A Katowice, la COP24 joue les prolongations

 |   |  846  mots
La COP24 prolongée pour aboutir au texte d'application de l'accord de Paris
La COP24 prolongée pour aboutir au texte d'application de l'accord de Paris (Crédits : Kacper Pempel)
Initialement prévue pour se terminer ce vendredi 14 décembre, la vingt-quatrième conférence de l’Onu sur le climat sera prolongée d’un ou deux jours. Les observateurs espèrent que cela permettra d’aboutir au texte visant à préciser les modalités d’application de l’accord de Paris, et d’ouvrir la voie à la nécessaire révision à la hausse des engagements des Etats.

Ouverte le 2 décembre dernier à Katowice en Pologne, la COP24, qui a notamment pour objectif de définir les règles d'application (Rule book) de l'accord de Paris, aurait dû se terminer ce vendredi 14. Mais il semblerait en cette fin de journée qu'en dépit du texte soumis jeudi soir par la présidence polonaise, on soit encore loin du compte. Aussi les négociations - comme c'est souvent le cas - devraient se prolonger d'un, voire deux jours.

La visite du secrétaire général des Nations unies, venu le 12 décembre, n'aura pas suffi. Antonio Guterres était en effet venu prévenir que « gâcher cette opportunité compromettrait notre dernière chance d'arrêter l'emballement du changement climatique. Ce ne serait pas seulement immoral, mais suicidaire. »

Une COP technique mais déterminante

Qualifiée de « COP technique » par Laurence Tubiana, architecte de l'Accord de Paris pour la France en 2015 et aujourd'hui présidente de la European Climate Foundation (ECF), la COP24 n'exige pas, à l'inverse de Paris, de deal politique majeur. Mais elle n'en est pas moins déterminante, dans la mesure où l'établissement des règles d'application de ce dernier doit ouvrir la voie à la révision des ambitions nationales à la hausse. Cette révision doit impérativement intervenir d'ici à 2020, date de l'entrée en vigueur de l'accord de Paris. Car les contributions nationales (les engagements de chaque Etat en matière de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre) soumises en amont de la COP21 nous mettent sur une trajectoire de +3°C, loin des 2°C et encore plus des 1,5°C, plafond préconisé par le dernier rapport du GIEC.

C'est d'ailleurs pour cette raison que les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et le Koweit ont refusé de « l'accueillir favorablement », se contentant d'en « prendre note ». C'est l'un des couacs qui a émaillé une COP marquée par une certaine tension, dans un contexte géopolitique nettement plus défavorable qu'en 2015. L'ombre des Etats-Unis, notamment (dont le président a annoncé en juin 2017 le retrait de l'accord de Paris), semble planer sur les négociateurs.

Quel financement, quand, combien et par qui ?

Autre lacune en ce vendredi 14 décembre : les modalités de mobilisation du financement de la transition vers une économie décarbonée, notamment apportée par les pays développés pour soutenir les pays en développement, n'ont toujours pas été précisées.

Parmi les autres points en suspens figure également l'encadrement du recours à des mécanismes de marché tels que ceux prévus par le protocole de Kyoto pour compenser par des actions menées dans des pays en voie de développement, les émissions d'un pays développé.

La « high ambition coalition » qui avait vu le jour lors de la COP21, et regroupait des pays prônant la révision à la hausse des objectifs climatiques - c'est-à-dire, à l'époque, les Etats-Unis, l'Union européenne, quatre-vingts pays en développement et le Brésil - s'est partiellement reconstituée en fin de COP sans susciter le même enthousiasme.

L'Union européenne divisée sur ses objectifs à l'horizon 2030

L'Union européenne a d'ailleurs publié quelques jours avant l'ouverture de la COP sa nouvelle stratégie climat, qui vise la neutralité carbone en 2050. Mais elle ne s'est encore fixé aucun objectif intermédiaire pour 2030, et le sujet divise les Etats membres. Si 15 d'entre eux sont prêts à le faire, le groupe de Visegrad (République Tchèque, Slovaquie, Hongrie et Pologne) traîne des pieds.

Comme à l'habitude, les acteurs non étatiques ont profité de la COP pour se faire entendre. Les présidents de plusieurs grands groupes (dont Ikea, Mars, BT) ont ainsi souligné la nécessité de règles d'applications de l'accord de Paris plus exigeantes pour faire évoluer les pratiques des entreprises. Un milliers d'institutions, pesant 8.000 milliards de dollars, ont annoncé leur volonté de poursuivre leur désinvestissement d'actifs très carbonés.

Selon la Banque mondiale, le nombre de pays ayant instauré des cadres favorables au développement des énergies renouvelables a triplé, même s'il faudrait encore le doubler pour respecter l'accord de Paris.

La représentation française en question

Quant à la France, elle n'a été représentée, et encore brièvement, que par la secrétaire d'Etat à la transition énergétique Brune Poirson. Paris est sous la menace d'une attaque de la part de citoyens et de quatre ONG (Oxfam, Greenpeace, la FNH et Notre affaire à tous), qui entendent l'attaquer devant la justice pour faire reconnaître les droits fondamentaux des citoyens face au changement climatique. Une initiative inspirée par la récente décision en appel d'un tribunal néerlandais qui a condamné l'Etat à rehausser son action sur le front du climat.

Jusqu'ici, il semblerait que le principal rayon de soleil d'une COP bien morose ait été apporté par la jeune Greta Thunberg, militante suédoise de 15 ans qui s'est fait connaître en séchant les cours tous les vendredis pour faire un sit-in devant le parlement suédois afin de l'exhorter à plus d'action climatique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2018 à 8:50 :
les 200 millions de budget auraient été plus utiles dans du concret que dans ce raout mondain . Dommage que le brassage de vent ne soit pas exploitable cela sauverait la planète!
a écrit le 15/12/2018 à 22:57 :
prochain carnaval en 2019 au Chili ….
a écrit le 15/12/2018 à 10:46 :
La relation entre le travail (activité humaine), et l'énergie (activité des machines) est à analyser en priorité. Il faut appliquer la note n°6 du CAE. Il faut nous en parler et nous proposer des solutions. C'est urgent. Très urgent.
a écrit le 15/12/2018 à 9:56 :
COP 24 comme les autres, manifestations de ce type sont inutiles, et les coûts de ce genre de rassemblements pourraient être engagés pour de réelles action environnementales. Mais, cela permet entre autre d’alimenter l’alarmisme.
L'alarmisme climatique fait vivre des milliers de fonctionnaires, onusiens ou ministériels du monde entier, GIEC compris, des milliers de chercheurs, des labos.
Les crédits de recherche sont directement proportionnels à l'alarmisme des chercheurs.
Les crédits de recherche de la NASA pour les sciences du climat, ont ainsi été multipliés par 10 en 20 ans:
200M$/an en 1990 => 2Md$/an en 2010.
.
Pourquoi ces gens iraient tuer la poule aux œufs d'or, en avouant que l'homme n'a en réalité que peu d'influence sur l'évolution du climat, et que les changements climatiques sont essentiellement gouvernés par la variabilité naturelle (cycles solaires & océaniques notamment)?.
Mais il n'y a pas que les chercheurs et les fonctionnaires qui vivent de cet alarmisme.
Certains politiciens ont aussi bâti des fortunes grâce à lui. Le plus connu est Al Gore, qui a fait fortune avec sa société spécialisée dans le système de "cap & trade", c'est à dire d'échange de droits d'émission de CO2, profitant de mécanismes qu'il avait activement contribué à mettre en place lorsqu'il était vice-président des USA.
.
D'autres politiciens, sans en tirer de fortune personnelle, utilisent l'alarmisme climatique pour mettre en place de nouvelles taxes, comme la taxe carbone, tout en s'assurant l'adhésion populaire.et en jouant sur la culpabilité du citoyen
a écrit le 15/12/2018 à 9:27 :
Puisque le Graal de la référence dans la climatologie est le niveau des gaz à effet de serre il faut noter que la France ne participe que pour moins de 1% à ce type de pollution au niveau mondial contre 28% pour la Chine, 15 pour les USA et quelque 2,3 pour nos amis Allemands et 20% sont accrédités aux seules centrales au charbon, cette source d'énergie d'un autre âge. De ces grands messes il n'en sortira que des sous pour alimenter l'establishment alors que nous attendons tous des décisions politiques comme par exemple la mise sur le marché d'une petite bagnole qui ne consommerait que 2,5 litres ou le recours au solaire thermique systématique pour toutes les constructions...Quand à l'effet délétère des guerres, du plastoc et des gaspillages d'argent, shuut!
a écrit le 15/12/2018 à 9:10 :
Chronique des pique-assiette : C'est comme à la réunion du Fonds monétaire international, les trois jours avant l'ouverture voient les décideurs se rencontrer dans les salons privés des grands hôtels, le jour de l'ouverture de la cession plénière, il n'y a plus que ceux qui tendent la main.
a écrit le 15/12/2018 à 8:52 :
2 jours de brassage de vent supplémentaires pour éviter de poser les vraies questions et pendant ce temps là le cirque continue avec cette sympathique jeune suédoise ou le 1er ministre des Maldives. Combien de de temps va durer cette hypocrisie?!
a écrit le 14/12/2018 à 23:00 :
et allez, des cocktails, conférences, réunions, colloques entre technocrates éternellement satisfaits de leur incompétence, ils se reverront pour le COP25 puis 26 et on entendra la meme diarrhée verbale
a écrit le 14/12/2018 à 19:56 :
C'est dans le passage aux travaux pratiques qu'on s'aperçoit que les accords de Paris ne fonctionnent pas. Les gilets jaunes, qui ne sont pas sorcier, l'ont montré. La méthode expérimentale impose une refonte de la théorie des accords climatiques et l'abandon de la croyance que les hommes peuvent domestiquer le climat dans l'état actuel de la technologie. Il est temps qu'ils pensent à humblement s'adapter.
Réponse de le 15/12/2018 à 11:03 :
Le développement durable commence par une idée fondamentale: la solidarité intergénérationnelle (et entre les peuples). Mais on voit bien avec les gilets jaunes que cette notion est étrangère avec leur slogan "la fin du mois avant la fin du monde...". Sans nier les difficultés rencontrées par certaines familles, l'appréhension des enjeux climatiques est encore largement sous-estimée, et passe loin après le sacro-saint "pouvoir d'achat", le droit à la consommation et la préservation de ses habitudes. La France n'est pas le pays le plus impacté par le réchauffement climatique, et saura s'adapter. Mais bien d'autres pays sont beaucoup plus exposés, sans avoir les ressources des pays de l'OCDE. Et croire que le vieux continent traversera ça en regardant l'Afrique lutée, avec ses jumelles, serait bien naïf. La crise migratoire actuelle ne me semble qu'un aperçu des bouleversements à venir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :