Merkel veut pouvoir imposer un confinement strict à toute l'Allemagne si besoin

 |  | 699 mots
Lecture 4 min.
Une réunion, prévue lundi, a été annulée entre la chancelière allemande et les 16 dirigeants régionaux, au cours de laquelle devait être discuté une extension des mesures de restriction.
Une réunion, prévue lundi, a été annulée entre la chancelière allemande et les 16 dirigeants régionaux, au cours de laquelle devait être discuté une extension des mesures de restriction. (Crédits : MICHAEL KAPPELER)
Alors que certains États allemands ont imposé des couvre-feux nocturnes durant la période de Pâques, d'autres Länder s'emploient à assouplir leurs restrictions. Pour contrer la diversité d'application des règles, la chancelière allemande prévoit d'étendre ses prérogatives, dans le but d'imposer des "mesures de freinage d'urgence contraignantes et étendues pour les territoires ayant un taux d'incidence supérieur ou égale à 100".

La chancelière allemande, Angela Merkel, prévoit d'étendre ses prérogatives face aux dirigeants régionaux pour imposer des mesures de restrictions plus strictes à l'échelle nationale dans un contexte de résurgence de l'épidémie due au nouveau coronavirus, a déclaré vendredi une source gouvernementale.

"Le gouvernement fédéral prévoit de présenter un projet de loi la semaine prochaine, en étroite coordination avec les Länder, qui comprend des mesures de freinage d'urgence contraignantes et étendues pour les territoires ayant un taux d'incidence supérieur ou égale à 100", a déclaré la source.

Les Länder "bons élèves" garderont leur autonomie de décision

Les Länder dont le taux de contamination sur sept jours est inférieur à 100 pour 100.000 habitants conserveront toutefois leurs prérogatives pour ralentir la propagation du virus.

L'Allemagne peine à se sortir de la troisième de vague de l'épidémie de COVID-19. Angela Merkel et plusieurs dirigeants régions ont appelé à un confinement strict d'une courte durée conjugué à une accélération de la campagne vaccinale pour faire baisser la pression sur le système hospitalier.

D'après les données publiées vendredi par l'Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses, le taux d'incidence sur sept jours s'est établi à 110,4 et le nombre de cas confirmés de contamination a bondi de 25.464, soit 3.576 de plus que les sept jours précédents.

Le RKI indique toutefois que ces chiffres pourraient ne pas refléter la réalité de la situation épidémique en raison du long week-end de Pâques. Des données plus fiables sont attendues vers le milieu de la semaine prochaine.

Réunion annulée entre la chancelière et les 16 dirigeants régionaux

Une réunion entre la chancelière allemande et les 16 dirigeants régionaux prévue lundi au cours de laquelle devait être discuté une extension des mesures de restriction a été annulée, a déclaré à Reuters la source gouvernementale.

Vendredi, le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a estimé que des mesures à l'échelle nationale étaient nécessaires pour faire reculer le plus rapidement possible la vague actuelle de contaminations. S'exprimant devant la presse, il a souligné que près de 4.500 patients étaient actuellement en soins intensifs en Allemagne:

"Si cela continue, ce sera trop pour notre système de santé", a-t-il prévenu.

La chancelière veut un confinement court mais strict

Mercredi 7 avril, une porte-parole du gouvernement allemand avait déclaré que la chancelière Angela Merkel soutenait les appels à un confinement court mais strict en Allemagne pour enrayer l'épidémie due au coronavirus.

L'Allemagne peine à freiner une troisième vague de contaminations et les dirigeants de plusieurs Länder ont réclamé un confinement draconien mais de courte durée pour permettre au pays de regagner du terrain face à l'épidémie grâce à la vaccination.

"Chaque appel en faveur d'un confinement court, uniforme, est juste", a dit la porte-parole, Ulrike Demmer, à la presse, en soulignant la hausse du nombre de patients en soins intensifs dans les hôpitaux allemands.

En Allemagne, le taux d'incidence est à 110,1 (contre 400 en France)

"Nous avons besoin d'une incidence stable inférieure à 100", a-t-elle ajouté, en référence au nombre de cas enregistrés sur sept jours pour 100.000 habitants. Ce taux est actuellement de 110,1, selon l'institut Robert-Koch.

À titre de comparaison, cet indicateur est supérieur à 400 en France, où les mesures de restrictions ont été durcies cette semaine.

Quand certains Länder durcissent les mesures, d'autres les assouplissent

Ulrike Demmer a aussi déclaré que le gouvernement réfléchissait au bien-fondé d'éventuelles mesures nationales, plutôt que régionales.

"La diversité des règles ne facilite pas leur acceptation", a-t-elle dit.

Alors que certains Etats allemands ont imposé des couvre-feux nocturnes durant la période de Pâques, d'autres s'emploient à assouplir leurs restrictions.

L'Allemagne a signalé mercredi 9.677 nouvelles contaminations pour un total de plus de 2,9 millions, selon les données de l'institut Robert Koch, qui a toutefois mis en garde contre une possible sous-évaluation durant les congés de Pâques. L'épidémie a fait plus de 77.000 morts dans le pays.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2021 à 17:34 :
Puni pour s’être fait vacciner sans y avoir droit. Le maire de la ville allemande de Halle, Bernd Wiegand, a été suspendu mercredi de ses fonctions par le conseil municipal pour avoir été vacciné en janvier contre le Covid-19 sans faire partie des populations prioritaires.
Une majorité de 34 conseillers sur 48 ont voté mercredi soir, lors d’un conseil municipal spécial, la suspension temporaire du maire (sans étiquette) de Halle, une localité du Land de Saxe-Anhalt, dans le centre de l’Allemagne.L’édile, âgé de 64 ans, avait reçu en janvier une dose, alors que l’accès au vaccin était alors réservé en Allemagne aux personnes âgées. L’homme, actuellement en vacances et absent mercredi soir de la réunion du conseil, avait expliqué qu’il avait été vacciné pour éviter que des doses restantes soient gaspillées.Mais ses explications ont fluctué au fil du temps au sujet de cette vaccination, révélée plusieurs semaines après. Bernd Wiegand avait ainsi un temps affirmé avoir bénéficié d’un tirage au sort.

Des membres du personnel de la ville auraient elles aussi eu accès à des vaccins sans être prioritaires, ce que le maire aurait tenté de tenir secret, selon de premiers éléments d’une enquête du parquet de Halle. Des conseillers municipaux ont eux aussi reçu des injections prématurées. Ils ont depuis présenté leurs excuses. L’élu peut encore déposer un recours contre sa suspension, dont la durée n’est pas précisée, devant un tribunal administratif.
a écrit le 09/04/2021 à 17:16 :
Pendant ce temps chez nous

Ils étaient venus exprimer leur deuil, ils sont repartis avec une amende. Le 18 février dernier, des étudiants de l’université de Nanterre s’étaient rassemblés à l’occasion d’une marche-hommage en souvenir de Guillaume T., un étudiant retrouvé pendu dans sa chambre située sur le campus. Comme le révèle Le Parisien le 8 avril, une dizaine d’étudiants et sept élus de la majorité du conseil municipal de Nanterre ont été verbalisés pour "violation du couvre-feu".
Guillaume T. s’était donné la mort le 9 février, une semaine après avoir accusé de viol l’élu communiste Maxime Cochard et son compagnon. "Je suis déboussolé", a déclaré un étudiant prénommé Julien auprès du Figaro Étudiant. "Guillaume était un voisin, un ami. C’est très difficile, très difficile… Après son décès, il y a des personnes qui ont tenté des choses du même ordre. Il y a des personnes ici qui sont suicidaires", a-t-il rappelé au cours de cet événement visant également à rappeler la précarité étudiante grimpante en cette période de crise.Les forces de l’ordre ont donc verbalisé des personnes présentes, à une dizaine de mètres seulement en dehors de la zone universitaire. Pour autant, les personnes concernées ont fait savoir qu’elles refusaient de payer ces contraventions, qu’elles jugent "disproportionnées". Riane, une des étudiantes présentes ce soir-là, argue auprès du Parisien que leur démarche n’était pas une "manifestation mais une marche silencieuse pour exprimer notre deuil".

À la fin du mois de mars, les personnes ayant reçu ces avis de contravention ont entamé un recours auprès du tribunal de police. Leur avocat, Arié Alimi, précise par ailleurs qu’il prévoit de contester le motif de manifestation. En effet, argue-t-il, "il existe des dérogations au couvre-feu concernant des processions funèbres". Selon lui, ces verbalisations traduisent "la volonté de criminaliser des étudiants".
a écrit le 09/04/2021 à 16:18 :
Anticiper les pouvoirs juridiques pour pouvoir écraser ( malmener ) les populations
lors des manifestations de populations débordantes ?
a écrit le 09/04/2021 à 14:32 :
L’Allemagne a un manque à gagné si les restrictions se lèvent .
a écrit le 09/04/2021 à 13:12 :
La dérive fasciste de l'UE qui n'était que rampante, même si avec la Grèce les vieux réflexes sont vites revenus, commence à montrer son vrai visage.

"Si cela continue, ce sera trop pour notre système de santé",

ALors ça sert à quoi d'être riche ?

Quelle vaste superchierie que notre système quand même hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :