Présidentielle : Macron ou Le Pen, les Français devant un choix historique

Les Français sont appelés aux urnes pour élire ce dimanche leur prochain président de la République et choisir comme en 2017, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le choix est historique. Les électeurs doivent en effet choisir entre reconduire le président sortant, ce qui n'a encore jamais été fait, hors cohabitation, depuis l'adoption du vote au suffrage universel direct en 1962, ou élire une femme, ce qui serait une première, et propulser ainsi l'extrême droite à l'Elysée pour une déflagration comparable au Brexit britannique et à l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis en 2016. Les derniers sondages plaçaient Emmanuel Macron en tête, mais avec les trois zones scolaires du pays en vacances scolaires et le refus de millions de Français de choisir entre les deux finalistes, l'abstention pourrait être le grand arbitre du scrutin.

6 mn

Marine Le Pen et Emmanuel Macron
Marine Le Pen et Emmanuel Macron (Crédits : Reuters)

Les Français sont appelés aux urnes ce dimanche pour élire leur prochain président de la République et choisir comme en 2017, entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, dont les programmes respectifs proposent une vision radicalement différente sur l'Europe, l'économie, le pouvoir d'achat, les relations avec la Russie, les retraites, l'immigration, l'environnement...

Choix historique

Les Français sont devant un choix historique : reconduire le président sortant, ce qui n'a encore jamais été fait, hors cohabitation, depuis l'adoption du vote au suffrage universel direct en 1962. Ou élire une femme, ce qui serait une première, et propulser ainsi l'extrême droite à l'Elysée pour une déflagration qui résonnerait bien au-delà des frontières hexagonales, comparable au Brexit britannique et à l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis en 2016. Une réélection d'Emmanuel Macron, 44 ans, représenterait la continuité, même si le président-candidat a promis de se renouveler en profondeur, assurant vouloir placer l'écologie au cœur de son second - et dernier - mandat. L'arrivée de Marine Le Pen, 53 ans, aux commandes d'une puissance nucléaire, dotée d'un siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU, et force motrice de l'Union européenne serait un séisme, d'une magnitude d'autant plus élevée qu'elle s'inscrirait dans le contexte lourd d'une guerre aux portes de l'Europe.

Lire aussi 9 mnLui ou le chaos, l'étrange défaite de la politique française

Macron en tête dans les derniers sondages

Après une campagne d'entre-deux-tours à couteaux tirés, Emmanuel Macron est favori pour un deuxième mandat. Mais jamais l'extrême droite n'a paru si proche des portes du pouvoir. Les derniers sondages publiés vendredi plaçaient en effet Emmanuel Macron assez nettement en tête, avec entre 55,5% et 57,5% des intentions de vote, mais l'inconnue de l'abstention et le rejet que suscite le président sortant auprès d'un nombre important d'électeurs des candidats éliminés au premier tour laisse planer un doute sur l'issue du scrutin.

Pour rappel, en 2017, au terme d'un deuxième tour sans autre suspense que l'ampleur de son score, Emmanuel Macron avait recueilli 66,1% des voix.

Pour contrer son adversaire, Emmanuel Macron, arrivé en tête au premier tour (27,85%) avec plus de quatre points d'avance sur Marine Le Pen, a réactivé le "front républicain" qui semble toutefois avoir perdu de sa vigueur par rapport à 2017 et 2002. La candidate du Rassemblement national (RN) a en effet su se forger une image moins clivante, affaiblissant le "front républicain" tout en trouvant dans la question du pouvoir d'achat menacé par l'inflation un angle d'attaque efficace pour réactiver l'image de "président des riches" d'Emmanuel Macron.

Au terme d'un quinquennat marqué par une succession de crises sociales (mouvement des "gilets jaunes" puis opposition à la réforme des retraites), sanitaire (pandémie de COVID-19) et sécuritaires (attentats islamistes et guerre en Ukraine), le chef de l'Etat ne promet plus de "renverser la table" mais au contraire de "protéger" les Français face aux menaces en tout genre.

Lire aussi 5 mnEmmanuel Macron ou Marine Le Pen ? Ce qui changera pour vous selon le futur président

Mais ni sa politique de "quoi qu'il en coûte" en réponse à la crise sanitaire, ni le début de revalorisation de certains salaires, notamment pour les professionnels de santé, ni la baisse des impôts ou du chômage qu'il a tenté de mettre en avant pendant la campagne, n'ont entamé la profonde défiance voire aversion qu'il suscite chez des millions de Français. Non seulement chez les électeurs de Marine Le Pen, qui a obtenu 23,15% des suffrages exprimés au premier tour (4,7 points de moins qu'Emmanuel Macron), mais aussi chez ceux des candidats d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon (21,95%), d'extrême droite Eric Zemmour (7,07%) et même de l'écologiste Yannick Jadot (4,63%). Soit environ la moitié du corps électoral appelé à se prononcer à nouveau ce dimanche, lors de ce que les deux candidats ont présenté comme un "référendum" sur leur personnalité et leurs idées.

Lire aussi 15 mnPrésidentielle : l'impasse Marine Le Pen

Entre-deux-tours à couteaux tirés

 Dans ce contexte, handicapé par son image, son bilan dans certains domaines, comme la sécurité, et un programme dont les Français ont surtout retenu le projet de report de l'âge de départ à la retraite à 65 ans, le président sortant s'est employé à "rediaboliser" l'extrême droite.

Entré très tardivement en campagne, officiellement en raison de la guerre en Ukraine, Emmanuel Macron a sillonné la France entre les deux tours pour se mettre "à portée d'engueulade" des Français, mais il a surtout martelé la menace que représenterait selon lui une élection de Marine Le Pen.

Menace d'une soumission de la France à la Russie, en raison des liens entre la candidate du RN et Vladimir Poutine et de sa volonté de se mettre en retrait de l'Otan pour se rapprocher de Moscou, menace d'un "Frexit" déguisé du fait de sa volonté de transformer l'Union européenne en "Europe des nations", menace de dérive autoritaire d'une gouvernance par référendum, voire de "guerre civile" en raison de sa volonté d'interdire le port du foulard islamique dans l'espace public.

A ces attaques, Marine Le Pen a répondu dans les derniers jours de campagne par une charge tout aussi virulente contre l'"arrogance" dont aurait fait preuve le président-candidat pendant leur seul débat télévisé, reflet selon elle du "mépris" qu'il a manifesté pendant cinq ans pour "le peuple", des "gilets jaunes" aux opposants au "pass vaccinal", des Français les plus modestes aux habitants des campagnes.

Vers une abstention record ?

La grande inconnue du scrutin reste l'abstention qui pourrait être plus forte qu'au premier tour (26,31%). Avec les trois zones scolaires du pays en vacances scolaires, elle pourrait être le grand arbitre du scrutin. Tout comme les bulletins blancs et nuls qui avaient atteint un nombre record en 2017, attestant du refus de millions de Français de choisir entre les deux finalistes. Le record d'abstention pour un second tour date de 1969 avec 31,1%.

Lire aussi 6 mnPrésidentielle : l'abstention pourrait atteindre un niveau inédit depuis 1969

Le taux de participation à midi donne une première indication sur la mobilisation des 48,7 millions d'électeurs appelés aux urnes. Il était de 26,41%.

Les bureaux de vote ont ouvert à 08h00 en métropole pour ce second tour de la présidentielle et fermeront à 19h00 voire 20h00 dans les grandes villes.

Certains territoires d'outre-mer et Français de l'étranger ont voté dès samedi. A Saint-Pierre-et-Miquelon, la participation s'est établie à 57%, contre 54,96% lors du premier tour.

En Nouvelle-Calédonie, où l'abstention avait atteint un taux record au premier tour (66,65%), le second tour s'annonce sous les mêmes auspices.

(avec AFP et Reuters)

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 24/04/2022 à 15:43
Signaler
Le 10 avril j'ai voté par procuration, ce matin je suis allé voté à 10h30 dans ma commune costarmoricaine. Aucune hésitation entre la Duchesse de Mont trou et l'actuel président....même si je n'apprécie pas le style Macron, je vote pour l'Europe et p...

à écrit le 24/04/2022 à 14:28
Signaler
Comme pour le Brexit qui devait conduire le Royaume Uni au chaos, le vote RN a été fortement déconseillé partout sur tous les médias de France et d'ailleurs. J'appelle pas ça une démocratie éclairée loin de là !

à écrit le 24/04/2022 à 13:38
Signaler
J'ai voté ce marin à 10h30 .entre le replis franco franchouillard de la France d'avant, et une France européenne, je n'ai pas eu de mal à choisir

le 24/04/2022 à 14:24
Signaler
France européenne,c’est sûr mais pour moi,une province européenne,c’est encore plus sûr.

le 24/04/2022 à 15:46
Signaler
Cher Fg, je n'ai aucune hésitation....si la France peut prospérer comme province d'une Europe Unie, je dis banco! Je suis européen et à des années lumières de tous ces franco- français bien pensant qui oublient trop souvent que nous ne sommes rien sa...

le 24/04/2022 à 18:51
Signaler
@européen Bien sûr qu'il faut être pour l'Europe mais telle que je la vois actuellement et ceci depuis longtemps,nous sommes aux ordres de l'Allemagne qui joue sa partition et aux autres de suivre. Pourquoi est-ce si compliqué de se passer de g...

à écrit le 24/04/2022 à 12:24
Signaler
De toute façon pour les électeurs éclairés , il n'y a qu'un choix possible , le schao assuré c'est Macron d'ailleurs il est tellement sur de sa victoire qu'en sous mains il consent à lancer les augmentations tous Azimuts. Les plus riches agissent da...

à écrit le 24/04/2022 à 12:13
Signaler
Un autre choix: " le vote blanc" pour un autre système démocratique . Ou l'argent et les copinages ne sont pas les billets d'entrée .

à écrit le 24/04/2022 à 11:47
Signaler
Un ch0ix assez simple, t0ut sauf manu-s. T0ut ? Oui, T0UT !

à écrit le 24/04/2022 à 11:38
Signaler
Et le gagnant sera élu avec moins du quart des voix des électeurs français en faveur de son programme, tout va bien les gars, continuez de parler.

le 24/04/2022 à 12:20
Signaler
c'est quoi ces calculs démago !! celui qui a 50% et une voix à gagné

le 25/04/2022 à 9:33
Signaler
"c'est quoi ces calculs démago !!" Si tu sais pas compter maurice je n'y peux rien, signalé.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.