Le PIB à 0% : l'économie française stagne au premier trimestre sur fond d'inflation et de guerre en Ukraine

L'économie française a enregistré une croissance nulle pour ce premier trimestre 2022, selon une première estimation de l'Insee. Un chiffre en net recul par rapport à la hausse de 0,8% du PIB le trimestre précédent. Cette baisse s'explique par un fléchissement de la consommation des ménages en raison de l'inflation et de la guerre en Ukraine.

7 mn

L'activité économique marque nettement le pas au premier trimestre 2022, après la croissance de 0,8% enregistrée au quatrième trimestre de 2021 et la forte reprise de l'ensemble de l'année dernière (7%).
L'activité économique marque nettement le pas au premier trimestre 2022, après la croissance de 0,8% enregistrée au quatrième trimestre de 2021 et la forte reprise de l'ensemble de l'année dernière (7%). (Crédits : SARAH MEYSSONNIER)

Zéro tout rond. Voilà pour la première estimation de croissance de l'activité économique du premier trimestre 2022 publié par l'Insee ce vendredi 29 avril. La croissance marque ainsi nettement le pas après une progression de 0,8% enregistrée au quatrième trimestre de 2021 (chiffre révisé à la hausse de 0,1 point) et la forte reprise de l'ensemble de l'année dernière (7%).

Cette estimation est bien inférieure aux attentes puisque l'Institut national de la statistique prévoyait une croissance de 0,3%. Prévision quasiment identique de la Banque de France qui tablait sur une petite progression du produit intérieur brut (PIB) de 0,25%.

Lire aussi 6 mnGuerre en Ukraine: la Banque de France révise à la baisse la croissance française

Traditionnellement moteur de la croissance française, la consommation des ménages a reculé « nettement » au premier trimestre, indique l'Insee, prenant de court les prévisions des économistes, qui s'attendaient à ce qu'elle résiste encore en début d'année.

La vague Omicron très forte en janvier, la hausse des prix, en particulier de l'énergie, accentuée depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine fin février, ont ainsi contraint les dépenses des ménages, notamment dans l'hébergement-restauration et l'habillement-textile. L'inflation a ainsi atteint 4,5% sur un an en mars, du jamais vu depuis le milieu des années 1980.

Lire aussi 7 mnCovid-19 : un sommet international le 12 mai prochain pour tenter de mettre fin à la très coûteuse pandémie

La crise sanitaire encore très présente en janvier a encore marqué la production de biens et services au premier trimestre (qui augmente de 0,5%), avec une forte baisse de l'activité dans l'hôtellerie-restauration, les services d'éducation, « liée à la fermeture de certaines classes », et à l'inverse une amélioration dans les services de santé. La production de biens a, elle, accéléré, après deux trimestres de stabilité.

Pour l'instant l'investissement résiste, même s'il se tasse, avec une progression de 0,2% au premier trimestre, tiré par les investissements en services informatiques en lien avec la numérisation croissante des entreprises.

Enfin, le commerce extérieur poursuit son redressement, même si c'est à « un rythme toutefois moins soutenu que le trimestre précédent », souligne l'Insee, avec une hausse de 1,5% des exportations, quand les importations ont progressé de 1,1%.

Lire aussi 5 mnLa Banque mondiale réduit de 0,9 point ses perspectives de croissance et veut un financement de 170 milliards de dollars

La France fait mieux que l'Italie et les États-Unis mais moins bien que l'Allemagne et l'Espagne

Le PIB italien a reculé de -0,2% au premier trimestre sous l'effet de la guerre en Ukraine et de l'envolée des prix de l'énergie, a indiqué l'Istat ce vendredi dans sa première estimation. Ce résultat est cependant meilleur qu'attendu, la banque centrale ayant prévu une baisse de -0,7% du PIB au premier trimestre tandis que le gouvernement tablait sur un recul de -0,5%. Sur un an, le PIB italien progresse de 5,8%.

Outre-Atlantique, la croissance américaine a subi un coup d'arrêt inattendu. Le PIB s'est en effet contracté de 1,4% mais l'économie « reste résiliente », a estimé Joe Biden, invoquant des « facteurs techniques » pour expliquer cette baisse de régime. Les analystes prévoyaient, eux, une croissance de 1,1%. Ce premier trimestre marque un net renversement de tendance par rapport au taux de croissance annualisé de 6,9% enregistré au quatrième trimestre 2021. Cette contreperformance va sérieusement compliquer la tâche de la Banque centrale américaine (Fed) qui comptait relever agressivement les taux pour juguler l'inflation.

Lire aussi 5 mnInflation : relever les taux sans tomber en récession, le pari difficile mais possible des Etats-Unis (Fed)

A contrario, le PIB allemand a progressé de +0,2% au premier trimestre 2022. L'Allemagne échappe ainsi à la récession technique, après un recul du PIB au quatrième trimestre 2021 de 0,3%, même si « la guerre en Ukraine influence de façon croissante la conjoncture », selon un communiqué de l'Institut de statistiques Destatis publiés ce vendredi. L'indicateur fait mieux que les prévisions du service d'analyste financier Factset, qui tablait sur une croissance de 0,15%. Sur un an, le PIB connaît une forte hausse de 3,7%.

Mieux encore : le PIB espagnol, qui a progressé de +0,3% au premier trimestre, d'après une première estimation publiée par l'Institut national des statistiques. Néanmoins, ce chiffre traduit un net ralentissement par rapport à celui du dernier trimestre 2021 (+2,2%), et est très éloigné de la prévision de la Banque d'Espagne, qui tablait début avril sur une progression de 0,9%.

Plus globalement, la croissance du PIB de la zone euro a ralenti à 0,2% au premier trimestre, par rapport au trimestre précédent, a annoncé Eurostat. D'octobre à décembre, la croissance avait atteint 0,3% pour les 19 pays partageant la monnaie unique. Pour l'ensemble de l'Union européenne, le PIB a progressé de 0,4% au premier trimestre, après 0,5% sur les trois derniers mois de 2021, selon les estimations préliminaires de l'office européen des statistiques.

Lire aussi 5 mnZone euro: la croissance du secteur manufacturier pénalisée par l'inflation et la guerre en Ukraine

________________________

ZOOM : FORTE BAISSE DE LA CONSOMMATION DES MÉNAGES EN MARS

L'Insee a également publié ce vendredi 29 avril les chiffres de la consommation des ménages français en mars. Il s'avère qu'elle a « nettement » baissé, de 1,3%. « Cette baisse est principalement due au recul de la consommation alimentaire (-2,5%) et, dans une moindre mesure, à celui de la consommation d'énergie (-1,6%) », a précisé l'Institut national de la statistique qui a aussi légèrement révisé en hausse à +0,9% le redressement observé en février.

Sur un an, l'ensemble des dépenses de consommation des ménages diminue de 2,4%, celles des dépenses alimentaires et de l'énergie se contractant respectivement de 6,9% et 1,3%, contre une hausse de 1,3% dans les biens fabriqués.

La chute de la consommation alimentaire sur un mois en mars, qui pèse pour 38% du total, s'explique par « une forte baisse de la consommation de produits agricoles et agroalimentaires », a commenté l'Insee. La baisse dans cette catégorie est bien plus forte sur un an (-6,9%), mars 2021 ayant été une période exceptionnelle durant laquelle la pandémie de Covid-19 avait « conduit à remplacer des services de restauration par de la consommation alimentaire ».

Lire aussi 5 mnFace à l'inflation, le dilemme des entreprises: augmenter les prix de vente ou rogner les marges

Côté énergie, la consommation a elle aussi continué de diminuer le mois dernier, en particulier à cause du repli de la consommation de carburants (-1,8% après +2,7% en février) ainsi que de celle en gaz et en électricité (-1,5% après -2,4%).

Les biens fabriqués, qui pèsent pour 44% du total, ont accusé un fléchissement de 0,1%, une situation contrastée par rapport à février, qui avait vu la consommation de cette catégorie de biens augmenter de 2,2%. Cela s'explique par un « net repli de la consommation en biens durables » (-1,2% après +1,6%) - au premier rang desquels les matériels de transport (-2,8% après +1,4%) et en particulier les ventes de voitures - et la nouvelle baisse de la consommation en « autres biens fabriqués » (-0,3% après -0,4%).

En revanche, la consommation en habillement-textile augmente de nouveau (+3,1% après +8,7%), note l'Insee, principalement grâce au « rebond des achats de chaussures ».

Lire aussi 7 mnLe choc de la guerre en Ukraine entraîne une flambée durable des prix des matières premières

(Avec AFP)

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 30/04/2022 à 9:54
Signaler
Et de paralysie de l'économie du fait de deux ans de politique sanitaire catastrophiques.

à écrit le 29/04/2022 à 16:21
Signaler
Y'aurait bien un moyen de s'en sortir... Ah bah tient elle est de retour en Europe, ça tombe bien dites donc ?

à écrit le 29/04/2022 à 12:34
Signaler
Ce chiffre va ramener le gouvernement à plus d’humilité sur leurs soit disant bons résultats économiques

à écrit le 29/04/2022 à 12:24
Signaler
non seulement c'est pas brillant, mais avec les visionnaires qui ont rate leurs examens en premiere annee d'economie, il n'y a plus ni arme budgetaire, ni monetaire ( mieux, l'utilisation a outrance de ces dernieres les ont transfo en bombe a retarde...

à écrit le 29/04/2022 à 11:46
Signaler
l'inflation est en partie provoquée par la mauvaise gestion de mme LAGARDE qui pour faire plaisir à celui qui l'a nommée ( MR MACRON ) continueà faire marcher la planche à billets donc a dévaluer l'euro face au dollar et comme nous importons surtout...

à écrit le 29/04/2022 à 11:05
Signaler
Et que font donc nos fabricants et nos vendeurs de matériel de guerre? La période est faste: vendons aux russes et aux ukrainiens puisque l'argent qui nous fait vivre n'a pas d'odeur. Hardis, Parly, Dassault, Thales...! Pensez à notre PIB!

à écrit le 29/04/2022 à 9:46
Signaler
"Cette baisse s'explique par un fléchissement de la consommation des ménages en raison de l'inflation et de la guerre en Ukraine" Mais arretez de vouloir tout expliquer avec la guerre en Ukraine pour tout mettre sur le dos de la Russie et masquer le...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.