Le retour des "Gilets jaunes" : faible mobilisation et plus de 200 interpellations

Après une longue pause, le mouvement des "Gilets jaunes" a fait sa rentrée samedi avec des manifestations dans plusieurs grandes villes de France. Moins importantes, les mobilisations ont provoqué quelques tensions, notamment à Paris.
(Crédits : GONZALO FUENTES)

Affluence modeste pour la rentrée masquée des "Gilets jaunes". Environ 8.500 personnes ont manifesté ce samedi 12 septembre en France, dont 2.500 à Paris, selon les chiffres publiés par le ministère de l'Intérieur.

La première manifestation nationale de rentrée des Gilets jaunes a donné lieu à quelques tensions limitées dans la capitale, alors que le gouvernement redoutait plus que tout une nouvelle flambée de violence sur les Champs-Elysées où tout rassemblement a été interdit.

La préfecture de police a fait état vers 18h20 sur son compte Twitter de 256 interpellations et de 90 verbalisations à Paris. Certaines des personnes interpellées étaient munies de marteaux, de pinces coupantes ou de barres de fer, avaient-elle précisé dans l'après-midi.

Tensions place Wagram

Alors que plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées place Wagram, dans l'ouest de la capitale, point de départ d'une des deux manifestations autorisées, la police a procédé à fait usage de gaz lacrymogène pour disperser des manifestants qui tentaient de s'écarter selon elle du parcours du cortège, qui devait rejoindre le Sacré-Coeur.

Certains d'entre eux - dont plusieurs cagoulés et vêtus de noir avaient ainsi l'apparence des "black blocks", une fraction très radicale - ont mis le feu à des poubelles, incendié une voiture et endommagé d'autres véhicules. Le calme est revenu ensuite.

"Soutien aux forces de l'ordre qui sont en train d'interpeller les fauteurs de trouble violents. L'ordre républicain doit s'imposer", a déclaré dans un tweet le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.

Des cortèges dans toute la France

Une seconde manifestation autorisée - entre la place de Bourse, dans le centre de Paris, et porte de Champerret - rassemblait dans le calme plusieurs centaines de personnes également. D'autres rassemblements étant organisés dans plusieurs grandes villes de province, comme Avignon, Nancy, Brest, Poitiers, Antibes, Nîmes, Grenoble ou Rennes.

L'humoriste Jean-Marie Bigard, qui s'est déclaré candidat à la prochaine élection présidentielle, a renoncé à y participer après avoir été conspué par des Gilets jaunes.

Nouvelle doctrine du maintien de l'ordre

Gérald Darmanin avait présenté la veille les grandes lignes de la nouvelle doctrine de maintien de l'ordre du gouvernement, qui doit permettre de garantir à la fois la sécurité et le droit de manifester.

Dès ce samedi, les forces de l'ordre étaient ainsi dotées d'une nouvelle grenade défensive, dite de désencerclement (GMD), censée être moins dangereuse que la précédente et dont l'emploi est encadré par des "superviseurs".

(Avec Reuters)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 14/09/2020 à 13:43
Signaler
France : 256 interpellations sur 2.500 personnes à Paris. Biélorussie : 250 interpellations sur 100.000 personnes à Minsk.

à écrit le 14/09/2020 à 9:01
Signaler
il serai temps que ceux qui ne veulent pas travailler se prennent en charge afin d'ameliorere leurs conditions plutot que d'attendre toujours plus de la societe et de l'etat s'il ne veulent pas "bosser" c'est leur probleme mais qu'ils arretent d'em...

le 14/09/2020 à 12:26
Signaler
Bosser pour bosser , sans avenir, sans évolution : ceci est idiot .

à écrit le 13/09/2020 à 15:14
Signaler
Un grand mouvement qui marquera l'histoire du pays.

à écrit le 13/09/2020 à 14:27
Signaler
Il est temps de donner du pouvoir d'achat à ceux qui ont besoin et envie de consommer. À force de mettre en concurrence les mains d'oeuvre de tous les pays y compris celles des dictatures, on a appauvri cruellement nos classes populaires et enrichi l...

le 14/09/2020 à 8:48
Signaler
Tout le monde a envie de consommer mais le pouvoir d'achat s'échange contre du travail et de la création de richesse, il ne se distribue pas.

à écrit le 13/09/2020 à 12:48
Signaler
Toute la différence entre ceux qui défilent et les autres c'est que les uns sont pour une politique horizontale tandis que les autres trouvent actuellement leur intérêt dans un politique verticale! Pour cela il suffit de savoir qui est pour et qui es...

à écrit le 13/09/2020 à 10:55
Signaler
C'est tjs rassurant quand la convergence des idioties s'avère ultra minoritaire. C'est sûr qu'avec 84% du chômage partiel pris en charge par l'Etat jusqu'en juin 2021, même le plus décérébré des GJ réalise que l'expression "Président des riches" étai...

le 13/09/2020 à 12:18
Signaler
M. Macron est le président de la finance , du monde des affaires , sous Hollande et après il a favorisé la mobilité bancaire , le groupement d’investissement , la dépropriation des épargnants , des ménages a l’avantage des groupes d’investisseurs san...

le 13/09/2020 à 13:46
Signaler
M. Macron est le président de la finance ok ... n'en déplaise aux jaloux et cas soc , mais sans finance dans un pays on se retrouve vite dans la précarité ( la vrai ) mais tout ceci peut , devenir extrêmement compliqué à comprendre pour certain, ou ...

le 14/09/2020 à 12:10
Signaler
Et oui, vous avez raison! Mais raison et GJ ne vont pas ensembles! Tout ce que j'ai envie de dire à propos de ces décérébrés de GJ, c'est qu'il est scandaleux que les TV d'info continue (4 en France sur la TNT) aient consacré la journée de samedi a...

à écrit le 13/09/2020 à 10:41
Signaler
Les clowns sont de retour !?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.