Les cinq phrases à retenir du discours de François Hollande

 |   |  1002  mots
Il serait inconséquent et irréaliste d'envoyer les troupes françaises au sol en Syrie, a estimé Hollande, tout en annonçant des vols de reconnaissance.
"Il serait inconséquent et irréaliste d'envoyer les troupes françaises au sol en Syrie", a estimé Hollande, tout en annonçant des "vols de reconnaissance". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le président de la République s'exprimait ce lundi à l'Elysée. Sur la guerre contre Daech en Syrie, l'accueil des réfugiés, les baisses fiscales, la réforme du Code du travail, ainsi que la Conférence climat (COP21)... retrouvez ses annonces les plus importantes.

Le rituel est désormais bien rodé. Pour la sixième fois depuis le début de son mandat en 2012, François Hollande s'est exprimé ce lundi 7 septembre, de 11 heures à 13 heures, devant un parterre de plus de 200 journalistes réunis à l'Élysée. L'occasion pour le chef de l'État de préciser les positions de la France sur un ensemble de brûlantes questions de politique internationale. Mais aussi, sur le plan intérieur, de tenter de redorer son image aux yeux des Français, et d'améliorer une cote de popularité oscillant entre 18% et 27% selon les derniers sondages.

Des "vols de reconnaissance" en Syrie

  • La question de l'extension à la Syrie des frappes contre Daech était le sujet sur lequel le président était le plus attendu, alors que l'inquiétude face à la menace terroriste a été ravivée en France par l'attaque commise le 21 août dans un Thalys.

"J'ai demandé au ministre de la Défense que, dès demain, puissent être menés des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie. Ils permettront d'envisager des frappes contre Daech, en préservant notre autonomie d'action et de décision", a déclaré François Hollande.

"Aujourd'hui en Syrie, ce que nous voulons, c'est connaître, savoir ce qui se prépare contre nous et ce qui se fait contre la population syrienne", a-t-il observé.

"Il serait inconséquent et irréaliste d'envoyer les troupes françaises au sol en Syrie", a en revanche estimé le président de la République: "la France serait seule et ce serait transformer une opération en force d'occupation", a-t-il expliqué.

L'issue de la crise est néanmoins politique et, "à terme, Bachar el-Assad doit partir", a estimé François Hollande.

24.000 réfugiés accueillis en France

La crise des réfugiés "peut être maîtrisée et elle le sera", a promis le chef de l'Etat.

Dans le cadre du mécanisme "permanent et obligatoire", que François Hollande espère que les ministres de l'Intérieur des Etats membres de l'Union européenne adopteront afin de soulager les trois pays européens en première ligne (Italie, Grèce et Hongrie) face à l'accélération de la crise migratoire, la France "fera sa part". Elle accueillera notamment 24.000 réfugiés -sur un total de 120.000- pendant les deux prochaines années. Un débat sera par ailleurs organisé "dans les jours qui viennent" au Parlement à ce sujet.

François Hollande a également proposé l'organisation d'une conférence internationale sur la question des réfugiés, qu'il s'est dit prêt à accueillir à Paris.

8 millions de personnes concernées par les baisses fiscales

"La politique de baisse des impôts qui a été initiée en 2014, amplifiée cette année sera poursuivie en 2016", a confirmé le président.

Les baisses d'impôts concerneront notamment "plus de 8 millions" de foyers pour un montant total de "plus de 2 milliards d'euros", a-t-il ajouté. François Hollande a ainsi entériné que les baisses passeraient par l'impôt sur le revenu, comme c'était déjà le cas lors des deux précédentes mesures: en 2014 pour environ 1 milliard d'euros et en 2015 pour 3,2 milliards.

Cette réduction "sera financée par des économies. Il ne peut pas être question d'augmenter des taxes pour faire baisser les impots", et "il ne peut pas être question d'augmenter le déficit", a précisé le président. Le gouvernement a fixé la réduction du déficit public à 3,3% du produit intérieur brut (PIB) en 2016. "Ma responsabilité", c'est "qu'en 2017, on soit au dessous de 3%", a souligné François Hollande.

Le président de la République s'est par ailleurs dit "pas favorable" à un élargissement de la redevance aux objets connectés (smartphones ou tablettes), estimant qu'il "faut maîtriser l'appel à la contribution".

Une loi "pour rendre lisible" le Code du travail

  • Sur le plan des réformes sociales, la question de l'assouplissement du code du travail était évidemment à l'ordre du jour, puisque le rapport de la mission Combrexelle sur ce sujet à hauts risques pour la gauche et les syndicats sera remis mercredi à Matignon.

Une "loi sera présentée", après "concertation" des partenaires sociaux, pour "rendre lisible le code du travail", a annoncé lundi François Hollande.

"Nous donnerons toute la place nécessaire à la négociation collective et aux accords d'entreprise pour permettre justement qu'il y ait une meilleure adaptation du droit du travail à la réalité des entreprises", a-t-il néanmoins promis. Il a également assuré que la durée légale du travail, fixée à 35 heures hebdomadaires, "ne changera pas" d'ici la fin du quinquennat.

Le président a néanmoins reconnu que la croissance de l'économie française, qui atteindra "sûrement un peu plus de 1%" en 2015 et "1,5% en 2016", ne sera "pas suffisante pour faire baisser le chômage" dès cette année.

La question du financement au cœur de la COP21

  • A trois mois de la 21e Conférence climat, Hollande a, sans surprise, été interrogé sur les perspectives de réussite de ce rendez-vous, dont il a fait un enjeu de son quinquennat.

 "C'est sur la question du financement que tout va se jouer", a estimé le président.

Et c'est justement sur ce terrain que la France va mener désormais son offensive et montrer l'exemple, a-t-il promis. Il s'agit notamment de préciser comment mettre en oeuvre la promesse formulée en 2009 au sommet de Copenhague: celle d'un transfert de 100 milliards de dollars par an des pays riches aux pays émergents à partir de 2020.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2015 à 10:59 :
Bonjour,
Vous avez retenu 5 phrases, très bien !
Mais pourquoi ne pas avoir tiré la substantifique moelle, le « CONDENSÉ » qui a incité les 150 chefs d’État de la planète à applaudir mais, of course, au second degré ? !

Pourquoi négliger, ne pas ANALYSER :

... Nous éradiquerons le terrorisme « parce que » les

Nous éradiquerons le terrorisme « parce que » nous sommes attachés à la liberté et au rayonnement de la France dans le monde.

Nous éradiquerons le terrorisme « pour que » la circulation des personnes, le brassage des cultures demeurent possibles et que la civilisation humaine s’en trouve enrichie.

Nous éradiquerons le terrorisme « pour que » la France continue à montrer le chemin.

*** Le terrorisme ne détruira pas la République car c’est la République qui le détruira.

Vive la République et vive la France.]]]

Peut-on faire plus fort que la dernière ? !
N’est-ce pas plus puissant que le « E=CM² » d’Einstein ? !

N. B. j’ai adopté le pseudo Monkeyman depuis que les « idéologues » « humanistes » ont refusé d’accepter le bilan scientifique, « objectif », de 2005, concernant notre génome,... ayant eu le mérite de nous mettre à notre place réelle, de supprimer l’illusion de « l’homme créé à l’image de Dieu » ou/et « chef-d’œuvre de l’Univers » !
D’autant plus que ce résultat ne remettait rien en cause, était seulement l’occasion, pour des adultes, de dépasser l’histoire du Père Noël, d’envisager un Monde plus complexe, donc d’évoluer mentalement ... !

Symétriquement, nous avons prouvé, à l’insu de notre plein gré, notre caractéristique « fractale » (Répétitive, limitée, bornée, caduque, inscrite dans les lois de complexification de Darwin ! ! !)

Amen ! Ou AAEEGGGExplosions Nouvelle ère plus néocorticale !
a écrit le 08/09/2015 à 16:54 :
La " baisse des impots " concernera celles et ceux qui ne sont pas dans son champ de haine. " Moi Président Je " ( 17 fois ) : " c'est vrai que je n'aime pas les riches, et je considère que l'on est riche dès 4000eur par mois ". Celles et ceux qui paient beaucoup plus d'impots à cause de lui, n'enregistreront DONC aucune baisse.
a écrit le 08/09/2015 à 14:55 :
C'est très gentil sa pseudo baisse d'impôts.
On nous dit qu'il n'y a pas d'inflation mais depuis 2 ans :
- mon salaire n'a pas évolué
- mes impôts ont augmenté de 15%
- ma taxe foncière a augmenté de 6 % cette année
- ma consommation d'électricité à baissé de 7% et ma facture a augmenté de 5%
...
a écrit le 07/09/2015 à 19:37 :
1) La France n'a plus d'argent.
2) les caisses sont vides.
3) les finances publiques sont dans un état catastrophique.
4) y a plus de blé
5) on a fait les fonds tiroirs et y a que dal.
Réponse de le 07/09/2015 à 20:30 :
Il y a des élections et la priorité n a jamais ete la France mais de servir la clientèle et les lobystes de tous bord

Depuis longtemps on a le meme profile menteur Oportunisme manipulateur
Réponse de le 08/09/2015 à 8:52 :
Les partis au pouvoir depuis 40 ans ont vidé les caisses... À nous de les chasser !
a écrit le 07/09/2015 à 19:01 :
Une chose est à reconsidérer, c'est que la France est le principal si ce n'est le seul bras armé contre DEACH et l'Allemagne pendant ce temps caracole en tête dans l'économie européenne, donne des leçons à tous les autres pays.
Et maintenant qu'elle manque de main d'oeuvre, elle accueille triomphalement les immigrés dans dans une liesse humanitaire alors que la France qui n'arrive pas à financer " l'ordinaire" se retrouve, je crois, à payer toutes les opérations militaires contre DEACH approuvées par l'Allemagne et l'Europe, avec une économie et surtout un chômage qui la rend frileuse maintenant pour accueillir les immigrés.
Chercher l'erreur.
a écrit le 07/09/2015 à 17:33 :
1) C'est moi président, avec mes 13% d'opinions favorable qui decide que Bachar doit partir :-) Le plus drôle serait que les Syriens dégomment des avions français. 2) Moi président, j'ai rien pour les Français, mais ceux qui ont encore un peu de sous devront mettre la main à la poche pour accueillir 24 000 migrants...dans un 1er temps. 3) Moi président, je promets aux sans dents et autres illéttrés que je vais leur faire croire au Père Noel pour qu'ils votent pour moi. 4) Moi président, je vais faire la fête aux frais du contribuable avec une conférence qui ne sert à rien pusique les US ont déjà annoncé qu'ils allaient exploiter tout ce qui pouvait l'être dans l'Arctique, voire ailleurs si possible :-) Conclusion: moi président, je demande à tous les gogos et autres sans dents de me faire confiance et de voter pour moi président :-)
Réponse de le 08/09/2015 à 10:49 :
Excellent !
Réponse de le 08/09/2015 à 12:57 :
Vision realiste de normal 1er
a écrit le 07/09/2015 à 14:52 :
Le plus à retenir est une vision sagace et pertinente du long terme, en décalage avec les forces du court terme sinon de l'immédiateté ; le chef d'Etat fixe les grandes lignes et le premier ministres pilote les moyens ; c'est différent du chef d'Etat premier ministre et du premier ministre, premier collaborateur. C'est mieux ainsi, notamment moralement ce qui n'est pas rien. Mais ça renvoie au pouvoir effectif , face à des pouvoirs concurrents sinon adverses, intérieurs dans les partis et davantage extérieurs dans les abandons de souveraineté issus de la défaite de 1940. L'Union Européenne d'antagonistes, bousculées par l'hégémonique vainqueur de la seconde guerre mondiale en est bel et bien la marque. Fustiger des Etats d'Europe de l'Est admis dans l'U.E à la chute du mur de Berlin, qui refusent des réfugiés tout en bénéficiant de la légalité des travailleurs détachés est du bel ouvrage éthique, mais inutile au plan de la réal politique ; le pays D'Angela en a trop fait un atout de sa réussite économique. Hollande a raison moralement seulement. Hélas ! Ainsi va le monde que l'on a fabriqué.
a écrit le 07/09/2015 à 14:25 :
Deux heures pour cinq phrase! Il est évident que nos grandes écoles ne forment pas notre élite à la concision. De là, à penser que la formation ne porte principalement sur "comment noyer un poisson" et attendre que les décisions se prennent d'elles mêmes !!! A propos de rituel bien rôdé, ne pourrait-on pas maintenant envisager un nouveau 21 avril dès le premier tour, ainsi on pourrait faire l'économie du deuxième "enfin une économie" et refermer ce chapitre maussade !!!
Réponse de le 07/09/2015 à 17:01 :
plus de dépenses.
moins de recettes et toujours les mêmes qui paient
Cherche l'erreur
pour les réformes voir 2018
le pouvoir toujours le pouvoirs
les français : on s'en fou!!!
a écrit le 07/09/2015 à 14:05 :
Hollande a été plutot bon!points positifs:baisse des impots et des charges sociales.cette baisse de la fiscalité accompagne une croissance retrouvée et une inversion de la courbe du chomage.reste le sociétal:fort coup de barre vers l'écologie avec cop21,accueil des 24000 migrants salué par la majorité des français.on aurait aimé un coup de pouce pour les collectivités locales pour accompagner la croissance.
Réponse de le 07/09/2015 à 14:57 :
Ça fait rêver... A bientôt chez pole emploi!
Réponse de le 07/09/2015 à 16:41 :
Merci Elu PS pour votre coup de pouce a ridiculiser Hollande Le Mou en faisant de l'humour au second degré...
Enfin cela fait un peu gros surtout concernant les collectivités locales qui reçoivent un coup de pouce mais pas la ou l'on pense!!
Sacre Elu PS va !!
a écrit le 07/09/2015 à 14:00 :
Qu'il s'appelle hollande, sarko ou qu'il porte n'importe quel nom, quelle différence ? Tous et toutes, ils mentent, méprisent, exploitent et bafouent les français. L'un est totalement incompétent, "dirigeant" (??) le pays au gré des images "choc" et populistes. L'autre trafique les marchés, privilégie ses petits copains dont il aura bien besoin pour être réélu ou se recaser. L'un laisse le pays couler. Celui qui l'a précédé n'a eu de cesse de racketter le pays en creusant le plus fort déficit de oute l'histoire nationale. Les uns comme les autres ne sont capables que de discours vides (et vides de sens) qui, de toute manière, n'auron jamais le moindre effet. En tout cas, jamais le moindre effet positif. A leur décharge, ils ont un terrible handicap : tenter de diriger un pays de fraudeurs, d'incompétents et de fainéants... Commen arriver à quelque chose de bon avec un,pareil ramassis d'inutiles, tout juste bons à râler, manifester et refaire le monde au compoir du Café du Commerce qu'ils fréquentent d'ailleurs avec plus d'assiduité que leur poste de travail ?
a écrit le 07/09/2015 à 13:51 :
Hollande exactement comme son peu regretté prédécesseur. Vous savez, celui qui a creusé le plus dramatique déficit de toute l'histoire du pays et qui a méprisé les français pendant tout son mandat. Un discrous, cinq phrases et que du blabla creux. Un bourrage du mou joliment orchestré avec la complicité des medias aux ordres. Si Hollande, comme son petit précédesseur, avait tenu le quart du dixième des promesses et des "décisions" (??) annoncées, la france ne devrait pas tenter de survivre aux crochets des Grecs.
Réponse de le 07/09/2015 à 14:14 :
"le quart du dixième" est très exagéré,.... et rend votre commentaire peu crédible.

Le site http://www.luipresident.fr/toutes-promesses recense toutes les promesses de F.H. ... et leur situation (tenues, pas tenues, en cours, etc.) avec des détails sur chacune. Clairement, tout n'est pas tenu, mais il y a pas mal de choses qui ont été tenues aussi : à ce jour 113/525 tenues (déjà 2 dixième), 47 partiellement tenues, 245 en cours, 50 brisées ou reportées, et 20 imprécises.
Réponse de le 07/09/2015 à 14:16 :
Trop facile monsieur, de parler de son petit prédécesseur en de tel terme, vous avez la mémoire courte, le bilan de son prédécesseur comme vous dites ,est bien moins imparfait que tous le disent et vous oubliez le contexte de l'epoque, comme d'hab, c'est pas avec votre courant de penser qu'on va s'en sortir, mais permettez moi de vous rejoindre pour ce qui concerne l'usurpateur, le résident normal, le,le,le ...au moins si c'était DSK, on aurait pu critiqué ou applaudir mais là s'agit d'une autre pointure.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :