Le télétravail, un système gagnant-gagnant pour salariés et employeurs ?

 |   |  1364  mots
Selon l'enquête, 56% des salariés non télétravailleurs aimeraient bénéficier du dispositif si leur entreprise le proposait.
Selon l'enquête, 56% des salariés non télétravailleurs aimeraient bénéficier du dispositif si leur entreprise le proposait. (Crédits : Josefa nDiaz / Unsplash)
Une enquête révèle que les salariés et les employeurs présentent de plus en plus d'intérêt pour ce mode de travail. Avec les ordonnances réformant le Code du travail, le dispositif a été assoupli afin de permettre au plus grand nombre d'en bénéficier.

C'était l'une des dispositions incluses dans les ordonnances réformant le Code du travail : l'encouragement au télétravail. Pratique très à la mode, elle est devenue de plus en plus courante puisque, selon une étude du «Comptoir mm de la nouvelle entreprise» / Malakoff Méderic (*), près d'un salarié sur quatre en bénéficierait de façon informelle.

Pour la petite piqûre de rappel, le télétravail désigne une organisation du travail exercée en dehors des locaux de l'entreprise -alors qu'elle pourrait l'être- sur la base du volontariat et rendue possible grâce aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Si le dispositif a le vent en poupe, c'est parce que les ordonnances réformant le Code du travail en 2017 en ont redéfini un cadre. Désormais, le télétravail est mis en place dans le cadre d'un accord collectif ou, à défaut, dans une charte élaborée par l'employeur, après consultation du CSE (comité social économique). Ce texte définit ainsi les conditions dans lesquelles est réalisé le télétravail, les modalités d'acceptation et celles de contrôle ainsi que les plages horaires.

Le télétravailleur possède les mêmes droits que ses collègues postés dans les locaux. Petite nouveauté des ordonnances, les coûts découlant directement de l'exercice de la mission ne dépendent plus de l'employeur. Matériels, logiciels, abonnements reviennent donc à la charge de l'employé. Autre changement, pour ne pas accepter qu'un salarié réalise du télétravail, l'employeur devra maintenant motiver son refus par des explications « objectives ».

D'autres dispositions sont également entrées en mesure : les accidents du travail et de trajet sont applicables au télétravail et les possibles heures supplémentaires sont reconnues pour le télétravailleur. Enfin, il faut rappeler que désormais, le télétravail peut être une solution de reclassement (pour un aménagement du poste de travail par exemple) et que le refus d'un salarié d'effectuer du télétravail ne peut pas être un motif de rupture de contrat.

Un dispositif encore peu connu

« S'il est encore trop tôt pour voir l'impact de ces nouvelles dispositions sur le développement du télétravail, le champ des possible est large et l'attente était forte », constate Anne-Sophie Godon, directrice innovation de Malakoff Méderic.

Selon l'enquête, 56% des salariés non télétravailleurs aimeraient bénéficier du dispositif si leur entreprise le proposait. En première ligne ? Les cadres (68%), les trentenaires (63%), les managers (61%), les femmes (61%) ou encore les Franciliens (69%).

« Je ne doute pas que ça va se démocratiser. Avec les ordonnances, selon permettra à de nouveaux domaines et à de nouvelles entreprises de développer le dispositif », ajoute Anne-Sophie Godon.

Avant cela, une communication semble nécessaire puisque, 58% des salariés interrogés déclarent ne pas savoir que les ordonnances ont assoupli les règles de mise en œuvre.

De fortes disparités

Avant une potentielle démocratisation, plusieurs constats sont à relever sur les télétravailleurs. Toujours d'après l'étude, la pratique serait largement répandue mais, majoritairement de manière non contractualisée puisque seulement 6% des salariés effectuent du télétravail dans un cadre.

Dans les secteurs concernés, il existe de fortes disparités puisque les télétravailleurs sont issus majoritairement des métiers des services ou de l'informatique tandis que les industriels sont très peu représentés. Dans la pyramide des âges, ce sont les plus jeunes de 18-29 ans qui utilisent le plus le dispositif mais aussi les cadres (à 17% pour le télétravail contractuel et à 42% pour le non-contractuel).

« C'est le reflet de la capacité des métiers 'télétravail-compatibles' finalement. C'est assez cohérent », constate Anne-Sophie Godon.

De nombreux avantages tant pour les salariés que pour les dirigeants

Pour les pratiquants, le fait de télétravailler présenterait plusieurs avantages : une meilleure autonomie pour 90% des salariés interrogés, une plus grande efficacité pour 87% d'entre eux mais aussi un meilleur équilibre vie professionnelle / vie personnelle, pour 87%. Il irait de pair avec une diminution de la fatigue, une meilleure santé et un plus grand épanouissement dans le travail.

« Autre fait que l'on n'avait pas projeté, le télétravail permettrait également des économies financières pour 83% des interrogés », ajoute Anne-Sophie Godon.

Du côté des employeurs aussi, le télétravail présente bien des avantages. Les bénéfices seraient multiples: engagement des salariés pour 82% des interrogés, responsabilisation et autonomie pour 80% d'entre eux. Cela permettrait également de redorer une  « image employeur » pour 68% des interrogés et une baisse de l'absentéisme.

« Du côté des dirigeants, il y a un enjeu économique parce que cela peut permettre de limiter le turn-over ou le nombre d'absents mais social également. Le désir de répondre aux besoins des salariés est présent. La question de la qualité de vie au travail prend de plus en plus de place », remarque Anne-Sophie Godon.

« Ce que l'on a remarqué, c'est que la mise en pratique a été finalement plus simple pour les entreprises alors que les bénéfices ont été plus nombreux que ceux projetés. »

Isolement, ergonomie et management à distance

A côté des avantages, il y a forcément des inconvénients. Pour les pratiquants, plusieurs risques émanent de la pratique et, au premier plan, celui de l'isolement social et de la perte de l'esprit d'équipe pour 65% des salariés interrogés. De même que la difficulté de séparer les temps relatifs à la vie privée de ceux liés à la vie professionnelle est à craindre pour 59% des interrogés. Une augmentation du temps de travail quotidien ainsi qu'un retard dans les possibilités d'évolution professionnelle font également peur aux salariés interrogés.

Un risque lié cette fois à l'espace de travail est celui de l'ergonomie. L'aménagement d'un espace de travail à domicile reste faible chez les télé-salariés. Seul une personne qui utilise le dispositif  possède un bureau.

Du côté des employeurs, une autre crainte apparaît à côté de celui de l'isolement, celui de rencontrer des difficultés pour manager les collaborateurs à distance.

« L'entreprise a tout intérêt de faire du télétravail un facteur d'inclusion »

Globalement, le télétravail est donc plutôt bien vu même s'il présente des avantages et des inconvénients. Pour faire face aux risques de la pratique, les télétravailleurs semblent encourager une durée plutôt courte. Ainsi, le bon compromis se situerait autour des deux jours par semaine en moyenne.

« Mais pour les des deux partis, employeurs comme salariés, on y observe des intérêts. C'est une équation à deux gagnants finalement », assure Anne-Sophie Godan. Engagement et autonomie, « l'entreprise a tout intérêt de faire du télétravail un facteur d'inclusion pour toutes les populations de salariés. C'est par exemple l'occasion d'inclure les personnes qui rencontrent des difficultés spécifiques, notamment des maladies. »

L'avenir dira si, le télétravail, va se développer. L'intérêt, qu'il vienne des salariés comme des employeurs est réel en tous cas. Pour mesurer l'évolution de la pratique après l'entrée en vigueur des ordonnances, une deuxième étude est d'ores et déjà programmée.

« Ce qui sera intéressant sera de voir comment les entreprises se mobilisent pour faire face aux limites. Vont-elles mettre en œuvre un packaging d'accompagnement ? Quels moyens seront mis en œuvre ? »

Le temps dira donc si les entreprises sauront tirer des leçons des craintes déjà recensées.

__________

(*) Enquête « Regards des salariés et des entreprises du privé sur le télétravail » réalisée par le "Comptoir mm de la nouvelle entreprise" de Malakoff Méderic sur un échantillon de 1.507 salariés dans des entreprises d'au moins 10 salariés par questionnaire en ligne entre le 16 et le 22 novembre et auprès de 401 dirigeants d'entreprises du secteur privé d'au moins 10 salariés par téléphone du 20 au 24 novembre 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2018 à 12:11 :
e télétravail comporte des avantages à la fois pour le salarié et l’employeur (économie de temps, de frais de transport, d’espace, souplesse des horaires) et peut également constituer un moyen d'accès au travail à certains handicapés.
Mais le télétravail comporte aussi des risques professionnels, amplifiés par l’éloignement et l’isolement : l’inadaptation du matériel de télétravail ou du bureau à domicile peut engendrer des risques physiques (musculo-squelettiques, visuels, électriques...) liés à leur mauvaise ergonomie ou à une installation défectueuse, mais les risques psychosociaux sont aussi importants : perte des limites entre vie professionnelle et privée, stress lié à des contrôles ou objectifs excessifs, affaiblissement des relations interpersonnelles...
Il convient de mettre en œuvre des mesures de prévention spécifiques au télétravail avec des recommandations ergonomiques pour l'installation d'un bureau à domicile, la conservation du lien social, la gestion du temps et de la charge de travail, ... : http://www.officiel-prevention.com/formation/fiches-metier/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=206&dossid=489
a écrit le 26/01/2018 à 10:31 :
Laissez tomber ces trucs, demain on va encore inventer un truc nouveau pour vous faire bosser encore plus et pour un salaire inférieur ..... Devenez patron, travaillez à votre compte. Le statut d'auto entrepreneur et autres artisans est simple.
Réponse de le 27/01/2018 à 10:04 :
C'est pas sans risque en cas de défaillance, même si depuis peu, la résidence principale n'a plus de risque d'être saisie, enfin il reste comme même des possibilité de tout perdre jusqu'à son logement.

En plus la boite peu être fermée par l'urssaf ou l'urssaf peu très fortement insister quand l'entrepreneur est malade, moi mon père à 56 ans était très malade mais continuait à gérer son entreprise, il recevait régulièrement des incitation de l'urssaf de fermer la sté et de le mettre au minimum vieillesse.

Et puis si on est malade en nom propre, la boite ne fait plus de CA, plus d'argent avec le rsi que j'ai connu, c'est comme être au chomage non indemnisé suite à démission, c'est un risque à connaitre, surtout que les facture il faut continuer à les payer, là pas d'arrêt.

Et quand la boite ferme, vous n'avez pas de chômage, sauf à prendre une assurance complémentaire, mais encore faut-il pouvoir la payer, ce qui est rarement le cas quand vous avez fait défaillance.

Et enfin, pour avoir vu comment un de mes anciens DR transformait ses employés en artisans freelance en leur promettant soit disant de les garder comme frs, je ne vois pas l'intérêt, dépendre d'un employeur est une chose, dépendre d'un client, qui dicte votre marge comme il le souhaite, vos prix et du fait qu'il doit vérifier qu'il ne soit pas votre seul client, car oui il est interdit d'avoir un frs qui ne travaille que pour un seul client à la fois. Que tout peut s'arrêter très vite si une facture n'est pas payé à temps. Pose pb.
a écrit le 26/01/2018 à 7:03 :
Meilleure efficacité pour 87 % des répondants... par exemple lorsque ça permet d'échapper, ne serait-ce qu'un jour par semaine, à l'enfer de l'openspace.
a écrit le 25/01/2018 à 19:32 :
Les entreprises commencent à proposer cette solution avec 1 jour par semaine sans venir au bureau .
a écrit le 25/01/2018 à 19:12 :
ponctuellement et pour certains travaux precis, oui
autrement, c'est de l'esclavagisme sous torture technologique, et c'est bon ni pour l'employe, ni pour l'employeur
tt est une question de dosage et de sagesse, et quand on sait ce que ce mot vaut...........
a écrit le 25/01/2018 à 18:14 :
"et de la perte de l'esprit d'équipe pour 65% des salariés interrogés".

L'esprit d'équipe s'évapore rapidement lors des évaluations individuelles de fin d'année qui détermine augmentation individuelle aussi.

Concernant le management à distance, celui-ci peut contrôler facilement si le salarié est devant son écran ,il existe des messageries instantanées ou l'on voit les connexions des uns et des autres,ou dès que la souris n'est plus manipulée la connexion passe au rouge et tout les collègues le voient rapidement et donc le management aussi.
Réponse de le 26/01/2018 à 0:12 :
Réaction typique du mauvais manager. Comme si vérifier qu'une souris bouge en permanence était un marque de productivité !
L’entreprise a besoin de créativité, d'innovation, de confiance, d'échange, pas de souris qui bouge sur un tapis !
Que de chemin a accomplir avant de changer la mentalité en France !
a écrit le 25/01/2018 à 16:38 :
"ou, à défaut, dans une charte élaborée par l'employeur, après consultation du CSE (comité social économique".

Bref, une décision unilatérale de l'employeur.
a écrit le 25/01/2018 à 16:35 :
Oui il est évident que c'est tout bénéfique pour l'employeur qui est encore bien trop englué par une idéologie oligarchique et donc hiérarchique pour le comprendre; il a besoin d'exercer directement son pouvoir sur le salarié.

Le danger semble vraiment être pour le salarié qui risque en effet de voir progressivement son temps de travail augmenter se disant que de travailler chez soi c'est sympa et que du coup au patron on lui doit bien ça.

L'isolement par contre peut-être une mauvaise chose c'est un fait mais cela peut en être une bonne pour ceux qui ne s'entendent pas avec leurs collègues donc je pense que cela doit être kif kif de ce côté là même si l'organisation de locaux à côté de chez soi liés au télétravail permettrait de mieux intégrer le concept je pense en englobant une possibilité de conseils et d'entraides.

Hors sujet par contre car parlant d'un travail qui ne peut pas être remplacé par du télé travail si ce n'est au sein de la société idéale, la crise pénitentiaire qui frappe le pays la tribune en parle quand svp ?

10 articles pour nous parler du mac et de davos et aucun sur ce combat historique et vitale des gardiens de prison et de leurs conditions de travail afin de réformer en totalité le système pénitentiaire qui hurle son désespoir actuellement.

Dites aux financiers qu'un gardien de prison c'est pas un voyou hein, c'est pas sale et parfaitement honorable même si faisant un métier très dur et usant nerveusement. Ils peuvent vous donner l'autorisation d'en parler...

Merci.
Réponse de le 25/01/2018 à 18:06 :
Ok certaines choses son vrai dans’ votre commentaire.
De là à parler des gardiens de prisons dans cette article...
Ménagez vous. Ça c est hors sujet.
Réponse de le 26/01/2018 à 9:10 :
"Ok certaines choses son vrai dans’ votre commentaire."

Oui ok et donc lesquelles selon ?

"De là à parler des gardiens de prisons dans cette article..."

Et alors c'est pas du travail peut-être ? C'est pas un sujet primordial ? Ben si mais comme ça gène le mac et ses maitres on n'en parle pas.

Par ailleurs je vois mal comment je pourrais aborder un sujet s'il n'est jamais traité. N'aimant pas faire comme vous à savoir mettre mes obsessions à toutes les sauces.

"Ménagez vous. Ça c est hors sujet. "

Ah d'accord ! Mais c'est peut-être pour ça aussi que j'ai prévenu non ? Je n'ai pas pris le lecteur en traite comme vous aimez tant faire: "Hors sujet par contre"

Maintenant je suppose que je peux prendre votre commentaire comme un "non" à ma question.

Allez adieu hein.
a écrit le 25/01/2018 à 16:35 :
Oui il est évident que c'est tout bénéfique pour l'employeur qui est encore bien trop englué par une idéologie oligarchique et donc hiérarchique pour le comprendre; il a besoin d'exercer directement son pouvoir sur le salarié.

Le danger semble vraiment être pour le salarié qui risque en effet de voir progressivement son temps de travail augmenter se disant que de travailler chez soi c'est sympa et que du coup au patron on lui doit bien ça.

L'isolement par contre peut-être une mauvaise chose c'est un fait mais cela peut en être une bonne pour ceux qui ne s'entendent pas avec leurs collègues donc je pense que cela doit être kif kif de ce côté là même si l'organisation de locaux à côté de chez soi liés au télétravail permettrait de mieux intégrer le concept je pense en englobant une possibilité de conseils et d'entraides.

Hors sujet par contre car parlant d'un travail qui ne peut pas être remplacé par du télé travail si ce n'est au sein de la société idéale, la crise pénitentiaire qui frappe le pays la tribune en parle quand svp ?

10 articles pour nous parler du mac et de davos et aucun sur ce combat historique et vitale des gardiens de prison et de leurs conditions de travail afin de réformer en totalité le système pénitentiaire qui hurle son désespoir actuellement.

Dites aux financiers qu'un gardien de prison c'est pas un voyou hein, c'est pas sale et parfaitement honorable même si faisant un métier très dur et usant nerveusement. Ils peuvent vous donner l'autorisation d'en parler...

Merci.
a écrit le 25/01/2018 à 16:28 :
"Petite nouveauté des ordonnances, les coûts découlant directement de l'exercice de la mission ne dépendent plus de l'employeur. Matériels, logiciels, abonnements reviennent donc à la charge de l'employé"

Il ne s'agit pas d'une "petite nouveauté des ordonnances " ,mais d'une régression donc.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :