Discours d'Édouard Philippe : ses priorités pour l'acte II du quinquennat

 |   |  1295  mots
(Crédits : Reuters)
Réforme des retraites, PMA, assurance chômage, baisse d'impôts, écologie et révision des institutions : le Premier ministre Edouard Philippe a présenté ce mercredi 12 juin la feuille de route de la majorité pour l’année à venir lors de son second discours de politique générale. 363 députés ont voté la confiance au gouvernement, contre 163.

[Article publié le 12.06.2019 à 16h50, mis à jour à 18h57 avec les résultats du vote de confiance des députés]

Pour la deuxième fois depuis le début du quinquennat, le Premier ministre Edouard Philippe a prononcé ce mercredi 12 juin un discours de politique générale à l'Assemblée nationale censé marquer définitivement l'entrée dans l'acte II du quinquennat. Selon lui, la situation "d'urgence" qui a conduit à l'élection d'Emmanuel Macron perdure après deux ans de mandat.

Les urgences "économique", "sociale", "écologique", enfin "politique" avec le succès électoral de l'extrême droite [lors des élections européennes] déterminent la nécessité de "tenir le cap fixé (...) pour libérer les forces de notre pays et protéger ses citoyens", selon le chef du gouvernement qui a promis "un profond changement de méthode" dans l'acte 2 du quinquennat.

Dans la foulée de son discours, Edouard Philippe a obtenu la confiance des députés, par 363 voix, contre 163. Sur 573 votants, il y a eu 526 suffrages exprimés.

Accélérer la transition écologique

"Les douze prochains mois seront ceux de l'accélération écologique", a affirmé le Premier ministre Edouard Philippe devant l'hémicycle. Insistant sur "l'urgence écologique", il a indiqué que les propositions "les plus puissantes" de la convention citoyenne pour la transition écologique, voulue à l'issue du Grand débat et qui doit être réunie dans les semaines à venir, pourraient être soumises "à référendum".

Cette assemblée de 150 citoyens "pourra proposer de nouvelles mesures, elle pourra en définir le rythme et les financements. Elle rendra ses conclusions au début de l'année 2020", a dit M. Philippe.

Aussi, il souhaite que les projets de loi sur la mobilité et l'énergie-climat soient adoptés "avant l'été" et que "les aides existantes à la rénovation énergétique" soient remises "totalement à plat".

"Nous transformerons donc le crédit d'impôt de transition énergétique en une aide plus massive, versée en faveur de ceux qui en ont le plus besoin", a-t-il dit, se tournant notamment vers les députés pour faire des propositions.

Le texte de lutte contre le gaspillage sera en outre inscrit dans les trois "priorités" de l'Assemblée nationale pour la rentrée en septembre. La loi prévoira notamment la possibilité d'imposer l'incorporation de plastique recyclé dans toutes les bouteilles en plastique. Et "tous les produits en plastique jetables seraient bannis" de l'administration à compter de 2020.

Pénaliser les entreprises abusant des contrats courts

La future réforme de l'assurance-chômage comprendra un bonus malus qui s'appliquera "dans les 5 à 10 secteurs" d'activité utilisant le plus de contrats courts. Elle sera annoncée le 18 juin, et inclura aussi "une dégressivité de l'indemnisation sur les salariés qui perçoivent les salaires les plus élevés."

Selon l'Unédic, si le gouvernement se basait sur la moyenne générale du taux de recours aux contrats courts (11,1%), un peu moins de 18% des entreprises cotisant à l'assurance chômage seraient perdantes, c'est-à-dire qu'elles cotiseraient davantage que les 4,05% actuels ; 82% des entreprises seraient, quant à elles, gagnantes.

Parmi les entreprises "perdantes" figurent une surreprésentation du secteur de l'hébergement et de la restauration, de la fabrication des denrées alimentaires, de boissons et de produits à base de tabac ou encore du secteur de l'hébergement médico-social.

Lire aussi : Les conditions d'accès au chômage durcies pour les cadres à hauts revenus

Baisser les impôts : 27 milliards d'euros au total

Les impôts des ménages baisseront de 27 milliards d'euros sur le quinquennat, avec un gain en moyenne de 350 euros par foyer pour la première tranche de l'impôt sur le revenu, a indiqué Edouard Philippe.

"Le taux d'imposition de la première tranche de l'impôt sur le revenu, qui regroupe 12 millions de foyers, sera abaissé de trois points [de 14% à 11%]. Cela représente un gain moyen par foyer de 350 euros, soit, à ce niveau, un tiers de l'impôt en moyenne".

Il a également confirmé que "la taxe d'habitation sur les résidences principales sera intégralement supprimée pour l'ensemble des Français". Pour 80% des "Français les plus modestes (...) leur taxe sera intégralement supprimée en 2020. Pour les 20% restants, la suppression se déploiera sur trois années."

Le Premier ministre a toutefois prévenu que ces baisses d'impôts contraindront le gouvernement à "faire des choix pour contenir nos dépenses publiques". Il a ouvert quelques pistes, visant certaines niches fiscales et sociales jugées "anti-écologiques", ou celles "concentrées sur les très grandes entreprises" ou encore celles qui "réduisent les droits sociaux des salariés, comme la déduction forfaitaire spécifique".

Définir un "âge d'équilibre" pour la retraite au-delà de 62 ans

Aucune date n'a été donnée pour le début de l'examen au Parlement de la réforme des retraites. Son grand défi est d'unifier les 42 régimes existants en créant un système universel à points dans lequel chaque euro cotisé donnera des droits identiques, quel que soit le statut (salariés, indépendants, fonctionnaires) de celui qui cotise et le moment de sa carrière où il cotise.

L'âge légal de départ à la retraite sera maintenu à 62 ans, mais l'exécutif définira "un âge d'équilibre" et des "incitations à travailler plus longtemps".

Autre annonce : les "profils de carrière" de certaines professions, comme celui des enseignants, pourraient être revalorisées avec le nouveau mode de calcul "pour éviter qu'elles ne soient défavorisées dans le nouveau régime".

Financer la dépendance : les premières mesures dans le budget 2020 de la Sécu

Des "mesures favorisant le maintien à domicile" des personnes âgées et des "investissements" dans les maisons de retraite seront incluses dans le budget 2020 de la Sécu, a promis Edouard Philippe. Un projet de loi sur la dépendance sera présenté "en fin d'année".

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, avait précisé en mars, à propos de son futur projet de loi, qu'il s'agirait de faire financer par la "solidarité nationale" la prise en charge de la dépendance, mais en excluant tout impôt supplémentaire.

Ouvrir la PMA "à toutes les femmes"

Initialement censé arriver au Parlement fin 2018, le projet de loi bioéthique, qui prévoit l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, sera adopté en conseil des ministres "fin juillet" avant d'être débattu au Parlement "dès la fin septembre" avant la discussion budgétaire.

Réduire le nombre de parlementaires "d'un quart"

Concernant la réforme constitutionnelle voulue par Emmanuel Macron mais dont l'examen a été interrompu l'été dernier par "l'affaire Benalla", le gouvernement est prêt à "présenter dès ce mois-ci" les trois textes qui la composent - projet de loi constitutionnelle et deux projets de loi complémentaires, organique et ordinaire.

Mais Edouard Philippe a (aussi) dit que le gouvernement était prêt à reporter l'examen de cette réforme après les sénatoriales de 2020, si un accord avec le Sénat se révélait impossible (le soutien d'une bonne part des sénateurs LR est indispensable).

"La réalité aujourd'hui, c'est que nous sommes proches d'un accord sur le projet de loi constitutionnelle mais que ce n'est pas encore le cas sur le projet de loi organique, en particulier sur la question de la réduction du nombre de parlementaires (...) "Nous ne mobiliserons pas du temps parlementaire pour, in fine, constater le désaccord du Sénat" à majorité de droite.

Le résultat du vote des Sénateurs qui suivra le discours du Premier ministre jeudi matin donnera déjà une indication du rapport de force au Sénat.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2019 à 18:31 :
Comme Macron Philippe Lemaire darmanin Buzyn des m’ont songé les riches ils sont gagnant stop la magouille des responsable au détriment des travailleurs retraitée handicapés Macron c est un arnaquer Macron c est petit arrêt de nommer Brigitte Macron la première dame de France c est pas l’Amérique
a écrit le 13/06/2019 à 21:01 :
Il verdit sa politique comme le bronze quand il vieillit. Cela devient moche..
a écrit le 13/06/2019 à 8:46 :
Comment FAIRE confiance à des deputes qui votent ce programme sans son financement ,,,, Depuis 40 ans la meme musique OU EST LA PROMESSE DE MACRON DE MODERNISER ??
a écrit le 13/06/2019 à 7:32 :
On constate une fois de plus que tous les Français ne sont pas égaux dans le traitement fiscal. Il y a ceux qui payent et ceux qui encaissent. pourtant la devise de la République est égalité; elle n'est jamais respectée.
a écrit le 13/06/2019 à 4:32 :
"La situation perdure depuis deux ans" etc....
Ce qui prouve bien l'incapacite de cette firme au gvt.
Philippe n'est que la voix de son maitre, tout comme fillon du temps du sarkome.
Pauvre France.
Réponse de le 13/06/2019 à 8:17 :
"Quand je me regarde , je me désole. Quand je me compare je me console."
La France est un pays bien plus social et équilibré que beaucoup d'autres.
La redistribution de la richesse mieux réparti et les besoins vitaux mieux pris en compte. On peut toujours trouver des points d'amélioration, mais c'est un pays qui est loin du déclin que beaucoup lui promettent. Le bashing permanent de certains français sans regarder la globalité est déprimante.
Par exemple, l'Allemagne a peu de chômage : mais elle a beaucoup plus de travailleurs pauvres , de retraités obligés de travaillés, de personnes pauvres, et un taux de natalité qui ne permet pas le renouvellement des générations..................
Réponse de le 13/06/2019 à 8:54 :
Cher Gépitau : d'accord avec vous, cependant l'absence de volonté politique affichée de défendre notre modèle et une certaine fascination de nos autorités envers les politiques à anglosaxonnes me préoccupe surtout pour les générations à venir qui risque de vivre dans le paradis des riches, le purgatoire du sage et l'enfer des pauvres, hélas. Attendons les décrets d'application de cette loi fourre tout, une de plus. J'avoue que j'ai toujours un peu de mal à considérer la situation des pauvres comme une normalité, pensée pour ceux de la porte de la chapelle.
a écrit le 13/06/2019 à 2:49 :
La confiance du gouvernement Philippe est votée ? Plus de social est pour indexer les retraitées sur l inflation 2018 ils reste 1.3 % de rattrapage pas un mot ça continue la m’aime politique ils ont la majorité les gilets jaunes ont dû travailler pas finis ?
a écrit le 13/06/2019 à 0:18 :
Il me semblait que lors de sa conférence de presse le Président Macron avait demandé à son premier ministre de lui présenter un programme de réduction des dépenses publiques et en particulier de suppression d'agences gouvernementales jugées inutiles. Tout cela serait déjà oublié? Les soi disant baisses d'impôts vont être financées par du déficit et au final par de la dette qui appelera de nouveaux impôts surtout s'il faut un quinquennat pour privatiser deux entreprises dont l'une partiellement...
a écrit le 12/06/2019 à 21:45 :
Autant nous le dire avec Philippe c' est reparti pour la poursuite sanglante de la feuille de route des GOPE de Bruxelles maintenant que les européennes sont passées et les GOPE arrivées) mais P. est un taiseux qui ne sait pas se raconter mais fort bien nous berner ...
a écrit le 12/06/2019 à 20:28 :
Vous avez vu l' incroyable arnaque du gouvernement Macron-Philippe qui va augmenter les tarifs d' edf afin de privatiser au prétexte d'ouverture et d' une nécessaire concurrence libre et non faussée (faire baisser les prix) ?!
Réponse de le 13/06/2019 à 4:35 :
He, oui, meme procedure a quelques details pres que la privatisation de vos autostrades.
Le nouveau monde de micron, les recettes de l'epoque de chirac en pire.
Réponse de le 13/06/2019 à 11:09 :
En meme temps vous avez du remarquer que le prix des carburants baisse :le gouvernement agit!
Réponse de le 13/06/2019 à 20:14 :
@jessifer Parce que le baril baisse et Bozo n' y est pour rien, vous avez mangé un clown qui nous faites nous tordre ...?
a écrit le 12/06/2019 à 19:29 :
IL y a 100 milliards de niches fiscales , les supprimer, c'est baisser l'IR massivement.
Beaucoup de contribuables n'ont pas les moyens de défiscaliser leurs revenus, par ex , le Pinel locatif, les Coficas etc...
a écrit le 12/06/2019 à 19:18 :
1) Il va falloir supprimer beaucoup de lit dans les hôpitaux.
La solution du haut conseil machin chose : développer l’ambulatoire post-mortem.

2) généralisation du stationnement payant dans chaque rue des villes de plus de 500 habitants. Disons 1€ la minute. Possibilité sera laissée aux municipales d’y ajouter une taxe locale assortie de l’habituelle CSG et de la TVA.

3) privatisation des voies d’accès aux autoroutes.

4) création d’un permis à point pour trottinette, skateboard, roller, fauteuil roulant, poussette...avec contrôle technique annuel plus le port obligatoire d’un casque, d’un gilet, d’une combinaison, de gants, de lunettes...sinon 135€ d’amende..

5) création d’une taxe de solidarité écologique pour le développement de l’eco conduite et de la mobilité blabla.

6) transformation du périphérique parisien en équipements publics (piste cyclable, atelier du peuple, salle de shoot, ...)
....
a écrit le 12/06/2019 à 19:18 :
Du discours "fleuve" de Philippe, l'on en retient beaucoup de blas blas, promesses fondées sur des statistiques mensongères

nul doute que les macronistes ont du connaître un orgasme prolongé intense durant l'expression philipienne de ce charabia.
a écrit le 12/06/2019 à 19:00 :
Bonjour ,

Les priorités énumérées ne sont pas possibles à faire concrètement , réellement en peu de temps.

Je pense que le gouvernement devrait prendre un «  dossier » par an et le mettre a plat de A à Z , pour concrétiser «  vraiment » des actions efficaces à retombée rapide.

Quand il y a trop de dossiers : c’est carrément ingérable.

A mon sens la priorité cette année est la réforme en matière emploi- chômage .

L’année prochaine Dossier santé

L’année suivante les retraites

Ce qui serait astucieux est de communiquer les mesures en amont pour que les populations comprennent les réformes.

Cordialement,
a écrit le 12/06/2019 à 18:35 :
Les Maires de la droite rejoignent macron par peur du Rassemblement National et pour lui faire barrage aux prochaines élections municipales. Mais cette fois-ci les citoyens ont compris le stratagème. Je viens de rencontrer une personne ayant travaillé en déplacement sur la ville de Gap. Il m'a raconté le nombre important de migrants dans cette ville de province et il y en aurait également énormément sur la ville de Briançon. Je le crois et je pense que les personnes habitants ses régions seront influencées par cette situation, sans parler des touristes.
Réponse de le 12/06/2019 à 19:22 :
Idéal pour apprendre une, deux, trois, ...30 ...nouvelle(s) langue(s).
Et quand on connaît le prix d’un passeport, c’est gagnant gagnant.
Réponse de le 12/06/2019 à 20:08 :
Sauf que l' immigration est un sujet du strict champ de compétence de l' UE et pas du RN qui agite là son sempiternel hochet de fake opposant sur le sujet qu' il ne maitrise pas pour servir Macron ....
a écrit le 12/06/2019 à 18:00 :
Acte 2 pour le gouvernement, acte 30 pour les gilets jaunes. Si c'est un concours pour l’essoufflement, c'est le peuple qui va plus loin que l'élite administrative et qui va gagner tantôt!
a écrit le 12/06/2019 à 17:30 :
C est pas très concret une méfiance totale dans le gouvernement la même histoire plus pour les riches j ai pas confiance c est une campagne électorale de 2022 dommage que Macron a menti
a écrit le 12/06/2019 à 17:28 :
Il faut user de fanatisme aveugle pour le néo-libéralisme économique en tous domaines sans tenir compte du réel ce qui est une attitude de secte autoritaire, n'est-ce pas M Philippe ?

Car de même que le service public pourtant utile à la société qui en bénéficie est considéré comme une abomination à supprimer, nous assistons ici à une hausse des prix due à la mise en concurrence de ce marché, donc une aberration signée UE.

Mais tant pis pour le réel, il faut TOUT PRIVATISER, tant pis pour ceux qui ne pourront pas payer demain, ce qu'impose dictatorialement l'UE et vous n'avez qu'à la fermer et voter européiste plein pot (Macron, EELV) ou leurre lui aussi européiste (RN principalement maintenant vu l'effondrement de LFI), ce que d'ailleurs vous faites, c'est bien les petits, maman UE est très contente de vous et papa Juncker aussi est très content et trinque à votre non-santé !
Réponse de le 12/06/2019 à 18:20 :
¿??????!!!!Charabia ????!??
Réponse de le 12/06/2019 à 18:41 :
Quand les ténèbres s’abattront sur notre pauvre monde, seuls les illuminés n’auront pas besoin de lampe de poche. Ce jour-là, vous aurez un avantage incontestable sur le reste de l’humanité…
Réponse de le 12/06/2019 à 19:13 :
@Tartemolle La vôtre a du dégouliner sur vos lunettes et ceci explique que vous n' y voyez pas trop clair. Quant à Valbel 89 nous l' avons connu à peu près constamment à côte de la plaque.
Réponse de le 12/06/2019 à 20:11 :
On s'en fout a la fin des temps ce sont les lapins qui seront les maîtres du monde, l'eternité n'a pas d'autre projet viable c'est ça ou rien. Bien fait pour vous, on vous enfermera dans des cages et on mangera vos enfants, chacun son tour, bien fait bien fait bien fait

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :