Radars automatiques : les recettes baissent pour la première fois depuis 15 ans

 |   |  445  mots
(Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
C'est du jamais-vu car, depuis la mise en place de ces dispositifs de contrôle et de sanction des excès de vitesse sur les routes de France, en 2003, les recettes n'avaient jamais cessé d'augmenter. Et en 2017, le montant des amendes forfaitaires et majorées avait dépassé pour la première fois la barre symbolique du milliard d'euros (1,013 milliards d'euros précisément).

Les recettes des radars automatiques, qui n'avaient cessé d'augmenter depuis leur mise en place en 2003, sont en baisse pour la première fois en 2018, avec 864,4 millions d'euros perçus, selon les chiffres communiqués lundi par le ministère de l'Intérieur.

En 2017, le montant des amendes forfaitaires et majorées avait dépassé pour la première fois la barre symbolique du milliard d'euros (1,013 milliards d'euros).

Le coût Des déprédations attribuées aux "Gilets jaunes" selon la Sécurité routière

"Nous avons constaté une baisse de recettes de 40 millions d'euros au premier semestre 2018", indique à l'AFP Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière. Il y voit l'effet, "avec un décalage", de l'obligation donnée à l'employeur depuis le 1er janvier 2017 de dénoncer ses salariés coupables d'infractions routières.

La baisse s'explique aussi par "la destruction du parc de radars" fin 2018, selon M. Barbe, dans le cadre du mouvement des "gilets jaunes". La Sécurité routière estimait en août à 300 millions d'euros le manque à gagner en contraventions depuis le début du mouvement social mi-novembre.

Près de 80% des recettes servent à la lutte contre l'insécurité routière

Sur le total des recettes, une part plus importante a été consacrée en 2018 au désendettement de l'État avec une enveloppe de 180,4 millions d'euros (20,9%), contre 88,7 millions en 2017 (8,8%).

Les 79,1% restants (684 millions d'euros) ont financé la lutte contre l'insécurité routière, notamment l'entretien et la modernisation du réseau routier. Cette part était de 91,2% en 2017, soit 924 millions d'euros.

"La réduction de la part des recettes des radars affectées directement à des dépenses de sécurité routière est liée à la dépénalisation du stationnement payant, décidée en 2015 et entrée en vigueur le 1er janvier 2018", justifie le ministère dans un communiqué.

Volonté de transparence sur l'affectation du produit des amendes

Depuis cette date, l'amende dont s'acquittaient auparavant les automobilistes pour un stationnement non payé a été remplacée par un forfait post-stationnement, dont les recettes sont perçues par les municipalités. Ce qui "mécaniquement diminue le pourcentage des recettes radars allant directement à des dépenses de sécurité routière", explique le ministère de l'Intérieur.

Cette baisse est cependant "largement compensée par l'augmentation constante des dépenses globales de l'État consacrées à la sécurité routière (+88,7 millions d'euros entre 2017 et 2018)", souligne le communiqué.

Ce rapport, que l'État rend public pour la troisième fois, "témoigne de la volonté de transparence des pouvoirs publics sur l'affectation du produit des amendes liées au contrôle radar", souligne le ministère.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2019 à 20:25 :
Du coup, cela veut dire que le peuple a de la vertu ??!! Il faut croire.
Par contre cela veut dire aussi que l'état ne peut que s'en féliciter!!

Ah ah la rigolade! j'imagine une augmentation des amendes en coût d'ici moi de six mois.
a écrit le 15/10/2019 à 18:29 :
Quand je lis 'Le manque à gagner avec les radars" j'ai envie de vomir. Alors que cela été pour la Sécurité Routière.
a écrit le 15/10/2019 à 16:13 :
Avis de contravention minoré à payer dans les 15 jours, pour les morts.
a écrit le 15/10/2019 à 14:52 :
La sécurité ça eu payé mais ça paye plus.

Ben les gars vous connaissez pas la référence avec le fameux très ancien comique Fernand Raynaud ???
Réponse de le 15/10/2019 à 20:26 :
Ou celui de Devos!
a écrit le 15/10/2019 à 13:24 :
"notamment l'entretien et la modernisation du réseau routier".

Le pognon doit être détourné vu le nombre de nid de poule sur la route.
Réponse de le 15/10/2019 à 14:01 :
80% utilisés pour l'insécurité routière, lol. Ce journal, c'est juste du foutage de gueule!
a écrit le 15/10/2019 à 12:23 :
Les routes n'ont pas besoin de radars, ce qu'il faut, c'est une présence policière constante sur les routes, avec des contrôle plus réguliers de tous les usagers de la route, conducteurs, pilotes de 2 roues chauffeurs permis de conduire, canabis, alcoolémie, conformité des véhicules, assurances... paiement immédiat des amendes, immobilisation, voire saisie des véhicules non conformes. Un moyen aussi de gêner tous les trafics et trafiquants, avec au minimum un doublement des effectifs de la Police routière pour une réelle efficacité.
Réponse de le 15/10/2019 à 13:26 :
Absolument. Et le retour à 90km/h généralisé (sauf pour les endroits VRAIMENT dangereux), ce qui aurait déjà pour avantage de rouler beaucoup plus cool sans se demander constamment à quelle vitesse rouler (et de choisir en général la plus élevée !!).
Réponse de le 16/10/2019 à 2:39 :
Ici en Coree vous ne voyez jamais un poulet sur le bord de la route. C'est tres rare sauf pour les fetes nationales.
A l'opposee une quirielle de radars qui incitent a la prudence et au respect des vitesses preconisees.
Avec toujours un avis a l'avance." Police enforcement".
Vous etes duement prevenu.
Si, les radars sont utiles contre les malades qui se croient seuls.
Cordialement.
a écrit le 15/10/2019 à 12:18 :
Au bout de 15 ans d'utilisation des radars automatiques, les conducteurs ont finis par comprendre et maintenant ils font attention et lèvent le pied. D'ailleurs depuis le passage aux 80kmh, à part quelques irréductibles, d’après la sécurité routière, la vitesse a sérieusement baissée sur les routes.Depuis le début, les gouvernements successifs ont affirmés que le but n'était pas de faire rentrer de l'argent mais de faire baisser la vitesses. Peut-être l'objectif est-il atteint. Reste à combattre les autres fléaux que sont l’alcool, la drogue et surtout l'usage au volant du téléphone portable. Reste une question: Est-il possible de descendre en dessous des 3500 morts par an sur les routes. Depuis les années 50, la mortalité sur les routes a été divisé par quatre passant de 14 000 à 3500 alors que le nombre de km parcouru a été multiplié par cinq. Les voitures sont plus sécuritaires, le réseau routier a considérablement évolué. Je me pose juste une question. D'autres phénomènes font beaucoup plus de morts (accident domestique, épidémie, alcoolisme etc;..) et on y prête moins d'attention. Ne serait pas tout simplement parce que certains comportements routiers sont une manne financière pour l’état malgré les dénégations répétées de nos gouvernants? Peut-être sommes nous au bout de cette logique et que les recettes des amendes font continuées à baisser. Mais faisons confiance à nos gouvernants pour inventer de nouvelles façons de coincer les automobilistes.
Réponse de le 15/10/2019 à 13:03 :
" Peut-être l'objectif est-il atteint. " A constater le nombre de conducteurs, en majorité des motards rouler comme des malades sur des petites routes de ma région, on est loin d'avoir fait baisser la vitesse pour tout le monde !
Les radars automatiques sont un moyen efficace dans une zone accidentogène et d'un faible cout d'utilisation ( par rapport à une équipe de gendarmerie + motards nécessaires pour arrêter ces chauffards ) s'ils n’étaient pas systématiquement détruits.
Réponse de le 15/10/2019 à 13:23 :
Oui alors la sécurité routière et moi on ne doit pas rouler sur les mêmes routes ! Parce que dans mon coin, à par quelques zélés du compteur, personne ne roule à 80km/h ! A priori, il semble que la pensée à la mode c'est plutôt "tant qu'à être en infraction, autant y aller à fond !". Et c'est pas les quelques radars en miette qui vont les contredire !!
a écrit le 15/10/2019 à 12:04 :
Si les recettes baissent c'est qu'ils sont dissuasif, il n'y a pas de quoi s'en plaindre! A moins que le but n'était pas celui là!
a écrit le 15/10/2019 à 11:54 :
On ne lit que des articles sur les recettes des radars machines à fric d'un état presque totalitaire....Mais personne ne mentionne l'augmentation des morts et des accidents graves sur nos routes depuis un an à cause de l'absence de radars, et personne ne parle du cout exponentiel des secours, une équipe du SAMU, Gendarmerie déplacée, hélicoptère... Puis du cout des polytraumatisés de la route : plusieurs opérations chirurgicales lourdes, rééducation pendant des mois, indemnités diverses....

Personne ne parle du cout humain : vies brisées, familles anéanties....

Le morts et les blessés : c'est pas grave, on les connait pas !!!!!!! Jusqu’à ce que ....
Réponse de le 15/10/2019 à 12:43 :
Si le gouvernement voulait vraiment coincer les chauffards,il n'aurait qu'a se baisser pour ramasser.Exemple:l'autoroute entre Chartres et Paris ou c'est la fete du slip a toute heure:véhicules fonçant entre 150 et180 km/h a gogo:et jamais personne pour les coincer.Les radars sont une fumisterie.Et la route est de plus en plus dangereuse.
a écrit le 15/10/2019 à 11:33 :
Quand on lit les commentaires liés à la "sécurité routière" on comprend tout de suite pourquoi le nombre de victimes ne diminue plus depuis une dizaine d'années.
Réponse de le 15/10/2019 à 12:20 :
Mais si il diminue : car la circulation routière ne cesse elle d'augmenter ! Et bien plus .
a écrit le 15/10/2019 à 10:54 :
Un manque a gagner qui laissera de sérieuses traces dans le budget du pays au moment ou on se plaint du manque de policiers ou d'infirmières!
a écrit le 15/10/2019 à 9:40 :
Les recettes des radars baisse. Mais aussi la mortalité sur les routes. L'Etat ne le dit pas!
Réponse de le 15/10/2019 à 10:57 :
Ça n'a pas grand chose à voir non plus avec le 80 km/h, ce que l'état refusera de reconnaître parce que cela induirait que fifi le boxeur a eu tort.

Tout poison produit son antidote. Les automobilistes ont appris à vivre sans (contre ) les radars en adaptant leur conduite.

La question est de savoir maintenant quel est le coût d'installation et de maintenance tous ces radars dont le bénéfice en terme de vies sauvées semble atteindre un seuil.
a écrit le 15/10/2019 à 9:37 :
Excellente nouvelle , voilà une belle somme de pouvoir d'achat laissé aux Français.
Réponse de le 15/10/2019 à 12:00 :
Et la réparations de tous ces radars qui va les payer sinon le contribuable ?
a écrit le 15/10/2019 à 9:31 :
La sécurité ça eu payé mais ça paie plus...
a écrit le 15/10/2019 à 9:30 :
Avec la meilleure volonté du Monde, difficile de ne pas être pris en défaut quand les panneaux, et la vitesse, changent tous les trois cents mètres. Je suis pour la suppression de tous les radars, et ne compte pas augmenter ma vitesse pour autant! Laissez nous respirer, et je dégage l'état de toute responsabilité quand à ma vie!
Réponse de le 15/10/2019 à 11:02 :
Tant qu'il y a aura des crétins pour rouler à 150 en agglomération et pas un de flic pour les arréter, je suis pour les radars.

Mais je veux des radars intelligemment utilisés, judicieusement placés, avec des peines adaptées et pas des machines à cash. Et je vous rejoins sur le morcellement des tronçons en y ajoutant la raréfaction des panneaux de signalisation.
a écrit le 15/10/2019 à 9:06 :
il suffit de baisser la vitesse a 40 sur route et 60 sur autoroute ' dans l'unique but de preserver la securite des usagers', et a defaut d'avoir moins de morts, ca remplira les caisses........
oui, un peu comme la loi sapin2 ou les possibilites de ne payer que en dessous de 1000 euros en liquide, quoi......
Réponse de le 15/10/2019 à 9:36 :
j'ai rien compris à ton propos
Réponse de le 15/10/2019 à 13:16 :
Ouais, et d'ailleurs il faut aller plus loin : 5km/h maximum en ville, 10 sur les routes ordinaires et 25 sur l'autoroute et là, on aura enfin moins d'accidents ... ou pas :-)) !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :