En Europe, les entreprises à forte croissance décollent

 |   |  590  mots
Les entreprises à forte croissance ont progressé de 25,7% entre 2015 et 2016 en France contre 13% en moyenne dans l'Union européenne.
Les entreprises à forte croissance ont progressé de 25,7% entre 2015 et 2016 en France contre 13% en moyenne dans l'Union européenne. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le nombre d'entreprises à forte croissance a bondi de 13% entre 2015 et 2016 profitant d'une conjoncture économique favorable. Cette moyenne masque cependant des disparités entre les pays.

L'essor des entreprises à forte croissance se confirme sur le sol européen. En 2016, près de 180.000 entreprises du secteur privé employant au moins 10 salariés étaient reconnues comme des entreprises de cette catégorie contre 158.000 en 2015 et 144.000 en 2014, selon une étude de la Commission européenne publiée ce jeudi 5 avril. Les entreprises à forte croissance se démarquent par une croissance moyenne annualisée du nombre de salariés supérieure à 10% par an, sur une période de trois ans et un effectif d'au moins dix salariés en début d'activité. Ces entreprises jouent un rôle moteur dans la croissance économique et la création d'emplois. Toutes ces firmes emploient environ 15 millions de personnes dans l'UE.

Lire aussi : Loi Pacte : quels sont les leviers pour faire grandir nos entreprises ?

Une variation à la hausse

Sur le vieux continent, les chiffres d'Eurostat indiquent que les entreprises à forte croissance ont bondi de 13% en moyenne en 2016 contre 7% l'année d'avant. Derrière ce chiffre, de véritables disparités apparaissent au sein de l'Europe. Sur les 27 pays où les données sont disponibles, seulement quatre ont connu une baisse de ce type de société. Il s'agit de la Lettonie (38%), de l'Estonie (-29%), de Malte (-18%) et de la Finlande (-4%). À l'inverse, Chypre (104,17%), la Roumanie (34%) et la Slovénie (28,05%) figurent sur les trois premières marches du podium. Quant à la France, elle se situe à la sixième position sur 27 pays en termes de progression.

(La Grèce ne figure pas sur le graphique en raison de l'absence de données pour l'année 2016.)

En valeur absolue, c'est l'Allemagne qui compte le plus d'entreprises de cette catégorie, suivie du Royaume-Uni (26.000), de l'Espagne et de la France (17.000 chacune) et l'Italie (15.000).

Un poids économiques relativement faible

Si l'essor des entreprises françaises à forte croissance est indéniable, leur poids dans l'économie tend à relativiser ces bonnes performances économiques. En effet, les entreprises à forte croissance ne représentaient que 8,5% des entreprises du secteur marchand en France. Ce qui classe l'économie tricolore à la 19ème place sur 24 en 2015.

À l'échelle européenne, des différences considérables ont été observées parmi les États membres s'agissant de la proportion d'entreprises à forte croissance, avec des pourcentages supérieurs à 12% comme l'Irlande (14,8%), la Hongrie (12,52%) ou la Slovaquie (12,23%). En revanche, le pourcentage le plus faible a été enregistré en Roumanie (2,25%), suivie à distance par l'Autriche (6,45%) et l'Italie (7,5%). En moyenne dans l'Union européenne, cette proportion atteint 9,9%.

L'hébergement et la restauration dominent les autres secteurs

Le nombre d'entreprises à forte croissance a augmenté dans tous les secteurs économiques rappelle le service de statistiques de la Commission européenne. L'hébergement et la restauration ont connu la plus forte dynamique entre 2015 et 2016 (20,6%), suivis du secteur de l'information et de la communication (15,4%) et celui du transport (+14,7%). À l'opposé, le secteur de l'énergie (gaz, électricité), ainsi que les banques et assurances ont connu les variations les moins dynamiques (respectivement +2,5% et +5,9%).

Cette démographie d'entreprises s'inscrit dans une conjoncture économique plutôt favorable avec une croissance vigoureuse en zone euro ces deux dernières années, mais plusieurs facteurs d'incertitude pèsent actuellement sur l'activité. Le secteur privé dans l'union monétaire connaît actuellement un ralentissement à la fois dans les services et dans l'industrie, selon les dernières enquêtes menées par l'institut Markit auprès de 5.000 entreprises au sein de la zone euro. L'expansion des entreprises à forte croissance pourrait donc être freinée dans les mois à venir si ce ralentissement se confirmait.

Lire aussi : Entreprises à forte croissance en Europe : la France à la peine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2018 à 0:01 :
Merci pour votre réponse très constructive!!!!
a écrit le 06/04/2018 à 15:21 :
Une étude sur les dépenses de santé aux USA et autres pays développés a été publiée par des chercheurs d'Harvard et de la LSE en mars :
http://www.commonwealthfund.org/publications/in-the-literature/2018/mar/health-care-spending-united-states-other-high-income-countries
Il ressort que la France a la plus faible part des dépenses d’administration dans la dépense totale avec le Japon, à 1%. Les US sont les plus mauvais à 8% de la dépense totale. L'Allemagne est à 5%.
Une étude d’il y a quelques années montrait par ailleurs que la France est la mieux classée pour les morts évitables (bon indicateur pour la qualité des soins), les US étant là aussi derniers (Allemagne pas très bien positionnée) :
http://www.commonwealthfund.org/publications/press-releases/2011/sep/us-ranks-last-on-preventable-deaths
Etude confirmée par les données récentes (2016 & 2017) d’Eurostat sur les morts évitables.

Les US sont derniers alors qu'ils sont censés être le pays du secteur privé plus efficace que le public, qu'ils sont censés être la nation de l'innovation et des compétences et qu'ils sont censés être le royaume de l’informatique/numérique/intelligence artificielle devant améliorer la gestion/les résultats. Même réflexion pour l'Allemagne.
A l'évidence, il y a pas mal d'intelligence en France (voir aussi ratio brevets obtenus/demandes de brevets, classement Reuters des Instituts de Recherche les plus innovants, Clarivate Top 100 Global Innovators, Deloitte Tech Fast 500 EMEA, Robocup Soccer, PWC cities of opportunity, très bonne industrie de Défense, etc...).
Pas de doutes que le pays va faire des choses bien en IA et autres techno.
a écrit le 06/04/2018 à 13:51 :
''L'Allemagne compte le plus d'entreprises de cette catégorie, suivie du Royaume-Uni (26.000), de l'Espagne et de la France (17.000 chacune) et l'Italie (15.000).''

Cette information confirme le déclassement de la France face à ses deux concurrents directs, le Royaume-Uni et l'Allemagne... et montre aussi que la France se situe au niveau de l'Espagne et de l'Italie (ce que tout le monde sait, sauf les Français).

''Les entreprises à forte croissance ne représentaient que 8,5% des entreprises du secteur marchand en France. Ce qui classe l'économie tricolore à la 19è place sur 24 en 2015.''

Cette information confirme que la France se déclasse même au profit de petits pays beaucoup plus innovateurs et dynamiques.

Conclusion : l'article ne fait que souligner la glissade de la France depuis 10 ans, et montre qu'elle a beaucoup de mal à se relever de la dernière crise économique... et reste toujours une économie sous perfusion.
a écrit le 06/04/2018 à 9:27 :
voir l'article du FT de ce jour : "Paris closes gap on London as corporate hub", Financial Times, 06/04/2018. mais en fait Paris/France dominent Londres/UK depuis un bout de temps (taux d'investissement des entreprises, dépense de R&D, dépôts de brevets, ratio obtention brevets/demandes de brevets, productivité, classements Reuters des Instituts de Recherche les plus innovants ou Clarivate Top 100 Global Innovators, performance du système de santé, investissement public, etc...).
le nombre d'entreprises des secteurs "high tech" a quasiment doublé en France entre 2009 et 2014, meilleure performance des pays développés de l'UE avec Pays-Bas (Eurostat). d'ou la domination française du Deloitte Tech Fast 500 EMEA pour la 7e année consécutive.
Réponse de le 06/04/2018 à 10:51 :
"le nombre d'entreprises des secteurs "high tech" a quasiment doublé en France entre 2009 et 2014,"

sauf que là on vous parle d'hébergement et de restauration, ce serait bien de faire au moins semblant de vous intéresser aux articles sous lesquels vous vous sentez tellement obligé d'intervenir hein...
Réponse de le 06/04/2018 à 11:58 :
mais qu'est-ce que tu me racontes là, Willy ?!? :-)
le Deloitte Tech Fast 500 est un classement d'entreprises à forte croissance (des secteurs "high tech"). l'article couvre tous les secteurs, y compris "high tech".
Réponse de le 06/04/2018 à 14:54 :
https://www.latribune.fr/economie/france/en-europe-les-entreprises-a-forte-croissance-decollent-774297.html

C'est la page sur laquelle vous avez fait le même commentaire, "garçon".
Réponse de le 06/04/2018 à 16:34 :
oui. mon commentaire sur l'article de Grégoire semblait ne pas avoir été pris en compte ce matin. j'ai voulu voir ce que cela donnait sur un autre article.
Réponse de le 09/04/2018 à 13:42 :
"oui. mon commentaire sur l'article de Grégoire semblait ne pas avoir été pris en compte ce matin. j'ai voulu voir ce que cela donnait sur un autre article. "

Et moi je suis le père noël qui distribue les cadeaux aux enfants sages...

Vous êtes pris la main dans le sac, grandissez enfin et assumez, merci.
Réponse de le 09/04/2018 à 14:40 :
"oui. mon commentaire sur l'article de Grégoire semblait ne pas avoir été pris en compte ce matin. j'ai voulu voir ce que cela donnait sur un autre article. "

Ouais c'est la foire aux slips quoi hein... -_-

Vous devriez sortir un peu de derrière un écran de temps en temps.
a écrit le 06/04/2018 à 9:22 :
frexit pour baguettes sous le bras et gauloises sans filtre ...vive n'importe quoi !
Réponse de le 06/04/2018 à 9:46 :
SOus chaque commentaire est écrit en rouge "répondre" qui permet de répondre au commentaire, il est vraiment dommage que vous postiez un commentaire en l'air alors que visiblement une tentative de réponse, de contradiction peut-être ? Au mien.

ET là j'aurais pu passer à côté de cet incroyable commentaire que vous formulez et ça aurait été vraiment dommage hein...

"vive n'importe quoi !"

Ah non, je vous garantie que si vous pouviez arrêter ce ne serait pas du luxe, merci.
Réponse de le 08/04/2018 à 12:20 :
"Ah non, je vous garantie que si vous pouviez arrêter ce ne serait pas du luxe, merci."

Garantir, troisième groupe, si vous pouviez respecter le français, ce ne serait pas du luxe, merci.
a écrit le 06/04/2018 à 8:49 :
Si elles sont à forte croissance c'est normal qu'elles décollent non ?

Ya l’ascenseur qui monte vers le haut aussi...

"L'hébergement et la restauration dominent les autres secteurs"

Des secteurs porteurs d'avenir...

Bref, l'Europe !

Vite un frexit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :