L'envie de "consommer moins" croît nettement en France

 |   |  887  mots
Presque neuf Français sur dix aimeraient vivre dans une société où la consommation prend moins de place. Plus d'un Français sur deux pense qu'il faut complètement revoir notre modèle économique.
Presque neuf Français sur dix aimeraient vivre dans une société où la consommation prend moins de place. Plus d'un Français sur deux pense qu'il "faut complètement revoir notre modèle économique. (Crédits : Eric Gaillard)
Entre 2017 et 2019, la vision des Français de la "consommation responsable" a significativement changé, montre une étude du cabinet Greenflex. Ils sont de plus en plus nombreux à citer la nécessité de réduire leurs achats, alors qu'ils portent un regard de plus en plus pointu sur les produits durables.

"Consommer mieux" ne suffit plus pour avoir bonne conscience. Les Français sont de plus en plus nombreux à vouloir "consommer moins". C'est ce qui ressort d'une enquête réalisée par l'institut de sondages YouGov pour le cabinet de conseil Greenflex, et soutenue par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

"2019 marque en ce sens une véritable rupture par rapport à 2017, année de notre dernière étude", note Stéphane Petitjean, directeur associé conseil du cabinet.

Un regard vis-à-vis du modèle de consommation

Alors que jusqu'à il y a deux ans "consommation responsable" rimait surtout -et d'une manière croissante tout au long de la dernière décennie- avec "consommer autrement" (des produits éthiques, éco-labellisés etc.), la nécessité de "réduire sa consommation en général" a fait depuis un bond dans la conscience des gens. Elle est désormais citée par 27% des Français interrogés, contre 14% en 2017, alors que la consommation de produits durables, citée par 38% des personnes, perd 15 points.

D'autres réponses viennent même indiquer que ce changement va de pair avec l'émergence d'un regard radicalement critique vis-à-vis du modèle de consommation actuel. Presque neuf Français sur dix aimeraient vivre dans une société où la consommation prend moins de place. Plus d'un Français sur deux pense qu'il "faut complètement revoir notre modèle économique, et sortir du mythe de la croissance infinie", alors que seuls 4% considèrent "bon" le modèle économique dominant.

Bien que l'enquête soit purement déclarative, cette vision semble influencer d'ores et déjà les comportements. 44% des Français disent limiter leurs achats de produits neufs par conviction. Ils sont même 70% à affirmer réduire leur consommation de produits cosmétiques et d'hygiène. Plus d'une personne sur deux dit limiter régulièrement voire systématiquement ses déplacements en avion. Et 59% des sondés récupèrent, réutilisent ou réparent produits et matériaux.

Une méfiance croissante vis-à-vis des entreprises

Cet engouement pour la déconsommation s'explique en partie par l'inquiétude environnementale. 60% des Français pensent qu'il est urgent d'agir pour l'avenir de la planète, notamment pour lutter contre le réchauffement climatique, préserver la biodiversité et gérer le problème des déchets et du plastique. Huit sur dix croient notamment qu'on ne pourra pas avancer sur ce terrain sans réduire les inégalités socio-économiques. Et l'environnement est désormais le premier critère d'achat de produits durables pour 38% des Français -presque autant que la santé, qui motive 44% des gens.

Mais parmi les facteurs d'explication de l'envie de "consommer moins », figure aussi une méfiance croissante vis-à-vis des entreprises. Alors qu'en 2004, lors de la première étude sur la consommation de Greenflex (qui depuis en a réalisées 13), 58% des Français affirmaient "faire globalement confiance aux grandes entreprises", ils ne sont plus que 27%. Seul un quart des gens interrogés estime en effet recevoir de leur part assez d'informations sur les conditions de fabrication des produits, alors que 88% déplorent qu'elles poussent à la surconsommation.

Les Français se tournent alors également vers des modes de consommation susceptibles de réduire le nombre d'intermédiaires, en achetant à des petits commerçants (41%), voire directement au producteur (36%) ou auprès de réseaux spécialisés comme les Amap (20%). 68% privilégient les meubles fabriqués en France. Ils portent aussi un regard de plus en plus désenchanté sur l'offre présentée comme "durable": plus de huit sur dix d'entre eux pensent par exemple que les produits bio ne s'équivalent pas tous, et préfèrent consommer local et de saison.

Les entreprises confrontées à une "transformation nécessaire"

Les entreprises n'ont alors plus le choix, conclut Greenflex: elles doivent s'adapter.

"Celles qui n'intégreront pas cette demande de moins consommer ne vont pas survivre", met en garde Stéphane Petitjean.

L'expert les appelle à "créer de l'innovation durable", en citant l'exemple de l'engagement pour la production locale de la Camif et celui contre l'obsolescence programmée de Seb. "L'essentiel est de montrer que l'on agit, qu'on le fait de manière cohérente dans le temps et que cela a des effets", précise-t-il, en prenant pour modèle Patagonia. 61% de consommateurs  continuent d'ailleurs à croire que les entreprises peuvent jouer un rôle très important en faveur du développement durable -juste après l'Etat-, et 63% leur font davantage confiance quand elles proposent des produits durables.

Ce changement peut d'ailleurs aussi être vu en tant que formidable opportunité. Si l'envie de "consommer moins" est particulièrement marquée en France, la méfiance vis-à-vis des entreprises et du modèle économique actuel est en effet aussi présente dans les cinq autres pays et grands marchés européens où Greenflex a mené l'enquête: l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Royaume-Uni et la Suède. 80% des Européens aimeraient notamment vivre dans une société où la consommation prend moins de place, et 74% disent avoir changé leurs comportements de consommation pour en réduire l'impact. Les marques audacieuses peuvent alors se servir de l'Hexagone comme un "laboratoire privilégié de cette nécessaire transformation", souligne Stéphane Petitjean.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2019 à 9:36 :
Oui il faut certainement consommer moins pour consommer mieux. Un mode de consommation totalement ecologique, un mode de consommation plus proche de la
nature et de la Terre. Cependant il faut que la croissance de notre système economique continue comme une forme de consommation. Oui une meilleur consommation avec moins d'emballage plastique, plus de respect de la nature, des circuits courts et un impact forte sur les contraintes du modèle ecologique.
a écrit le 21/09/2019 à 22:23 :
"Le capitalisme ne pourrait être menacé sérieusement que par un grand mouvement ascétique qui pénétrerait dans les masses, et qui les détacherait des vices et des luxes, auxquels elle se sont habituées "
a écrit le 21/09/2019 à 12:02 :
le déclin de la FRANCE est bien en marche *
a écrit le 21/09/2019 à 12:02 :
le déclin de la FRANCE est bien en marche *
a écrit le 21/09/2019 à 11:19 :
Etes vous certain que c'est "l'envie"? Dans un pays ou les patrons s'augmente a plus de 15% leur salaires pendant que celui de leur employé l'est moins que l'inflation, croyez vous pas que c'est plus le pouvoir d'achat qui baisse énormément pour ceux qui produisent donc les plus pauvres? Vous voyez ceux qui doivent acheter un voiture pour aller au bouleau pendant que le patron lui a la voiture de fonction, ce même qui est presque pas augmenté avec un pourcentage faible (mais bon comme son salaire est faible le même pourcentage représenterait que quelques euros alors que pour le patron...) alors que ce patron qui ne sert pas a grand chose lui bénéficie toujours de fortes augmentations... A quand une loi qui interdise aux patrons de pouvoir s'augmenter plus que la plus faible augmentation de tout ces salariés !!!
a écrit le 21/09/2019 à 8:52 :
y a rien de plus dangereux que les etudes declaratives, qui sont en general mal faites
les gens sont pour le bioecoloresponsable et contre la consommation capitaliste americaine de masse, ca va on sait
concretement les memes personnes on les retrouve dans les supermarches, dans les magasins biobobo, et a faire des activites a longueur d'annee avec leurs gosses......
et accessoirement dans des manifs pour des augmentations de salaire, vu que le salaire ne suffit pas a payer toute cette bonne conscience morale que les autres n'ont qu'a appliquer
a écrit le 21/09/2019 à 8:07 :
Ce n'est pas une consommation plus responsable mais plus en fonction de la taille du portemonnaie.
a écrit le 20/09/2019 à 19:16 :
les français consomme moins pas par idéologie écologique mais tpus simplement ils ont les poches vides
a écrit le 20/09/2019 à 16:09 :
Il faut que les grandes entreprises comprennent que le consommateur va certes changer ses habitudes de consommation mais aussi qu'il attend une véritable VA de la marque, hors la VA marque s'est réduite à presque rien, sous les ficelles d'un marketing bien rodé mais de plus en plus décrypté et donc inefficace.
a écrit le 20/09/2019 à 12:26 :
On a jamais vu autant d'énormes SUV et autres joyeusetés climaticides sur nos routes. Je me demande donc où sont tous ces citoyens "responsables"?
Réponse de le 06/10/2019 à 12:30 :
Si si, on les retrouve......dans les déclarations! Yakafokon
Des GJ quoi!
a écrit le 20/09/2019 à 9:42 :
Clairement, insidieusement, la façon de consommer des Français change. La vague de fond est puissante. Que ce soit pour l'alimentation ou pour les biens durables, les consommateurs ne cèdent plus aussi facilement aux sirènes de la publicité. Quand ils le peuvent, ils consomment local, de saison et tentent d'acheter des produits dont l'obsolescence n'est pas programmée.
Le système économique, la soupe financière dans lesquels nous surnageons a vécu. La rupture est inévitable et ça va se faire dans la douleur.
Réponse de le 20/09/2019 à 12:09 :
Les gens en ont plutôt marre d'être pris pour des billes. Je n'ai jamais gardé aussi longtemps une voiture (13 ans déjà): quel serait l'intérêt d'en changer
? Aucun, mon diesel me satisfait, je ne l'utilise que pour de longs trajets et très rarement à mon domicile. J'ai le temps (suis à la retraite) et fais mes courses de tous les jours au meilleur prix. Je n'ai aucunement changé mes achats (en quantité) . Depuis des lustres je fréquente les supermarchés mais n'achète que le nécessaire. Je fais mes courses au marché pour mes fruits et légumes car leur prix y est moins élevé qu'en super. Et puis, au marché, je n'achète pas tous mes besoins au même étal comme de nombreux client le font ( pour un gain de temps, certainement). Quant aux achats dit locaux, c'est de la pure escroquerie vis à vis du client. Les produits devraient y être moins chers, ce qui n'est pas le cas. Quant aux produits de saison, quel jeune actif actuellement connait la période de production de tel fruit ou légume? Pourquoi moins d'achat en général? Avec les prix qui évoluent quasi instantanément sur le net, vous avez toujours l'impression de vous faire rouler ou de trouver moins cher sur un autre site. Résultat, vous achetez moins ou seulement lorsque vous y êtes tenus.
a écrit le 20/09/2019 à 9:11 :
Le seul moyen de moins polluer, c'est de consommer moins, et cela va à l'encontre de toutes les théories économiques qui prônent la croissance.
a écrit le 20/09/2019 à 9:05 :
Il est quand même incroyable que nous autres productifs soyons obligés d'imposer au secteur marchand de changer de dogme alors que nous sommes paramétrés à obéir à l'oligarchie !

Il faut vraiment que cette dernière soit tombée très très bas dans la vénalité et l'incompétence pour n'être plus en mesure de s'occuper de nous. Ils ne le le comprennent toujours pas alors ils freinent des deux pieds cet instinct de survie que nous exprimons, pour gagner toujours plus de blé. Plus on possède et plus on est possédé.

Pas facile de faire bouger les fossiles !
Réponse de le 20/09/2019 à 16:45 :
Tant que l'objectif de trop d'individus est de gagner de l'argent ou d'en faire gagner à court terme, alors c'est au détriment de notre survie sur le long terme. De trop nombreux individus sont mis bout à bout avec ce genre d'objectif : vendre, faire vendre, produire vite et pas cher, ... Le résultat est qu'ils se dédouanent et arrivent à se persuader qu'ils ne peuvent rien y faire alors que seul leur asservissement permet au système de continuer.
Réponse de le 21/09/2019 à 10:06 :
En effet, pensée à court terme = pensée courte !
a écrit le 20/09/2019 à 7:39 :
L'envie de "consommer moins" ou les citoyens n'ont ils pas perdu en pouvoir d'achat? Moi je penche plus sur la seconde option !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :