Fin des 10 km le 2 mai ? Terrasses rouvertes mi-mai ? Un Conseil de défense très attendu

 |  | 607 mots
Lecture 3 min.
Photo d'illustration: un aide de camp surveille la cour de l'hôtel Matignon en attendant l'arrivée des prochains hôtes que va recevoir le Premier ministre, ce 23 novembre 2020.
Photo d'illustration: un aide de camp surveille la cour de l'hôtel Matignon en attendant l'arrivée des prochains hôtes que va recevoir le Premier ministre, ce 23 novembre 2020. (Crédits : Reuters)
Un Conseil de défense se tient mercredi matin, alors que la situation sanitaire ne s'améliore que très lentement avec, encore, 33.000 cas de contaminations par jour en moyenne. Mais une source proche de l'exécutif a donné quelques informations sur des allégements progressifs de restrictions de circulation du public et de réouverture de lieux publics fermés.

L'exécutif prévoit de lever le 2 mai l'interdiction de s'éloigner de plus de 10 km de son domicile, d'alléger éventuellement le couvre-feu et de rouvrir à partir de mi-mai les terrasses, commerces non alimentaires et lieux de culture, avec des jauges réduites, a expliqué à l'AFP une source proche de l'exécutif.

Comme il l'avait indiqué fin mars, Emmanuel Macron reprendra lui-même la parole pour annoncer les modalités de la réouverture, vraisemblablement d'ici la première semaine de mai, selon cette source.

Un Conseil de défense se tient mercredi matin, alors que la situation sanitaire ne s'améliore que très lentement.

Quel calendrier d'allégement après quatre semaines de restrictions ?

Le chef de l'Etat avait annoncé le 31 mars, pour quatre semaines à partir du samedi 3 avril - donc jusqu'au 2 mai - un couvre-feu à 19 heures dans tout l'Hexagone, la limitation des déplacements à 10 km du domicile sauf motif impérieux, ainsi que le recours systématique au télétravail.

Il avait aussi évoqué une réouverture à partir de la mi-mai pour les terrasses de cafés-restaurants et des lieux de culture, un objectif qu'il a réaffirmé ensuite devant des maires et qu'ont confirmé des membres du gouvernement.

Ce calendrier de réouverture est acté, a souligné cette source proche de l'exécutif. Et il n'y aurait donc plus d'attestation de sortie début mai.

L'exécutif mise sur la décroissance de l'épidémie

Ce choix reflète la conviction, à l'Elysée comme à Matignon, que le nombre de contaminations tombera autour de 20.000 par jour d'ici un mois et que l'objectif des 20 millions de vaccinés avec au moins une dose, prévu mi-mai, sera atteint.

L'Elysée rappelle de son côté que "le président s'est engagé sur un calendrier de réouvertures progressives et fonction de l'évolution de l'épidémie".

L'épidémie amorce un pente descendante, avec une baisse des contaminations. Depuis cinq jours, "nous amorçons une décroissance de l'épidémie", avec 33.000 cas par jour en moyenne, a estimé le ministre de la Santé Olivier Véran dans une interview au Télégramme.

Couvre-feu "allégé": à 20h ou à 23h ?

Plusieurs points restent en discussion d'ici début mai. À commencer par le couvre-feu, que les plus prudents au gouvernement voudraient retarder d'une heure au maximum en métropole, à 20 heures, tandis les partisans de la réouverture plaident pour 23 heures. Dans des cas similaires, le chef de l'Etat a souvent opté pour un compromis à mi-chemin.

Les multiples questions en suspens

Autres questions à trancher, les jauges dans les lieux de culture et la taille des commerces pouvant rouvrir. Des concertations se poursuivent aux ministères de la Culture et de l'Economie avec les professionnels.

Les jauges pourraient varier en fonction des territoires, avec un seuil plancher à 35%, qui varierait en fonction du niveau de circulation du virus.

Le calendrier des prochaines étapes d'ouverture (salles de sports, boîtes de nuit, festivals, etc.) reste également à préciser.

L'exécutif réfléchit aussi à déployer des autotests dans les établissements scolaires, autotests que la Haute autorité de santé devrait autoriser cette semaine.

Ce sujet, tout comme le protocole sanitaire à appliquer à la rentrée, soulève des questions d'organisations complexe. Faut-il prévoir systématiquement un adulte pour superviser les tests, pas si simples à effectuer ? Et faut-il tester tous les enfants et à partir de quel âge ?

Le gouvernement envisage également, comme l'a évoqué Emmanuel Macron mardi soir lors de la réunion hebdomadaire à l'Élysée sur la vaccination, une campagne de communication pour rassurer les Français sur le vaccin AstraZeneca, objet de réticences.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2021 à 14:12 :
Le nombre de crédules qui croient au tests PCR est juste hallucinant ! L'inventeur du PCR a TOUJOURS expliqué qu'il n'est pas possible de l'utiliser pour des détections de masse, IL EST TRES CLAIR ! Et pourtant on nous ment depuis le début avec les CAS ! Plus besoin de parler de morts !
Un tribunal de type "nuremberg" se prépare JUSTEMENT pour mettre en prison ceux qui ont mentit depuis le premier jour en toute conscience ! Vous le savez ? J'imagine NON ! L'OMS est 100% contre le pass vert ? Le vaccin en phase 3, personne ne sait ce que ça va donner !

33000 cas par jour, ça ne veut STRICTEMENT rien dire, c'est juste 100% FAUX mais c'est grâce à ça qu'il reste encore des gens qui ont peur (heureusement une très grande partie des gens réalise cette supercherie).

Le gouvernement sait très bien que c'est faux, ils vont réouvrir tout simplement. Personne ne sait qu'il y a désormais 2 x moins de métros et RER !!!! Ils s'entassent ! C'est pas des CLUSTER ? Un peu de sérieux et que les Français reviennent à la réalité et arrête de croire ces annonces complètement fausses, ça va prendre du temps mais ça se fera, c'est tellement faux que ça commence à se voir !
a écrit le 21/04/2021 à 14:01 :
Le plus judicieux est de soulager les commerçants et l’économie, réouvrir selon le chiffre du covid ( en dessous de 1 )et ouvrir les écoles aussi , pour une reprise normale , proposer un test toutes les semaines , garder les distances , mais il faut continuer à vivre normalement , des les premiers symptômes ou sans symptômes, faut consulter pour prévenir qu’aller remplir les hôpitaux, car la réanimation est une étape dangereuse , faut éviter cette étape .
Si nous restons tous responsables et attentifs et faisant un test par semaine à domicile et nous déplaçons dans le respect de ne pas propager , ça peut aller mieux.
Par contre les vaccinés sont contagieux, ils doivent « aussi » porter le masque pour ne pas le filer au plus faibles et aux autres.
Réponse de le 21/04/2021 à 14:15 :
Mais oui, c'est ça, on n'a que ça à faire, de faire un test par semaine. N'importe quoi.
a écrit le 21/04/2021 à 12:49 :
J'ai bien peur que si on réouvre les écoles trop tôt on parlera plutôt de reconfinement dans 4 semaines qu l'inverse.

Manifestement on n'est pas encore revenu à une situation satisfaisante sur la majorité du territoire.
Réponse de le 21/04/2021 à 14:14 :
Sur le plan épidémique, la situation actuelle me satisfait totalement
a écrit le 21/04/2021 à 12:46 :
Moi j’ai toujours pensé que la France 🇫🇷 Était un pays de liberté , liberté d’expression , force , un pays qui ne pliera jamais devant les lobbys , que la France ferait passer la prévention ( soigner les gens ) avant la dictature des Big Pharma , vendeur de vaccins ( des miroirs aux alouettes) . Aujourd’hui la grandeur de la France a été terni «  par toute cette gestion depuis deux ans «  pour imposer des vaccins dont nous avons aucun recul et d’ici 5 ou 10 ans , les responsables auront pris la poudre d’escampette.
Quoi que décide aujourd’hui le gvt , ça n’a plus aucun impact, nous avons perdu notre liberté .
Comment voulez être un exemple alors que vous pliez «  devant les lobbys « et «  la fabrique de pseudo urgence « 

Si il y a urgence , cela fait deux ans que des traitements préventifs soignent des malades pour leur éviter la réanimation !
Réponse de le 21/04/2021 à 13:45 :
fin de la dictature pour raisons electoralistes !
a écrit le 21/04/2021 à 11:53 :
Le président français n'est plus que le préfet de la France, ses pouvoirs sont tellement limités qu'ils se cantonnent à des mesures administratives, c'est quand même particulièrement hallucinant. Il nous a d'ailleurs promis dès la première année de son mandant de rester à l'heure d'été puis plus rien, même pour ça ce n'est pas lui qui décide mais visiblement le lobby agroindustriel.

Vite un frexit, vu que nous sommes pauvres autant devenir enfin libres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :