Chômage à 7% : le pari de Macron s'éloigne de plus en plus

Le taux de chômage a continué de baisser au cours du second trimestre pour atteindre 7,1%. Cette diminution en trompe l'œil, comme l'explique l'Insee, ne doit pas occulter la dégradation rapide et brutale du marché du travail.
Grégoire Normand
(Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)

La promesse présidentielle d'une baisse du chômage se complique sérieusement. Lors de sa campagne présidentielle, le candidat d'En Marche avait expliqué que le chômage devrait baisser en deça de la barre symbolique des 7%. Plus de trois ans après cette annonce, la conjoncture économique s'est sérieusement détériorée. L'onde de choc provoquée par la pandémie mondiale ne cesse de faire trembler l'économie tricolore. Si les derniers chiffres de l'Insee publiés ce jeudi 13 août indiquent une baisse en trompe l'oeil du chômage pendant le confinement, les autres indicateurs (sous-emploi, halo, taux d'emploi) révèlent les dégâts colossaux de cette maladie infectieuse sur le marché du travail.

> Lire aussi : Une baisse du chômage partielle en trompe l'oeil avant le pire

De multiples plans sociaux et licenciements

Airbus, Renault, Air France... depuis le printemps, la liste des plans de licenciement et des restructurations ne cessent de s'allonger sur le territoire français. Si le chômage partiel et les prêts garantis par l'Etat (PGE) ont permis de limiter dans un premier temps la casse économique et sociale, les mesures de déconfinement et la moindre prise en charge du chômage partiel par l'Etat et l'Unedic ont plongé de nombreuses entreprises dans la torpeur. Selon un récent décompte de la direction de la recherche statistique du ministère du Travail (Dares), plus de 275 plans de sauvegarde de l'emploi ont été enregistrés par l'administration entre le premier mars et le 19 juillet. Ce qui entraînerait la suppression d'environ 43.000 postes. "C'est plus du double par rapport aux suppressions envisagées sur la même période en 2019", indiquent les statisticiens. Cette procédure ne concerne que les entreprises de plus de 50 salariés.

 Des PME et TPE licencient à tour de bras

Il est encore difficile d'avoir une évaluation précise de l'ampleur des dégâts sur le marché du travail. Dans leur travaux, les statisticiens évoquent plus de 2.000 "petits licenciements collectifs" sur la période précitée. Là encore, la récession risque de frapper de plein fouet de nombreuses PME et TPE, des indépendants qui sont parfois dépendants de plus grands groupes. Pour ces catégories, la Dares ne fournit pas d'estimation du nombre de postes supprimés mais le recul durable de l'économie tricolore pourrait faire des ravages. Dans une récente note, les économistes de l'observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) estimaient qu'entre le 17 mars et le 5 juillet, plus de 650.000 postes avaient été détruits. De son côté, la Banque de France estime les destructions d'emplois pour 2020 à près de un million.

Vers un taux de chômage historique ?

Bien que les Etats en Europe ont réagi relativement rapidement pour mettre en oeuvre des mesures pour protéger les revenus des salariés, beaucoup de travailleurs en contrat à durée limitée, en travail temporaire ou de multiples indépendants ont déjà perdu leur travail ou une grande partie de leur activité. Le spectre d'un chômage de masse a ressurgi seulement quelques semaines après le début de la crise. Avec les nouvelles mesures sanitaires sur le territoire français (port du masque obligatoire dans certaines communes et certaines zones), beaucoup de secteurs risquent à nouveau d'être affectés. Selon une projection de la Banque de France rendue publique au mois de juin, le taux de chômage en France pourrait frôler les 12% au cours du premier semestre 2021. Ce qui serait un record.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 17/08/2020 à 5:43
Signaler
Article sans aucun intérêt, il est nul besoin d'être un spécialiste d'économie pour comprendre que vu l'état actuel de l'économie le taux de chômage ne peut que croître et que ce taux de 7% ne sera pas atteint avant des décennies. Les rares secteurs...

à écrit le 16/08/2020 à 18:45
Signaler
Si on peut repasser à 7%si l'économie repart avec une économie de decarbonee et avec une économie tournée vers la reindustrialisation de la France ( robotique, espace, hydrogène), ordinateur quantique et informatique avec calculateur de haute puissan...

le 17/08/2020 à 3:42
Signaler
@11 libre. Comparer un citoyen Suisse a un citoyen Francais, vous y allez fort. En Suisse on est patriote, visceralement. En France on est petainiste.

à écrit le 15/08/2020 à 23:06
Signaler
C'est un pari qui a mon avis n'est donc pas un objectif. Il a l'excuse du covid, sachant que l'année 2020 s'annonçait difficile. Et comme nous sommes dans l'irrationnel, disons que ce que je constate dans ce qui a pu être fait, ce ne sont pas des ...

à écrit le 15/08/2020 à 18:43
Signaler
Politiquement, son parti est réduit à presque rien. Il a perdu les sénatoriales, les européennes et les municipales. De près de 380 000 adhérents, il n'en reste plus que 20 000, et le groupe LREM à l'assemblé a perdu la majorité absolue. On n'épil...

à écrit le 15/08/2020 à 13:28
Signaler
Macron , de la propagande de minus . La vérité c'est le déclassement accélère du pays . Il nous faut un homme , un vrai .

à écrit le 15/08/2020 à 9:28
Signaler
comme toutes ses promesses de 2017 : DU VENT. aucune réforme promise, aucun succès en quoi que ce soit, aucune avancée sauf pour ses amis, la France coule doucement mais assurément, à ce propos macron avait déjà bien entamé son oeuvre avec hollande e...

à écrit le 15/08/2020 à 7:07
Signaler
et le dépeçage de la France continue maintenant on vend la fabrication des rails pour la sncf y compris les brevets pour les rails tgv ou est la relocalisation un mirage en devenir pour une élection proche mais rien pour la France et les França...

à écrit le 14/08/2020 à 18:29
Signaler
Le covid19 qui reprends inexorablement, + chômage de masse avéré camouflé + l'esclavage nouveau qui s'épanche + la chienlit à tous les étages dans l'administration française + plus le bazar dans les tribunaux de commerces, clairement, l'on ne peut...

à écrit le 14/08/2020 à 12:30
Signaler
Le taux de chômage au sens du "BIT" ne veut rien faire. Il y a des milliers de gens qui ne sont plus inscrits sur les listes, des centaines de milliers de précaires, de chômeurs et d'intérimaires à temps partiel et tant d'autres dans le halo de l'ex...

à écrit le 14/08/2020 à 11:18
Signaler
A ce que je comprends, toutes promesses non-réalisés deviennent des paris...sur le dos des français!

à écrit le 14/08/2020 à 10:14
Signaler
Je félicite notre président de m'avoir écouté et de porter des maques normaux, cela fait de suite bien plus humain que assortis à la veste. Même Conte, le premier ministre italien qui a naturellement la classe est grotesque avec son petit drapeau ita...

à écrit le 14/08/2020 à 9:54
Signaler
il est besoin que le peuple ignore beaucoup de choses vraies et croit beaucoup de fausses de (Montaigne) § mépriser les pauvres

le 16/08/2020 à 10:13
Signaler
Ca devient complique de lire la Tribune. Tous ces gens culturises, qui a chaque message pond sa citation. Pauperises, mais cultives. Attendez la suite, elle va etre rude.

à écrit le 14/08/2020 à 9:51
Signaler
Chômage à 7% : le pari de Macron s'éloigne de plus en plus ...! Les Lois de Macron Ministre de Valls-Hollande ont installé un incommensurable bordel dans les administrations, les hauts fonctionnaires incompétents ont été incapables de moderniser l...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.