100 milliards d'excès de trésorerie : que vont faire ces entreprises qui ont gardé tout leur PGE ?

 |  | 826 mots
Lecture 5 min.
Une fois qu'on l'a sur son compte bancaire, avant de s'en dessaisir et ne sachant pas trop de quoi sera fait le lendemain, il vaut mieux le garder, ça permet de pallier des aléas de trésorerie dans la vie qui vient, explique François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME).
"Une fois qu'on l'a sur son compte bancaire, avant de s'en dessaisir et ne sachant pas trop de quoi sera fait le lendemain, il vaut mieux le garder, ça permet de pallier des aléas de trésorerie dans la vie qui vient", explique François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME). (Crédits : Reuters)
La Fédération bancaire française s'est penchée sur l'état d'esprit des 669.883 entreprises auxquelles les banques ont distribué à prix coûtant dans l'urgence des prêts garantis par l'État. Et surprise, sur les 135,9 milliards d'euros empruntés, une centaine n'auraient pas été dépensés - par prudence explique la CPME ("Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras"). Et si l'étude de la fédération bancaire révèle que les entreprises préfèrent en grande majorité repousser au maximum le remboursement, tant que l'activité ne redémarrera pas, la question de savoir ce qu'elle feront effectivement reste entière : investir ou rembourser ?

Face à la crise du Covid-19 qui dure et à l'incertitude qui en découle, plus de la moitié des entreprises ayant souscrit un prêt garanti par l'Etat ont demandé une année supplémentaire avant de commencer à rembourser, selon un bilan établi par la Fédération bancaire française et publié aujourd'hui.

Ces prêts, lancés en urgence en mars 2020 et distribués à prix coûtant par les banques, ont bénéficié − à la date du 19 mars 2021 − à exactement 669.883 entreprises, principalement des TPE et PME, à 94%, selon les chiffres diffusés mardi par la fédération. L'essentiel des 135,9 milliards d'euros de prêts contractés l'ont été entre avril et juillet 2020, a précisé la fédération bancaire.

Lire aussi : Le prêt garanti par l'Etat, comment ça marche ?

Report d'un an proposé systématiquement aux entreprises

Il était initialement prévu que les entreprises qui bénéficient de ce prêt garanti n'aient aucun remboursement à effectuer la première année, pour ensuite pouvoir le rembourser dans un délai de cinq ans maximum.

Mais face au prolongement de la crise sanitaire, les banques se sont engagées début janvier à accepter de manière systématique de reporter d'un an supplémentaire le début de remboursement de ces prêts pour les entreprises en faisant la demande. Durant cette année supplémentaire, seuls les intérêts et le coût de la garantie d'État sont alors payés.

Lire aussi : Un an de PGE et près de 700.000 entreprises sous perfusion

Par précaution, la moitié des entreprises a préféré thésauriser

À ce stade, "les entreprises font le choix de la précaution: environ la moitié ont aujourd'hui sur leurs comptes bancaires l'intégralité de leur PGE ; pour autant, la plupart choisissent de rembourser le plus tard possible et 55% optent pour l'année supplémentaire de décalage du remboursement en capital", explique la FBF.

Pour François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), qui a réagi auprès de l'AFP: "Un tiens vaut mieux que deux tu l'auras".

"Une fois qu'on l'a sur son compte bancaire, avant de s'en dessaisir et ne sachant pas trop de quoi sera fait le lendemain, il vaut mieux le garder, ça permet de pallier des aléas de trésorerie dans la vie qui vient", explique-t-il en ajoutant cependant que certaines entreprises "n'ont pas d'autre choix que de repousser [le remboursement] parce que l'activité n'est pas repartie".

Les secteurs d'activité particulièrement affectés comme les cafés-hôtels-restaurants ou le commerce font d'ailleurs parti des principaux utilisateurs de PGE, avec respectivement 15% et 22% des bénéficiaires, largement supérieur à leur part dans l'économie en temps normal.

Question stratégique : investir cet argent ou le rembourser ?

Pour Ana Boata, directrice des recherches macroéconomiques d'Euler Hermes, ces PGE non dépensés ont conduit à "un excès de trésorerie" d'environ 100 milliards d'euros, ce qui est une "bonne nouvelle".

Mais l'enjeu à moyen terme dépendra, selon elle, de leur utilisation: entre investissement, qui générerait de la croissance, ou remboursement des aides passées, cette deuxième hypothèse pouvant aboutir à une situation "pas très soutenable" une fois les dispositifs de soutien supprimés.

Le secteur du voyage "blacklisté" par les banques ?

Si les PGE ont été majoritairement salués, fin février, le secteur du voyage s'est toutefois fait l'écho de difficultés auprès des banques pour obtenir ces prêts garantis jusqu'à 90% par l'État.

"Les banques ont considéré que notre secteur était +blacklisté+, un secteur à risque, donc les banquiers ne proposent plus les prêts garantis d'État qu'ils devraient accepter", avait alors critiqué M. Mas, président du syndicat représentant les voyagistes français.

"Il n'y a pas de refus généralisé sur un secteur ou l'autre", a répondu la fédération.

Lire aussi : Prêt garanti par l'État : refus, délais, obstacles... ces entreprises qui rament face aux banques

Seules 12% des entreprises comptent rembourser dès 2021

Dans le détail, selon les informations reçues au 26 mars et encore susceptible d'évoluer, environ 12% des entreprises ayant souscrit un PGE prévoient de rembourser dès 2021: 5% devraient l'amortir entre 2022 et 2023, 9% entre 2024 et 2025 et 74% choisissent la durée la plus longue possible pour une fin du prêt en 2026.

Autre dispositif de soutien, les reports d'échéances de crédits professionnels, accordés par les banques dès début mars 2020, d'abord sur des durées jusqu'à 6 mois, ont été étendus jusqu'à 12 mois pour les activités liées au tourisme.

"Plus de 2 millions de crédits professionnels ont ainsi fait l'objet de moratoires, représentant un total d'encours de 254 milliards d'euros à fin juin 2020", affirme encore la Fédération bancaire française.

Lire aussi : Jusqu'à 7% des PGE pourraient ne pas être remboursés

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2021 à 12:46 :
Essayons svp d'éviter le manichéisme stérile: les PGE ont soutenu principalement les TPE et PME, venez voir ce qu'il se passe de près dans les entreprises qui font le tissu économique des régions et vous comprendrez que la question de prêter en masse et en urgence aux PME au printemps 2000 ne se posait pas !!
a écrit le 07/04/2021 à 8:58 :
Je me demande qu'elle compétence peut bien avoir Bruno Le Maire. Il a fait les choux gras du capitalisme et des malins. Lorsque l'on voit des Hôtels 4 étoiles à plusieurs millions d'euros recevoir des aides ou des subventions, sans qu'on leur demande aucun compte, c'est du n'importe quoi. Je pense que ce ministre devra répondre du déficit créé par lui, car ce ne sera pas à nous, à nos enfants, à nos petits enfants de régler la facture.
a écrit le 07/04/2021 à 3:38 :
Ce que beaucoup oublient, c'est qu'au final, le fisc se rappellera a leur bon souvenir le moment venu, les banques qui ont "prete" cet argent ont bonne memoire.
Quand a la reprise on repassera......
Réponse de le 07/04/2021 à 9:43 :
pour financer les diners de luxe !
a écrit le 07/04/2021 à 0:38 :
réponse au titre: placé en Bourse; c'est peut-être la raison de la hausse du CAC40 et autres indices, car je n'en vois pas l'explication dans l'expansion économique, ni dans l'amélioration du solde du Commerce Extérieur.
a écrit le 06/04/2021 à 19:26 :
Votre commentaire sur le fait que les bars et restaurants ont plus emprunter proportionnellement que leur poids dans l'économie est un peu facile ... qui est resté fermé quasi depuis un an ???
Réponse de le 07/04/2021 à 9:09 :
Qui a fraudé depuis un an ?
Certains restau et peut être bar... une partie non négligeable de ces restau vendant du tout industriel type «  tricatel » ou autre métro sodexho .... quel intérêt pour les clients de manger ce qu ils trouvent au supermarché !
Cette crise va peut etre assainir un secteur pour partie vérolé et ça sera salutaire pour les professionnels sérieux et les consommateurs !
Réponse de le 08/04/2021 à 14:33 :
Déjà pouvoir aller manger pour les travailleurs le midi et ceux découche le soir aussi et surtout des repas chaud plutôt que des sandwich tout les jours...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :