Sécu : les espoirs de Buzyn et Darmanin douchés, le déficit va replonger en 2019

 |   |  663  mots
(Crédits : Reuters)
Selon une synthèse de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSC), le déficit de la Sécu "se creuserait" de nouveau en 2019, entre 1,7 et 4,4 milliards d'euros. Le point sur les raisons de cette rechute et ses conséquences en cascade pour l'économie française...

Revenu l'an dernier à son plus bas niveau en deux décennies, le déficit de la Sécu "se creuserait" de nouveau en 2019, entre 1,7 et 4,4 milliards d'euros, selon une synthèse de la Commission des comptes dont l'AFP a obtenu copie lundi.

En septembre 2018, Agnès Buzyn et Gérald Darmanin annonçaient fièrement un déficit au plus bas depuis 2001 (-1,2 milliard d'euros) et prévoyaient, enfin, le retour à l'équilibre pour 2019.

La faute aux "gilets jaunes"

Mais le vent a tourné et la promesse s'est fracassée sur la réalité du ralentissement économique et des chères concessions aux "gilets jaunes".

Selon la Commission des comptes, cette rechute "résulte pour l'essentiel d'une croissance de la masse salariale (...) nettement inférieure à la prévision initiale" du gouvernement.

Au lieu des 3,5% espérés à l'automne, Bercy ne table plus que sur une progression de 3,1%, selon le programme de stabilité transmis à Bruxelles en avril.

Mais à cause de la "prime Macron" votée en décembre (exonération totale de cotisations et d'impôts jusqu'à 1.000 euros), la Sécu devra se contenter de 2,9%.

Des recettes "plus faibles qu'attendu"

Soit, au bout du compte, des "recettes plus faibles qu'attendu" de l'ordre de 1,7 milliard d'euros, l'équivalent du montant du déficit prévu, dans le meilleur des cas.

Car l'addition pourrait se corser si l'Etat ne compensait pas à la Sécu les autres "mesures d'urgence" adoptées en fin d'année, au plus fort de la crise des "gilets jaunes".

L'exonération de cotisations sur les heures supplémentaires dès le 1er janvier, et la baisse du taux CSG pour une partie des retraités, coûteront "respectivement 1,2 et 1,5 milliard d'euros", estime la Commission des comptes.

De quoi aggraver le "creusement" du déficit "qui atteindrait alors 4,4 milliards", poursuit-elle, ajoutant que "la trajectoire de retour à l'équilibre de la sécurité sociale pourrait être remise en cause".

Conséquences en cascade et détérioration durable

D'autant plus que l'avenir s'annonce moins rose qu'espéré: avec une croissance économique revue de 1,7% à 1,4% cette année, le scénario d'une Sécu en excédent en 2020 "risquerait également d'être compromis".

En plus de quoi il faudra financer les nouveaux gestes en faveur des retraités, annoncés par Emmanuel Macron en avril: réindexation d'une majorité de pensions sur l'inflation et augmentation du "minimum contributif" à 1.000 euros pour une carrière complète.

Deux mesures dont "le coût total est estimé à 1,5 milliard d'euros et détériorera d'autant le solde de la sécurité sociale", prévient la Commission des comptes.

Le gouvernement savait depuis des mois

Cette "détérioration" durable viendrait compromettre un autre engagement de l'exécutif: la reprise et le remboursement d'un reliquat de 15 milliards de dette sociale, impossibles avec des comptes dans le rouge, ce qui exposerait la Sécu au risque d'une remontée des taux d'intérêt.

Une mise en garde identique à celle du Haut conseil du financement de la protection sociale, qui jugeait dès le mois de mars que la sortie des déficits était "remise en question" et évaluait alors les pertes pour 2019 à 3,6 milliards d'euros.

Le gouvernement sait en réalité depuis plusieurs mois que sa projection de départ est devenue chimérique. Mme Buzyn l'avait reconnu en janvier:

"Le retour à l'équilibre en 2019 est compromis".

Laisser filer le déficit de la Sécu pour ne pas accroître celui de l'État?

Mais les chiffres n'ont toujours pas été révisés, laissant planer le doute sur une volonté de laisser filer le déficit de la Sécu pour ne pas accroître celui de l'État.

"Nous allons travailler tous ensemble pour améliorer ce déficit de façon à reprendre la trajectoire initialement prévue", a seulement indiqué la ministre des Solidarités et de la Santé début mai devant le Sénat, en renvoyant le sujet au budget 2020, qui sera présenté fin septembre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/06/2019 à 20:11 :
Déficit magouille mon songes pas de revalorisation pour les retraitées mais 1.6% pour les immigrés dégoûtés travailler plus pour l approche de la mort 💀
a écrit le 12/06/2019 à 8:54 :
Normal que le deficit revienne, autrement le gouvernement aurait du arrêter les 1 € par docteur et 0.5 par boite payé à la pharmacie... Mais aussi les taxes sur nos salaires et retraites que Macron a augmenté il y a peu... Et ca ils ne veulent pas qu'on paye moins !!!
a écrit le 12/06/2019 à 8:44 :
ils prepare l oignions pour la reforme des retraites vous n avez pas tous vue ce que ce gouvernement peut faire pour détruire le social en France, ils vas falloir plus de gilets jaunes dans les manifs sinon quant vous allez comprendre ce seras trop TARD???
a écrit le 12/06/2019 à 8:44 :
ils prepare l oignions pour la reforme des retraites vous n avez pas tous vue ce que ce gouvernement peut faire pour détruire le social en France, ils vas falloir plus de gilets jaunes dans les manifs sinon quant vous allez comprendre ce seras trop TARD???
a écrit le 12/06/2019 à 1:36 :
10 Milliards d'eur de déficit de la branche RETRAITE de la sécu dans trois ans.

Nous allons tous souffrir : actuels et futurs retraités.
a écrit le 12/06/2019 à 1:35 :
10 Milliards d'eur de déficit de la branche vieillesse de la sécu dans trois ans.

Nous allons tous souffrir : actuels et futurs retraités.
a écrit le 11/06/2019 à 19:15 :
Ça sort juste après que le Conseil européen annonce les orientations de politique économique prévoyant notamment des mesures de restriction budgétaires sur la santé. Bien évidemment, on ne va pas dire que c'est l'UE qui réclame cela, sinon les français seraient tentés de sortir...
a écrit le 11/06/2019 à 18:45 :
Stop les critiques sur les retraites vous êtes pires que Macron des minables 43 ans pour 1112€ .41 des retraites une revalorisation de 3.33€ de plus part mois bon j ai gagné à l euro millions 78 millions d’euros
a écrit le 11/06/2019 à 18:15 :
Alors donc, le tout prochain nouveau régime de retraite va etre durci insidueusement.

Retraites désindexées depuis 2013 : donc en chute à perpétuité

La Taxe Fillon qui rend nos Mutuelles 12% !!!!!! plus chères, Perpétuelle

X.Bertrand 2009, a flambé de 15.8% à 17.2% la CSG sur les revenus du patrimoine,
pour remplacer le gouffre RMI par le Super gouffre RSA qui ne marche pas,
et ruine les départements, et nous ruine donc en double peine : TAXE FONCIERE.

et les " limaces " (urgences) gagnent plus avec la bobologie ( Europe 1 ce matin : cadre de la Salpétrière) qu'avec ce qui " serait " " urgence "
a écrit le 11/06/2019 à 17:45 :
Tu parles d'un geste pour les retraités, il s'agit d'annuler un prélèvement sur des retraites déjà trop basses qui ne permettent pas de boucler le budget. Beaucoup de retraités considérés comme riches n'en profitent pas, les veinards, ils ont plus de 2000 e par mois.
a écrit le 11/06/2019 à 17:35 :
Courage, il faut continuer a réformer, c'est toujours mieux que les 10 milliards de déficit de Sarkozy !
Réponse de le 11/06/2019 à 18:40 :
ah un macronien fier des catastrophes de macron. AUCUN RESULTAT POSITIF du personnage et de clique. TOUT EST NEGATIF, même la SS qui part en vrille malgré des déremboursements, des baisses de cot. mais HAUSSE vertigineuse des mutuelles santé, et oui macron veut que les riches aient les meilleures mutuelles, un scandale ce monsieur. un incompétent qui sur chaque sujet se plante la men ta ble ment. une honte
Réponse de le 11/06/2019 à 19:04 :
"Courage, il faut continuer a réformer"

Généralement ceux qui veulent des réformes ne sont pas concerné par elles , est-ce ton cas ?
a écrit le 11/06/2019 à 16:11 :
Ca parait logique,puisqu'on supprime des cotisations sociales fréquemment remplacés dans l'usage courant par les termes charges sociales (( en gros ,depuis les années 80 ,histoire de préparer les esprits à l'individualisme forcenée) et qui correspondent donc à une part socialisée du salaire, c'est-à-dire collectée par des organismes appelés caisses afin d'être redistribuée comme le chômage, la vieillesse, la famille, la maladie et les accidents du travail et maladies professionnelles.Donc moins de cotisations = moins de pognons dans les caisses et donc ,déficit prévisible et le gouvernement le savait pertinement .En accusant les GJ de ce déficit il inverse les rôles ,et comme 40% des GJ ont voté RN aux europeennes ,il met tout sur le dos l'adversaire politique.
a écrit le 11/06/2019 à 15:58 :
Pas la faute aux gilets jaunes ! La faute aux milliards d’évasion fiscale oui ! Arrêtez de vous raconter n’importe quoi.
C’est comme la fraude au numéro de sécu. On nous a raconté que c’était des milliards mais finalement c’est entre 300 et 800 millions. Autant dire pinuts par rapport à la fraude fiscale et à l’évasion de fiscale.
a écrit le 11/06/2019 à 14:58 :
Encore une fois,on sort un rapport de la cour des comptes,juste au moment où il y a un conflit aux urgences,qui exigera de mettre plus de moyens dans les hôpitaux.Ce rapport tombe au point nommé pour dire attention au déficit !. Si on fait quelque chose pour les urgences,on augmentera le déficit de la sécu.
On manipule l'opinion publique avec l'histoire du déficit.on prend les gens pour des and....
Si le gouvernement voulait faire des économies pour la sécu il s'attaquerait au double système de gestion des dépenses de santé (SS et complémentaires),en supprimant les mutuelles.Il s'attaquerait au paiement à l'acte en médecine de ville. Il derembourserait les médicaments inutiles et dangereux(3 milliards d'économies par an, possibles)
Et pour diminuer la charge de travail des urgences,il rétablirait la garde de médecine générale en ville,supprimée par Raffarin en 2003 et du coup on désengorgerait les urgences.Mais,toutes ces mesures,exigent de s'attaquer à des lobbies très puissants et le gouvernement n'a pas le courage de le faire
a écrit le 11/06/2019 à 12:44 :
Encore un domaine qui démontre que le financement de l'État, qui dans ce cas finance la SS pour la mettre à l'équilibre (sauf à laisser filer le déficit..), confié au secteur bancaire privé est une "arnaque" qui profite aux prêteurs, tout en détruisant le système de protection sociale... là encore au bénéfice du secteur de santé privé.
..qui coûte plus cher et nécessite pour les assurés de contracter des assurances complémentaires... évidemment privées.
La destruction du système de santé publique est programmée parce qu'il y a un pognon fou à faire avec la santé des gens.
Réponse de le 11/06/2019 à 13:20 :
dans le cas des gilets jaunes et en autre des mesures de défiscalisation on voit maintenant les dégâts de mesures politiciennes car au final qui va payer?
tout le monde contribuables ou pas car ce qui ne rentre pas en cotisations faudra bien le trouver ailleurs .je vous laisse le soin de nous donner la recette
a écrit le 11/06/2019 à 11:46 :
On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre. Les gilets jaunes ont plombé les comptes de la sécu; à présent le contribuable qui les applaudissait des quatre mains va devoir régler l'addition.
Réponse de le 11/06/2019 à 14:01 :
Mdr j'en peux plus, vous me faite trop rire.

"A cause des gilets jaunes".
C'est vrai que ce sont les gilets jaunes qui font de "l'optimisation fiscale" et la fraude fiscale, qui représente des milliards d'euros.

Si on commençai à récupérer l'argent là où il est il n'y aurait plus de soucis.
Réponse de le 11/06/2019 à 14:02 :
D'ailleurs le CICE, la vente de la France aux privées etc... sa donne de l'argent du long termes?
Mais non, je pense que c'est aussi la faute des gilets jaunes :)
Réponse de le 11/06/2019 à 14:52 :
je suis désolé de vous contredire mais les réponses faites par le gouvernement ne sont pas les revendications des gilets jaunes. Ces réponses orientées par le gouvernement (hormis la csg retraités), ont été faites uniquement dans le but d’arrêter le mouvement sur le prix de l'essence, la csg retraités, l'ISF et le RIC, la fraude fiscale. Quand la consommation redémarre c'est grâce au gouvernement, quand les déficits apparaissent c'est à cause des GJ, étonnant non ?
a écrit le 11/06/2019 à 11:18 :
C'est la que l'on voit que les promesses MACRON ne sont que de l'enfumage et beaucoup D'INJUSTICE pourquoi exonerer les heures sup et les primes puisqu'elles ne concernent que 30 % des salaries MAIS LES AUTRES ???

CHOQUANT aussi tous ces journalistes qui il y a un mois ont vente cette mesure sans jamais parler des 70 % DES SALARIES non concernes

Aujourd'hui nous pourrons dire que la politique générale de mr PHILIPPE EST Bidon
s'il ne dit pas comment c'est finance ,,,,,
a écrit le 11/06/2019 à 10:45 :
Il convient de faire le constat le gouvernement Philippe abime la France,

les membres de ce gouvernement Philippe sont un échec ... pour la France, les Français voient leur pays régresser dans les pans sociétaux, économiques, avec une croissance de l'insécurité alimentaire, et de la mise en danger dans les hopitaux saignés à blanc

le seuls succès du gouvernement Macron-Philippe

* avoir museler les élus cupides du Modem

* avoir fait avaler à profusion des mensonges et des couleuvres aux électeurs sans conviction LR UDI PS

bref, la France est gouvernée par un magma politicards qui légifère sur des sujets de bric et broc
Réponse de le 11/06/2019 à 18:03 :
votre post convient parfaitement. En résumé: tout n'est qu'échec avec ces gens là. PAS un SEUL RESULTAT positif en matière macro économique PAS UN en deux ans de macron et sa triste équipe.
a écrit le 11/06/2019 à 10:12 :
le brillant inspecteur des finances Macron.... qui disait pendant la campagne qu un programme détaillé ne servait à rien, s est pris les pieds dans le tapis dès le départ avec son jeu de bonneteau fiscal....
suppression de lISF, augmentation de la csg mais en contre partie des baisses de charges, suppression de la taxe d habitation....
ensuite, gilet jaunes donc on lâche 10 milliards....et rebelote après le grand débat... 5 milliards d impôts en moins...je ne parle pas du CICE qui coute 40 milliards cette année, 20 les suivantes....
en simple.... hors CICE, le coût macron est de 35 milliards à financer en année pleine...sans avoir la moindre idée de ou trouver le pognon
macron veut de l efficacité chez ses ministres... mais les lois qu il fait voter.... sont elles efficaces?
grosso modo, nette impression que macron fonctionne sur un vieux logiciel...des années 80, (teatcher/reagan) dont on voit bien qu il est à bout de souffle.....et n arrive pas à décider de quelle coté il doit pencher....
le ni droite ni gauche, et le "et en même temps".... ne donne pas la direction à prendre..... ça ressemble bien plus à une grande confusion des esprits...... très tactique pour donner l impression d un rassemblement mais en fait vide de sens pour la pecum de base...
le discours sur le progressisme servant de caution programatique... alors que c 'est une idéologie politique de gouvernance par les élites et les experts....
a écrit le 11/06/2019 à 9:49 :
La faute aux GJ ? c'est un peu outrancier. Les GJ demand(ai)ent de la justice fiscale, la remise en place de l'ISF par exemple qui aurait augmenté les rentrées fiscales. Macron a décidé de ne pas toucher aux hauts revenus mais de jeter des miettes payées par l'Etat, donc le peuple, ce qui lui premettra de justifier des nouvelles coupes sombres dans les acquis sociaux en pointant les déséquilibres. Les néo-libéraux asphyxient eux-meme l'Etat en coupant les recettes (evasion fiscale, cadeaux aux grandes entreprises type CICE et baisse de charge, vente des actifs rentables (francaise des jeux, autoroutes, aeroports) pour justifier après les destructions d'acquis sociaux.
Efficaces sociopathes n'est-ce pas ?
Réponse de le 11/06/2019 à 10:06 :
Dans aucun pays il y a l'ISF.
La majorités des "riches" on deja fuit la France. Sur le long terme l'ISF ne rapporte pas d'argent, parce que il reduit l'assiette fiscale.
Les charges en France sont aussi parmi les plus élevés d'Europe et des petites mesures de compensation n'ont pas changé la donne.
Avec 56% de dépenses publique la France est ultra-sociale et ça ne marche pas.
Réponse de le 11/06/2019 à 10:29 :
Vous prenez le problème à l'envers. C'est parce que l'état a asphyxié le système économique pendant 40 ans avec des taxes de toutes espèces y compris l'ISF que la machine économique s'est grippée. Les milliardaires sont tous paris en Suisse ou sous des cieux plus cléments. Pour faire fonctionner le modèle ultra distributif Français, il faut avant tout produire et pour produire il faut des capitaux et des entrepreneurs et pour avoir des capitaux et des entrepreneurs qui soient prêts à prendre des risques, il faut un système fiscal qui ne soit pas spoliateur.
a écrit le 11/06/2019 à 9:34 :
Aucun problème !

La puissance politique de notre président et de son armée de soldats ultra compétents et éclairés va permettre d'aller récupérer les 100 milliards d'évasion fiscale des mégas riches.

On est large !
Réponse de le 11/06/2019 à 13:10 :
Ce chiffre de 100 milliards sort d'où ? D'après ce que j'en sais il s'agit d'une extrapolation à l'ensemble des contribuables des niveaux constatés sur les contribuables ciblés par les contrôles fiscaux... mais ceux-là sont justement "choisis" parmi les plus susceptibles de frauder-d'optimiser (autrement dit les méga-riches sont déjà les plus surveillés). La réalité est probablement 5 à 10 fois moindre... Et on n'a pas la moindre idée de la manière de récupérer ces fonds ni même des mécanismes qu'ils utilisent pour contourner le fisc. Ceci étant une fiscalité moins confiscatoire notamment sur le patrimoine (qui malgré la suppression de l'ISF reste lourdement taxé en France notamment au niveau des successions) et surtout plus stable et prévisible (donc pas remise en cause à chaque alternance) serait certainement le moyen le plus efficace de limiter l'évasion fiscale.
Réponse de le 11/06/2019 à 17:28 :
Donc vous avouez ne pas savoir mais par contre vous affirmez que c'est pas le bon chiffre...

Crédibilité ? Zéro.

Tandis que de mon côté je paries sur l'exploitation des chiffres des lanceurs d'alerte en interne bien entendu et que ces derniers ont fuité donc je pense que nous sommes dans une estimation tranquille.

Vous rendez-vous compte de l’ampleur des dernières révélations sur les évasions fiscales qui n'ont d'ailleurs donné aucune suite juridique ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :