L'économie française s'essouffle plus que prévu au second trimestre

 |   |  682  mots
Pour juillet, les industriels disent cependant s'attendre à
une reprise dans l’ensemble des secteurs d’activité.
Pour juillet, les industriels disent cependant s'attendre à une reprise dans l’ensemble des secteurs d’activité. (Crédits : Reuters)
La Banque de France n'attend plus que 0,2% de croissance pour l'économie française au deuxième trimestre, contre 0,3% auparavant, en raison d'une nette dégradation du climat des affaires dans l'industrie manufacturière, qui tombe à un plus bas de près de six ans.

L'économie résiste moins que prévu. Selon les deniers chiffres communiqués par la Banque de France ce lundi 8 juillet, la croissance du produit intérieur brut (PIB) tricolore a augmenté de 0,2% contre 0,3% initialement prévu entre avril et juin. Lors d'un point presse donné au mois dans les locaux de l'organisme bancaire, l'économiste et directeur des études, Olivier Garnier, expliquait qu'il y avait des incertitudes sur la consommation. "Quand ils gagnent du pouvoir d'achat, les ménages ne le consomment pas tout de suite. Ils ont épargné encore plus que ce que l'on escomptait. Sur le dernier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019, la hausse du revenu brut a été de 8,5 milliards alors que la hausse de la consommation a été de 3,1 milliards. Près des deux tiers de ce supplément de pouvoir d'achat ont été épargnés alors que le taux d'épargne est de 15%." Sur l'ensemble de l'année, les experts prévoient 1,3% de croissance contre 1,4% auparavant.

De son côté, l'Insee prévoit le même niveau d'activité pour 2019 mais avec des flous également sur la consommation. "Comment les gains de pouvoir d'achat vont se transmettre à la consommation plutôt que vers l'épargne ? En France, les mesures d'urgence ont contribué à faire progresser le pouvoir d'achat. C'est une progression assez vive avec la deuxième tranche de réduction de la taxe d'habitation qui a lieu en fin d'année. L'inflation reste contenue. Le pouvoir d'achat progresserait de 2,3% sur l'année, cela représente 1,8% par unité de consommation. C'est le chiffre le plus élevé depuis douze ans (2007). La transmission de ces gains de pouvoir d'achat à la consommation pourraient prendre plusieurs trimestres. Au premier trimestre, la consommation a accéléré mais moins qu'attendu. Cela reflète un climat teinté d'attentisme en début d'année avec la crise sociale" a récemment déclaré Julien Pouget, le directeur du département de la conjoncture à l'organisme de statistiques.

> Lire aussi : En 2019, l'Insee anticipe un fort ralentissement de l'économie

Coup de frein dans l'industrie

Les mauvaises nouvelles se multiplient pour l'industrie française. Ainsi, la production a baissé de manière "significative" selon les économistes de la banque centrale. Dans l'industrie manufacturière, le solde d'opinion des dirigeants interrogés est en zone négative (à -10, contre 6 en mai et 2 en avril) et l'indice du climat des affaires est passé de 99 en mai à 95 en juin. L'industrie automobile, le caoutchouc-plastique et l'informatique-électronique traversent actuellement une mauvaise passe. Les carnets de commande ont clairement diminué au cours du mois de juin.Le taux d'utilisation des capacités de production tombe à 78,8%, soit 1,1 point de moins qu'en mai et un plus bas depuis février 2017. Pour le mois de juillet, les chefs d'entreprise espèrent une reprise de l'activité dans tous les secteurs.

Essoufflement dans les services

Les enquêtes menées par l'institut bancaire indiquent que l'activité s'essouffle également dans les services. Ainsi, le solde d'opinion des entrepreneurs interrogés est passé de 10 en mai à 5 en ce qui concerne le niveau d'activité. "Suite à un ralentissement de la demande, l'activité des services progresse modérément" expliquent les conjoncturistes. Dans le détail, l'activité demeure robuste dans le transport, l'informatique et l'édition et se contracte dans la gestion et les activités juridiques et comptables, ainsi que dans la réparation automobile. Malgré ces résultats, l'indice du climat des affaires reste stable à 100 entre mai et juin. Les chefs d'entreprise prévoient une accélération de l'activité au cours du mois de juillet.

Après un mois de mai très favorable, l'activité dans le bâtiment a reculé au mois de juin. Les économistes expliquent ce résultat décevant par une météo médiocre pour le gros oeuvre notamment. Malgré ce résultat négatif, les carnets de commande demeurent à un niveau élevé et les prix des devis augmentent.

Cette estimation intervient dans un contexte incertain pour l'économie française, qui a résisté durant le premier trimestre au ralentissement mondial, sans toutefois atteindre le niveau espéré par certains économistes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/07/2019 à 22:13 :
Jean Frémis.
Doreur.
a écrit le 09/07/2019 à 21:11 :
le taux d'épargne des ménages de la zone Euro grimpe depuis début 2018 (Eurostat). cela doit contribuer au ralentissement économique en Europe.
noter que le taux d'épargne des espagnols est passé de 13,4% en 2009 à 5% aujourd'hui (Eurostat). cette désépargne a dû contribuer à la croissance récente. en plus du boom immobilier (et du tourisme). est-ce que cela peut durer ? même situation au Portugal. espérons qu'ils ne nous ont pas encore mijoté une petite crise.
Réponse de le 10/07/2019 à 10:34 :
Rassurez-vous gfx ! La "crise" grecque par exemple n'a été qu'un vulgaire prétexte à imposer à ces pays des pseudo-"aides" qui, de l'avis officiel, et notamment celui du fmi, n'avaient que pour seul et unique objectif de .... sauver les banques françaises mal gérées (forcément !) et une fois de plus en perdition. Et rassurez-vous encore : le problème économico-financier ne viendra certainement pas de la Grèce, de l'Espagne ou du Portugal ! Tous les économistes sérieux et compétents (bon, d'accord, ils ne sont forcément pas français) affirment unanimement et sans la moindre hésitation que la prochaine crise économique sera provoquée par un trio de pays dirigés (si l'on ose dire) pas des incompétents notoires aux connexions souvent douteuses : les usa dont le "miracle" économique n'est qu'une chimère, le japon qui est à bout de souffle et... la france qui est le véritable chancre économique européen. trois pays qui tentent (vainement ?) de surnager en creusant tous les jours un peu plus une dette abyssale et désormais officiellement insoutenable. Alors oui : le plus grand bourbier économique et financier est bien français, comme il fallait bien s'y attendre. Heureusement que nous avons un ancien petit employé de banque aux commandes (humour !) !
Réponse de le 10/07/2019 à 10:35 :
Rassurez-vous gfx ! La "crise" grecque par exemple n'a été qu'un vulgaire prétexte à imposer à ces pays des pseudo-"aides" qui, de l'avis officiel, et notamment celui du fmi, n'avaient que pour seul et unique objectif de .... sauver les banques françaises mal gérées (forcément !) et une fois de plus en perdition. Et rassurez-vous encore : le problème économico-financier ne viendra certainement pas de la Grèce, de l'Espagne ou du Portugal ! Tous les économistes sérieux et compétents (bon, d'accord, ils ne sont forcément pas français) affirment unanimement et sans la moindre hésitation que la prochaine crise économique sera provoquée par un trio de pays dirigés (si l'on ose dire) pas des incompétents notoires aux connexions souvent douteuses : les usa dont le "miracle" économique n'est qu'une chimère, le japon qui est à bout de souffle et... la france qui est le véritable chancre économique européen. trois pays qui tentent (vainement ?) de surnager en creusant tous les jours un peu plus une dette abyssale et désormais officiellement insoutenable. Alors oui : le plus grand bourbier économique et financier est bien français, comme il fallait bien s'y attendre. Heureusement que nous avons un ancien petit employé de banque aux commandes (humour !) !
Réponse de le 10/07/2019 à 11:04 :
Rassurez-vous gfx : pour porter atteinte à l'économie française, encore faudrait-il... qu'il y ait un embryon viable d'économie en france. Il n'y a donc aucun risque que la menace vienne de l'extérieur des frontières hexagonales ! Entre l'incompétence notoire des français, la gestion absolument crétine des entreprises et de l'état, la fainéantise proverbiale des "travailleurs (oups :$! excusez ce terme auquel vous n'êtes pas habitué) français, vous avez en france tout ce qu'il vous faut pour vous saborder vos-même. Pas besoin des autres - dont vous avez d'ailleurs grassement profité tout au long de votre histoire - pour transformer la france en bourbier et en chancre. Il n'y a qu'à laisser faire les français, fussent-ils à l'élysée. Incompétence au pouvoir !
a écrit le 09/07/2019 à 12:28 :
Il va encore falloir apprendre une fois de plus aux journalistes à retourner les tableaux des courbes, pour que le peuple continue à penser correctement.
a écrit le 09/07/2019 à 10:09 :
la surperformance de la France sur l'indicateur PMI d'activité manufacturière (commentaire ci-dessous) est cohérente avec le fait que le pays a été de loin le 1er en Europe en 2018 pour l'accueil des investissements étrangers industriels et de R&D (KPMG ; EY).
mais bon. l'Hexagone va forcément souffrir de la sous-performance des autres. encore une fois.
Réponse de le 09/07/2019 à 14:43 :
La surperformance de la france ? A mourir de rire ! Le surendettement de la france pour une "performance" qui n'est qu'un vulgaire trompe-l'oeil répercuté par des propagandistes de bas niveau à destination de gogos sans cervelle. Bah : c'est toute la population française qui s'y retrouve, là !
Réponse de le 09/07/2019 à 16:03 :
il n'y a qu'en matière de surendettement insoutenable, de crétinisme économique, d'incompétence notoire et de fainéantise généralisée que la france réalise des surperformances. Le reste ? Du creux, du vide... Et autant de retentissants fiascos que de cinglants échecs et de pitoyables ratages à répétition. Bah ! Quelle importance ? Il reste tout de même l'essentiel aux français, même ceux qui squattent provisoirement l'élysée ou matignon : le comptoir du Café du Commerce. Là, pour pérorer, s'écouter divaguer sans intéresser personne et parler pour ne rien dire, les français sont forts. Très forts. Presque aussi forts que pour creuser leur dette abyssale et insoutenable.
Réponse de le 09/07/2019 à 16:03 :
il n'y a qu'en matière de surendettement insoutenable, de crétinisme économique, d'incompétence notoire et de fainéantise généralisée que la france réalise des surperformances. Le reste ? Du creux, du vide... Et autant de retentissants fiascos que de cinglants échecs et de pitoyables ratages à répétition. Bah ! Quelle importance ? Il reste tout de même l'essentiel aux français, même ceux qui squattent provisoirement l'élysée ou matignon : le comptoir du Café du Commerce. Là, pour pérorer, s'écouter divaguer sans intéresser personne et parler pour ne rien dire, les français sont forts. Très forts. Presque aussi forts que pour creuser leur dette abyssale et insoutenable.
a écrit le 09/07/2019 à 8:59 :
La "start up nation" en panne, tu m'étonnes, les gars ils ont lancé un truc dont ils sont incapables de suivre l'évolution du fait de leur déconnexion totale des réalités.

Ne plus pouvoir joindre d'humains par téléphone, hors 15 centimes la minute avec 20 minutes d'attente, est handicapant au plus haut point.
Réponse de le 10/07/2019 à 12:43 :
Oui pour avoir été dans une start up qui a fonctionné, disons que la logique qui consiste par la suite a la délocalisation des coûts de production permet aussi de mieux comprendre ce qui se cache derrière.

la levé de fond se fait toujours, le financement par nos impôts, mais comme il faut le savoir, investir sur 10 start up pour le résultat d'une seule, permet d'affirmer que lever des fonds n'est pas le résultat net. Sachant que pour ce qui concerne ces start up, généralement ce n'est pas générateur d'emploi, mais de valorisation boursière, pour autant il y a financement. un service virtuel se doit d'être humanisé jusqu'a ce que vous ayez des données importantes pour faire corrélation et traiter par un service dédié, les failles ou problèmes qui surviennent. Mais au vue de la logique actuellement, flux tendu pour tous, aucune vision dans le temps et deshumanisation, voici ce qui sera, car les 20 ans de retard que nous avons, font l'incompétence des décideurs. Courtermisme, et manque de savoir client est a mon avis par opposition a d'autres mondes économiques la résultante des chiffres que nous avons!
a écrit le 09/07/2019 à 8:47 :
gare à la rentrée...
a écrit le 09/07/2019 à 8:21 :
56.8 mds de deficit commercial sur les 12 derniers mois, et ça fait 15 ans que ça dure. Difficile de maintenir une agitation avec une telle hémorragie
RAB d'avoir une recession, c'est les balances qu'il faut retablir
a écrit le 08/07/2019 à 20:08 :
L'économie française s'essouffle plus

s'il est une caractéristique de ce que la France s'écroule dans le cercle des pays émergents ... pire que l’Afrique

la pénurie de médicaments dans les pharmacie en est une !!!

quel scandale alors que la BPI ex Oseo ex Anvar a déversé des milliards de subventions d'aides de toutes natures dans les poches des laboratoires ...

et aucun Parlementaire LaREM Modem LR PS ne fait la moindre remarque sur le sujet

et la Cour des comptes ne trouve rien à redire

et en même temps Macron et le gouvernement Philippe se montrent impuissants

quel bordel la France à Macron - Philippe !
Réponse de le 09/07/2019 à 3:03 :
Attention, surveillez votre langage.
La censure veille.
Réponse de le 09/07/2019 à 4:23 :
entièrement d accord et vous ne parlez que du secteur des médicaments. les autres c est pire. des incapables le maire en-tête de gondole et Macron en porte drapeau
Réponse de le 09/07/2019 à 12:05 :
Bah... il faudrait vous documenter et étudier un peu plus la question éviter de dire de telles âneries sur la pénurie de médicaments.
Réponse de le 10/07/2019 à 12:45 :
le haut fonctionnaire est aujourd'hui l'obligé du politique dont le pantouflage ne permet pas de s'opposer a son futur employeur ! du coup, le financement par la plèbe devient nécessaire pour masquer le vide de vision et de prise de décision !!!
a écrit le 08/07/2019 à 18:54 :
D'aucuns vont fustiger Macron, d'autres les socialo/communistes chers au FN/RN, d'autres la surpopulation, ou encore le immigrants... Alors que le problème c'est le capitalisme, les idées néolibérales, le pouvoir des acteurs financiers, les intégrismes de tout poil, politiques ou religieux.
Dans un tel contexte, les nuages ne peuvent que s'accumuler et s'assombrir. Tout comme pour se préparer aux bouleversements climatiques inéluctables, la solution ne peut être qu'individuelle pour se construire une vie raisonnablement décente...sauf à un sursaut radical de la collectivité.
Et en pensant collectivité, je crois surtout en la jeunesse, si elle sait éviter les écueils du populisme, de la radicalisation. Souvenons nous de l'Allemagne des années 30, de sa jeunesse exaltée puis sacrifiée.
a écrit le 08/07/2019 à 18:13 :
D'aucuns vont fustiger Macron, d'autres les socialo/communistes chers au FN/RN, d'autres la surpopulation, ou encore le immigrants... Alors que le problème c'est le capitalisme, les idées néolibérales, le pouvoir des acteurs financiers, les intégrismes de tout poil, politiques ou religieux.
Dans un tel contexte, les nuages ne peuvent que s'accumuler et s'assombrir. Tout comme pour se préparer aux bouleversements climatiques inéluctables, la solution ne peut être qu'individuelle pour se construire une vie raisonnablement décente...sauf à un sursaut radical de la collectivité.
Et en pensant collectivité, je crois surtout en la jeunesse, si elle sait éviter les écueils du populisme, de la radicalisation. Souvenons nous de l'Allemagne des années 30, de sa jeunesse exaltée puis sacrifiée.
Réponse de le 08/07/2019 à 19:26 :
Ha l’Allemagne des années 30.
Et moi, je me souviens Prague en 1850.
Et que dire de Washington en 1822.
Et Madrid en 1750 vous vous en souvenez ?
Quelle époque aussi.
Mais le mieux c’était Reims en 900, vous vous rappelez ?
Le centurion que j’avais rencontré près du lac de Tibériade vous aurait beaucoup plus. C’etait pas facile là aussi....
Réponse de le 09/07/2019 à 13:33 :
Commentaire difficile à comprendre. Quel rapport entre la croissance française au premier semestre et l'Allemagne des années 30? Vous faites collection de point Godwin ? Et que comprendre de qqun qui dit soutenir que la solution c'est l'individualisme, mais en même temps être contre les idées libérales (qui ont pour but de promouvoir la liberté individuelle) ?
Réponse de le 09/07/2019 à 13:36 :
"Alors que le problème c'est le capitalisme, les idées néolibérales, le pouvoir des acteurs financiers, les intégrismes de tout poil, politiques ou religieux.". Vous avez oublié de dire que vous étiez aussi contre la guerre, la faim dans le monde, les maladies, la pollution, le soleil le lundi de travail, la chasse aux bébés phoques, l'injustice, les gens méchants, les mobylettes avec des échappements troués qui passent vers minuit...
a écrit le 08/07/2019 à 17:56 :
S'il n'y avait pas eu Draghi cela ferait longtemps que nous y serions en récession.
Nous l'avons échappée belle avec Weidmann qui n’a plus aucune chance maintenant.
Voyons maintenant si Lagarde fera aussi bien que Draghi.
Le grand’ avantage qu'elle a c'est que les allemands n'oseront pas l'opposer comme ils l'on fait avec Draghi et lui ont fait perdre un temps précieux.
a écrit le 08/07/2019 à 17:29 :
récession inévitable en Allemagne, d'après un article Bloomberg de ce jour (German recession seems to be inevitable, investor survey shows). idem pour le UK, d'après un article Financial Times d'hier (UK nears recession as Brexit deadline looms).
ça plonge partout. nos partenaires tirent vers le bas.
d'après les derniers rapports de Markit Economics, la France est le seul des 5 grands pays de l'UE à avoir un indicateur PMI de l'activité manufacturière en territoire positif. l'indicateur JPMorgan/PMI manufacturier pour le monde est en territoire négatif et au plus bas depuis près de 7 ans.
les indicateurs PMI France des services et de la construction se sont pas mal rétablis.
Réponse de le 09/07/2019 à 9:35 :
Super en France dette déficit chômage bien mieux qu'ailleurs. Si.si les meilleurs Macron continue de creuser et son fan club de gentillets applaudit. Triste
a écrit le 08/07/2019 à 17:18 :
on aimerait connaitre qui sont les bénéficiaires (en nombre et qualité ) de la hausse du revenu brut affichée à 8 milliards d'euros sur fin 2018 et début 2019 . à part les 3 milliards de l'impôt sur la fortune rendus aux plus riches et dont on sait déjà qu'ils n'ont majoritairement pas été réinjectés dans le circuit économique , quid du reste ?
combien va coûter aux français sur l'année 2019 les augmentations du prix de l'électricité et taxes diverses associées ?
quant à la nouvelle réduction de taxe d'habitation ,elle ne concerne qu'une partie des contribuables et pour les propriétaires la baisse est à pondérer avec la hausse inévitable et non encore dévoilée de la taxe foncière .
et comme il ne se passe pas une semaine sans que des membre du Gouvernement et des instituts ou agences publiques n'évoquent de nouvelles ponctions fiscales toutes vertueuses et nécessaires , dans un contexte de fuite en avant des déficits publics ,on peut comprendre la priorité des français : épargner pour se prémunir d'une baisse de leurs revenus de vie courante et faire face à un imprévu majeur .
a écrit le 08/07/2019 à 15:57 :
Petite question pour le moins pertinente : quelle économie, exactement ? Celle qui est exclusivement soutenue artificiellement en creusant une dette abyssale et totalement insoutenable, transformant la france en un chancre... économique, justement ? certains intervenants parlent de l'immobilier : qu'ils en profitent car les prix français sont totalement surfaits par rapport à la taille et à la qualité de l'immobilier et il s'agit d'une bulle en devenir, ce que de nombreux économistes sérieux annoncent déjà. Ce n'est donc qu'un feu de paille, une illusion. Un peu à l'image de la france qui n'est qu'illusion. Mais il semble que certains s'en contentent. Ce peut-être bien de vivre petit, petit, finalement...
Réponse de le 09/07/2019 à 14:14 :
+1
a écrit le 08/07/2019 à 15:35 :
Je ne vois pas l'économie en perte de vitesse!! Dans mon secteur, l'immobilier, c'est très dynamique. Tous les jours, les clients affluent pour investir et avec une solvabilité solide. Pourvu que cela dure.....
Réponse de le 09/07/2019 à 14:17 :
-1
Marché gonflé à l'EPO Draghi ; même Armstrong le tricheur a fini par se faire rattraper par la patrouille
Bientôt le pschitt de la bulle immo ...
Réponse de le 09/07/2019 à 14:47 :
L'immobilier ? Quand on voit ce qui est proposé en france et à quel prix, tu m'étonnes que tous les analystes sérieux et compétents (bon, d'accord : ce ne sont bien entendu pas des français puisque les analystes de référence sont compétents, eux) qualifient l'(immobilier français de bulle. Et comme toute bulle, elle va exposer rapidement. L'immobilier français, c'est comme le reste en france : du faux-semblant, du paraître, du creux... Rien de solide, durable et compétent. C'est français, quoi !
a écrit le 08/07/2019 à 14:48 :
L'économie Française s'essouffle plus que prévu ...

simple bon sens,

la pauvreté, la précarité et la misère s'étalent en France

qui peut imaginer que l'économie française puisse progresser ?

les arrogants malfaisants méprisants cupides députés LaREM MODEM LR PS plongent la France dans le déclin, la chienlit, l'effondrement économique

et EN MêME TEMPS ils profitent des ors de la République, sans oublier d'en faire profiter leurs familles avides ... et "glorioleuses".
Réponse de le 08/07/2019 à 15:15 :
mais aussi les rentiers trop gavés que sont les ponctionnaires qui détruisent le pays
a écrit le 08/07/2019 à 14:48 :
D'aucuns vont fustiger Macron, d'autres les socialo/communistes chers au FN/RN, d'autres la surpopulation, ou encore le immigrants... Alors que le problème c'est le capitalisme, les idées néolibérales, le pouvoir des acteurs financiers, les intégrismes de tout poil, politiques ou religieux.
Dans un tel contexte, les nuages ne peuvent que s'accumuler et s'assombrir. Tout comme pour se préparer aux bouleversements climatiques inéluctables, la solution ne peut être qu'individuelle pour se construire une vie raisonnablement décente...sauf à un sursaut radical de la collectivité.
Et en pensant collectivité, je crois surtout en la jeunesse, si elle sait éviter les écueils du populisme, de la radicalisation. Souvenons nous de l'Allemagne des années 30, de sa jeunesse exaltée puis sacrifiée.
Réponse de le 08/07/2019 à 17:58 :
Qui défend la France qui jusqu'à nouvel ordre reste notre pays?
a écrit le 08/07/2019 à 14:44 :
"Quand ils gagnent du pouvoir d'achat, les ménages ne le consomment pas tout de suite" : tu m'étonnes, ils ont peut-être juste compris ce qui va leur tomber dessus avec la réforme des retraites !
Réponse de le 08/07/2019 à 15:21 :
Il faut craindre la réalisation du prélèvement de l'impôt à la source et de la fameuse année blanche, et la fin pour certains de la taxe d'habitation. Ce bazar ne peut engendrer la confiance.
a écrit le 08/07/2019 à 14:41 :
Restons optimistes , le pire est à venir !
Réponse de le 10/07/2019 à 11:29 :
Enfin du bon sens.
a écrit le 08/07/2019 à 13:50 :
Maintenant la preuve est faite : le soutien de la croissance par distribution de pouvoir d'achat financée par du déficit et de la dette supplémentaire, ça ne marche pas parce que ça n'inspire pas confiance. Il faut au contraire procéder à une action résolue de baisse de la dépense publique et sociale (au moins 10 points de PIB) dont une partie devra permettre la suppression des déficits budgétaires et sociaux et le reste rendu aux contribuables (en priorité absolue les entreprises qui doivent renforcer leur compétitivité).
Réponse de le 08/07/2019 à 14:03 :
Hélas ça n'est pas si simple!La France est plombée par l'économie Allemande qui plonge.La France surnage en europe grace a sa politique sociale et d'investissement des collectivités locales.
Réponse de le 08/07/2019 à 15:16 :
vous n'y pensez pas, il faut gaver 5.5 millions d'inutiles ponctionnaires qui n'en n'ont jamais assez !!
a écrit le 08/07/2019 à 13:36 :
Hélas, les années passent et se ressemblent. La France avait au début des années 1970 un pib par habitant équivalent à celui de la Suisse .... aujourd'hui la France est deux fois moins riche qu'un helvète. €82,000 contre €39000 pour le petit français...il est vrai que nous faisons moins bien que la plupart des autres européens....il suffit de se tenir informé. Alors, m Macron, a quand un pib qui augmente de plus 4% par an, un commerce extérieur qui croît ?
Réponse de le 08/07/2019 à 13:57 :
Si ce n'était que la comparaison avec la Suisse... mais il y a bien pire... à parité de pouvoir d'achat (c'est à dire corrigé par le niveau des prix) les régions de Prague et Bratislava ont un PIB/habitant supérieur à celui de la région la plus riche de France, l'Ile de France. Au passage ceci exonère l'€ de toute responsabilité dans la mauvaise performance française (la Tchéquie n'y est pas passé mais la Slovaquie, si). Il faut dire que Tchéquie et Slovaquie ont abandonné le communisme il y a trente ans, alors qu'en France on continue à croire en les vertus d'un état omnipotent quasi communiste (et qui se révèle de plus en plus impotent).
a écrit le 08/07/2019 à 13:24 :
Terriblement plus grave est la surpopulation urbaine de jeunes asthmatiques qui ne savent plus se bouger naturellement,sainement , pour se dire mieux, sans Mal à dits !

Quand l'économie "va", la population s'immobilises et s'essouffle, se ruine la santé ! Alors, quand changeons-nous de surpopulations hâtives et de croissances fausses ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :