La Banque de France note une décélération de la croissance

 |   |  336  mots
Si le secteur du bâtiment a observé un rebond, aussi bien dans le gros que le second œuvre, les chefs d'entreprise du secteur tablent sur une légère baisse de l'activité en juin.
Si le secteur du bâtiment a observé un rebond, aussi bien dans le gros que le second œuvre, les chefs d'entreprise du secteur tablent sur une légère baisse de l'activité en juin. (Crédits : JEAN-PAUL PELISSIER)
La Banque de France a revu mercredi à la baisse sa prévision de croissance de l'économie française pour le deuxième trimestre, à 0,2% contre 0,3% anticipés auparavant.

Elle n'anticipe désormais plus qu'une hausse de 0,2%. La Banque de France a abaissé de 0,1 point sa prévision de croissance de l'économie française au deuxième trimestre 2016, dans sa deuxième estimation fondée sur son enquête mensuelle de conjoncture pour mai publiée mercredi.

Dans l'industrie, les chefs d'entreprise interrogés lors de l'enquête mensuelle évoquent une poursuite de la progression de la production industrielle au mois de mai, en particulier dans le secteur des équipements. La production s'inscrit en revanche en recul dans l'automobile et la chimie. Selon leurs témoignages, les livraisons et les carnets de commandes sont bien orientés mais les prix des produits finis sont en léger recul. Le taux d'utilisation des capacités de production remonte légèrement, à 78,5% contre 78,0% en avril.

Les activités de service ont quant à elle fortement augmenté, à l'exception de celles de l'hébergement-restauration et des transports, et l'activité devrait continuer à augmenter en juin. Si le secteur du bâtiment a observé un rebond, aussi bien dans le gros que le second œuvre, les chefs d'entreprise du secteur tablent sur une légère baisse de l'activité en juin.

L'Insee table sur une hausse deux fois plus importante

La prévision de la banque centrale française pour le trimestre en cours se situe en deçà de celle de l'Insee dans sa dernière note de conjoncture publiée en mars, qui s'établissait à 0,4%. Ces chiffres marquent une décélération par rapport à la progression du produit intérieur brut (PIB) de la France au premier trimestre, revue en hausse à +0,6% (contre 0,5% initialement) la semaine dernière par l'Institut national de la statistique.La Banque de France tablait sur une hausse du produit intérieur brut de 0,3%.

Pour l'ensemble de l'année, l'institution prévoit une croissance de 1,4%, tandis que le gouvernement anticipe une hausse du PIB de 1,5%.

>> Aller plus loin Pour la Banque de France, la reprise est déjà terminée

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2016 à 8:29 :
on a cherché , recemment , à nous " vendre " la ...bonne ...croissance : Q 1 à + 0,6 %;
et aujourd'hui ...pour Q 2 ...la B de F ..." note une deceleration de la croissance " ..., de 0,3 à 0,2 . Certains vont finir par se demander si ...les 0,6 % de croissance de Q 1 ( publiés il fin Mai ...) n'etaient pas surestimés ...!
a écrit le 08/06/2016 à 14:03 :
Veuillez m'expliquer la différence entre les termes :
- décélération,
- et ralentissement.
a écrit le 08/06/2016 à 13:54 :
Comment prendre au sérieux de tel chiffre quand l’INSEE sort, parfois, deux ans plus tard 0.5 pts de plus. Ce n’est plus une marge d’erreur, mais un halo voir une nébuleuse. Faut-il lire que la croissance du deuxième trimestre sera de 0.2% plus ou moins 0.5 Pts ? Ceci ressemble plus à de la lecture de marc de café de madame Irma qu’à une étude sérieuse. Pas grave, le premier trimestre prend 0.1 Pts de plus. A suivre dans deux ans pour le véritable chiffre. C’est comme dans le sport, il faut attendre 10 ans pour savoir lequel n’est pas dopé!
a écrit le 08/06/2016 à 11:20 :
Ah mince cela va pas vraiment mieux alors ? j'y croyais fort :(

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :