Le gouvernement veut doper l'insertion par l'activité économique

 |   |  223  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Le budget pour l'insertion par l'activité économique (IAE) va passer la barre du milliard d'euros en 2020 afin de pouvoir financer 20.000 postes supplémentaires pour les personnes très éloignées de l'emploi, a annoncé mardi la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Un rapport sur l'inclusion par l'emploi doit être remis aujourd'hui au président de la République lors d'un déplacement dans le Val-de-Marne.

"Pour la première fois, nous allons en 2020 consacrer plus d'un milliard d'euros sur ce secteur", a déclaré la ministre sur RTL alors que ce budget était d'environ 900 millions d'euros en 2019. La France compte environ 3.900 structures de l'insertion par l'activité économique (associations, ateliers et chantiers d'insertion, entreprises d'insertion). Elles signent des conventions avec l'État qui leur permettent d'accueillir et d'accompagner les travailleurs les plus éloignées de l'emploi, en raison de difficultés sociales et professionnelles particulières.

Le gouvernement veut doubler le nombre de personnes accompagnées

"Cela permettra à toutes ces structures d'accueillir pour l'année prochaine 20.000 personnes de plus. Et chaque année, 20.000 personnes de plus", a expliqué Mme Pénicaud. L'objectif est de passer d'environ 140.000 personnes accueillies en 2018 à 240.000 en 2022.

Pour y arriver, la ministre s'appuiera aussi sur les préconisations du rapport du président du conseil d'inclusion dans l'emploi Thibaut Guilluy qui lui seront remises ce mardi. "Il faut que chacun ait une chance de pouvoir accéder à l'emploi. Il y a beaucoup de concitoyens qui ont eu des accidents de la vie. Si vous avez galéré pendant des années, c'est très difficile de reprendre un emploi à 35 heures", a plaidé Mme Pénicaud. La ministre participera également mardi après-midi à un déplacement du chef de l'État sur un chantier d'insertion à Bonneuil-sur-Marne (Val-de-Marne).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2019 à 15:35 :
Tout ce qui tourne autour de l'insertion, en particulier pour les gens diplômés est une manière pour l"état de vendre la main d’œuvre a vile prix !!!

20 milliards pour laisser croire que par ce que l'on a connu du chômage on ne serait pas réinserable !!! Tout cela est bidon, car ceux qui tiennent ces discours sont aussi ceux qui par leurs diplômes d'écoles et les réseaux n'iront probablement pas a pole emploi, mais par contre sont ceux qui tiennent les discours et les actes politiques !!!!

Voici un exemple de comment se fait le transfert de la richesse collective a la richesse individuelle. Actuellement la France bascule dans l'assistanat des entreprises, finance et même une politique sociale digne qui n'est plus, mais une politique économique avec notre argent pour financer des entreprises qui comprennent vite qu'il vaut mieux licencier les gens de plus de 50 ans, leur faisant croire qu'ils sont incapable, et qu'après un an il serait incapable de s'adapter a l'emploi?????!!!

Seul ceux qui n'ont jamais connus pole emploi peuvent développer ce type de logique, en particulier pour les cadres !

Je me suis bien amusé a constater en fait que le chômeur est la chair a canon du système économique, qui pèse sur la peur sociétale, la réforme des prud'homme ayant inversé la charge de la preuve, et qui permet du coup d'utiliser l'outil du chômage pour éviter la confrontation du constat économique et des réalisations.

Alors l'état, son but étant de financer les multinationales "françaises", pour rien sans constat de vacuité depuis 20 ans sur le financement a fonds perdues d'entreprises qui n'ont ni vision, ni prise de risque !!!!

Et l'on continue a expliquer que des multinationales auraient une nationalité !!!! sans doute pour mieux les financer.

Cependant, a l'observation économique, force est de constater qu'en finançant des emplois gratis pour ces entreprises, elles s'en nourrissent puis souvent étant oligopoles, organisent des faux débats sur lci bfm et autres pour ensuite culpabiliser les chômeurs......

Alors encore une fois, une ministre du travail DRH, ne sait que licencier ou recruter, mais pas développer ni même avoir une vision de l'emploi et des opportunités a venir.

Et pourtant, ils sont la clef des transformations entrepreneurial de ces entreprises avec plus de pouvoir que les dg parfois.

Le O risques pour les entreprises et tout les risques pour le citoyen qui doit garantir des revenus pour son logements, sa famille ainsi que le risque du chômage......

Alors ensuite expliquer le financement d'emplois, a cette hauteur, en sachant que les boites pour la plupart utilisent des stagiaires dans bien des domaines, j'imagine que plus tard on nous expliquera que l'impôt doit financer des entreprises impotentes , a non c'est déjà le cas......

Et pourtant, la culpabilisation des chômeurs sur le résultats de recherche n'est pas demandé aux entreprises en terme de résultats !!! !


C'est fort l'incompétence, cela a souvent besoin de la com pour donner l'impression et le métalangage nécessaire a mystifier les populations !!!!
a écrit le 10/09/2019 à 12:05 :
J'ai vu un reportage sur LCP d'un maire qui a créé une entreprise dans laquelle les salariés font ce qu'ils savent faire un point c'est tout.

Travailler pour un salaire oui mais d'abord pour le besoin de travailler et non de se faire exploiter, pas facile en UE, chantre du dumping social.

Ca fait un peu pompier pyromane tout ça c'est un peu comme si vous disiez qu'il est interdit de détourner l'argent public en confiant les chantiers publics aux copains !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :