La volte-face d'Agnès Buzyn sur l'âge de départ à la retraite

 |   |  409  mots
La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn.
La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn. (Crédits : STEPHANE MAHE)
La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, a assuré, ce mardi 19 mars, qu'"aucune modification de l'âge minimal de départ à la retraite" n'était "envisagée" par le gouvernement, après s'être prononcée, dimanche 17 mars, en faveur d'un "allongement de la durée de travail".

D'abord oui, finalement non. "Aucune modification de l'âge minimal de départ à la retraite n'est envisagée, ni sur la table des négociations que pilote le haut commissaire à la réforme des retraites", Jean-Paul Delevoye, a déclaré la ministre lors des questions des députés au gouvernement. "Ce n'est pas non plus le sens des propos que j'ai tenus dimanche et dont les diverses interprétations sont à l'origine d'une polémique", a-t-elle ajouté.

Pour cause, dimanche 17 mars, la ministre avait expliqué ne "pas" être "hostile" à l'idée de retarder l'âge de départ en retraite, n'excluant pas de "proposer un allongement de la durée de travail" dans le cadre des discussions sur le futur régime de retraites "universel" voulu par l'exécutif. Des propos qui ont fait bondir les syndicats, alors que le gouvernement s'est engagé à ne pas toucher à l'âge légal de départ, fixé à 62 ans, conformément aux promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

Des déclarations mal interprétées selon la ministre

La priorité du gouvernement est "de créer un système universel plus lisible, plus équitable et plus juste, qui donne pour un même euro cotisé les mêmes droits à chacun", a rappelé Mme Buzyn, répondant à une question du député PCF Pierre Dharréville. "Pour qu'il soit parfaitement juste, nous devons également permettre à toutes celles et tous ceux qui le souhaitent de pouvoir continuer à travailler après l'âge minimal de départ à la retraite et d'être avantagés financièrement à le faire", a-t-elle ajouté.

"Les pistes d'incitation sur lesquelles travaille le haut commissaire visent à accompagner un phénomène de société, l'allongement de la durée de la vie, qui est un défi d'avenir pour notre société comme pour nos voisins européens et que nous devons relever collectivement", a précisé la ministre, insistant n'avoir "rien dit d'autre""Laissons donc cette réforme (...) se préparer dans des conditions sereines", a-t-elle souligné, exprimant sa "confiance dans l'engagement du haut commissaire" qui "maintiendra" selon elle "un dialogue constant avec les partenaires sociaux pour mener à bien ses travaux".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2019 à 22:13 :
La virée Buzyn l’a ministre de la santé de la Cpam avec Buzyn plus des malade elle est comme Macron championne de misère elle voles les retraitées
a écrit le 20/03/2019 à 7:57 :
Il ne faut jamais dire la vérité, surtout en politique. Dire des conneries c'est beaucoup plus valorisant.
Pour la retraite à chacun de se prendre en charge, l'assistanat ras le bol.
a écrit le 20/03/2019 à 6:45 :
Il suffit de regler le probleme par l'autre bout. On garde la retraite a 62 ans mais avec 45 annuités necessaires au taux plein. A lieu de terminer plus tard les gens auront juste a commencer avant.

J'aurai pas fait lapin j'aurai pu faire ministre moi,oui monsieur
Réponse de le 21/03/2019 à 16:39 :
"J'aurai pas fait lapin j'aurai pu faire ministre moi,oui monsieur "

Hou-là hou-là hou-là mais c'est qu'il en faut des compétences monsieur pour être ministre !?

NE pas être honnête, ne pas être responsable, être avide, penser d'abord à soi avant les autres, penser d'abord à son réseau avant les citoyens, savoir faire des courbettes et des ronds de chapeau à ses maitres milliardaires, être corrompu ou au moins déjà bien compromis, avoir Alzheimer est bien vu également, connaitre les méthodes d'évasion fiscale, plébisciter l'esclavagisme salariale et j'en oublie !

Mais déjà avez vous le bon CV ?
a écrit le 20/03/2019 à 5:05 :
L'incurie de cette equipe au gouvernement est abyssale.
Penser que l'avenir d'un pays comme la France est aux mains de ces amateurs fait froid dans le dos.
Les francais votent avec leurs pieds.
a écrit le 19/03/2019 à 23:36 :
Citation : La priorité du gouvernement est "de créer un système universel plus lisible, plus équitable et plus juste, qui donne pour un même euro cotisé les mêmes droits à chacun". C'est faux, pour avoir participé aux concertations sur les retraites, ils prévoient des dérogations pour : pénibilité, femmes, enfants pondus, femmes aux foyer, métiers de type chauffeur uber, études longues, handicap, ... 1 euro ne donnera donc pas les mêmes droits pour tous surtout qu'1 euro n'a pas la même valeur pour tous.
a écrit le 19/03/2019 à 23:03 :
notre ministre oublie un peu vite aussi le taux de chômage record chez les seniors... puisque les entreprises n en veulent pas-plus: pas assez malléable, trop cher ou trop de dispositifs adapté à mettre en place de par leur .................
âge...
je ne vois pas comment le recul de l age de la retraite va améliorer la situation..à minima et par intégrité intellectuelle .elle pourrait argumente sur ce point
Réponse de le 21/03/2019 à 10:42 :
c 'est assez simple..... quand le chomeur de 58 ans est au bout de ses droits, sans boulot..... on lui donne les aides sociales et il doit attendre 65,66 ou 67 pour avoir droit à son taux plein.... "entre guillemet...."

donc les aides sociales ne sortent pas de la même caisse que la retraite....
le problème de fond n est pas réglé..... c 'est le boulot....

c 'est bien de dire que l on bosse jusquà 65 ans.... mais faut il encore pouvoir le faire...... c 'est le génie français..... de faire des lois qui ne peuvent pas s appliquer....

même le patronat s y est mis.... il est pour le report de l âge de la retretaite mais refuse d employer les gens passé 55 ans.....

on peut critiquer l allemagne, et Dieu sait que je ne m en prive pas, mais la bas, dans certaines entreprises un peu éclairées.... on adapate les postes de travail dès l âge de 50 ans......ça coute un peu, mais moins que des gens en arrêt de travail permanent

en france.... les arrêt de travail des seniors sont entrain d exploser..... donc ils coûtent à l entreprise, à la sécu.....donc à tout le monde, mais on se voile la face
a écrit le 19/03/2019 à 22:55 :
contrairement aux commentaires précédents, ce n ' est pas de l' amateurisme mais plutôt une tentative de tester la résistance de la population à l' allongement de la retraite.
Dans son commentaire Mme la ministre oublie de préciser que la catégorie des ouvriers-employés à une différence négative d' espérance de vie de plusieurs années avec les cadres et cadres sup...Si elle-ils veulent continuer à travailler c ' est leur choix ...qu' elle laisse le vrai choix aux autres ( enfin ceux qui ont les plus bas salaires, les logements sociaux ou insalubres, les courses chez lidl faute de pouvoir faire mieux etc...)
a écrit le 19/03/2019 à 22:39 :
Je ne mets pas en doute la compétence de cette ministre, je pense par contre qu'elle fait usage d'un artifice de communication usé jusqu'au coude. Maintenant que le sujet est resté quelques jours sur la table, personne ne sera surpris de le voir resurgir le moment opportun. Qu'ils sont lourds ces conseillers en comm, ils tombent tout juste du couffin qu'ils appliquent deja les manipulations de leurs ancêtres.
a écrit le 19/03/2019 à 22:14 :
Ras le bol de ces ministres incompétents qui disent n'importe quoi, et le contraire le lendemain. Gouvernement gonflé d'amateurisme
a écrit le 19/03/2019 à 19:26 :
Comment ne p)as mettre en cause la crédibilité de ce gouvernement avec de telles déclarations erratiques !
a écrit le 19/03/2019 à 19:10 :
En matière de retraites, la répartition concerne la répartition de ce qui se trouve dans les caisses de retraites et la répartition des prélèvements. On confond les deux. Ce sont deux notions différentes. Il faut raisonner différemment pour les cotisations et pour le montant des retraites. Ce montant des retraites correspond à la répartition de l'ensemble des richesses produites (le PIB).
a écrit le 19/03/2019 à 19:01 :
Un ministre qui cherche à se faire remarquer en disant n'importe quoi et qui rétropédale..."C'est pas parce qu'on a rien dire qu'il faut fermer sa gueule" Film de Jacques Besnard, sorti en 1975. Le quotidien de ce gouvernement depuis deux ans, ce qui mine sa crédibilité ainsi que celle du patron.
a écrit le 19/03/2019 à 17:40 :
"Des déclarations mal interprétées selon la ministre"

Pourtant hier : "Ce que j'ai dit, c'est que j'ai vu ces propositions remonter du grand débat. A partir du moment où les Français l'évoquent, c'est sur la table".

elle va bientôt accuser les logiciels si ça continue .D'ailleurs ,elle fait déjà une synthèse alors qu'un consortium mené par la société Roland Berger, associée à deux "civic tech", Bluenove et Cognito devaient s'en occuper.
a écrit le 19/03/2019 à 17:30 :
Le Retropédalage En Marche.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :