Frédéric Cuvillier  : «Méfions-nous du triptyque traditionnel  : crise, relance et récession»

 |   |  1448  mots
Frédéric Cuvillier : Lorsqu'on se retrouve confronté à une crise de cette ampleur, la réflexion la plus adaptée n'est pas de penser au «monde d'après», mais de savoir organiser «le monde avec», sous peine de paralyser toutes les mesures d'adaptation qui s'imposent....
Frédéric Cuvillier : "Lorsqu'on se retrouve confronté à une crise de cette ampleur, la réflexion la plus adaptée n'est pas de penser au «monde d'après», mais de savoir organiser «le monde avec», sous peine de paralyser toutes les mesures d'adaptation qui s'imposent...". (Crédits : DR)
ENTRETIEN. Réélu dès le premier tour avec 66,81% à la mairie PS de Boulogne-sur-Mer, Frédéric Cuvillier, l'ancien ministre des Transports, de la Mer et de la Pêche, monte au créneau pour réclamer une plus grande autonomie des territoires et exhorte le gouvernement à s'expliquer sur la gestion de la crise du Coronavirus, en réclamant l'ouverture d'une enquête parlementaire.

De quelle manière la crise de la Covid-19 a-t-elle modifié vos responsabilités de maire?

Frédéric Cuvillier. Lorsque l'état d'urgence sanitaire a été décrété, il a été demandé aux maires, d'assurer la continuité des besoins essentiels de la Nation, sans en avoir les moyens. Nous avons dû prendre seuls, des mesures qui se sont parfois substituées à certaines déclarations du gouvernement et ce, au milieu des élections municipales. L'Etat n'était pas prêt à affronter une crise d'une telle ampleur (...) Dans ma ville, nous avons rapidement instauré des cellules de crise, annulé des événements, réorganisé les marchés et apporté un soutien aux personnes les plus vulnérables. L'exercice n'était pas simple car aucun maire de commune importante ne dispose d'un fichier actualisé de sa  population. Il nous a donc fallu nous reporter sur les listes électorales pour organiser les mesures d'urgence!

Vous avez déclaré que la gestion de la crise présentait beaucoup d'incohérences et dénoncé «le mépris et l'arrogance» du gouvernement. Qu'est-ce qui justifient de tels propos ?

C'est face à la crise que nous pouvons apprécier la qualité de la gouvernance, or, nous avons assisté à une véritable cacophonie. La porte-parole du gouvernement est capable d'annoncer tout et son contraire, à commencer par les masques qui étaient d'abord «inutiles» avant de devenir «facultatifs» puis finalement «obligatoires»... D'ailleurs, dans les jours qui ont suivi l'allocution du président Macron du 16 mars, j'ai vite compris que les masques promis par l'Etat n'arriveraient pas et j'ai décidé d'en commander 180.000, sans attendre. Il a fallu jouer des coudes en raison de nombreux réseaux parallèles mais en moins de 3 semaines, nous avions reçu ces masques qui ont été distribués avant le déconfinement. Jamais je n'aurais pensé organiser la production de surblouses à base de sacs poubelles en plastique pour nos personnels soignants!

Début mai, vous dénonciez un «déconfinement hasardeux». Fallait-il organiser un second tour dès le 28 juin ?

Je pense qu'il est urgent d'agir. D'ailleurs, serait-il plus dangereux de se déplacer au bureau de vote avec toutes les précautions prises en amont, que de se rendre dans les supermarchés? Il y a là une question de responsabilité publique car les impacts économiques de la crise seront nombreux. J'ai d'ailleurs appris aujourd'hui que NCN, une entreprise dans le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2020 à 20:39 :
Un gouvernement d'amateurs face à des politiciens de terrain, c'est la qu'on voit la dicotomie entre les régions et l'état, le message est simple; laissez nous notre fric (la tva récoltée sur notre territoire) et ce qu"on en fera sera bien, pas besoin de vos lois vos ministres vos préfets, et vous n'entendrer plus parler de nous.
a écrit le 01/06/2020 à 17:36 :
hollande croyait effectivement qu'apres la crise qu'a du affronter sarkozy, ca allait repartir tout seul, il a donc force sur les impots et les insultes, avant de decouvrir effectivement avec stupefaction qu'apres une crise la croissance ne revient pas forcement
comment ca se fait qu'un type qui a travaille avec hollande vienne donner son point de vue sur un truc ou son maitre a penser n'a eu aucune pudeur a enfoncer le clou dans le jesus francais au bord de l'asphyxie?
a écrit le 01/06/2020 à 12:09 :
Un type qui a parlé de déconfinement hasardeux alors que le déconfinement a été trop prudent, nous donne la preuve qu'il est encore pire que ceux qu'il critique.
a écrit le 01/06/2020 à 10:46 :
"C'est face à la crise que nous pouvons apprécier la qualité de la gouvernance"

La crise étant un moment inattendu est particulièrement difficile à gérer, c'est dans un moment de crise que l'on va pouvoir distinguer un dirigeant exemplaire mais dans la gestion de la politique quotidienne que l'on va pouvoir réellement apprécier la qualité d'un gérant politique.

Or il ne me semble pas que vous ayez cassé la baraque vous non plus monsieur Cuvillier hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :