Le décret sur la prime de 4.000 euros pour l'embauche d'un premier salarié publié

 |   |  304  mots
Selon le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, cette nouvelle aide pourrait permettre de créer de 60.000 à 80.000 emplois, un objectif assez modeste.
Selon le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, cette nouvelle aide pourrait permettre "de créer de 60.000 à 80.000 emplois, un objectif assez modeste. (Crédits : reuters.com)
Les très petites entreprises (TPE) qui ont embauché ou embaucheront leur premier salarié entre le 9 juin 2015 et le 8 juin 2016 vont pouvoir bénéficier de ce dispositif.

Cette fois, c'est officiel. Les très petites entreprises (TPE) qui ont embauché ou embaucheront leur premier salarié entre le 9 juin 2015 et le 8 juin 2016 bénéficieront d'une aide de 4.000 euros, un dispositif entériné par un décret publié samedi 4 juillet au Journal officiel. La mesure avait été annoncé le 9 juin par Manuel Valls dans le cadre du plan en faveur de l'emploi dans les PME. Pour le gouvernement, le moment était opportun. Avec le frémissement sur la croissance, il s'agit d'encourager les entreprises parfois réticentes à recruter un premier salarié à franchir le pas.

2.000 euros la première année

Concrètement, l'entreprise qui embauche son premier salarié bénéficiera de 2.000 euros la première année - à raison de cinq cents euros par trimestre - et de 2.000 autres euros la seconde. Elle concerne toutes embauches en CDI et CDD de plus de 12 mois. Sont concernées les entreprises n'ayant jamais eu de salarié ou n'en ayant pas eu depuis au moins 12 mois.

"1,2 million de très petites entreprises" sont visées par cette mesure, qui a vocation à "les inciter à franchir le pas de la première embauche" "souvent difficile pour les entrepreneurs ou les artisans indépendants", a estimé samedi le ministre du Travail, François Rebsamen, dans un communiqué.

De 60.000 à 80.000 créations d'emplois espérées

Selon le ministre de l'Economie Emmanuel Macron, cette nouvelle aide pourrait permettre "de créer de 60.000 à 80.000 emplois, un objectif assez modeste.

Cette mesure vient compléter l'ensemble des allégements de cotisations sociales liées au CICE et au Pacte de responsabilité. De fait, la prime de 4.000 euros vient s'ajouter à toutes les autres mesures d'allègement du cout du travail et notamment les exonérations totales de cotisations patronales de sécurité sociale au niveau du Smic en vigueur depuis le 1er janvier 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2015 à 19:19 :
Je ne sais pas pour les autres mais moi avec la visibilité du moment c'est ce qui va me permettre d'y aller

Ok on embauche pas pour une prime mais entre l'exonération des charges + la prime cela peut aider les entrepreneurs à y aller

Moi j'y vais
Réponse de le 07/07/2015 à 8:43 :
Bonne chance , n'oublies pas qu au 1 janvier il faudra lui payer une mutuelle !
a écrit le 06/07/2015 à 17:33 :
Et aller, une fois de plus on saupoudre l'argent du contribuable !!!! Il faut créer un environnement économique permettant aux entreprises de se développer et donc d'embaucher. Il faut redonner aux gens leur indépendance en exonérant par exemple les entreprises affichant jusqu'à 30 000 euros (chiffre discutable) de chiffre d'affaires. Ce saupoudrage profite bien entendu à des entreprises qui auraient de toute manière embauché, car on embauche quand on a des clients. La prime, c'est le gâteau sur la cerise !!!
Réponse de le 06/07/2015 à 17:48 :
ben ... c'est pas du "saupoudrage de l'argent du contribuable" comme vous le dites, si la personne recrutée était au chômage ... elle coûte bien plus que 4000€ sur 2 ans ...
Réponse de le 06/07/2015 à 18:13 :
voilà ce que diront les TPE " on n'embauche pas pour une prime"
Réponse de le 06/07/2015 à 18:19 :
Pour être aussi péremptoire tu dois être fonctionnaire ou travailler dans un grand groupe du Cac40

Monte un jour ta structure et après on en parle

Par contre je parle d'une vraie boîte viable pas une pseudo structure avec les allocations du chômage

A+
Réponse de le 06/07/2015 à 18:28 :
Je confirme que l'on embauche pas pour une prime oneshoot, on fait un ratio coût/bénéfice sur du long terme.
Je viens d'embaucher mon premier employé, le 10 juin. Coup de bol. Mais cela n'a rien à voir avec cette prime.
Réponse de le 06/07/2015 à 18:45 :
Une entreprise qui fait 30 000€ de chiffres d'affaires ? Vous parlez en mensuel ?
Réponse de le 06/07/2015 à 19:03 :
@encore un expert: tout faux, j'ai ma propre entreprise, et si tu avais lu mon commentaire, tu aurais vu que je parle de relancer le dynamisme économique en soutenant en particulier les TPE (30 000 euros). Mais bon, quand on fait partie de la pleurniche permanente, on se plaint sans même réfléchir au sujet, n'est-ce pas :-) C'est aussi cela qu'il faut enrayer en France: le défaitisme et l'assistanat permanent qui en découle !!!
Réponse de le 06/07/2015 à 22:21 :
Tout à fait d'accord ! Encore une mesure entachée par la doctrine de la politique de l'offre et non par le pragmatisme économique. Pourquoi s'évertuer à (re)mettre en place des politiques qui n'ont jamais fonctionnées ?
Réponse de le 07/07/2015 à 9:05 :
@@Patrickb: et pourquoi pas 30 000 par jour :-) encore un qui avec son bac +2 pense que le monde lui doit tout je suppose :-) :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :