Retraites : Scandaleux, inacceptable... les syndicats déplorent le recours au 49-3

 |   |  739  mots
Pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, l'attitude du gouvernement est profondément scandaleuse, et donc il y aura une réaction à la hauteur.
Pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, "l'attitude du gouvernement est profondément scandaleuse, et donc il y aura une réaction à la hauteur". (Crédits : Reuters)
CFDT, CGT, FO... Qu'ils soient plutôt favorables ou hostiles à la réforme des retraites, les syndicats ont déploré le recours du Premier ministre à l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter le texte de la réforme des retraites sans vote. L'intersyndicale prévoit de réagir rapidement à ce coup de force.

"Occasion de perdue" pour la CFDT, "profondément scandaleux" selon la CGT, "inacceptable" aux yeux de FO: qu'ils soient plutôt favorables ou hostiles à la réforme des retraites, les syndicats ont déploré samedi le recours à l'article 49-3 de la Constitution. Le Premier ministre Edouard Philippe a engagé samedi la responsabilité du gouvernement pour faire adopter le texte sans vote, après avoir obtenu le feu vert du Conseil des ministres à la mi-journée.

"On déplore que le débat de fond soit encore escamoté, c'est une occasion de perdue", a regretté auprès de l'AFP le négociateur retraites de la CFDT, Frédéric Sève.

"Le Premier ministre s'est engagé à présenter un texte différent qui intègre des améliorations mais sans prendre en compte à ce stade notre demande prioritaire: la pénibilité qui touche les travailleurs soumis aux manutentions de charges lourdes, aux postures pénibles, aux vibrations mécaniques et aux risques chimiques ne donnera toujours pas droit à réparation et à un départ anticipé", a regretté la première centrale syndicale française plus tard dans un communiqué.

"Une réaction à la hauteur"

Pour son secrétaire général Laurent Berger, "le gouvernement vient de faire le choix du 49-3, mais pas encore celui de la justice sociale". "Inquiet sur le contenu du texte", il demande, dans une interview au Parisien, d'améliorer le projet de loi sur plusieurs points: outre la pénibilité, il cite la sécurisation des transitions d'un régime à l'autre, la pension minimale à 85% du Smic dès 2022, une majoration par enfant forfaitisée...

Pour son homologue de la CGT, Philippe Martinez, "l'attitude du gouvernement est profondément scandaleuse, et donc il y aura une réaction à la hauteur". Le dirigeant cégétiste a indiqué à l'AFP que l'intersyndicale (CGT, FO, Solidaires, FSU et organisations de jeunesse) opposée au système universel de retraite à points se réunirait lundi matin pour discuter d'une nouvelle mobilisation "dès la semaine prochaine". C'est-à-dire "à l'occasion du débat sur le 49-3 et l'éventuelle motion de censure", a-t-il précisé.

Méthode critiquée en pleine crise sanitaire

Fatigués après deux mois et demi de conflit et dix journées interprofessionnelles entre le 5 décembre et le 20 février, l'intersyndicale avait prévu une 11e date de mobilisation éloignée, le 31 mars. Le recours au 49-3 a changé la donne. "C'est pas nous qui avons modifié le calendrier, c'est le gouvernement", a relevé samedi Philippe Martinez. "Quand on n'arrive pas à convaincre, on peut contraindre, c'est typiquement ce que fait le gouvernement", a-t-il accusé.

Le responsable cégétiste a critiqué la méthode de l'exécutif, "qui a fait un Conseil des ministres extraordinaire ce (samedi) matin pour parler du problème sanitaire qui frappe notre pays et la planète (le coronavirus, NDLR), puis en est ressorti avec un 49-3. C'est pour le moins étrange".

"La situation de crise relative à l'épidémie de coronavirus" exigeait pour le numéro un de FO, Yves Veyrier, "la plus grande solidarité nationale et par voie de conséquence l'apaisement, a fortiori sur un sujet aussi controversé, où le gouvernement est de plus en plus isolé". L'attitude de l'exécutif "est incompréhensible et inacceptable", a-t-il tweeté.

"Le combat continue en deuxième lecture"

"Voici venir le temps de la violence institutionnelle avec le 49-3", a cinglé le président de la CFE-CGC, François Hommeril, sur le même réseau social. Sur Twitter également, la CFTC a regretté "d'en arriver au 49-3" après deux ans de concertation. Mais pour son président Cyril Chabanier, "le combat continue devant le Sénat et l'Assemblée nationale en 2e lecture" pour "une vraie reconnaissance de la pénibilité" et "des carrières longues".

Selon Solidaires, "la réponse du gouvernement est donc, après le mépris du dialogue social, celle d'un passage en force", d'"un véritable déni de démocratie". Dans un communiqué, l'union syndicale a indiqué avoir "pris contact avec les autres membres de l'intersyndicale pour réagir ensemble rapidement à ce coup de force".

"La réponse commence dès à présent: mobilisés dès ce soir à Concorde et partout en France", a tweeté la FSU, en relayant la photo d'un rassemblement de quelques centaines de personnes, près de l'Assemblée nationale, pour dire "non au 49-3".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2020 à 16:40 :
Le négociateur retraites de la CFDT, Frédéric Sève, déplore que le débat de fond soit encore escamoté, c'est une occasion de perdue ... Mais pourquoi n'a t'il pas l’honnêteté intellectuelle de pointer la responsabilité de LFI et consorts qui ont sciemment joué l'obstruction à coup de milliers d’amendements pour justement empêcher tout débat démocratique ?
a écrit le 03/03/2020 à 0:29 :
Un 49/3 avec une majorité absolue et soudée, c'est juste refuser d'écouter les arguments de ceux qui sont contre mais qui ne pèsent rien.

En attendant le projet est de l'avis unanime mal construit et incohérent. Une relecture attentive avec un débat aurait peut-être permis de démasquer des erreurs, comme cela a été le cas.

On avait déjà balayé 15000 amendements, mais fait de vraies avancée en 8 articles.

On, a franchi un cap inédit dans le mépris de la démocratie.

La prochaine fois je m'abstiens au second tour!
a écrit le 02/03/2020 à 16:35 :
On disait des émigrés pendant la Révolution qu’ils avaient dû beaucoup voyager mais n’avaient toujours rien appris ni compris ! J’ai bien peur que ceci ne soit vrai aussi pour certains citoyens blasés qui pensent que la solution aux débats politiques c’est de n’en pas faire. C’est à dire d’en confier le soin à une autorité politique, dictatoriale ou divine qui nous dirait ce que nous devons faire.
Notre histoire est pleine de ces autorités providentielles. Mais je crois qu’il vaut mieux suivre l’avis de Sir Winston Churchill qui disait qu’il n’y avait que 2 façons de gouverner les hommes, couper les têtes ou les compter. J’ai une petite préférence pour la deuxième méthode. Même si cela en blase certains qui ont toujours la possibilité de rester chez eux, loin des forums laisser les autres moins blasés décider pour eux !
a écrit le 02/03/2020 à 16:09 :
Paradoxe : on annule le semi marathon de Paris par mesure de sécurité sanitaire et on laisse des syndicats irresponsables manifester ! Comprenne qui pourra !
a écrit le 02/03/2020 à 13:25 :
40 000 amendements avec des changements de virgule. La CGT et le PCF nous prennent-ils pour des cruches ?
Les français ont bien compris la manœuvre vielle comme le monde : Bloquer le débat démocratique a l'AN pour ensuite pleurer du manque de débat.
De la vieille politique.
Le gouvernement a raison de stopper ce cirque inutile qui nous coute 150 000 € par jour.
Le plus pathetique est Melanchon qui nous joue l'affront démocratique mais qui a voté 28 FOIS les 49.3 de Rocard.
Réponse de le 02/03/2020 à 16:11 :
Un patriote neuf c'est un collaborateur "vieux" me semble t il! Merci de nous avoir mis sur la piste pour faire une inversion de texte sur vos commentaires!
a écrit le 02/03/2020 à 11:02 :
Si l'on vous demandait de sauter du neuvième étage, et que vous seriez contraire a cette idée, voudriez vous arrêter "de négocier"... pour permettre que l'on vous pousse dans le dos?
a écrit le 02/03/2020 à 10:59 :
Si on vous demandait de sauter du neuvième étage, et que vous ne seriez contraire a cette idée, voudriez vous arrêter "de négocier"... pour permettre que l'on vous pousse dans le dos?
a écrit le 02/03/2020 à 10:43 :
ils ont raison de menacer du 49.3 cela fait plus de 2 ans qu'ils font des reunion et que rien n'abouti la c'est flagrant que la petite "opposition" joue la montre et veux perturber le debat devant la non evolution RAZ LE BOL devant un tel mure il faut taper du poing sur la table et avancer
a écrit le 02/03/2020 à 9:52 :
TRès bien, il est temps de passer aux autres réformes pour continuer a faire baisser le chômage encore et encore !
a écrit le 01/03/2020 à 23:16 :
Je pense que ce n'est même pas la peine de manifester contre notre pauvre état français et sur ce pantin de macron puisqu'ils prennent leurs ordres de Bruxelles .
on aura plus de résultat à mettre la pression sur Bruxelles, ces bureaucrates et les lobby qui sont les réel donneur d'ordre de cette destruction massive de notre pays et de l’Europe .
a écrit le 01/03/2020 à 22:08 :
Avec l'arrivé du coronavirus la moindre des choses aurait été de décaller l'agenda parlementaire, histoire qu'ils puissent s'associer au gouvernement pour lutter contre le virus. Voir même d'en profiter pour prendre le temps d'étudier les amendements, on est dans une démocratie après tout.

Au lieu de ça, ils profitent de l'épidémie pour faire passer en force la réforme...

C'est intéressant de voir que l'interdiction des réunions de plus de 5000 personne ai été mis en place dans le même temps.
Les manifs c'est interdit désormais! et ce jusqu'a nouvel ordre.

Même François Hollande n'aurait pas osé alors que le 49.3 c'est lui qui l'a appris à M.Macron.

On entend souvent que les macronistes sont des amateurs, personnellement je trouve plutôt que ce sont des incultes, hormis dans leurs domaine. En tout cas, au niveau démocratie, ils sont pitoyable!

Et le virus, il faut 15 jours pour le détecter, on appel pas les urgence en période d'épidémie si tout va bien et il faut rappeler que le virus est LE PLUS VIRULENT quand on à la toux. Ce qui ne veut pas dire que vous n'êtes pas contagieux quand vous le choppez...

Tant qu'on y est, pourquoi ne pas faire comme Hollande, on fait passer toutes les réformes au 49.3 et on part en vacances jusqu'en 2022?
a écrit le 01/03/2020 à 19:44 :
Dieu se rit des hommes qui se plaignent des effets dont ils chérissent les causes ..

Je m' explique. Un, l' UE commande la réforme des retraites à Macron via les GOPE, deux, les syndicats à l' exception notoire de SUD sont financés par la CES -Confédération Européenne des Syndicats- pour cautionner, in fine, la politique de Bruxelles. La boucle est ainsi bouclée...
Réponse de le 01/03/2020 à 22:13 :
Vous n'êtes tout de même pas en train de suggérer que le clergé avec les barbarin et autre de venir s'occuper de nos affaires?

Nous en bas, la religion on en entend parler qu'à la télé et chez nos amis agriculteurs, ça suffit!
a écrit le 01/03/2020 à 18:06 :
Et déposer des dizaines de milliers d'amendement pour faire tourner la mécanique démocratique dans le vide aux frais du contribuable et en se marrant de surcroît, ce n'est pas scandaleux peut-être. On devrait dissoudre LFI par la même occasion, histoire qe la République revienne enfin aux Citoyens et non à son leader, lequel n'a de leader que le titre.
a écrit le 01/03/2020 à 16:16 :
Ce projet est mauvais,

Mais impossible de construire autre chose,
qu'une collectivité communiste-marxiste-léniniste
avec PCF-Insoumis-CGT-S.U.D
C'est toujours non à Tout, étant donné leur raison d'exister.

Le pouvoir confié à eux, par les urnes, c'est un aller SANS retour.
Réponse de le 01/03/2020 à 19:51 :
Attention, les Rouges reviennent....
Plus sérieusement, vous avez l'impression qu'il y a eu débat ou simulacre de débat? Vous craignez les Rouges, moi je crains les fachistes, chacun ses névroses.Pour les Rouges, je ne suis pas sûr, mais pour fachos nous y sommes en plein.
a écrit le 01/03/2020 à 15:17 :
La France insoumise a bien fait son travail en bloquant les débats à l’Assemblée Nationale et en favorisant le 49-3. Les syndicats en premier desquels la CGT peuvent tenter de relancer le mouvement de contestation qui était en sommeil.
a écrit le 01/03/2020 à 14:59 :
La représentation nationale d'opposition et syndicale n'ont pas brillé par une intelligence constructive.
Réponse de le 01/03/2020 à 18:17 :
C'est vrai! Surtout que la "majorité" s'y oppose!
a écrit le 01/03/2020 à 14:23 :
j"invite les paysans a se réveiller car quel est le paysan qui touche le smig pendant 42 ans pour toucher les 1000 euros de retraite.....j 'espère que le sénat va bloquer cette retraite qui est une escroquerie pour faire travailler plus longtemps et toucher moins edouard philippe doit prendre une raclée aux municipales
a écrit le 01/03/2020 à 11:15 :
Ce que la CFDT dit peut se traduire par.... "c'est la fin des négociations puisque le gouvernement légifère sans attendre qu'on ait trouvé un accord".

Bergé commencerait t'il à s'apercevoir qu'il a été l'idiot utile du macronisme?
Réponse de le 01/03/2020 à 17:21 :
Quand on pense que Berger s'est retrouvé dans les réunions en face du remplaçant de Delevoye, Laurent Pietraszewski ,le fameux DRH d'Auchan qui a viré une femme déléguée CFDT pour 0,80 centimes d'euros ,fallait pas qu'il s'attende à des miracles.
a écrit le 01/03/2020 à 11:01 :
LFI a tout fait pour paralyser le débat à l'assemblée et provoquer l'utilisation du 49.3 Dont acte.
Quand à la CGT, aucune proposition constructive, opposition stérile marquée par des destructions de biens public.
Pour que la démocratie puisse s'exercer il faut du dialogue , pour avoir du dialogue il faut des parties responsables.
Ce n'est pas le cas en France, malheureusement
Réponse de le 01/03/2020 à 18:22 :
Il faut surtout s'entendre sur le débat que l'on veut engager sinon on ne risque pas de dialoguer!
a écrit le 01/03/2020 à 10:21 :
Je propose de remplacer, dans le titre ,le terme "inacceptable" par celui d'idnamissible .Et d'ériger une statue à Pôl Pot .Ce grand démocrate.
a écrit le 01/03/2020 à 10:09 :
Ouf ils vont pouvoir se rendormir... C'est qu'il leur tardait hein !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :