Hôpital public : les 4 points essentiels du plan d'urgence annoncé par Buzyn et Philippe

Reprise par l'État d'une partie de la dette totale (de 30 milliards), rallonge budgétaire de 1,5 milliard sur trois ans... après huit mois de crise dans les hôpitaux publics, Buzyn et Philippe annoncent des "moyens considérables" pour panser les plaies des personnels hospitaliers. Le gouvernement annonce même des primes annuelles, reconnaissant - c'est inédit - que les contraintes comme le logement "pèsent de manière déraisonnable dans le pouvoir d'achat" sur quelque 600.000 hospitaliers à faible revenu à Paris et en petite couronne.

3 mn

(Crédits : Reuters)

Le Premier ministre Édouard Philippe et la ministre de la Santé Agnès Buzyn ont dévoilé mercredi "un plan d'urgence" pour l'hôpital public comprenant des primes pour les personnels, une rallonge budgétaire et une reprise partielle de la dette des établissements.

Ces "moyens considérables", a souligné le chef du gouvernement, visent à "redonner de l'oxygène à la communauté des soignants", après huit mois de crise dans les hôpitaux publics.

1) Une prime "pérenne"de 800 euros/an pour 40.000 salariés

Une prime annuelle de 800 euros net sera attribuée de manière "pérenne" à quelque 40.000 infirmiers et aides-soignants vivant à Paris et sa proche banlieue et gagnant moins de 1.900 euros par mois, a annoncé Agnès Buzyn lors de la présentation à la presse de ce plan.

"Nous devons reconnaître la situation spécifique de Paris et de la petite couronne", a-t-elle souligné, évoquant des "sujétions", comme le logement ou la garde des enfants, qui "pèsent de manière déraisonnable dans le pouvoir d'achat de certains soignants".

2) Une rallonge budgétaire de 1,5 milliards d'euros sur trois ans

En outre, le budget des hôpitaux va bénéficier d'un coup de pouce de 1,5 milliard d'euros sur trois ans, dont 300 millions dès 2020.

"Cet argent vient en plus de la trajectoire budgétaire prévue par le gouvernement" et "l'augmentation sera votée dès la semaine prochaine dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale" (PLFSS), a précisé M. Philippe.

Par ailleurs, "l'intégralité" des 400 millions d'euros de crédits gelés en début d'année sera "débloquée dans les prochaines jours", a-t-il ajouté.

3) Reprise d'un tiers de la dette totale (30 milliards) des hôpitaux publics

Enfin, l'État va reprendre 10 milliards d'euros de la dette des hôpitaux sur trois ans afin d'aider à "restaurer l'équilibre financier des établissements", a annoncé M. Philippe.

Alors que la dette totale des hôpitaux avoisine les 30 milliards d'euros, ce "signe inédit de confiance du gouvernement envers l'hôpital public" doit permettre d'alléger le fardeau des intérêts d'emprunt et de "moderniser" les établissements, a plaidé le Premier ministre.

4) Opération déminage à l'approche de la grève du 5 décembre

Emmanuel Macron avait promis la semaine dernière des "décisions fortes" pour l'hôpital, alors que plusieurs milliers de chefs de service, médecins, infirmiers, aide-soignants et internes manifestaient partout en France, lors d'une grève suivie par 25% des médecins hospitaliers et plus de 1 paramédical sur 10.

À l'approche d'une grève illimitée contre sa réforme des retraites le 5 décembre, le président de la République avait assuré avoir "entendu la colère et l'indignation" de l'hôpital.

Des annonces de la ministre de la Santé en juin et en septembre, chiffrées à 750 millions d'euros sur trois ans, n'avaient en effet pas suffi à mettre fin à une grève inédite des urgences démarrée en mars.

Lire aussi : Les urgences enchaînent les records d'engorgement, le nombre de lits ne cesse de s'effondrer

Parti de la capitale, le mouvement s'est étendu à toute la France avec 268 établissements touchés en fin de semaine dernière.

Ce conflit, qui ne concernait à l'origine que des soignants, a coagulé tous les mécontentements de l'hôpital.

3 mn

En direct à 14h pm GMT - Africa digital economy forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 22/11/2019 à 11:21
Signaler
A THéophile , vous avez raison de distinguer la retraite qui relève normalement de cotisations , de la santé financée pour grande partie de la solidarité (CSG) . hors , pour la retraite des cheminots de la SNCF et RATP , c'est bien la solidarité (p...

à écrit le 22/11/2019 à 5:48
Signaler
La photo de famille le premier ! Et la buzyn gais de l argent pour le personnel très bien payer 💰 pas de revalorisation pour l aah et pour les rentes des victimes at mp

à écrit le 21/11/2019 à 22:15
Signaler
Gouverner ... c'est prévoir!! Mais prévoir quoi? La division pour mieux régenter la population? Ou... pour unir le peuple français?

à écrit le 21/11/2019 à 20:46
Signaler
Les contestations s'accumulent, le gouvernement sort de son chapeau des kleenex en se moquant des Français en détresse cette arrogance du gouvernement et de la macronie n'est plus supportable et encore moins supportée le soutien sous terrain...

à écrit le 21/11/2019 à 19:25
Signaler
Mettons les choses en perspective : l'Etat va débloquer une enveloppe de 1,5 milliards d'euros sur 3 ans pour améliorer la situation de l'hôpital public ( primes pour certains personnels + petits investissements de matériels et entretien des bâtimen...

le 22/11/2019 à 9:34
Signaler
Il serait plus sain de ne pas tout mélanger et d'affecter des recettes aux dépenses par typologie. Le remboursement des soins relève de la CSG parce que c'est de la solidarité. La retraite relève des cotisations (pourrait relever de la TVA) parce que...

à écrit le 21/11/2019 à 17:23
Signaler
Sympa de faire une prime qui ne bénéficie qu'à certains personnels ! Et les A.S.H alors ? Sûrement trop dur pour elles/eux pour organiser et tenir une grève donc on ne leur donne rien ? Ben oui vous n'aviez pas encore compris comment ça marche ? Êtes...

à écrit le 21/11/2019 à 11:37
Signaler
Le gouvernement Philippe, dont Mme Buzyn, les Parlementaires et les Hauts fonctionnaires LaREM Modem insultent régulièrement les Français, les citoyens contribuables et les fonctionnaires d'en bas, ils le font avec le sourire, ils méprisent avec l...

à écrit le 21/11/2019 à 11:03
Signaler
Il y a un constat généralisé en France...on attend qu'il y ait des accidents, des grèves, des catastrophes etc...pour en effet se dire, oui il faut modifier ou changer les choses. On a l’impression que nos élites vivent au jour le jour sans penser a...

à écrit le 21/11/2019 à 10:06
Signaler
c'est bien beau tout cela, mais on ne parle pas de l'humain qui est jeté dehors immédiatement après son intervention ou pas, des gens que l'on sort de leur sommeil la nuit pour récupérer un lit, des évanouissements qui se font dans les ascenseurs qu...

à écrit le 21/11/2019 à 9:03
Signaler
LREM: "Ho la la la la la mais c'est vrai que l’hôpital est dans un état désastreux !" Ben oui c'est vrai que ça ne fait que presque trois ans que vous avez le pouvoir hein... -_- Difficile de savoir s'ils nous prennent des pour des imbéciles ...

à écrit le 20/11/2019 à 23:56
Signaler
Elles sont biens payées le aides soignante plus infirmière dés primes plus des repas gratuits tique restaurant ?? Et les retraitées à 1200€ que 0.3% de quoi vomir avec le premier ministre le grand barbue et buzyngues

à écrit le 20/11/2019 à 20:50
Signaler
L’urgence : L’augmentation du smic pour tous et toutes la sécurité de santé pour la population , tous et toutes. Augmenter les salaires des hospitaliers alors que leur résultat sur le terrain est «  nul » c’est vraiment faire des «  cadeaux » pour...

à écrit le 20/11/2019 à 20:27
Signaler
Proposer 800 de prime annuelle à des personnels d'hopitaux en instaurant une discrimination entre ceux de Paris et ceux des régions, c'est une moquerie. Le gouvernement Philippe et mme Buzyn n'ont de cesser de bafouer piétiner mépriser les pers...

à écrit le 20/11/2019 à 20:07
Signaler
« Laisserez-vous mourir l’hôpital public ? » : des urgentistes interpellent les Français C’est un cri du cœur que poussent 13 médecins urgentistes ce dimanche 10 novembre. Dans une longue tribune publiée dans le Journal du dimanche. « Mesdames et ...

à écrit le 20/11/2019 à 19:00
Signaler
SNCF, HÔPITAUX..La France ne peut plus continuer à engloutir des milliards dans des entreprises de type soviétique, au grand dam des contribuables. Il devient urgentissime de privatiser ces mammouths !

le 20/11/2019 à 21:06
Signaler
franchement, de type "soviétique", vous semblez être loin de tout je crois. Le discours que vous prôné est celui que macron tente de mettre en place. Du coup c'est plus simple a formuler, car soviétique, franchement au fait même de la guerre, heu...

le 22/11/2019 à 9:40
Signaler
Et par quel miracle les coûts vont-ils baisser ? Connaissez-vous le coût des hôpitaux (privés) en Suisse et aux US ?

à écrit le 20/11/2019 à 18:07
Signaler
Le gouvernement continue de jongler avec les milliards, mais un jour il va bien falloir stop. On est sur le chemin de la Grèce attendons l’intervention de la BCE et du FMI

le 20/11/2019 à 21:15
Signaler
Ce n'était pas la France et l’Allemagne qui tentaient de vendre des armes au moment ou les grecques s’asphyxiât? N'était ce pas les banques franco allemande qui possédaient les banques grecques? Ce n'est pas l'Europe qui aurait du contraindre l...

à écrit le 20/11/2019 à 15:33
Signaler
Comme la collectivité territoriale, comme les entreprises publiques type sncf, ratp, areva... la situation des CHU en France n'est que le reflet de la débâcle du management, d'une gestion calamiteuse des directions, de fonctionnaires et salariés du p...

le 20/11/2019 à 20:18
Signaler
Cessez d' opposer les français les uns aux autres, la seule valeur cardinale du macronisme et des néo-libéraux successifs qui détruisent ce pays est, tout en essayant de sauver les apparences en portant à croire qu' ils gouvernen...

le 21/11/2019 à 9:36
Signaler
Vous décrivez, à mon avis, le chaos. Les CHU sont une industrie médicale très performante avec pour particularité de soigner tous les malades quelque soit leurs conditions et c'est l'honneur de la France. Comme vous le soulignez, le problème est prof...

à écrit le 20/11/2019 à 15:21
Signaler
pourquoi autant de permanents syndicaux dans les hôpitaux ??? J'exerce dans le prive pourquoi avons nous moins de surveillantes générales que dans les hôpitaux ,,,? EYC

à écrit le 20/11/2019 à 14:59
Signaler
cela fait 45 ans que j, attend parler de dette public ( au moratoire ) il faut la mettre au moratoire beaucoup se sont bien charger de vider toutes les caisses . !!!!!

à écrit le 20/11/2019 à 14:25
Signaler
Contraint d'agir ds l'urgence pour éteindre l'incendie comme tjrs..Concernant les GJ, on pouvait éventuellement comprendre...une sorte de bizutage politique et quel bizutage !! Mais la situation de détresse des hôpitaux, elle n'est pas nvelle, sans ...

à écrit le 20/11/2019 à 13:58
Signaler
Macron vient face à la .. brûlante urgence poser un cataplasme sur l' hôpital que sa politique pro UE détruit jour après jour.. La vraie cause : le démantèlement progressif et continu des services publics résulte des directives europ...

à écrit le 20/11/2019 à 13:09
Signaler
Que ne faut il pas faire pour obtenir le minimum!! Il attende pour mieux diviser au lieu d'anticiper pour unir!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.