mot pour l'expliquer et défendre sa mise en œuvre", prévient un conseiller de l'exécutif.

Devant les députés, Jean Castex a réaffirmé mardi sa stratégie:

"Lorsque sont en balance des préoccupations sanitaires et des préoccupations économiques tout à fait légitimes, je prioriserai toujours la santé de nos concitoyens". Mais en prenant "en compte toutes les conséquences économiques, sociales, psychologiques", a-t-il ajouté.

Pénurie de vaccins: Sanofi en renfort des autres laboratoires

Sur le front de la vaccination, Sanofi a annoncé qu'il allait aider Pfizer et BioNTech à produire leur vaccin contre le Covid-19 et devrait conditionner plus de 100 millions de doses destinées à l'Union européenne d'ici fin 2021.

Le groupe français va utiliser son usine allemande de Francfort pour mettre en flacon le vaccin qui lui sera fourni par ses concurrents à partir de juillet, a précisé Paul Hudson, son directeur général, au Figaro.

Mais, à plus court terme, la stratégie vaccinale fera face à un écueil de taille puisque AstraZeneca ne livrera à la France que 4,6 millions de doses de son vaccin d'ici fin mars, soit moitié moins qu'attendu, selon le ministère de la Santé.

Au total, près de 1,2 million de personnes (1.184.510 précisément) ont reçu une première dose du vaccin depuis le début de la campagne lancée à la toute fin décembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2021 à 20:27 :
Même si c'était le dix milliēme confinement, # jenemeconfineraipas!
Le peu de liberté que j'aurai, si c'est uniquement pour la sacrifier sur l'autel du travail à la mode du boulot/métro/Dodo c'est non! Non au confiner/travailler. Si confinement il y a il faut que ce soit un VRAI confinement et non pas un bidouillage!
a écrit le 27/01/2021 à 15:54 :
- Pas de confinement de 60 millions d'habitants !
.
- Les voyageurs arrivant sur le territoire métropolitain et national,quelques soit leur provenance d'être testés et isolés pendant 7 Jours.
.
- Les personnes infectées sont isolées dans des établissements spécialisés pour être suivis et soignées.
.
- Les personnes fragiles doivent se confiner chez elles avant la vaccination et bénéficier de services d’assistance et de suivi téléphoniques.
.
Le confinement systématique et aveugle façon ligne Maginot n’est pas un horizon indépassable, nous ne sommes pas en Absurdistan et les Shadocks du conseil scientifique et du gouvernement peuvent aller pomper tous les confinements qu’ils veulent, mais sans les dizaines de millions de personnes qui ne supportent plus leurs inepties
a écrit le 27/01/2021 à 14:29 :
@AlainD. merci pour votre commentaire que je partage entièrement, les gens ne comprennent pas vraiment ce qu'ils insinuent en disant que nos efforts "ne concernaient que" nos vieux, ils croient que le virus ne les attaquera pas jusqu'au jour où ils sont obligés de comprendre et alors ce sera dur, j'ai remarqué ce même déni dans d'autres pays européens,
merci pour votre politesse en présentant votre point de vue et bon courage, surtout à votre maman,
Réponse de le 27/01/2021 à 17:03 :
"et bon courage, surtout à votre maman"

C'est vrai que ne pas pouvoir utiliser sa carte UGC ,ça doit être pénible.
a écrit le 27/01/2021 à 13:36 :
"les émeutes qui se sont produites aux Pays-Bas"

On peut rajouter le Liban, le Danemark, l’Espagne mais aussi Israël
a écrit le 27/01/2021 à 13:31 :
@Alain d Quelle terrible intervention! Où allons nous si nous commençons tous à raisonner par rapport à nos situations particulières! Le confinement, une mesure du Moyen-Age, a montré par deux fois qu'il n'enrayait rien. Il est grand temps que collectivement, nous acceptions toutes les incertitudes liées à un virus qui mute rapidement, ses variants, les vaccins produits en catastrophe et qui n'arrivent pas... La société doit recommencer à vivre aussi normalement que possible parce qu'elle est déjà bien abîmée et qu'elle mettra du temps à se reconstruire. Et il faut accepter que certains meurent parce que c'est presque leur heure et d'autres malheureusement pour des raisons diverses quelle que soit leur tranche d'âge. Avant cette période, personne ne s'émeuvait plus de 2 mn des morts de la grippe, des morts sur la route, des morts de la pollution, des cancers... J'espère que les politiques auront un peu de courage.
a écrit le 27/01/2021 à 10:47 :
Construire leur "référence" en changeant constamment le type de données pris en compte et leur... analyse, ne pousse pas a la confiance!
a écrit le 27/01/2021 à 10:24 :
84 ans de moyenne d'âge en ce qui concerne la mortalité lié au covid, cette crise sanitaire devrait d'abord et avant tout nous questionner sur ces obsessions de nous faire vivre à tout prix le plus longtemps possible même agonisant voir presque mort plutôt, j'en ai vu des fins de vie hein, et plus c'est long plus c'est odieux.

Nous sommes toujours prisonniers de cette mentalité religieuse qui hait pourtant tellement l'homme !
Réponse de le 27/01/2021 à 13:04 :
"Et puis dans votre réquisitoire anti-vieux"

Tu n'as toujours pas compris ce que je dis tellement que tu étais pressé de répondre un truc... A chaque fois tu me fais le coup c'est aliénant.

Mais bon je suppose que tu crois en dieu et que tu as été choqué par ce blasphème surtout hein, comme au bon vieux 19ème siècle... -_-

Signalé, ya d'autres forums pour ça, merci.
Réponse de le 27/01/2021 à 14:31 :
Cher Citoyen blasé.
Merci de m'avoir signalé, comme d'habitude.
De formation scientifique et technique, je crois que ce que je touche, ou réalise par moi-même. Et donc, je ne suis pas croyant.
Déjà précisé, mais la déduction "coule de sources", d'après mes interventions !
Et donc créateur technique-R&D (mais aussi artistique), je suis à fond orienté vers l'avenir, contrairement à vous. Ce qui ne n'empêche pas d'apprécier l'histoire.
Je n'ai pas eu le droit au "multi-pseudos", je suis déçu !
Et je m'excuse d'avoir des idées et analyses qui diffèrent des vôtres, et d'oser les exprimer : la démocratie.
Réponse de le 27/01/2021 à 16:25 :
@ Alain D

75.000 morts, déjà 15.000 morts de tristesse enfermés dans leur chambre lors du premier confinement, sur les 60.000 restants, 30 a 40.000 morts AVEC le covid mais pas du covid, sur les 20 a 30.000 morts par covid combien seraient morts d'autres pathologies dans les 6 mois un an. Les morts "purs covid" sont vraiment rares.
C'est toujours triste mais doit on faire vraiment autant de dégats pour ça? Un an que le gouvernement n'agit que par contrainte repression et se refuse toute autre solution.
Le problème existe, mais LEUR solution rajoute des problèmes au problème.. A t'on seulement remis la main sur les 6000 respirateurs du stock stratégique? Mettre des infirmiers en plus en réa pour aider ceux en place, non, veran se refuse toujours a augmenter les capacités, c'est pas obligé d'intuber, un petit filet d'oxygene des fois ça peut suffire . On a le record du monde de prélèvements obligatoires, et pas fichus d'avoir des hôpitaux qui tiennent la route!
Contrainte, repression, seule option gouvernementale.
Réponse de le 27/01/2021 à 17:09 :
@alain d

En 2009, près de 5,74 millions de Français se sont fait vacciner contre le virus H1N1 sur 66 millions .Aucun membre de ma famille ne l'a pris et on est tous vivant ,pas de problème particulier.
Réponse de le 28/01/2021 à 9:19 :
@ multipseudos: "De formation scientifique et technique, je crois que ce que je touche, ou réalise "

Oui et c'est quoi le rapport avec tes grand parents !? TU es épuisant. -_-

Signalé et en plus j'ai un message surprise pour la modération... :-)

"surtout que vous en avez mis une grosse couche, et que vous élargissez le débat."

Dixit le gars qui part de ses grands parents à ses études scientifiques, tu oses tout hein toi... :-)

Resignalé et si je peux pas et-c...
a écrit le 27/01/2021 à 10:01 :
Niet, hors de question. Qu'on propose déjà des aides a l'isolement aux personnes positives et celles a risque au lieu d'emm tout le monde. Juju, tu te souviens de la formule de Pompidou? Ce serait temps de la mettre en pratique. Quand aux ridicules autoattestations....
a écrit le 27/01/2021 à 9:08 :
Non merci

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :