La réforme des retraites, explosive ? Buzyn "pas inquiète" (malgré la porte claquée par FO)

 |   |  578  mots
(Crédits : Reuters)
Le troisième syndicat de France a annoncé mercredi qu'il quittait les discussions menées par le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye depuis le printemps 2018, estimant que la réforme ne répondait qu'à des motifs budgétaires.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn a dit vendredi qu'elle n'était "pas inquiète" au sujet de la capacité du gouvernement à mener la prochaine réforme potentielle explosive des retraites, malgré le départ de Force ouvrière de la concertation.

Le troisième syndicat de France a annoncé mercredi qu'il quittait les discussions menées par le haut-commissaire à la réforme des retraites Jean-Paul Delevoye depuis le printemps 2018, estimant que la réforme ne répondait qu'à des motifs budgétaires.

"FO prend une décision qui était dans l'air depuis le début car, en réalité, ils n'adhérent pas à une réforme universelle des retraites et notamment à la retraite par points", a déclaré Agnès Buzyn sur Public Sénat.

"Moi, je pense que tous les syndicats reviendront à la table de la concertation, je ne suis pas inquiète", a-t-elle ajouté.

"Cette concertation s'est faite de façon remarquable. Le haut-commissaire a mené cela depuis un an et demi . (...) Les modélisations financières ont été partagées avec les organisations syndicales, ce qui permet à chacun de travailler dans le calme et donc ce calme va se poursuivre", a-t-elle dit, concluant ainsi: "Je ne suis pas inquiète sur la capacité que nous aurons à mener cette réforme."

Promesse de Macron et concertation "dénaturée"

Les syndicats ont été échaudés dans les dernières semaines par les propositions de plusieurs ministres de reculer l'âge légal de départ à la retraite, ou encore, d'allonger la durée de cotisation pour financer d'autres dépenses comme celles de la dépendance.

L'hypothèse d'un décalage de ce seuil, aujourd'hui fixé à 62 ans, alors qu'Emmanuel Macron avait promis de ne pas y toucher, a poussé le haut-commissaire à mettre sa démission dans la balance.

Lire aussi : Delevoye prêt à claquer la porte si l'âge de départ à la retraite est reculé

Le secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier, a déclaré sur Sud radio:

"Tout le monde en parle de cet âge, de la durée d'activité. (...) Ça se discute partout sauf là où on pensait que ça se discutait. La concertation a perdu tout son sens. Elle a été dénaturée."

Il ajoutait :

"Il arrive un moment où il faut que le gouvernement nous dise ce qu'il entend faire."

FO pointe les risques du système par points (envisagé par Delevoye)

FO met également en garde contre le principe d'un système par points, comme envisagé par Jean-Paul Delevoye, où l'État pourrait avoir d'avantage de pouvoir de décision.

Dans une lettre envoyée au haut-commissaire, le syndicat explique les raisons de son départ et ses craintes avec ce système par points:

"En fonction de l'évolution des autres paramètres (valeurs à l'achat et à la conversion des points), la borne d'âge d'ouverture des droits dans un régime universel par points peut devenir en réalité celle d'un 'droit à pension minimale', nécessitant, pour celles et ceux le pouvant (...) de prolonger la durée d'activité pour pouvoir bénéficier d'un niveau décent de pension."

Pour le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, il faut relever l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans en huit ans à raison d'un trimestre par an, et à partir de 2028 indexer mécaniquement l'âge légal sur l'évolution de l'espérance de vie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2019 à 15:55 :
Mais d'une façon générale ils ne sont pas inquiets nos LREM, reconnaissons leur cela au moins, bah tant que tout va bien pour eux comme avant hein...

D'ailleurs si on remplaçait leurs disques durs et logiciels par de véritables cerveaux ils seraient difficile à tromper sur la scène internationale tellement ils ne montrent absolument aucun signe d'inquiétude, jamais, tellement sûr d'eux, à comparer avec les plus grands de tous les prêcheurs chrétiens à savoir les jésuites.

De bons comédiens mais c'est tout.
a écrit le 23/04/2019 à 5:51 :
Marres de tourner en rond avec la politique de Macron sur l indexation de retraités sur la politique qu ils gagne du temps pour les européennes c est fait mais pas gagnez le votez pour les européennes un gelé total une vrais passoire un mange argent pour les immigrés ? Plus d indépendant ces pour les pays européens au un Brexit total de l Europe
a écrit le 20/04/2019 à 9:39 :
Le problème n est pas de vouloir travailler plus longtemps mais de pouvoir le faire. Le Medef qui préconise de passer la retraite à. 64 ans est champion du monde pour pousser en dehors de l entreprise les cadres de 50 ans et plus. Arrêtons de faire comme ci ce problème n était pas connu!!!
a écrit le 20/04/2019 à 8:06 :
En ce qui concerne cette réforme, on ne cesse de parler de l'âge légal de départ à la retraite.... du secteur privé bien entendu.
Quant est-il de la réforme des retraites EDF, RATP, SNCF, AIR FRANCE, DEPUTES, SENATEURS, etc....pas un mot de l'âge légal ni du nombre d'années de cotisations pris en compte.
De qui se moque-ton ?
a écrit le 19/04/2019 à 20:31 :
Il serait temps que le Conseil Constitutionnel remette sur les rails le fonctionnement de la démocratie en France: les gouvernements successifs, soutenus par les majorités parlementaires, ont retiré aux partenaires sociaux ce qui leur étaient dévolu, à savoir le contrat de travail, la gestion de la Sécurité Sociale et des régimes de retraite. On en constate les brillants résultats; l'assurance maladie et les retraites sont en danger et le chômage est à un niveau anormalement élevé; le tout s'agrémente d'un déficit budgétaire abyssal (30% des recettes), d'une dette que le gouvernement ne contrôle plus et d'un climat social explosif. Il est temps que chacun retrouve son pré carré: le gouvernement à ses fonctions régaliennes, le parlement à son contrôle de l'action gouvernementale et les partenaires sociaux à ce qui leur revient.
Réponse de le 22/04/2019 à 11:27 :
exat , un proverbe dans la campagne dit chaqu un sont metier et les vaches seron bien garde,?, macron avec son ego surdimentionne s est cru plus fort que les autres et a tout chanboule : maintement tout et a refaire;,? POUR LA DESENTRALISA TION C EST DU MEME TOPO???
a écrit le 19/04/2019 à 18:12 :
"malgré le départ de Force ouvrière de la concertation".
"Cette concertation s'est faite de façon remarquable."

Il est la problème, il ne s"agit pas de négociation mais de concertation.Le gouvernement pratique ce que font les RH depuis des années dans les comités d'entreprises ,on écoute les syndicats ,une secrétaire de direction note en steno ,les points de vues de chacun qui seront ensuite dans un Procès Verbal ( PV) de CE pour dire que l'on a concerté les syndicats puis l'employeur refusera généralement les propositions en particulier les demandes salariales et fera passer par une décision unilatérale ensuite les siennes.Les syndicats seront contre,ils feront ensuite un tract distribué au personnel pour annoncer la mauvaise nouvelle et le tour est joué.
a écrit le 19/04/2019 à 16:47 :
Buzyn pires que Macron une équipe des madoff votez Macron c est votez famines misère plus des dents du cancer en plus
a écrit le 19/04/2019 à 14:37 :
La retraite, c’est pour pouvoir bouffer quand on ne peut plus travailler, au nom de la solidarité, et c’est donc une belle invention.
Qui a été malheureusement largement détournée de ses fins : elle a créé une caste de rentiers (geignards, en plus) partis bien tôt il me semble.
Et elle n’est plus financée par les actifs : dans un régime de répartition, il aurait été logique d’adapter les pensions à la proportion inactifs/actifs.
Même si c’est difficile à faire, c’est sûr.
Surtout quand on est déjà retraité, et avec une bonne retraite qui plus est.
Réponse de le 19/04/2019 à 22:57 :
Le problème n'est pas le ratio actifs/inactifs mais le fait que 10% des actifs sont au chômage et ne cotisent donc pas!

Avec 5% de chômage notre système de retraite ferait des excédents colossaux!
a écrit le 19/04/2019 à 13:29 :
Il faut financer les retraites par un prélèvement sur le travail et sur l'énergie. Le travail et l'énergie, c'est pareil; voir le Larousse. Les Français sont les seuls à ne pas le comprendre; pourquoi?? Voir la note n°6 du CAE. Cela correspond aux idées exprimées par Jancovici, par Coe Rexecode, et d'autres encore.
Réponse de le 19/04/2019 à 23:03 :
Sauf que cette note est DEJA appliquée: en France, le travail (CSG, charges sociales patronales et salariales, mutuelle) et l'énergie (CSPE, TIPP et TVA sur les carburants, le gaz et l'électricité) sont DEJA les plus taxés et les plus chers d'Europe, et de loin; il n'y a donc plus aucun 'grain à moudre' sur ce plan-là: les taxes sur le travail et l'énergie sont déjà au taquet. Aucun espoir de ce côté. Il faut chercher d'autres alternatives.
a écrit le 19/04/2019 à 11:22 :
Jean-Paul Delevoye, la ministre de la Santé Agnès Buzyn et Jupiter Macron auront-ils le courage de taper dans le dur en réformant les 35 à 45 retraites spécifiques tant dénoncés depuis des années par le FMI, l'OCDE comme très inégalitaires avec les français du privé. J'en doute ! à la première menace des syndicats publics aux méthodes de casseurs, le gouvernement et ses acolytes vont mettre genoux à terre et Amen ! La messe est dite d’avance, passez votre chemin il n'y a rien avoir.
Réponse de le 19/04/2019 à 12:16 :
N'oubliez pas qu'un president successeur pourait faire reculer voir annuler tous les reformes du president precedent, comme Francois Hollande a fait en 2012 sur les reformes de l'age de retrait de son precedeur Sarkozy..
a écrit le 19/04/2019 à 11:10 :
allez voir la fortune de BUZIN elle est millionnaire pour elle baisser les retraites et travailler jusqu'a 70 elle qui n'as jamais mis les mains dans le cambouis c'est pas un problème je peut vous dire qu'elle n'est pas aimé dans le milieu hospitalier
a écrit le 19/04/2019 à 11:05 :
Tant de discussions inutiles avec des prestataires sociaux qui jouent uniquement des jeux politiques alors que le problème de la pyramide des ages est connu depuis longtemps ainsi que la seule solution possible et que tous les pays ont adopté : l'allongement de la durée du travail permise par une espérance de vie plus longue.
Toujours le même scénario : tous les candidats sérieux promettent une réforme des retraites, la gauche et la génération du " toujours plus " fait son cinéma et bloque tout depuis 30 ans !
Qui va payer nos dettes : nos enfants ?????
Réponse de le 20/04/2019 à 10:46 :
@ le loup
Vos enfants, au mieux vos petits enfants n'auront aucune dette et payer vu qu'ils auront été engloutis dans la prochaine guerre mondiale qui réglera définitivement led problèmes de la Terre et des terriens.
Pourquoi pensez vous que le ultra riches investissent dans la conquête de l'espace ? Pour de "barrer" avant le grand chaos.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :