Décès de Georges Séguy, une figure emblématique de la CGT

 |   |  251  mots
Georges Séguy (au premier plan) a dirigé la CGT de 1967 à 1982
Georges Séguy (au premier plan) a dirigé la CGT de 1967 à 1982 (Crédits : CGT)
L'ex-leader cégétiste Georges Séguy est décédé samedi à l'âge de 89 ans.

Georges Séguy, qui a dirigé la CGT de 1967 à 1982, est décédé samedi à l'âge de 89 ans à l'hôpital de Montargis (Loiret), a-t-on appris dimanche auprès de l'Institut d'histoire sociale (IHS) de la CGT, dont M. Séguy était président d'honneur. "Il est décédé hier en début d'après-midi", a déclaré à l'AFP Elyane Bressol, présidente de l'IHS, qui a précisé que l'ancien secrétaire général de la CGT "était hospitalisé depuis quelques jours à l'hôpital de Montargis, dans le Loiret".

"Il a résisté à la maladie jusqu'au bout de ses forces mais il s'est éteint de faiblesse", a-t-elle ajouté. "Ces deux dernières années, la maladie ne l'a pas épargné, mais il est resté, jusqu'à ces dernières semaines, un résistant qui s'intéressait à la vie sociale du pays et qui avait un avis", selon Elyane Bressol.

Patron de la CGT de 1967 à 1982

Ancien résistant et déporté, Georges Séguy avait succédé en 1967 à Benoît Frachon à la tête de la CGT. C'est lui qui avait mené pour son syndicat les négociations de Grenelle en mai 1968, avant de devenir l'adversaire principal sur le terrain syndical des gouvernements de la Ve République. En 1982, il avait cédé sa place à Henri Krasucki et quitté le bureau politique du PCF, parti dont il était membre depuis 1947.

Officier de la Légion d'honneur, il avait publié "Le Mai de la CGT" (1972), "Lutter" (1975), et "Résister, de Mauthausen à Mai 68" (2008).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2016 à 13:27 :
Comme avait dit Talleyrand d'un banquier sur son lit de mort qui avait été particulièrement peu méritant pour ses concitoyens : "Je me demande quel intérêt il a, de mourir"
a écrit le 16/08/2016 à 12:14 :
UN GRAND HOMME QUI RESTERAS DANS L ISTOIRE DU SYNDICALIME ET DU MONDE OUVRIER? LES AQUIS DE MAI 68 SONT ENCORE EN COURS? COMME QUOI QU AND LE MONDE OUVRIER SE BOUGE ET SE REVOLTE TOUT EST PO SIBLE???/// MES CONDOLANCES A SA FAMILLE?///
a écrit le 15/08/2016 à 19:16 :
Une pige pour Séguy, CGT de l'encre par les fenêtres à défaut de l'utiliser intelligemment !
a écrit le 15/08/2016 à 18:00 :
Parler mal d'un mort, n'est pas chose facile moralement. Mais il faut bien dire qu'en ouvrant la porte à Pompidou, en signant, contre l'avis de beaucoup, les accords de Grenelle, il a (Il n'était pas le seul), tué mai 68 et précipité le déclin du PC, qui ne s'en est jamais remis.
a écrit le 15/08/2016 à 13:54 :
Cet homme merite-t-il vraiment un article ? Vu le mal qu'il a fait a l'economie francaise, je pense qu'il merite plutot l'oubli...
a écrit le 15/08/2016 à 8:06 :
Et pourtant c'est vrai : c'est notamment à cause de gens comme lui que l'élite dirigeante française a basculé dans le camp mondialiste et européiste, convaincue qu'on ne pouvait plus réformer la France de l'intérieur, et qu'elle a donc largement abandonné l'industrie française... Un très grand destructeur du travail ouvrier même s'il a prétendu servir la classe ouvrière à court terme : l'échec était nécessairement au bout du chemin, comme en URSS...
a écrit le 15/08/2016 à 0:57 :
"Nous ne sommes plus au sortir de la guerre de 39-45 pour faire tant de concessions à l'extrême gauche." G. Séguy n'a jamais été d'extrême gauche. Confondre le PC stalinien avec l'extrême gauche relève de la plaisanterie. Par ailleurs la CGT a besoin de l'industrie pour exister, ce n'est pas leur intérêt de la détruire. Par contre il est certain qu'ils se révèlent des négociateurs difficiles car trop idéologiques. Encore que....
a écrit le 14/08/2016 à 19:42 :
Long article pour célébrer un acteur du démolissage des entreprises françaises.
Un autre commentaire, plus direct, a été supprimé. Dommage car il traduit une part croissante de l'opinion française. Nous ne sommes plus au sortir de la guerre de 39-45 pour faire tant de concessions à l'extrême gauche.
Réponse de le 14/08/2016 à 20:43 :
On peut être critique, même de mauvaise foi (extrême gauche ?), mais la violence(que vous qualifiez de commentaire direct) , même verbale est censurée : normal !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :