70 organisations appellent à stopper le CETA, à la veille de sa ratification par l'Assemblée

 |   |  713  mots
La FNSEA et les Jeunes agriculteurs ont adressé un courrier aux députés les exhortant à protéger l'agriculture et l'alimentation des Français. Des Insoumis à LR, le texte unit contre lui les oppositions.
La FNSEA et les Jeunes agriculteurs ont adressé un courrier aux députés les exhortant à "protéger l'agriculture et l'alimentation des Français". Des Insoumis à LR, le texte unit contre lui les oppositions. (Crédits : FRANCOIS LENOIR)
Attac France, CGT, Greenpeace, UFC-Que Choisir, etc., plus de 70 organisations demandent "solennellement" aux députés "de ne pas ratifier le Ceta". Le gouvernement, lui, vante un "bilan très positif" du Ceta depuis son entrée en vigueur provisoire il y a bientôt deux ans. Pas de risque d'être "envahi" par les produits canadiens, nulle remise en cause du principe de précaution, pas de dumping social, ni de débat "confisqué", ont-ils martelé, le rapporteur Jacques Maire (LREM) en tête. Mais ils sont loin d'avoir convaincu: l'accord continue d'être combattu par les agriculteurs comme les écologistes, au nom notamment des risques sanitaires.

Menace sanitaire, écologique et agricole, ou bien accord commercial avec un pays ami et "gagnant pour la France" ? L'Assemblée nationale se prononce mercredi sur la ratification du traité entre l'Union européenne et le Canada (CETA), éreinté par les oppositions, agriculteurs et ONG.

Le gouvernement vante un "bilan très positif" du Ceta depuis son entrée en vigueur provisoire il y a bientôt deux ans, avec notamment une progression des exportations vers le Canada de 6,6% entre 2017 et 2018.

Et le secrétaire d'État Jean-Baptiste Lemoyne d'assurer:

"Rien n'est caché, rien n'est tabou, c'est un bel accord", qui "va créer des emplois."

"Crise de confiance" dans l'opinion

Reconnaissant une "crise de confiance" dans l'opinion sur ce type d'accords, les "marcheurs" n'ont pas ménagé leurs efforts pour apaiser les inquiétudes sur ce traité qui supprime les droits de douanes sur 98% des produits échangés entre les deux zones.

Pas de risque d'être "envahi" par les produits canadiens, nulle remise en cause du principe de précaution, pas de dumping social, ni de débat "confisqué", ont-ils martelé, le rapporteur Jacques Maire (LREM) en tête.

Ils ont aussi appelé à ne pas faire "d'amalgame" avec l'accord récent entre l'UE et les pays membres du Mercosur, vivement contesté.

Certains ont même joué la carte mémorielle, rappelant le lourd tribut payé par les Canadiens lors des conflits mondiaux, à l'instar d'Annie Chapelier (LREM, née au Canada) pour qui "nous avons besoin d'alliés qui partagent nos valeurs", y compris dans les "guerres économiques".

Des opposants - même au sein de LREM - loin d'être convaincus

Las, les opposants sont loin d'être convaincus. Même au sein de la majorité LREM-Modem, certains s'interrogent, voire sont opposés comme Richard Ramos (MoDem).

Outre des amendements de suppression des deux articles du texte, des motions de procédure sont attendues. Matthieu Orphelin (ex-LREM) a indiqué vouloir demander un "ajournement" du vote, tandis que les socialistes comptent suggérer un référendum.

FNSEA, Jeunes agriculteurs, France Insoumise, LR... tous contre

L'accord est combattu par les agriculteurs comme les écologistes, au nom notamment des risques sanitaires.

Plus de 70 organisations (Attac France, CGT, Greenpeace, UFC-Que Choisir, etc.) ont demandé "solennellement" aux députés "de ne pas ratifier le Ceta". Certaines appellent à un rassemblement mardi aux abords de l'Assemblée.

La FNSEA et les Jeunes agriculteurs ont adressé un courrier aux députés les exhortant à "protéger l'agriculture et l'alimentation des Français". Des Insoumis à LR, le texte unit contre lui les oppositions.

Le "double risque" selon Christian Jacob (LR)

Les élus de droite entendent s'y opposer si le volet agricole est maintenu. Leur chef de file Christian Jacob (LR), ancien agriculteur, a mis en garde contre un "double risque" sur la viande bovine: "sanitaire" et de "déstabilisation de la filière".

Pour des raisons proches, les UDI et indépendants devraient se partager entre une "abstention vigilante" et un vote contre, Libertés et Territoires y voyant aussi "l'accord de trop pour la filière bovine".

"Incompatible avec les accords de Paris" selon les élus PS

Même hostilité des groupes de gauche. Le PS dénonce un texte "incompatible avec les accords de Paris" et sans véritable "veto climatique" malgré les affirmations de la majorité. Le PCF y voit une "menace" pour l'environnement, l'agriculture et "notre modèle social". Plaidant pour "en finir avec le libre échange", les Insoumis pointent aussi le risque que "ça tourne fort mal" pour la filière bovine.

Renvoyant dos à dos LR et socialistes, Jean-Baptiste Lemoyne a épinglé dans le JDD le "bal des reniements", alors que le CETA a été négocié sous Nicolas Sarkozy et poursuivi sous François Hollande.

Seules 36 fermes canadiennes exporteront, selon Roland Lescure (LREM)

Et Roland Lescure (LREM) de souligner que seules 36 fermes canadiennes peuvent exporter dans le cadre des normes européennes: cela représente "des cacahuètes".

Mais "le Canada pourra nous envoyer de la viande élevée avec des farines animales", s'inquiète Richard Ramos (MoDem).

Des animaux nourris avec de la "farine de sang d'animaux, du sang d'animaux déshydraté, des poils d'animaux hydrolisés"... "voilà ce que vous allez devoir manger", a lancé François Ruffin (LFI) en commission.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2019 à 11:20 :
Il nous aura des années, et bien des difficultés, pour définir des normes qui, économiquement, médicalement et socialement, nous permettent de vivre selon nos convictions et notre sens de la morale. Qu'une minorité d'opportunistes méprise ces efforts sans état d'âme me révolte profondément.
a écrit le 16/07/2019 à 19:11 :
La majorité des Français semble opposée à ce traité.
On va voir avec leurs votes si les députés LREM vont pousser un peut plus les électeurs à voter RN lors des prochaines législatives
A force de jouer avec le feu...
Réponse de le 17/07/2019 à 10:20 :
Le RN est un faux opposant pro UE. Avez-vous vu les italiens qui se disaient anti UE voter massivement pour Leyden ? Frexit, vite ..
a écrit le 16/07/2019 à 19:03 :
Le problème n'est pas le CETA aujourd'hui, mais tout ce qu'insidieusement on va lui rajouter au Fil du Temps.
Les lobbies vont se charger de ce travail et dans 10 ans le CETA sera un grand fourre-tout conforme à ce que veulent les tenants de la mondialisation sans entrave.
C'est pour cette raison qu'il ne faut pas le ratifier... hélas, c'est plié d'avance avec les "godillots" LrEM qui n'ont aucune conscience, aucune vision politique.
a écrit le 16/07/2019 à 17:04 :
"FNSEA, Jeunes agriculteurs, France Insoumise, LR... tous contre"

Sauf, bruno-bd bien sur
a écrit le 16/07/2019 à 13:07 :
"... Le gouvernement vante un "bilan très positif" du Ceta ..." : espérons que ce bilan n'est pas tiré du même tonneau que la propagande qu'on nous sert à propos du 80km/h, sinon on est vraiment mal barré !
a écrit le 16/07/2019 à 11:31 :
Ce traité sur l'alimentation est évidemment en opposition avec le principe de l'économie durable qui rapproche le producteur du consommateur, favorisant ainsi l'emploi local, la qualité et le recyclage.
a écrit le 16/07/2019 à 11:06 :
Et si on arrêtait un peu les conneries ? Le Canada est un pays civilisé avec des réglementations sanitaires bien aussi élevées qu'en France, une espérance de vie égale et n'a rien, mais alors rien d'un enfer social. L'adoption du CETA va de soi, n'en déplaise aux prophètes de malheur.
Réponse de le 16/07/2019 à 14:29 :
A t'on consulter les peuples du Canada pour imposer cette "connerie"?
Réponse de le 16/07/2019 à 15:15 :
Pour être bien clair, ce n'est pas le CETA mais les rodomontades des lobbies anti-CETA que je qualifie de conneries. Et oui, les peuples du Canada ont été consultés puisque le parlement canadien l'a ratifié. Entre zones qui appliquent des normes de niveau d'exigence comparable -y compris démocratiques (et c'est le cas entre l'UE et le Canada) le libre-échange est chose totalement normale.
a écrit le 16/07/2019 à 10:59 :
Vous êtes sur d'avoir voté pour ces "godillots"? Rectifier le tir par un R.I.C. si vous voulez être représenté et non pas manipulé!
Réponse de le 16/07/2019 à 11:38 :
Le seul RIC pour lequel j'accepterais de signer (et de voter oui) serait une révision constitutionnelle bannissant, comme en Allemagne, toute pratique référendaire. Le référendum, qu'il soit d'initiative parlementaire, gpuvernementale, partagée, citoyenne, est une menace contre la démocratie et devrait être interdit quel qu'en soit le propos (sauf -peut être-pour un changement complet de constitution... ce dont il ne faut pas abuser. Une constitution devrait durer au moins 2 siècles).
Réponse de le 16/07/2019 à 14:24 :
J'ai comme l'impression que certain confondent "dictature" avec "démocratie", cela est peut être du a l'orientation scolaire ou a des parents abusifs. On reproduit ce que l'on a vécu.
Réponse de le 16/07/2019 à 21:04 :
Parmi les grands "démocrates" qui usent et abusent (ou ont usé et abusé) du référendum :
-Adolf Hitler (c'est d'ailleurs à cause de ça que la nouvelle Allemagne d'après guerre a constitutionnalisé l'interdiction du référendum).
-Hugo Chavez (et son lamentable successeur)
-Recep Tayip Erdogan
-Vladimir Poutine après l'Anschluss de la Crimée
Au passage le RIC que certains appellent de leurs voeux ressemble comme un frère à celui mis en place au Nicaragua à l'initiative d'Ortega en . Autre belle référence démocratique...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :