Retraites, "gilets jaunes", Covid-19 : le parcours tumultueux de Philippe à Matignon

 |   |  1253  mots
Nommé le 15 mai 2017 par Emmanuel Macron, M. Philippe va retrouver ses fonctions de maire du Havre, après avoir été réélu dimanche dernier avec 59% des voix au second tour des municipales. Il doit être formellement installé dimanche à 10H00 lors du conseil municipal dans son fief.
Nommé le 15 mai 2017 par Emmanuel Macron, M. Philippe va retrouver ses fonctions de maire du Havre, après avoir été réélu dimanche dernier avec 59% des voix au second tour des municipales. Il doit être formellement installé dimanche à 10H00 lors du conseil municipal dans son fief. (Crédits : Reuters)
Edouard Philippe a remis les clés de Matignon a son successeur Jean Castex ce vendredi après trois années d'exercice du pouvoir tourmentées. Entre la réforme des retraites, la révolte des gilets jaunes et la pandémie, le Premier ministre a affronté une série de crises majeures. Pour le nouveau chef du gouvernement, la fin du quinquennat s'annonce hautement inflammable.

Après trois années agitées à la tête du pays, le Premier ministre Edouard Philippe a remis sa démission au chef de l'Etat ce vendredi 3 juillet. Dans un bref communiqué adressé aux journalistes en milieu de matinée, les services de l'Elysée ont précisé "qu'il assure, avec les membres du gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu'à la nomination du nouveau gouvernement". Pour le locataire de Matignon récemment élu maire du Havre, l'exercice du pouvoir a été semé d'embûches. Entre des réformes libérales menées à vitesse grand V, de vives oppositions du corps social et une crise sanitaire mondiale, Edouard Philippe issu des rangs de la droite de gouvernement a navigué en eaux troubles pendant tout son mandat.

Celui qui devait assurer les promesses du "en même temps" a très rapidement embrayé sur des réformes très clivantes (Code du travail, baisse des aides au logement, suppression de l'impôt sur la fortune) qui ont certainement marqué les esprits. "Edouard Philippe a démarré en 2017 dans un climat où il est peu connu. Il démarre dans un contexte où on le présente comme le fils spirituel d'Alain Juppé. Dès son discours de politique générale, on découvre une personne qui a du potentiel pour incarner sa fonction. Pour son bilan d'ensemble, une bonne partie des Français a appris à le connaître au travers des grandes crises" explique à La Tribune Bruno Cautrès, chercheur au CNRS et Cevipof à Sciences-Po. "Il redevient maire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2020 à 15:04 :
On retiendra de ce gouvernement qcqs réussites accouchées ds la douleur : la réforme de la formation professionnelle et du code du travail ( initié ss Hollande) , contribuant à accroître l'attractivité pour les IDE et l'emploi salarié, la fin du statut du cheminot associé à la préparation de la SNCF à la concurrence ( car le rail va être le gd gagnant du transport public européen du monde d'après, tt en souhaitant vivement une forte orientation pour le fret ferroviaire).
On retiendra surtout des Bides retentissants qui ont fait le tour de la planète comme la crise à rallonge des GJ et le sac de symboles comme l'Arc de Triomphe ou le Fouquet's, liée au maintien de choix dogmatiques incompréhensibles par les classes moyennes et populaires comme la sup de l'ISF, la réduction de l'imposition des revenus financiers et l'augmentation de la Taxe carbone face à la réduction des APL et à la baisse des indemnités de chômage.
Ou la réforme des retraites, avortée ou reportée , rejetée par une majorité de citoyens et aux coûts futurs mal évalués.
On retiendra aussi de cette crise, des choix de lutte très tardifs, inappropriés et incohérents, ayant conduit ds l'urgence, à un confinement massif généralisé et sans nuance, fortement coercitif qui a mis l'économie par terre pour un des résultats les plus médiocres de ma planète ( TX de mortalité par hab, parmi les plus élevés ).
a écrit le 06/07/2020 à 10:06 :
Au vu des désordres du gouvernement Philippe Edouard, il est plus au niveau de ses capacités de Maire d'une bourgade comme le Havre,
objectivement 1er ministre était inapproprié, très au dessus de ses capacités limitées.-
a écrit le 05/07/2020 à 13:23 :
le cas de l'ex 1er ministre est une parmi d'autre
mais le cas médias en est une qui faut aussi traiter
que les médias fayotte avec certain ministre cela est d'une logique
mais que les médias institue une concurrence avec le président
est très mal saint pour la nation
a vouloir faire d'un 1er ministre un président est une absurdité que seul les journaliste peuvent croire pour leur audimat
il aussi juger les journalistes et ceux qui sont a la fois journalistes et médecin.
et qui ont dit des absurdités et qui sont encore a la télé
a écrit le 04/07/2020 à 22:49 :
La Justice (qu'on dit indépendante dans notre État de droit...) va pouvoir s'occuper du cas d'Édouard Philippe et sa responsabilité dans la gestion plus que calamiteuse de l'épidémie de coronavirus, qui a fait des dizaines de milliers de morts français.

Un tour de chauffe, avant de s'occuper plus sérieusement encore du cas : Macron !
Réponse de le 05/07/2020 à 16:16 :
les responsables de la gestion de l hopital en gestion d entreprise font profil bas... l pour les français la préférence est aux pompiers et non au SAMU aujourdhui
Réponse de le 05/07/2020 à 16:17 :
les responsables de la gestion de l hopital en gestion d entreprise font profil bas... l pour les français la préférence est aux pompiers et non au SAMU aujourdhui
Réponse de le 05/07/2020 à 16:31 :
Oui bien sûr c est surtout le comportement déplorable des français qui devrait faire l objet d un procès. .. je commencerai par les gilets jaunes, et ensuite par les gens comme vous....
a écrit le 04/07/2020 à 18:51 :
La popularité de Philippe ? un tour de passe passe une mascarade des sondeurs, les français ne sont pas amnésiques pour autant , tout est dans les questions sondagières, le buzzer un maximum.
Question réformes la réduction de la vitesse à 80 km h dans nos vertes contrées sans concertation a mis le feu aux poudres : conséquence le lancement "des gilets jaunes!
_la réforme des retraites et l'introduction de l'age pivot à 64 ans , ce qui a fait capoter la réforme en question, la taxe carbone, etc, sympa et cooooll doudou.
Réponse de le 05/07/2020 à 16:38 :
Et oui j aurai été au gouvernement j aurai vite interdit les rassemblements de gilets jaunes, un espèce de ramassis de retraités aigris, de citoyens crétins et de cette classe de paresseux du "non à tout" mélanchoniste ou lepéniste. Macron et Philippe ont été et sont de vaillants gouvernants n en déplaise aux ringards qui hantent cette rubrique
Réponse de le 06/07/2020 à 8:42 :
Vous avez bien raison, fi de la démocratie, une bonne dictature et zou, tout est résolu.
a écrit le 04/07/2020 à 9:40 :
"Pour le nouveau chef du gouvernement, la fin du quinquennat s'annonce hautement inflammable."

Il est là pou ça, se sacrifier à l'autel des intérêts de l'oligarchie financière, depuis le temps quand même vous devriez comprendre de quoi les LREM sont le nom mais non toujours pas.

Déprimant.
a écrit le 04/07/2020 à 9:02 :
En parlant de covid :

Dans son panorama annuel des hôpitaux sur l'année 2018 qui vient d'être rendu public par la Drees, le service statistique des ministères sociaux, la suppression du nombre de lits d'hospitalisation dans les établissements de santé publics et privés s'étaient largement poursuivie avec un total de 4 195 suppressions supplémentaires.Les 3 042 hôpitaux et cliniques disposaient alors exactement de 395 670 lits en fin d'année. Cette perte de capacité d'accueil avait été faiblement compensée par la création de 1 845 places d'hospitalisation partielle (sans nuitée) portant leur nombre à près de 77 300.Cette photographie de 2018 illustre en partie les problèmes actuels rencontrés dans les hôpitaux qui ont montré leurs limites avec la crise du coronavirus. Déjà à l'époque, la saturation des hôpitaux avait conduit à une grève inédite des soignants.
a écrit le 04/07/2020 à 8:32 :
Il faut supprimer l'ENA: les seuls "bons élèves" préfèrent la réussite dans le privé; les "moyens" s'assurent le confort de l'Administration et les nuls se lancent dans la politique avec les résultats pour la France qu'on constate quotidiennement.
Réponse de le 04/07/2020 à 18:40 :
Je vois et surtout j’entends parler la fameuse société civile qui compose LREM ,c'est pas franchement mieux , la plupart incompétent et pourtant se disant patron ,ça fait peur. On peut retrouver facilement les vidéos de cette caste d'incapable et je suis gentil.
a écrit le 04/07/2020 à 8:01 :
c'est le résultat de cette école nomme E.N.A
qui a produits depuis 40ans le désastre Français.
forment des personnes déconnecté de la réalité
ne voyant que du haut de leur statut la France du tourisme
voir du club med
et jamais celle des entreprise et des salaries qui produise la richesse première du pays
et voila que l'on continue sur une trajectoire identique
a surveiller de prés de très prés
a écrit le 04/07/2020 à 2:24 :
Bilan de Philippe !?! .......Catastrophique !........... jamais le pays n'est allé aussi mal : mesures iniques ,déficit , injustices , discriminations , communautarisme , dictature des minorités , violences policières ........
Bon courage a Castex pour remettre ça d'aplomb ..........
Réponse de le 06/07/2020 à 8:00 :
Malheureusement, Castex n'en a rien faire. Il n'est pas là pour ça, mais pour appliquer la politique ultralibérale de Macron qui n'a pas encore fait l'objet de lois.. ou plutôt d'ordonnances, puisque le parlement ne sert plus à rien.
a écrit le 03/07/2020 à 19:27 :
Les crises qu'Edouard Philippe a affronté, ils les a créées lui-même ! ... Les Gilets jaunes, à cause du 80 km/h sur lequel il s'est arcbouté... L'hostilité à la réforme des retraites à cause de l'âge pivot maintenu contre vents et marées par Philippe... Et la gestion scandaleuse de la crise sanitaire, pour laquelle d'ailleurs des plaintes ont été déposées !
Réponse de le 06/07/2020 à 11:00 :
Les français n'aiment qu'un gouvernement qui ne fait rien.Une réforme des retraites est pourtant indispensable. Quant à la gestion de la crise sanitaire en France elle a été saluée par bon nombre de pays étrangers. Le NewYorkTime qui en a fait sa couverture écrit qu'il n'y a que les français qui ne le savent pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :