Le prochain gouvernement ne devra "n'augmenter ni les impôts ni la dette"

Ayant pris acte de sa défaite, le président a renouvelé sa confiance à la Première ministre Elisabeth Borne pour "mener l'action du gouvernement dans la durée". Elle devra lui présenter en fin de semaine prochaine des propositions en vue de former un nouveau gouvernement, qui devra porter la réforme des retraites et celle du plein emploi. Elle va consulter les groupes de l'assemblée nationale à l'exception du RN et de LFI qui "ne s'inscrivent pas comme des partis de gouvernement", a précisé le président dans un entretien à l'AFP.
Elisabeth Borne et Emmanuel Macron.
Elisabeth Borne et Emmanuel Macron. (Crédits : Reuters)

Opération clarification avant de nouvelles consultations pour pallier l'absence de majorité absolue: Emmanuel Macron, qui a "confirmé" samedi sa confiance à Elisabeth Borne, a chargé la Première ministre de sonder les groupes parlementaires afin de former un "gouvernement d'action" début juillet.

Le président de la République cherche à reprendre la main depuis le revers des législatives qui le place dans une situation politique compliquée. Il a opéré une série de mises au point, sur la base des résultats des premières consultations avec les responsables politiques menées par l'exécutif cette semaine.

Fin des spéculations

La première est celle du choix du chef du gouvernement qui va conduire la politique. "Voyant à la fois les refus et les disponibilités" qui se sont exprimés lors des premiers échanges avec les forces politiques, "j'ai décidé aujourd'hui de confirmer ma confiance à Elisabeth Borne", a expliqué le chef de l'Etat dans un entretien samedi à l'AFP.

Cela met fin aux spéculations sur son éventuel remplacement nées notamment du silence sur son sort lors de l'allocution du président mercredi: Elisabeth Borne, avec qui Emmanuel Macron s'est entretenu samedi, sera bien, sinon l'architecte, du moins le maître d'oeuvre du nouvel édifice politique.

La semaine prochaine, elle va sonder les groupes politiques à l'Assemblée nationale sur un "accord de gouvernement", leur éventuelle participation à un tel gouvernement, leur position sur le vote de confiance à son gouvernement, fixé a priori au 5 juillet, ainsi que sur leur vote du budget de l'Etat à l'automne prochain.

Un "gouvernement d'action"

"A mon retour du G7 et de l'Otan (qui se tient jusqu'à jeudi, ndlr), la Première ministre me soumettra des propositions pour une feuille de route pour le gouvernement de la France sur les prochains mois et les prochaines années, et également pour la composition d'un nouveau gouvernement d'action au service de la France que nous mettrons en place dans les premiers jours du mois de juillet", a précisé le chef de l'Etat. Ce gouvernement pourra être rejoint par des représentants de forces politiques prêtes à coopérer avec la majorité.

Le "chemin" tracé "répond à ce que nous demandent les Français: du dialogue, du respect et de l'écoute pour répondre ensemble à leurs attentes et aux urgences", a aussitôt salué la Première ministre sur Twitter.

Autre rappel important: le chef de l'Etat a bien précisé que la base des discussions avec la Première ministre sera le "cadre du projet présidentiel et celui de la majorité présidentielle, qui pourra être amendé ou enrichi". Et ce, avec pour ligne rouge de "n'augmenter ni les impôts ni la dette".

"Sans totem ni tabou"

Ce qui devrait remettre sur la table l'épineux dossier de la réforme des retraites. Emmanuel Macron n'a pas renoncé à sa réforme visant à "faire travailler plus longtemps" les Français, "comme le font tous nos voisins, en tenant compte des conditions de travail et donc des règles de pénibilité, en prenant en compte les carrières longues". C'est, avec la réforme vers le plein emploi, "les deux grandes réformes que nous devons conduire dans la concertation, sans totem ni tabou, mais en gardant un cap d'ambition", estime-t-il.

Dernière clarification d'importance, sur le spectre des partenaires politiques envisagés. Le chef de l'Etat a écarté le RN et LFI du champ des partis de gouvernement : "Ce sera des communistes aux LR. Les Français ont accordé une légitimité aux députés RN et LFI et ces partis ont une formation politique. Je ne confonds pas les extrêmes mais par leur expression, leur positionnement - j'ai toujours été clair sur ce sujet -, ces formations ne s'inscrivent pas comme des partis de gouvernement".

La patronne des députés LFI Mathilde Panot a réagi dans la soirée: "Nous ne sommes pas un parti de SON gouvernement de la maltraitance sociale et de l'inaction écologique qui veut faire la retraite à 65 ans", a-t-elle répondu sur Twitter.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 28/06/2022 à 4:10
Signaler
Les intérêts augmentent. 2 % de plus, cela veut dire 80 milliards d'intérêts à payer. Cela risque de devenir compliqué. Nous vivons au-dessus de nos moyens, depuis longtemps.....

à écrit le 27/06/2022 à 19:09
Signaler
Je me demande s'il ne serait pas préférable que nous payions tous l'impôt sur le revenu - 50% d'entre nous ne le payent pas -; on supprimerait également les remboursements de charges sociales des entreprises et un bon nombre de subventions et, donc, ...

à écrit le 27/06/2022 à 18:34
Signaler
Nous avons un Président clairvoyant : il installe un gouvernement d'action plutôt que d'inaction ! Et ce gouvernement ne doit augmenter ni les impôts, ni la dette. Pourquoi ne chercherait il pas à baisser les impôts et la dette, tant qu'il y est ? A...

à écrit le 27/06/2022 à 10:03
Signaler
Bonjour, En excluant la France Insoumise et le R.N., le président exclu plus de 40 % des français qui se sont exprimés au premier tour des élections présidentielles. Cela fait tout de même beaucoup !...

le 27/06/2022 à 12:48
Signaler
depuis 5ans nous somme condamne asuivre un illusioniste et si ce jour vous doutez encore vous en avez encore pour 5ans la ce ne sont pas des promesses mais a un jeu de hasard que m macron balade le peuple de france sous les directives de bruxelle...

le 27/06/2022 à 15:30
Signaler
Ben oui, plus de 40% des Français veulent travailler moins, moins longtemps et gagner plus en salaire et à la retraite et en allocations de toutes espèces. ça fait beaucoup, comme vous dites. Le peuple ne croit plus qu'au père Noël. A ce rythme, la F...

le 27/06/2022 à 18:17
Signaler
Vous avez raison! Continuons a "pédaler dans la semoule" dans "une politique de l'offre" caractérisé par, ses éternelles et indispensables publicités, avec quelques innovations, qui ne font pas progrés mais aliène!;-)

à écrit le 27/06/2022 à 9:20
Signaler
E. Macron n'a pas gagné, mais il a toujours de loin le premier parti politique. Et les autres vont être obligés de bouger plus, et de râler moins, surtout. Un bon cocktail pour faire avancer les choses ?

à écrit le 27/06/2022 à 9:18
Signaler
Le gouvernement d’action est un leurre car cela ne sert à rien, sinon tromper le bon peuple, que des personnalités issues d’autres partis qu’Ensemble intègrent le gouvernement. Par exemple si le prochain ministre de la Transition écologique est un EE...

le 27/06/2022 à 9:48
Signaler
Non c est apprendre à travail ensemble comme le font tout les autres paris politiques majoritaire/ minoritaire des autres pays européens….. c est ça la nouveauté mais on va vite réaliser que les politiques français actuellement élus anciens et nouv...

le 27/06/2022 à 10:56
Signaler
"Non c est apprendre à travail ensemble comme le font tout les autres paris politiques majoritaire/ minoritaire des autres pays européens….." Il me semble que pendant cinq ans les oppositions ont déposés des dizaines d'amendement sur plusieurs suj...

à écrit le 27/06/2022 à 8:51
Signaler
En attendant le montant prélevé en TVA est toujours plus forte, on comprend pourquoi ne pas vouloir bloquer les prix à la consommation!;-)

à écrit le 27/06/2022 à 8:33
Signaler
TVA et CSG ne font pas partie du lot.Alors?

à écrit le 27/06/2022 à 6:54
Signaler
Promesse facile à tenir... ce gouvernement ne va pas durer très longtemps. Par contre les promesses n'engagent pas le gouvernement suivant.

à écrit le 27/06/2022 à 3:58
Signaler
Il a vendu quelle région de France ? Pour réussir ce miracle . Soit il ment comme il respire ,soit les présidents des 40 dernières années étaient tous corrompus ou incompétents parce que de la dette ils en ont fait énormement au point qu'on ne va m...

le 27/06/2022 à 12:54
Signaler
Les impôts n ont pas augmentés mais baissés en valeur pro format … faut pas dire n importe quoi.. par contre la tva et les certains prélèvements ont augmentés en 30 ans … les républicains et le ps en sont responsable …

à écrit le 27/06/2022 à 3:41
Signaler
En attendant, la TVA est toujours aussi forte, mais ça, personne n'en parle ?

à écrit le 27/06/2022 à 0:20
Signaler
Pas d'augmentation de dette et pas d'augmentation d'impôts => budget bénéficiaire ou à l'équilibre. Ce sera du jamais vu depuis plus de 40 ans. Par ailleurs sur l'âge de départ à la retraite : "Emmanuel Macron n'a pas renoncé à sa réforme", ce n'est ...

le 27/06/2022 à 12:56
Signaler
Ben oui comment voulez vous ne pas subir une concurrence déloyale avec de salariés des autres pays bossant jusqu à67-69 ans ?… sachant que notre pays importe 71% de ce qu il consomme ….pouvez vous nous l’ expliquer ?

à écrit le 26/06/2022 à 22:18
Signaler
Assez de ce dogmatisme ! Macaron est devenu un vieux LR. Il s'arcboute sur son rejet des impôts comme si l'Etat français, les services publics, nos vies, étaient moins importants que le coffre-fort de Bernard Arnault.

le 27/06/2022 à 9:51
Signaler
Sauf que c’ est pas le coffre fort de Bernard Arnaud qui finance… mais là dettes …nos vies ? C est un effort pas la mort qui est demandé …. Vous n êtes pas de Marseille ?

à écrit le 26/06/2022 à 20:56
Signaler
Vous ne pensez pas qu'il serait plus correct de dire : Le prochain gouvernement ne devra "augmenter ni les impôts ni la dette"

à écrit le 26/06/2022 à 20:36
Signaler
Nous faire croire que ne pas augmenter les impôts des plus riches est signe de bonne santé, c'est se mettre le doigt dans l'oeil...! Cela ne sera pas reinvestit... mais placé dans le monde virtuel!

à écrit le 26/06/2022 à 20:16
Signaler
Un bouclier tarifaire suivi d'un rattrappage, cela s'appelle un braquage en col blanc au profit de ponctionnaires...

le 26/06/2022 à 20:34
Signaler
Un fonctionnaire n'est qu'un client qui fera tourner ma boutique, en me rendant des services a moindres prix!

à écrit le 26/06/2022 à 19:37
Signaler
Et augmenter les salaires des profs, des soignants, des flics, assurer le pouvoir d'achat du privé, financer la transition énergétique, les epr, sauver le liban et le soudan.... Les en même temps se suivent, s'accumulent et se compliquent. Bref...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.