JO Paris 2024 : Budapest se retire de la course !

 |   |  298  mots
Budapest se désiste. Elle n'est plus en lice dans la course à l'organisation des Jeux olympiques en 2024.
Budapest se désiste. Elle n'est plus en lice dans la course à l'organisation des Jeux olympiques en 2024. (Crédits : Alexander Russy)
N'ayant pas le soutien de la population, la capitale hongroise a décidé de retirer sa candidature pour l'organisation des Jeux olympiques en 2024. Paris et Los Angeles ne sont plus que les deux villes en lice.

Ce seront donc Paris et Los Angeles qui s'affronteront en finale le 13 septembre à Lima, jour de la désignation de la ville-hôte des Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

Cette semaine, Budapest a en effet jeté le gant. Outsider face aux deux poids lourds, la capitale hongroise a préféré retirer sa candidature, sous la pression populaire et en particulier de Momentum, un tout jeune mouvement politique qui incarne la jeunesse hongroise désenchantée.

"Cette candidature cristallise les préoccupations des Hongrois sur la corruption, le sentiment que l'argent des contribuables est dépensé dans la construction de stades plutôt que d'hôpitaux et d'écoles", avait expliqué en décembre Andras Fekete-Gyor, le jeune meneur, âgé de 27 ans, de la campagne "Nolimpia" lors du lancement d'une pétition anti-JO qui a recueilli 266.000 signatures la semaine dernière. Soit le double du total nécessaire pour organiser en Hongrie un référendum populaire.

Pourtant, le comité de candidature hongrois vantait pourtant le budget « modeste » de cette candidature : 2,4 milliards d'euros.

Budapest, après Boston, Hambourg et Rome

Face à cette grogne populaire, Budapest a préféré jeter l'éponge sans attendre, après une réunion organisée mercredi Viktor Orban, le Premier ministre hongrois, Istvan Tarlos, le maire de Budapest et le comité olympique hongrois.

Budapest n'est pas la seule ville à se retirer de la course. En juillet 2015, Boston avait été la première à se désister. En novembre 2015, c'est Hambourg faisait marche arrière après un référendum hostile à l'événement. Enfin, en octobre 2016, Rome quittait le bal des prétendants, après la décision de Virginia Raggi, la nouvelle maire de la cité élue quatre mois plus tôt, de ne pas « hypothéquer l'avenir de sa ville ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2017 à 18:53 :
Budapest a eut raison de pas se présenter : ça coute bien trop cher à organiser et ça rapporte trop peu de bénéfices !
Réponse de le 27/02/2017 à 13:51 :
Et nous, on attend quoi pour se retirer de la même façon ? On aura l'air fin avec notre état d'urgence (dont on n'arrive pas à sortir) et notre déficit public (dont on n'arrive pas à sortir) si jamais on les obtient !
a écrit le 26/02/2017 à 10:31 :
Et en plus, on risque de les avoir, car Trump peut servir de repoussoir à pas mal de pays.
On a demandé leur avis ni aux parisiens qui subiront la plus grosse partie des inconvénients, ni aux provinciaux qui eux paieront sans en profiter. Tout ça pour satisfaire l'ego de quelques uns dont la maire de Paris prise en flagrant délit de bricolage de photos comme du bon vieux temps de Staline.
Réponse de le 28/02/2017 à 9:41 :
"la maire de Paris prise en flagrant délit de bricolage de photos comme du bon vieux temps de Staline".

Ca vaut pas TF1 qui a décalé le son avec l'image de 4 secondes pour faire coincider des huées avec l'arrivée de Hollande à Oyonnax (Ain).
a écrit le 25/02/2017 à 21:53 :
Et si l'administration américaine décide de se retirer aussi, ce sera un magnifique boulet pour la France !!! Les socialos voudraient couler le pays qu'ils ne s'y prendraient pas autrement, d'autant plus qu'avec les attentats récurrents et le communautarisme fort, il n'est pas certain que les étrangers veuillent venir à ces Jeux en France :-)
a écrit le 25/02/2017 à 17:49 :
en France on ne respecte pas le résultat des référendums s'ils ne vont pas dans le sens des profiteurs ; plus qu'à espérer que los angeles soit choisi pour ne pas financer cette gabegie
a écrit le 25/02/2017 à 17:02 :
Jamais nous ne pourrons choisir sur ce dossier comme à Hambourg par un référendum. En France rien n'est démocratique. L'élite de la médiocrité choisit. Les Contribuable paient. Les français et les françaises en souffrent. Combien d'argent public revient dans les caisses de l'état, des collectivités pour chaque euro public gaspillé dans ce genre de truc inutile? Le comité olympique, la société organisatrice sont-ils exonérés d'impôts, sauf pour la TVA, comme ceux de la coupe Europe 2016. Les bénéfices pour le privé, les pertes pour le public. Pas terrible comme doctrine morale.
a écrit le 25/02/2017 à 12:26 :
Pourquoi la candidature parisienne a le soutien de la population? Pour en être sûr il aurait fallu organiser un vrai référendum comme à Hambourg, par exemple. Remarquez dans notre formidable démocratie, le pouvoir s'assoit même sur le résultat des référendums, cf Notre dame des Landes.
a écrit le 25/02/2017 à 11:42 :
Et à Paris, a-t'on demandé l'avis des parisiens?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :