Gilets jaunes : Après l'Acte VI, le gouvernement veut rétablir "l'ordre" avant Noël

 |   |  823  mots
(Crédits : STEPHANE MAHE)
L'exécutif à appelé au rétablissement de "l'ordre" deux jours de Noël, une période de répit semblait se dessiner pour l'exécutif même si des "gilets jaunes" promettent de reprendre dès janvier.

Article mis à jour le 24/12/18 à 12h01

L'exécutif a affiché sa fermeté dimanche, insistant sur les quelques débordements de l'"acte VI" des "gilets jaunes", Emmanuel Macron appelant au rétablissement de "l'ordre" et son Premier ministre Édouard Philippe condamnant une "violence inouïe" et des "gestes antisémites". En visite à N'Djaména (Tchad), le chef de l'Etat a également répété "assumer" le recul sur la taxe carbone et les mesures décidées (dont la défiscalisation des heures supplémentaires ou exonération élargie de la hausse de CSG pour des retraités) comme une réponse à "la demande juste, la colère juste du peuple français".

Mais, a-t-il prévenu, "des économies en matière de dépenses publiques" seront faites pour en assurer le financement, alors que de nombreux "gilets jaunes" demandent une "meilleure justice fiscale". Une chose est claire : "Il n'y aura aucune économie faite sur la défense, nos armées et la loi de programmation militaire", a assuré Emmanuel Macron, interrogé par l'AFP, au cours d'une conférence de presse au Tchad où il rendait visite aux soldats de la force Barkhane.

Policiers pris à partie, "quenelle", actes antisémites...

Ses déclarations surviennent au lendemain d'une mobilisation moins importante que lors des "samedis" précédents, marquée par quelques échauffourées avec les forces de l'ordre. "C'est maintenant l'ordre qui doit régner, le calme et la concorde. Notre pays a besoin de ça (...) Il faut apaiser les divisions", a estimé plus tôt le président. L'exécutif dénonce une radicalisation du mouvement et comme Édouard Philippe une "violence inouïe". Il vise notamment l'incident filmé et diffusé en boucle sur les chaînes d'information en continue montrant des motards de police pris à partie aux Champs-Elysées et dont l'un d'eux dégaine brièvement son arme.

Il fait également allusion à d'autres images montrant une vingtaine de "gilets jaunes" entonnant sur l'air du chant des Partisans la "chanson de la quenelle" de Dieudonné M'Bala M'Bala condamné en 2017 pour des propos antisémites, et un pantin à l'effigie d'Emmanuel Macron décapité vendredi soir à Angoulême. Le Premier ministre a dénoncé dimanche dans un message sur Twitter "un simulacre de décapitation du chef de l'Etat... Des agressions d'une violence inouïe contre des policiers... Des gestes antisémites en plein Paris...". "Il est hors de question de banaliser de tels gestes qui doivent faire l'objet d'une condamnation unanime et de sanctions pénales", a ajouté Édouard Philippe.

Dès la veille, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait fustigé "un seul visage, lâche, raciste, antisémite, putschiste", qui a mené ces actions. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a aussi tenu à souligner "un acte ignoble" après des insultes antisémites présumées proférées par des "gilets jaunes" contre une vieille dame dans le métro parisien, assurant que les auteurs sont poursuivis. Une enquête a été ouverte.

Éric Drouet, figure du mouvement des "Gilets jaunes" interpellé à Paris

Interrogé sur LCI, le député parisien Agir-UDI Pierre-Yves Bournazel, a lui condamné "celles et ceux qui utilisent les "gilets jaunes" pour mettre le pays à chaos, à terre".
Dans la nuit de samedi à dimanche, de nouvelles dégradations et incendies ont été commis sur des péages du sud de la France, devenus l'un des symboles de taxes considérées comme indues par ce mouvement, a-t-on appris de sources concordantes.
De nombreux "gilets jaunes" dénoncent les dégradations, appelant à éviter "l'amalgame" avec leur mouvement contre la hausse des taxes et la baisse du pouvoir d'achat.

Signe de fermeté des autorités, l'un des initiateurs des "gilets jaunes", Éric Drouet, a été interpellé samedi à Paris. Il sera jugé ultérieurement pour "port d'arme prohibé de catégorie D" et le parquet demande qu'il soit interdit de se présenter d'ici la dans la capitale, a appris l'AFP de source judiciaire.

A deux jours de Noël, une période de répit semblait se dessiner pour l'exécutif même si des "gilets jaunes" promettent de reprendre dès janvier. Particulièrement exposé, le Premier ministre a estimé dans un entretien au JDD paru dimanche que "la politique, c'est comme la boxe. Quand vous montez sur le ring, vous savez que vous allez prendre des coups. J'en prends. Je peux en donner aussi". "J'aime ça", ajoute-t-il. Mais il a prévenu ceux qui le voient déjà part i: "tout envoyer balader sur un coup de tête, ce n'est juste pas moi". Et balayé toute les rumeurs de dissensions entre lui et le président Emmanuel Macron.

Face à la "haine" exprimée par certains "gilets jaunes" à son égard, Emmanuel Macron continue son mea culpa. Interrogé par une lycéenne au Tchad sur la transition écologique, il a reconnu: "Moi-même, je me suis parfois trompé en pensant qu'on pouvait aller très vite".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2018 à 8:19 :
"en mème temps " et sa clique doivent PARTIR sinon le pays ne s'en relèvera pas .........
a écrit le 24/12/2018 à 23:41 :
Joyeux Noël à tous !Gilets jaunes de bonne foi qui rament dans la galère pendant que d'autres se goinfrent !Quant aux fachos et zadites rentrez dans votre poubelle !
a écrit le 24/12/2018 à 17:40 :
Je suis dans les premiers à avoir réclamé a corps et à cris la baisse des taxes sur les énergies. C’était après le coup de gueule contre le 80 km/h, la revendication initiale des gj
Faute d’avoir répondu rapidement, a cette revendication, le gvt se voit aujourd’hui en face d’une fronde véritable et a des revendications multiples. Il est donc responsable de la situation.
Cela dit je ne conçois pas que l’on puisse manifester sans être pollué par des excités en tous genre casseurs, black block, extrémistes. On ne va pas manifester pour casser du policier ; faute de quoi il ne faut pas crier au scandale lorsque la police réagit. Samedi dernier, 1 motard a failli tirer sur ses assaillants, le blesser, au pire le tuer. S’il l’avait fait, il aurait été en état de légitime défense et j’ose espérer que le ministre et ses supérieurs ne lui en aurait pas tenu rigueur. Face à des enragés, il n’y a rien d’autre à faire.
Réponse de le 25/12/2018 à 8:19 :
....la police anticipe autant qu'elle ne réagit : les images le démontrent !!!
a écrit le 24/12/2018 à 14:38 :
Si vous vouliez réellement rétablir l'ordre, vous amélioreriez le pouvoir d'achat des français. En déjà baissant la TVA ! Et surtout vous feriez en sorte d'avoir une France plus égalitaire en réduisant la différence entre les riches et les pauvres. Et ce a tout les niveaux. Un Sarkozy et Macron en prison pour abus de bien sociaux serait un début (ou détournement de l'argent publique).
Réponse de le 25/12/2018 à 8:21 :
.... et Hollande non !.....il n'a pas paupérisé le pays ???
a écrit le 24/12/2018 à 14:35 :
Si macron va en prison, ca lui évitera le lynchage. Un peu comme jawad, il peut plaider la débilité.
Meme si on trouve que jawad est un pote du garde du corps de Macron, on peut tout de même imaginer que absolument personne ne vérifie les recrues à l’Élysée.

C’est tout de même plus plausible que d’imaginer que l’Élysée est impliqué dans les attaques du bataclan et la sortie de prison de jawad après si peu de prison, pour un mec qui héberge gratis 12 gars louches en noir avec des sacs contenant des flingues. Pareil pour benalla. Il est bien défendu, lui aussi.
a écrit le 24/12/2018 à 13:33 :
Les CRS ont renversé un hadicape La ont dit riant ? Ils y a un procès contres les CRS c est vrais Le 1 ministre aime donne dès coup CRS / ?=?
a écrit le 24/12/2018 à 12:34 :
Malgré la haine exprimé par Macron à l’égard des français, je suis impressionné par le calme des français.

Le pourcentage de sympathisants d’extrême droite parmi les CRS écrasé implacablement le pourcentage de sympathisants d’extrême droite parmi les gilets jaunes. Sachant cela, pensez vous pouvoir interdire le mouvement de CRS?
Votre réponse change t elle si on considère que les CRS ont blessé mutilés tués plus de citoyens français innocents que le terrorists de strasbourg, par exemple?

Par contre c’est rigolo de voir la tentative des médias de diaboliser le mouvement des gilets jaunes.

Le pouvoir a peur. Et il a raison.
Réponse de le 24/12/2018 à 16:23 :
Voir des milliers de personnes arrêtées, parfois à 25 km de Paris, pour cause d'intention de manifester et pour la plupart relâchées après avoir passé la journée derrière des barreaux, sans que la justice ne puisse les incriminer de quoi que ce soit, ne me fait pas rire.

Qu'un "leader" des gilets jaunes soit ciblé par les ministère de l'intérieur et de la justice, (après avoir été blanchi une première fois par un juge indépendant) , kidnappé au milieu d'une manif, incriminé de tous les maux par le procureur de Paris (nommé par macron en dépit de l'opposition du CSM) et finalement remis en liberté par un juge indépendant, ne me fait pas rire.

Que le premier ministre considère les opposants politiques comme un adversaire à écraser à coups de poings, ne me fait pas rire.

Le macronisme est en train de sombrer dans la violence policière, politique et sociale, ce qui en dit long sur son degré d'incompétence et ne fait pas rire non plus.
a écrit le 24/12/2018 à 12:09 :
quand l premier ministre dit j'aime donner des coups comment voulez vous appaiser le peuple on a des inconscients qui nous gouvernent
a écrit le 24/12/2018 à 11:59 :
Emmanuel Macron appelle à "l'ordre et la concorde"

mais c'est Macron, le gouvernement Philippe et les députés sénateurs LREM et Modem qui ont semé les désordres, répandu la misère, aggravé le sort des travailleurs pauvres ...

enfin, cette misère est ordonné par l'europe qui organise la guerre économique intra européennes à coups de travailleurs détachés polonais, chauffeurs routiers pays de l'est, bagnoles ferrailles roumaines, turques, marocaines, tchèques etc ...

faut mettre fin à cette chienlit, à ce bordel européen
a écrit le 24/12/2018 à 11:40 :
C est navrant de voir ce mouvement sans intérêt et encore plus navrant de lire les commentaires ici. Pauvre France
Réponse de le 24/12/2018 à 11:52 :
C est vrais Le votre nacrant ?
a écrit le 24/12/2018 à 10:48 :
Mètres fin aux g j !! LeS gagnats LeS smicards les CRS leS grand perdants les retraitees pour Quoi ? A 1200 € on n'es riches ?? La futures misères elles est programmée part la majorité ? La haine contres leS retraitees des actif La france est diviser Mercis à monseigneur 1premier de france acte vl ??? LeS retraitees aux restaurant du cœur ❤️ LeS plus fragiles dans la rue papi Mali sur le trottoir mercis les politiques en marche arrière La grand féodalité 2018 1000 ans de perdue LeS seigneur son dès retour
a écrit le 24/12/2018 à 10:17 :
Par l'oligarchie :
Nous sommes insultés, nous sommes humiliés. Notre culture populaire est tournée en ridicule. Nos Arts sont enlaidis. Notre Histoire est attaquée et censurée. Notre langue est martyrisée. Nos Terres sont envahies. Notre Civilisation est en voie de déconstruction.

Avec un simple gilet jaune, nous reprenons notre Destin collectif en main !
a écrit le 24/12/2018 à 9:34 :
la repartition par des niches fiscales est tellement injuste qu'elle genere des violences

ex les heures sup pour une minorite MAIS LES AUTRES Les primes pour une minorite MAIS LES AUTRES la prime d"activite pour une minorite MAIS LES AUTRES la csg idem tout cela par des niches fisicales non financees .ET LES PRIVILEGES on y touches pas anciens PResidents ? ministres, prefets sans affectation cetc
a écrit le 24/12/2018 à 9:29 :
EM n a rien compris, il y aura de la casse, des manifestations et une économie HS tant qu il sera la, sa seule porte de sortie, c est de prendre exemple sur erdogan et de mettre en prison des dizaines de milliers de Français, ce qui de évidence certains lui intime de faire..
a écrit le 24/12/2018 à 8:41 :
Incroyable! Pas un mot sur le sang-froid admirable des forces de l'ordre car combien de blessés face à des gilets jaunes émeutiers qui menacent la démocratie et insultent les valeurs républicaines
a écrit le 24/12/2018 à 8:13 :
qui seme la misere recolte la tempete!!!!!
a écrit le 24/12/2018 à 6:51 :
Si la technique des forces de l'ordre établi c'est de balancer des grenades sur des gens non agressifs pour les calmer, ça risque de durer encore longtemps.
a écrit le 23/12/2018 à 23:36 :
Un allié doit être fiable un president doit être fiable macron a perdue la confiance d une majorité des francais est de retraitees ils tiens pas les promesses que fere de Jupiter ?
Réponse de le 24/12/2018 à 0:24 :
Raz le bol des pleurnicheries des retraités qui sont les mieux lotis d Europe et qui nous ont laissé que des dettes.
Continuez et les actifs refuseront de payer les cotisations qui servent à payer vos pensions
Réponse de le 24/12/2018 à 11:22 :
@patriot (que de nom)
Vous oubliez un peu vite que la plupart des retraités d'aujourd'hui ont travaillé depuis l'âge de 14 ans pour certains et qu'ils ont cotisé toute leur vie pour une retraite de misère. Quant aux actifs d'aujourd'hui, ils cotisent pour leur propre retraite.
a écrit le 23/12/2018 à 20:55 :
Même si les médias s'échinent à faire croire que le mouvement des Gilets jaunes s'essouffle, le blog ci-dessous donne une série d'images qui témoigne du contraire.
https://yetiblog.org/acte-6-gilets-jaunes-farceurs-policiers-decontenances-pouvoir-et-medias-une-fois-de-plus-grotesques/?fbclid=IwAR0IJ_uanm_pNQN_cYc4emJOnDLJS_6SHe0Qay12qJp6KOs1nJA2eK5ZD40
La mobilisation de ce mouvement se poursuit à travers toute la France, ce qui est d'autant plus surprenant et inattendu que l'on est à l'avant-veille du réveillon de Noël et que les courses dans les magasins devraient théoriquement occuper un grand nombre de Français..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :