Retraites : le Medef veut instaurer "dès aujourd'hui" un "âge pivot" à 64 ans (avec décote avant)

 |   |  618  mots
(Crédits : Charles Platiau)
Pour éviter un trou financier d'au moins 10 milliards d'euros d'ici à 2025, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a estimé ce mardi qu'il fallait d'abord remettre le système à l'équilibre avant de passer à la mesure d'"équité" (comprendre le système à points). Et pour cela, "la mesure la plus équilibrée, la plus juste, c'est l'âge pivot, parce que ça laisse une liberté de choix", avec une décote pour ceux qui partent avant. Une mesure qu'il voudrait voir appliquer dès aujourd'hui, pour sauver le système

Il faut assurer l'équilibre du système de retraites en travaillant plus longtemps avant de pouvoir instaurer une mesure "d'équité" en passant à un système universel par points mettant fin aux régimes spéciaux, a indiqué mardi le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux.

"Il faut une réforme d'équilibre avant de faire une réforme d'équité", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse avant la remise jeudi au gouvernement du rapport annuel du Conseil d'orientation des retraites (COR).

Or "il y a un problème d'équilibre qui n'est pas l'épaisseur du trait" avec "au minimum 10 milliards de trou financier à l'horizon 2025", estime M. Roux de Bézieux, alors que selon le COR le déficit du système de retraites devrait s'établir entre 7,9 milliards et 17,2 milliards d'euros à cette date.

Un "âge pivot" qui pourrait être fixé à 64 ans

"Il y a trois solutions pour résoudre le problème: augmenter les cotisations pour les salariés et pour les employeurs, je crois que ce n'est pas possible. La deuxième, qui est inacceptable, c'est de baisser les retraites, et la troisième, qui est la bonne solution, c'est de faire travailler plus longtemps les salariés et les fonctionnaires", a dit le président de la première organisation patronale française.

"Pour ça, la mesure la plus équilibrée, la plus juste, c'est l'âge pivot, parce que ça laisse une liberté de choix", a-t-il ajouté.

Cet âge pivot ou "d'équilibre" pourrait être fixé à 64 ans, ce qui signifierait que les salariés partant à la retraite avant cet âge subiraient une décote de leur pension.

"Le gouvernement doit sortir du +en même temps+ et de l'attente: on ne peut pas faire une réforme qui se veut la mère de toutes les réformes, une réforme pour 50 ans en l'asseyant sur un régime qui n'est pas équilibré", a martelé M. Roux de Bézieux.

"On ne peut pas donner confiance aux gens en leur disant +oui, il y a un problème financier, mais on ne le résout pas tout de suite+", a-t-il encore dit.

Se débarrasser de la "clause du grand-père" ?

Par ailleurs, "quand on entre dans le régime par points, quelle que soit la durée de transition, qu'elle soit la même pour tout le monde", a demandé le porte-parole des patrons face au débat sur la "clause du grand-père".

M. Roux de Bézieux a aussi rappelé que le passage à un système universel par points répondait à une demande de la CFDT et non du Medef.

Grève du 5 décembre: pas "d'apocalypse" selon Roux de Bézieux

Sur la grève du 5 décembre à l'appel de plusieurs syndicats contre cette réforme, il relève qu'"on nous annonce quasiment l'apocalypse", mais que "pour autant le climat social en entreprise n'a jamais été aussi favorable".

"Toutes les remontées qu'on a de nos adhérents en entreprise montrent que la conflictualité est en recul, qu'on est probablement à un point bas depuis 50 ans", a-t-il détaillé.

RATP, SNCF... les tensions "c'est un problème d'employeur public"

"On voit bien des endroits de tension très forts dans le pays, à la RATP, à la SNCF, dans les hôpitaux", reconnaît M. Roux de Bézieux, pour lequel "la responsabilité de l'Etat employeur est engagée".

"Les managers des entreprises publiques ont très clairement des problèmes de gestion forts", d'après lui.

"On peut avoir des craintes sur l'activité économique si la grève se propage et dure longtemps, mais c'est un problème d'employeur public", a-t-il souligné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2019 à 8:30 :
Évidemment repousser l'âge de départ en retraite pour tous paraît la mesure d'urgence. Ensuite réformer le régime en le calculant par point mais...pour tous, y compris nos dirigeant : président, sénateurs, députés etc. Exit la retraite et les avantages "à vie"(voiture, chauffeur, garde du corps etc.)
Réponse de le 24/11/2019 à 14:12 :
Tout a fait ils faut que tous ceux qui se gavent et veulent faire la morale
aux autres montrent l exemple mais je crois que la soupe est trop bonne et que les effort de serre la ceinture c est pour les autres et pas pour eux
a écrit le 20/11/2019 à 22:07 :
pour moi la retraite doit correspondre aux heures travaillées ou indemnisées, au salarié de faire le choix de travailler beaucoup jeune et partir tôt, ou travailler moins et partir tard, à 70 ans bien sur on ne peut pas être maçon, même à 55 c'est limite, mais employé de bureau 75 ans ça passe.
Suffit de se souvenir d'excell.
Réponse de le 21/11/2019 à 11:35 :
Bonjour,

Ces dernières années m’ont apprit une chose : ne rien attendre
pour être surpris ou
d’éviter de tomber de haut.

En claire il faut que « mentalement » : je me prépare au pire.

Peut être que ma génération n’aura même pas de retraite.

Cordialement,
Réponse de le 24/11/2019 à 2:03 :
J'en déduis que PEMMORE a plus de 75 ans, en effet, il ne se souvient plus d'excel.
Réponse de le 28/11/2019 à 14:46 :
@citoyen ordinaire,
On peu aussi avoir débuté sa retraite avec une retraite sympa sans être riche et 10 ans après la voir rongée petit à petit par des éxcès de toutes sortes, la retraite n'ayant pas bougé, tout ce que j'aimais à pris 50%,dans 10 ans à ce train la je serais un client assidu aux restos du coeur.
Quand même un conseil avant la retraite: être propriétaire de votre logement, s'il fallait tirer encore 500€ par mois ça serait invivable.
@HEIKI,
désolé ce l en trop, ça montre inconsciemment le mépris de ceux qui utilisent ce truc comme le graal d'une forme d'intelligence.
a écrit le 20/11/2019 à 19:16 :
Qu'il faille gérer correctement , oui bien sur, mais que les patrons arrêtent de licencier les personnes à 57 ans et il seront peut être crédibles.
a écrit le 20/11/2019 à 18:56 :
Il n'y a pas de solutions simples à un problème complexe.
Surtout le Medef à deux leviers importants entre ses mains : le taux d'emploi et le niveau de rémunération. Force est de constater que le syndicat patronal (qui avait promis un millions d'emplois) a toujours privilégier la modération salariale les délocalisations et les exonérations de charges.
Il y a un certain cynisme à contribuer au déficit du système et à prétendre avoir la solution !
a écrit le 20/11/2019 à 17:48 :
La véritable solution tout le monde la connaît et le patronat ne veux pas en entendre parler.
Il suffit pour résoudre cette crise des retraites de simplement augmenter les cotisations retraites. Tout simplement ... . Il faudrait également investir massivement dans la formation des chômeurs et la création d'entreprise dans les zones rurales pour augmenter le nombre de cotisants. Si nous augmentions le nombre de cotisant de 4 millions en supprimant le même nombre de chômeurs et que nous augmentions parallèlement progressivement les cotisations le problème serait inexistant.
Pour faire bonne mesure les cotisations devraient augmenter au minimum avec l'inflation comme le font les prix et avoir un plancher incompressible (donc impossible d'être à moins de 1%).
Alors oui cela fera un peu moins de sous pour les entreprises mais au moins cela réglera le problème du papy-boom qui est rappelons le la résultante de la seconde guerre mondiale et donc un problème temporaire à l'échelle humaine et d'une nation.
Par ailleurs cela rétablira la paix sociale, permettra aux retraités de partir à un age décent et de consommer ce qui sera une forme de cashback pour le patronat.
Donc plutôt que de parler de solution ou le cotisant/retraité est toujours perdant, parlons plutôt du rapport de force avec les entreprises et obligeons tout simplement à cotiser plus pour la santé et la retraite. En échange s'il le faut d'une modération fiscale réelle et sérieuse.

Car disons le tout net on ne peut pas payer des salaires moins élevés que la moyenne de l'OCDE, ne pas augmenter les salariés, individualiser la performance sur des travaux d'équipes et en même temps geler les cotisations retraites et santé. Sinon cela n'est rien d'autre qu'une forme de servage ou d'esclavage moderne.
Réponse de le 20/11/2019 à 18:47 :
Vous semblez ne pas savoir qu'aujourd'hui il existe déjà 22 taxes servant à financer à peu près 25% des retraites soit 80 Milliards d'euros. Si vous les supprimez et que vous reportez ces taxes sur les cotisations, il faudrait augmenter celles-ci d'au moins 33%. Et cela sans pour autant avoir un système à l'équilibre dans les années à venir.
Réponse de le 21/11/2019 à 22:39 :
Vous oubliez un "léger détail": si vous augmentez les cotisations retraites, vous diminuez les revenus des actifs. Revenus qui augmentent déjà très faiblement depuis 10 ans (et c'est d'ailleurs une des raisons du déficit actuel de financement des retraites). Aïe, c'est ballot. Il va falloir que vous alliez expliquer ça aux Gilets Jaunes, je suis sûr qu'ils vont être très compréhensifs. J'espère quand même que vous courrez vite ;-) .

Et lorsque vous écrivez que les cotisations retraites n'augmentent pas, c'est inexact: leur taux n'augmente pas, mais les cotisations, elles, augmentent au rythme des hausses de salaires (faibles ces 10 dernières années). Et même la non-augmentation des taux est fausse: pour les cotisations complémentaires AGIRC-ARCCO par exemple, le taux d'appel a encore augmenté cette année: on calcule vos cotisations sur 125% de votre salaire, c'est à dire sur 25% de salaire virtuel que vous n'avez jamais gagné; façon lâche d'augmenter les cotisations sans augmenter le taux facial; vous voyez où on en est, taxer des revenus fantômes, alors augmenter les taux alors que plus de la moitié du salaire complet d'un salarié au-delà de 1.6 smic passe déjà en cotisations, taxes et impôts... oubliez. Après tout, les actifs ont eux aussi le droit de profiter d'une petite partie de leur salaire.

"En échange s'il le faut d'une modération fiscale réelle et sérieuse.": tour de bonneteau classique: comme vous anticipez déjà (à juste raison à mon sens) la bronca que va provoquer votre proposition d'augmentation des cotisations retraite, vous ressortez l'argument usé jusqu'à la corde du 'à prélèvements constants bien sûr'. En d'autres termes, plus d'argent pour les retraités, mais... on baisse quoi pour compenser ? Les cotisations maladies ? => L'hôpital explose. Les cotisations famille ? => toutes les familles nombreuses et autres abonnés au guichet la CAF vont hurler pour conserver leurs allocs. Les impôts de l'Etat ? => OK, on rogne sur quoi: la justice ? L’enseignement ? L'armée ? Les armadas d'administratifs des collectivités locales ? Les emplois aidés ? L'agriculture ? Les intermittents du spectacle ? La police ? Moi je veux bien, mais vous allez mettre tous les fonctionnaires à la rue... Bref vous proposez de continuer la politique suivie depuis 20 ans: je rogne un peu ceci pour ajouter un peu de gras là, mince ça hurle trop, donc je rend un peu de gras ici, mais flûte du coup il fat que je tranche un peu par là sans trop le montrer etc etc... voie sans issue.

Vous allez me dire que je critique facilement, mais que je ne propose rien.

C'est exact. En fait, je suis à peu près convaincu que le problème n'a plus de solution. Une fois que l'on en est convaincu, il suffit juste de prendre les mesures qui s'imposent.
a écrit le 20/11/2019 à 17:48 :
La véritable solution tout le monde la connaît et le patronat ne veux pas en entendre parler.
Il suffit pour résoudre cette crise des retraites de simplement augmenter les cotisations retraites. Tout simplement ... . Il faudrait également investir massivement dans la formation des chômeurs et la création d'entreprise dans les zones rurales pour augmenter le nombre de cotisants. Si nous augmentions le nombre de cotisant de 4 millions en supprimant le même nombre de chômeurs et que nous augmentions parallèlement progressivement les cotisations le problème serait inexistant.
Pour faire bonne mesure les cotisations devraient augmenter au minimum avec l'inflation comme le font les prix et avoir un plancher incompressible (donc impossible d'être à moins de 1%).
Alors oui cela fera un peu moins de sous pour les entreprises mais au moins cela réglera le problème du papy-boom qui est rappelons le la résultante de la seconde guerre mondiale et donc un problème temporaire à l'échelle humaine et d'une nation.
Par ailleurs cela rétablira la paix sociale, permettra aux retraités de partir à un age décent et de consommer ce qui sera une forme de cashback pour le patronat.
Donc plutôt que de parler de solution ou le cotisant/retraité est toujours perdant, parlons plutôt du rapport de force avec les entreprises et obligeons tout simplement à cotiser plus pour la santé et la retraite. En échange s'il le faut d'une modération fiscale réelle et sérieuse.

Car disons le tout net on ne peut pas payer des salaires moins élevés que la moyenne de l'OCDE, ne pas augmenter les salariés, individualiser la performance sur des travaux d'équipes et en même temps geler les cotisations retraites et santé. Sinon cela n'est rien d'autre qu'une forme de servage ou d'esclavage moderne.
a écrit le 20/11/2019 à 17:44 :
Tous ces avis tranchés et opposés présagent d'un beau b....l le 5 et les jours suivants .
a écrit le 20/11/2019 à 17:25 :
j' ai commencer à travailler à 15 ans et demi , 43 années de carrières maintenant , nos jeunes commence à 25 ans si ils ont du travail!!!!!
Réponse de le 21/11/2019 à 22:50 :
L'école est obligatoire jusqu'à 16 ans depuis au moins 60 ans. Pour quelle raison l'avez-vous quittée avant l'âge légal ? D'autre part qu'est-ce qui vous permet d’insinuer que vous, vous travailliez, et pas vos camarade qui, eux, ont eu le courage de poursuivre leurs études au-delà de 16 ans ? Vous croyez qu’ils se tournaient les pouces ? Apprendre est autrement plus fatigant que porter des parpaings sur un chantier. Moi j'ai commencé à travailler à 24 ans après des études complexes, longues, sélectives et que beaucoup jugent rebutantes; entre mes 18 ans et mon 1ier job, j'ai travaillé environ 1.5 fois plus (et je pèse mes mots, entre 18 et 21 ans je travaillais en fait plus de 75 heures par semaine) que mes camarades qui sont rentrés dans la vie active après le bac. Je n'avais aucun week-end, aucune vacance, contrairement aux actifs. Pourquoi ces sacrifices ne sont-ils pas pris en compte dans l'âge de départ à la retraite ?
a écrit le 20/11/2019 à 17:19 :
le taux plein dans le privée de 50% L' indexation des plafonds dans le privée 25 meilleurs années l; perte d' inflation inférieur 50%
a écrit le 20/11/2019 à 17:14 :
nom ! la caisse de retraite des ouvriers et employé n, est pas déficitaire seul celle des cadres , il suffirait de plafoner les retraites versée à ceux qui pour s, en sortir certains perçoivent des retraites indecentes plus 7000 euros par mois
Réponse de le 20/11/2019 à 17:42 :
" la caisse de retraite des ouvriers et employé n, est pas déficitaire seul celle des cadres"

Oui, c'est pour ça que le gouvernement à regrouper en janvier 2019 les deux régimes ,les cadres vont finir par vider la caisse des ouvriers et employés.
Réponse de le 20/11/2019 à 17:55 :
Il n'y a pas de plafond à mettre. Le but n'est pas le nivellement par le bas mais l’élévation par le haut.
Quelqu'un qui a 7K€ de retraite a cotisé pour cela, il n'a rien volé et a travailler pour arriver à ce résultat donc aucune raison de lui enlever son argent. Après nous n'avons pas tous les mêmes métiers ni les rémunérations, chacun ses chance, sa vie et sa motivation à gagner plus (ou pas).
Le but est plutôt d'augmenter les cotisations pour les régimes déficitaires afin de les rendre bénéficiaires. Pas besoin de tortiller du c** il faut augmenter les cotisations.
Cela ne plaît pas au patronat mais c'est la seule solution de s'en sortir par le haut et de rétablir équité et paix sociale en échange d'un peu de bénéfice en moins. Ce n'est vraiment pas cher payé ... .
Réponse de le 20/11/2019 à 17:55 :
Il n'y a pas de plafond à mettre. Le but n'est pas le nivellement par le bas mais l’élévation par le haut.
Quelqu'un qui a 7K€ de retraite a cotisé pour cela, il n'a rien volé et a travailler pour arriver à ce résultat donc aucune raison de lui enlever son argent. Après nous n'avons pas tous les mêmes métiers ni les rémunérations, chacun ses chance, sa vie et sa motivation à gagner plus (ou pas).
Le but est plutôt d'augmenter les cotisations pour les régimes déficitaires afin de les rendre bénéficiaires. Pas besoin de tortiller du c** il faut augmenter les cotisations.
Cela ne plaît pas au patronat mais c'est la seule solution de s'en sortir par le haut et de rétablir équité et paix sociale en échange d'un peu de bénéfice en moins. Ce n'est vraiment pas cher payé ... .
Réponse de le 20/11/2019 à 17:56 :
@Lulu ,

Je suis d’accord avec vous , même un artisan qui travaille 70 h par semaine n’arrive pas à dégager une marge de 7000 euros par mois ...

Le problème ce sont les grosses boites qui payent de trop , un directeur RH ou financier de Danone ( par exemple)touché par exemple 14000 euros par mois + voiture de service, faut arrêter !!

Revenir à la «  valeur du travail et à la valeur de l’argent « 

Un cadre maximum c’est 5000 euros par de salaire pas plus .

Et 3000 de retraite pas plus , faut revenir à «  une normale de valeur par rapport à l’ensemble «  et la vous verrez que la précarité =o et l’économie va démarrer au quart de tour ....

Si la solution n’est pas trouvé , il ne faut pas laisser les cadres toucher le fonds de caisses des salariés et des employés...

Quel toupet ! En plus le Médef veut la retraite à 64 ! Aucune honte ou gêne par rapport à l’effort des actifs !
Honteux !
Réponse de le 20/11/2019 à 18:56 :
Il semblerait qu'il y a encore des naïfs qui considèrent les retraites comme une rente privée et qui pensent avoir mis de l'argent de côté alors que le système fonctionne en flux tendu. On ne cotise pas pour notre retraite, mais pour ceux qui y sont !!! Les retraites supérieures au SMIC ne devraient pas exister.
Réponse de le 21/11/2019 à 6:08 :
Je ne suis pas d accord avec votre point de vue . Ce n est pas indécent de gagner 7000€ par mois. Ce qui est indécent c est d en gagner beaucoup moins. Et que nous ayons tant de différences de salaires entre les bas niveaux de qualif et les hauts niveaux à mon sens.
Réponse de le 21/11/2019 à 6:08 :
Je ne suis pas d accord avec votre point de vue . Ce n est pas indécent de gagner 7000€ par mois. Ce qui est indécent c est d en gagner beaucoup moins. Et que nous ayons tant de différences de salaires entre les bas niveaux de qualif et les hauts niveaux à mon sens.
Réponse de le 21/11/2019 à 12:37 :
Ben la simple justice serait de supprimer le plafond de la sécurité sociale et il y aurait le budjet qui convient, et si les cadres se mettaient en grève, vu leur peu d'utilité, on s'en rendrait même compte, et leur patron aurait à coeurde payer la différence.
Réponse de le 21/11/2019 à 19:12 :
@lulu.
Ce n'est pas une mauvaise idée. Le système pourrait garantir une retraite jusqu'à 3000E par mois. Au delà, l'employé pourrait souscrire à des fonds de pension privés à son choix. Mais sa cotisation devrait être plafonnée en conséquence au dela de cet équivalent de 3000E/mois. Tout ceci seulement si votre affirmation est vraie, à savoir que c'est la retraite des cadres qui est en déficit.
a écrit le 20/11/2019 à 16:33 :
le Medef fait un peu sourire..... encore faut il pouvoir travailler jusqu'à 64 ans.....dignement......
a écrit le 20/11/2019 à 15:35 :
Le taux de chômage de longue durée des séniors (+ de 55 ans) a explosé.!!!

Alors ce Monsieur du medef devrait plutôt instaurer dès aujourd'hui "un travail pour les plus de 55 ans".!!
Facile , faisons des déclarations comme ce "monsieur"

Injonction contre injonction
a écrit le 20/11/2019 à 15:01 :
J' ai travaillé avant mes 18 ans ( 17,5) et terminé à 60 ans soit 42 ans de cotisations ce qui équivaut aux nombres de trimestres . Les jeunes aujourd'hui démarrent à 22/24 ans , on le voit le compte n'y est pas , ou on démarre plutôt soit 64 ans est un minimum...
Réponse de le 20/11/2019 à 18:53 :
sauf que votre espérance de vie est supérieure à celles des jeunes d'aujourd'hui qui vont subir la destruction planétaire en cours initiée par votre votre génération.
Réponse de le 20/11/2019 à 21:07 :
Mon espérance de vie supérieure...J' ai travaillé 10 ans dans l' amiante , ensuite dans l' industrie pétrolière , j' ai côtoyé le benzène et le naphta , à l'époque les semaines étaient 45 h chose que les jeunes aujourd'hui
auraient du mal à accepter ! Quant à la destruction planétaire , je suppose que tu y contribues fortement ...
a écrit le 20/11/2019 à 15:01 :
J' ai travaillé avant mes 18 ans ( 17,5) et terminé à 60 ans soit 42 ans de cotisations ce qui équivaut aux nombres de trimestres . Les jeunes aujourd'hui démarrent à 22/24 ans , on le voit le compte n'y est pas , ou on démarre plutôt soit 64 ans est un minimum...
a écrit le 20/11/2019 à 14:47 :
Le MEDEF n'a pas à exigé, il est un des partenaires des discussions, tout comme les autres syndicats. Il est souhaitable que tout ce beau monde trouve un point d'entente.
a écrit le 20/11/2019 à 14:43 :
"... le climat social en entreprise n'a jamais été aussi favorable" ?!! Ah ben oui, visiblement on vit pas dans le même monde (ça se voit qu'il fait parti du monde du repreneur qui a conduit Whirpool dans le mur) !
a écrit le 20/11/2019 à 14:01 :
C'est toujours la même chose , toujours Les mêmes qui trinque. Vous feriez mieux de regarder de l'autre côté, ex. Ceux qui continue à avoir le même salaire à la retraite sans aucune baisse et avec les mêmes avantages. Car moi et bien d'autres nous nous sommes fatiguée toutes notre vie et pour avoir nous que à peine la moitié de notre salaire.
Réponse de le 20/11/2019 à 18:46 :
Tout le monde n'est pas usé et fatigué à la retraite. Me belle mère, future retraitée de l'éducation nationale a moins de 60 ans. Son projet pour la retraite ? Partir travailler à l'étranger pour avoir un double salaire et se constituer un gros capital. Comme quoi elle n'est pas trop fatiguée.
a écrit le 20/11/2019 à 14:01 :
C'est toujours la même chose , toujours Les mêmes qui trinque. Vous feriez mieux de regarder de l'autre côté, ex. Ceux qui continue à avoir le même salaire à la retraite sans aucune baisse et avec les mêmes avantages. Car moi et bien d'autres nous nous sommes fatiguée toutes notre vie et pour avoir nous que à peine la moitié de notre salaire.
a écrit le 20/11/2019 à 13:41 :
Enfin en ce jour 20/11/2019 un journaliste très connu déclare à madame la Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales Jacqueline Gourault: "" Dans la réforme des retraites, il faudra bien que vous preniez en compte le régime des Policiers"" et je dirai moi en plus celui des Gendarmes. Pourquoi, ne pas rendre publique ces deux régimes de retraites.
Réponse de le 20/11/2019 à 18:49 :
Tout à fait vrai. Régime spécial des gendarmes, la retraite à 50 ans pour certains. Mon cousin est plongeur dans la gendarmerie et touchera une retraite à taux plein avant ses 50 ans. Comme s'il n'y avait pas moyen de se réorienter dans la gendarmerie vers d'autres missions après 50 ans.
a écrit le 20/11/2019 à 11:51 :
donneurs de leçons et parachutes dorés ! il faut niveler en commençant par le haut *. le dèclin est en marche dans l hexagone
a écrit le 20/11/2019 à 11:44 :
Le MEDEF est partisan du coup de force permanent, avec en ligne de mire la destruction du contrat social qui garantit pourtant la cohésion nationale, car il sait qu'il a l'oreille des gouvernements depuis des décennies. Le MEDEF pratique la diversion avec le sujet des retraites alors que l'on pourrait parler du crédit impôt recherche, de l'ex CICE ou de l'arsenal des cadeaux fiscaux représenté par les dégrèvements divers et variés dont bénéficient les entreprises et qui coûtent un pognon de dingue aux contribuables. Les grandes entreprises en particulier se gavent d'aides publiques directes ou indirectes, et des effets d'aubaine fiscale concomitantes, avec les résultats déplorables que l'on connait...
a écrit le 20/11/2019 à 11:21 :
D'accord pour un age pivot a 64 ans,mais a une condition:que TOUS les retraités bénéficient d'un parachute doré!
a écrit le 20/11/2019 à 10:56 :
Le MEDEF tire sur une corde effilochée. Il n'a de cesse dans un monde où il y a tellement d'argent ( qu'il ne vaut plus rien, cf les taux 0) d'en vouloir encore plus en esclavagisant, en pauperisant un peu plus à chaque occasion la masse de ceux qui n'ont déjà pas grand chose. La corde cassera...un jour.
Réponse de le 20/11/2019 à 11:05 :
Perso, je crois que les français, en ne tenant pas leurs engagements (critères de Maastricht) sur leurs finances publiques, vont finir par achever le lien franco-allemand, et vont couler l'Europe. Et tout cela n'ira pas dans le sens d'une convergence des politiques économiques et fiscales. Oui, la corde va finir pas casser..
a écrit le 20/11/2019 à 10:53 :
Le MEDEF tire sur une corde effilochée. Il n'a de cesse dans un monde où il y a tellement d'argent ( qu'il ne vaut plus rien, cf les taux 0) d'en vouloir encore plus en esclavagisant, en pauperisant un peu plus à chaque occasion la masse de ceux qui n'ont déjà pas grand chose. La corde cassera...un jour.
a écrit le 20/11/2019 à 8:52 :
"Pour éviter un trou financier d'au moins 10 milliards d'euros d'ici à 2025"

EN quoi le MEDEF est il concerné par la dette publique svp ? IL n'a qu'à s'adresser à ses "capitaines d'industrie" qui s'évadent fiscalement hein, ce serait bien plus logique.
Réponse de le 20/11/2019 à 9:43 :
je suis bien d'accord avec vous ! Ce sont plus de 40 milliards PAR AN (sans doute plus) qui fuient le paiement à l'Etat ! Quand on voit Macron privatiser tout ce qui rapporter de l'argent au détriment du pays (bientôt EDF), dans la foulée diminuer les allocations chômage et les retraites ET diminuer les cotisations patronales ! On se dit que le MEDEF dirige la France et enfonce le pays dans la ruine. Ce sont ces gens qui ont détruit l'industrie française depuis 40 ans, créant le chômage de masse qui n'existait pas avant, qui laissent nos entreprises stratégiques se faire accaparer par des puissances étrangères (des télécoms avec Alcatel au nucléaire et turbines avec Alstom). En Allemagne les patrons jouent à fond leur pays. Le MEDEF trahit la France chaque jour. Incroyable. Un souvenir de Vichy ?
Réponse de le 20/11/2019 à 18:35 :
Au sens de la Loi, le MEDEF est un syndicat. Donc à ce titre, et tout comme les autre syndicats, il donne son avis sur un sujet qui concerne ses membres.
Réponse de le 21/11/2019 à 9:19 :
@ labeste: "On se dit que le MEDEF dirige la France"

Non le MEDEF ne dirige pas la France, c'est un outil supplémentaire oligarchique de plus et c'est tout, un parmi des milliers d'autres

@ multipseudos: "Au sens de la Loi, le MEDEF est un syndicat. Donc à ce titre, et tout comme les autre syndicats, il donne son avis sur un sujet qui concerne ses membres. "

Oui mais on lui demande bien plus son avis qu'aux autres syndicats et vous le savez parfaitement. C'est comme on demande bien plus souvent son avis aux syndicats de police qu'aux victimes de la police et-c...
Réponse de le 21/11/2019 à 19:16 :
Je ne sais pas qui donne le plus souvent son avis entre la CGT et le MEDEF. À mon avis, ils nous enquiquinent autant l'un que l'autre. Et tout comme le MEDEF, je ne suis pas sur que la CGT oeuvre vraiment pour l'ensemble des français comme elle souhaite nous le faire croire.
a écrit le 20/11/2019 à 8:36 :
Ma tante a pris sa retraite à 92 ans et a donc tenu son commerce jusqu'à cet age, elle payait donc encore des cotisations retraite à 92 ans....
Réponse de le 20/11/2019 à 11:11 :
Ma mère a pris sa retraite à 62, il y a 26 ans, et a commencé à travailler (sans discontinuer) à bac+5, donc à 23. Cela fait tout de même 49 ans pendant lesquels pour son éducation et sa retraite, elle a été "en charge" des actifs, soit 50% de ses années de vie.
Réponse de le 20/11/2019 à 14:38 :
La retraite des artisans, des commerçants et des industriels est gérée par la Sécurité sociale des indépendants (SSI) depuis le 1er janvier 2018. L'âge légal pour percevoir sa retraite de base est à 62 ans.
a écrit le 20/11/2019 à 8:23 :
Arrco a la signature patronat et syndicats ils vantés la revalorisation des retraites arrco de 1% revalorisation une marché de 0.2 des mensonges de l arnaque pour signer 6 € de plus des miettes
a écrit le 20/11/2019 à 8:12 :
D'accord mais que l'exemple vient d'en haut avec les politiques et hauts fonctionnaires, ensuite de limiter la retraite de répartition à 4000 euros par foyer fiscal, enfin de mettre autant d'énergie à lutter farouchement contre la corruption l'évasion fiscale et le dumping fiscal et social qui mine notre société.
a écrit le 20/11/2019 à 8:07 :
Le bezieux souhaite mettre un age de depart a 64 ans. Diantre, qui peut aujourd'hui croire avoir une esperance de travail jusqu'a cette echeance ?
Le systeme actuel analogue a celui de Ponzi est voue a disparaitre, c'est une evidence.
Seule la capitalisation volontaire tiens la route, libre a chacun de se faire un bas de laine.
Réponse de le 20/11/2019 à 8:51 :
Savez vous que les ingénieurs et cadres qui ont fait 5 ou plus d'années d'études partent déjà aujourd'hui à 65 ans et même à 66 ans?
Réponse de le 20/11/2019 à 16:31 :
demandez aux allemands en ce moment ce qu il pense de la capitalisation?.....
Réponse de le 20/11/2019 à 18:21 :
Savez vous que les ingénieurs et cadres qui ont fait 5 ou plus d'années d'études partent déjà aujourd'hui à 65 ans et même à 66 ans?
Réponse de le 20/11/2019 à 21:27 :
Alors la pas du tout sur que la capitalisation soit la meilleure. Avec les taux bas les assurances n'auront plus les moyens de payer les retraites, pour les contrats en euros. Ce sera faillite sur faillite de la part des assureurs. Alors on nous dit de souscrire des contrats en unités de compte, donc basée sur des actions, mais si les assureurs font faillite pour rembourser les contrats en euros, comment vont t'ils faire pour rembourser les contrats en unités de compte, sachant que la bourse aura aussi dévissée suite aux faillites précédentes???????
a écrit le 20/11/2019 à 7:09 :
Il faudra bien un jour reconnaître que la retraite à 60 ans aura été un accident industriel majeur pour la France... On ne peut pas vivre plus vieux et vouloir cotiser moins et moins longtemps. D'ailleurs, on ne se rend même plus compte de la chance que l'on a d'avoir un véritable système de retraite, comme si cela allait de soi alors que c'est finalement une institution très récente, et fragile...
Réponse de le 20/11/2019 à 12:49 :
non, car en 1983 elle avait été faite justement car les petits gens ne parvenaient pas a arriver jusqu’à la retraite sans mourir avant....

C'est pourquoi elle avait été faite. Et le discours du monsieur consiste sans le dire a faire de façon a sécuriser la retraite des cadres qui vivent 15 ans de plus.

Car imaginer la situation sociale en France a présent, comme je suis concerné aussi, disons qu'a partir du principe ou le but de la retraite et des cotisation n'étant pas fait pour garantir et sécuriser ceux qui touchent déjà pas mal, mais pour chacun de d'y parvenir c'est un minimum.

Et comme l'espérance de vie va baisser, car le pays n'a plus de capacité économique a part le financement des entreprises, disons que je ne vois pas pourquoi je paie des impôts pour financer des entreprises et une retraite que je n'aurai pas l'occasion d'avoir.

( a 50 ans on ne peut que moins leurrer ceux qui comprennent qu'il y a une carotte a prendre).

Le système politique et économique étant incapable de garantir l'emploi, un chômage de longue durée qui a des répercutions sur la santé physique et mentale des personnes, je dois mon chômage a la structuration ethnique du marché du travail, donc il faut pas demander ensuite a ceux qui serons les premières victimes en plus d'avoir consentement ou empathie, faut pas délirer !

Et je vous passe donc les plus de 50 ans .......
Réponse de le 20/11/2019 à 18:41 :
Votre propos est assez difficile à comprendre. Ce qu'on y retrouve, c'est du moi-je-mes droits-moi-je-mes droits. Mais jamais une seule ligne sur le fait de savoir comment le système peut être équilibré. Or c'est là le propos de base de Britannicus, les français doivent comprendre que le système de retraite est un privilège, qu'il convient de préserver en assurant sa solidité. Et pour qu'il soit solide, il faut qu'il soit à l'équilibre. Le reste n'est que de la diatribe politique ne faisant pas avancer le débat.
Réponse de le 21/11/2019 à 8:00 :
@Gonzague : mais non ils ne mourraient pas en 1983 ! On n'était plus depuis longtemps à l'époque de Zola ! Il faut arrêter d'intoxiquer les gens avec ce romantisme déplacé. Les statistiques montraient déjà à l'époque que l'on vivait toujours plus vieux : il n'y a pas eu d'effet de sursaut de la durée de la vie liée à la retraite à 60 ans. Et c'est la situation qui existe aujourd'hui qu'il faut prendre en compte de toute façon : pas une légende ou le souvenir d'un passé révolu...
a écrit le 20/11/2019 à 7:08 :
Evidemment le niveau des retraites
Il s'en moque :
pas concerné ou au millimètre, la retraite n'est qu'un pourboire à son niveau.
a écrit le 19/11/2019 à 21:32 :
Commencon par les primes de tous ces dirigeants et autres chefs d'entrprises....
a écrit le 19/11/2019 à 21:28 :
Qu il commence à s occuper de l optimisation fiscale des multinationales et après il aura un peu de légitimité e pour parler du reste...
a écrit le 19/11/2019 à 20:24 :
Regardez le avec son nom à rallonge et ses yeux clairs de bon Aryen ! Mais évidemment que ce gars il veut vous faire trimer jusqu'à la mort comme c'est déjà le cas en Allemagne ! Ça va lui permettre de mettre un peu plus de foie gras dans ses petits fours...vous, vous trimerez de 16 à 66 ans et lui pourra dès lors jouir de ses plus values au soleil à Monaco.
a écrit le 19/11/2019 à 19:12 :
C est partie pour un tour très rapidement à penné 1%? 6 € part mois c eSt déjà le déficit arrco Agirc a qui rapporte de l argent les retraités arrco après 2022 le gelé total des retraités si Macron passe arrco et carsat la fins des retraites
a écrit le 19/11/2019 à 18:54 :
La fausse bonne idée dans un pays qui cherche des apprentis pour des postes concrets dans l'artisanat et l'industrie non issu des études stériles de sciences humaines.Pour ceux qui commence à 16 ans dans l'apprentissage , il leur faudra 50 ans de travail. Une aberration pour favoriser ceux qui pantouflent dans les études universitaires. La seule retraite équitable, c'est de laisser partir en retraite à taux plein, quel que soit l'age, ceux qui ont 40 ans de cotisation.
De plus qui est encore dans l'emploi à 65 ans dans le privé , moins de 50% des des travailleurs !!!!!
Réponse de le 19/11/2019 à 21:44 :
Il faut rallonger la durée de cotisation requise (mettons 42 ans) avec un âge minimum de départ relevé d'un an soit 63 ans.
Réponse de le 20/11/2019 à 10:30 :
les sciences humaines m'ont permet de développer de technologies que tu utilises dans ta poche, car développer le monde ne se fait pas simplement avec des sciences techniques.

La culture est a mon avis ce qui manque a ceux qui prétendent faire de l'économie, mais incapable d'avoir une vision d'ensemble et du monde.

L'élite est ainsi aujourd'hui et depuis un certain temps, lorsque l'on voit le résultat......

Et plus loin, les anglais font moitié moitié entre sciences humaines et sciences techniques, c'est le cas des nordiques, car chez eux il n'y a pas de roi, ni de nabab impotent et donc les résultats sont la, ici vous avez des clones, sans culture autre que celle de la princesse de clèves et un savoir technique théorique, comme j'ai pu le voir dans les seuls groupes qui ont pu généraliser une technologie, mais par manque de culture incapable de voir ce que cela produirait....

Alors attention, car c'est mono culturalité produit rien, uniquement de la délocalisation.... car pas de vision, nous le constatons plus, et pourtant le monde économique est géré depuis une quinzaine d'années par des matheux......

Attention, mais je peux trouver accord sur le fait que ceux qui ont plus de 40 ans de présence sur le marché, peuvent avoir la retraite.
a écrit le 19/11/2019 à 18:50 :
Tout cela semble évident. Et 64 ans n'est pas méchant (65 en Belgique), deux années d'annuités en plus au surplus.. Et l'état employeur s'est fait déborder, son personnel est loin de tout reproche, y compris à l'hôpital. Il n'est pas malsain de se poser les questions d'efficacité et de meilleur service à coûts plus réduits. Servir le public impose des comportements et des éthiques que trop de fonctionnaires ont perdu (ne mettons pas tous dans le même sac)..
a écrit le 19/11/2019 à 18:30 :
Bonjour

Le déficit de 10 milliards n’est pas prévisible .

Avancer l’âge de la retraite comme l’Allemagne ?
Mais les Allemands payent moins de taxes et de cotisations.

Avec la réforme des lois sociales sous l’UMP
comment un salarié qui n’arrive plus à travailler et qui n’arrive pas à atteindre l’âge de 64 ans
Comment doit il faire ? Car je vous rappelle que beaucoup de verrous ont été mis en place en amont à ce niveau ...

Ensuite , la plus mauvaise protection ( par rapport au privé ) est celui des fonctionnaires : ça c’est une réalité ,
avec les nouvelles réformes : ils vont tout prendre dans la tronche : juste parce qu’ils sont « fonctionnaires »...

Actuellement le régime le plus avantageux c’est le régime privé et non le régime fonctionnaire.

Cordialement,
Réponse de le 19/11/2019 à 19:12 :
Ce commentaire ne peut venir que d'un fonctionnaire.
Réponse de le 20/11/2019 à 7:16 :
@Marc,

Bonjour,

Non je ne suis pas fonctionnaire, j’ai passé ma majorité de ma vie à travailler dans le secteur de l’Artisanat et gestion d’entreprise .
Je relate juste des «  faits réels «  sur le terrain et c’est vrai qu’avec ces nouvelles mesures 6,5 millions de fonctionnaires vont voir des changements concernant leurs droits au niveau des réversions et retraites ( ce
Sont justes des faits , sans plus )

Dire qu’il existe des jeunes qui lâchent un CDI dans des grosses boites pour un job de fonctionnaire juste pour gagner 1h de route par jour ...

Cordialement,
Réponse de le 20/11/2019 à 8:11 :
Y'a du vrai dans votre suggestion, mais la vraie raison, c'est que le budget des fonctionnaires n'a jamais ete budgetise et avec la dette et un eventuel choc d'ampleur, ca fera tres mal et bcp n'auront plus que les yeux pour pleurer. Merci micron.
Réponse de le 21/11/2019 à 19:21 :
''Actuellement le régime le plus avantageux c’est le régime privé et non le régime fonctionnaire.'' Si c'était le cas, j'imagine que les fonctionnaires demanderaient à rejoindre le régime public plutôt que de défendre le leur en menaçant de grève générale avant même de savoir le détail du projet de réforme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :