24 propositions pour la COP24

 |   |  443  mots
(Crédits : DR)
La crise des « gilets jaunes » en France s'est invitée à la réunion de la COP24. Non seulement en conduisant le Premier ministre Édouard Philippe à annuler sa participation à la 24e conférence de l'ONU sur le climat à Katowice. Mais aussi parce que la violence de cette première révolte de la transition énergétique dans le pays organisateur de l'accord de Paris de 2015 a stupéfié le monde entier.

« Concilier la fin du monde et la fin du mois », pour reprendre la formule d'Emmanuel Macron, le défi est posé aux négociateurs de la COP24, qui vont appeler à une accélération des engagements des États pour lutter contre le changement climatique.

D'une certaine façon, même si la violence doit évidemment être condamnée et l'ordre républicain assuré, cette crise est salutaire : elle oblige tous les décideurs politiques à s'interroger sur les conséquences sociales de la transition énergétique, qui ne pourra pas réussir sans adhésion populaire. Certains pays, comme la Suède, ont montré la voie et démontré qu'on peut vivre avec un prix du carbone élevé sans dommage pour la croissance et l'emploi. Mais la condition de ce succès est que la transition soit inclusive et réinvestisse l'argent de la fiscalité écologique dans l'accompagnement social de la population et en premier lieu des plus modestes.

Face à l'urgence climatique, il n'y a plus d'alternative. Nous devons changer de modèle économique, changer la façon de produire, de consommer, de nous déplacer... Des décisions courageuses devront être prises et il appartient aux décideurs politiques de les expliquer et de les rendre acceptables pour qu'elles ne soient pas perçues comme une punition ou une entrave à nos libertés. C'est possible à condition de recréer du lien social, de changer nos modes de pensée et de proposer un cadre juste et cohérent. Pour contribuer à la recherche de solutions innovantes, la rédaction de La Tribune a donc réuni dans ce dossier spécial les contributions de 24 acteurs, dont 12 chefs d'entreprise (Engie, Iata, Schneider Electric, Veolia, BNP Paribas, Axa, Woodeum, Nexity, Greenflex, Facebook, Blablacar) et de 12 experts ou intellectuels, pour qu'ils et elles exposent leurs solutions.

___

La Tribune a demandé à 12 chefs d'entreprise et 
12 experts de formuler une solution pour sauver la planète.

Isabelle Kocher - Engie | Alexandre de Juniac - IATA | 
Jean-Pascal Tricoire - Schneider Electric | Antoine Frérot - Veolia | 
Jean-Laurent Bonnafé - BNP Paribas | Guillaume Poitrinal - Woodeum |
Thomas Buberl - Axa | Alain Dinin - Nexity | 
Laurence Tubiana - Fondation européenne pour le climat | 
Frédéric Rodriguez - Greenflex | Laurent Solly - Facebook | 
Arnaud Leroy - l'Ademe | Jean-Yves Le Gall - Cnes | 
Cécile Maisonneuve - Fabrique de la Cité | Sylvie Goulard - Banque de France |
Chantal Jouanno - CNDP | Karima Delli - Députée européenne | 
Alain Grandjean - Carbone 4 | François-Michel Lambert - Député | 
Frédéric Mazzella - Blablacar | Eric Scotto Akuo - Energy 
Dominique Bourg - Philosophe | Cyril Dion - Réalisateur 
Patrick Criqui - CNRS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2018 à 15:37 :
Convertir tous les tankers au GNL.
a écrit le 10/12/2018 à 14:23 :
24 propositions de taxes pour sauver les ours blancs ( et accessoirement le budget de la france)
a écrit le 10/12/2018 à 12:01 :
Les idées et propositions du privé sont les bienvenues, car si elles sont faites, c'est qu'il y a un espoir de rentabilité et c'est toujours mieux qu'un socialisme d'Etat gaspilleur. Néanmoins, il ne faut pas croire qu'elles seront la panacée, car la faisabilité technique est incontournable, sinon cela fait longtemps que cela aurait été mis en œuvre. Il est temps de sortir de l'angélisme romantique des politiciens et des media qui voient une transition énergétique radieuse, alors qu'elle sera un changement de paradigme dans nos sociétés, et donc forcément difficile, en tout cas dans un premier temps. C'est la raison pour laquelle elle devra être progressive et relativement lente, pour ne pas déstabiliser les plus faibles.
a écrit le 10/12/2018 à 9:13 :
"Concilier la fin du monde et la fin du mois"

Non vous n'avez pas compris, c'était choisir entre la fin du monde et la fin du moi, du coup il préfère la fin du monde mais bon ça on s'en doutait...
a écrit le 10/12/2018 à 8:42 :
"Il faut changer de modèle économique". Quel modèle? Il faut appliquer la note n°6 du CAE, page 12 avec une allocation universelle pour respecter l'équité.
a écrit le 09/12/2018 à 22:01 :
La première proposition cohérente et pas trop chère accessible à tous ( enfants et adultes)
Des masques anti- pollution avec capsule d’oxygène...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :